Grand central

Grand Central
De Rebecca Zlotowski (Fr, 1h35) avec Léa Seydoux, Tahar Rahim

Après "Belle épine", Rebecca Zlotowski affirme son désir de greffer le romanesque à la française sur des territoires encore inexplorés, comme ici un triangle amoureux dans le milieu des travailleurs du nucléaire. Encore imparfait, mais souvent passionnant. Christophe Chabert

Gary (Tahar Rahim, excellent comme jamais depuis Un prophète) est en quête de stabilité professionnelle après des années de jobs plus ou moins louches. Il atterrit dans la Drôme et intègre assez vite une équipe d’ouvriers travaillant au cœur des centrales nucléaires. La communauté, masculine, virile et solidaire, obéit à des règles draconiennes qui visent à éviter la contamination par la « dose » radioactive. La contagion, pour Gary, sera d’abord amoureuse : il croise un soir la femme d’un de ses collègues, Toni (prénom renoirien qui fait écho au cadre, curieusement bucolique, dans lequel vivent ces prolos du nucléaire, des mobile homes en bord de fleuve) et une passion physique va naître presque instantanément entre eux.

C’est tout le projet de Rebecca Zlotowski : comme les courses de motos clandestines de Belle épine accompagnaient la quête existentielle de Léa Seydoux, le nucléaire est ici la toile de fond qui permet de renouveler un classique triangle amoureux, même si le scénario s’emploie à intriquer jusqu’à la folie les deux éléments, poussant Gary à mettre sa vie en péril pour espérer rester auprès de celle qu’il aime.

Une dose de romanesque, une dose de nucléaire

En termes de cinéma, les choses sont un peu différentes. Zlotowski réussit une peinture extrêmement précise et documentée du travail accomplit par ces hommes qui descendent dans les réacteurs comme des astronautes vont réparer des fusées en plein espace. Les codes posés avec autorité par Olivier Gourmet (excellent, comme toujours certes, mais ce n’est jamais inutile de le souligner) résonnent avec ceux que la cinéaste utilisent dans sa mise en scène, du cinéma d’horreur au thriller, produisant quelques séquences terrifiantes et visuellement très inspirées.

En revanche, l’histoire d’amour est moins aboutie : les sentiments de Gary envers Karole ne sont jamais vraiment explicités, sinon comme une donnée naturelle du récit. Et Karole elle-même est un personnage mal défini, qui ne repose que sur le charisme de Léa Seydoux, dont le look garçonne hérité du dernier Kechiche colle mal à la féminité exacerbée du rôle.

Si les deux pans de Grand central ne dialoguent pas aussi bien qu’ils le devraient, la nervosité et l’authenticité avec lesquelles Zlotowski raconte son histoire tranchent sur l’ordinaire du cinéma hexagonal. Ce n’est que son deuxième film, mais il est déjà porteur de belles promesses.

Grand central
De Rebecca Zlotowski (Fr, 1h35) avec Tahar Rahim, Léa Seydoux, Olivier Gourmet, Denis Ménochet…
Sortie le 21 août

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 23 décembre 2021 Adaptation d’un roman de Philip Roth qui lui trottait depuis longtemps en tête, la tromperie d'Arnaud Desplechin est aussi un plaidoyer pro domo en faveur du droit de l’artiste à transmuter la vérité de son entourage dans ses œuvres....
Mardi 4 février 2020 Toulouse le 28 janvier, Bordeaux le lendemain, Nantes, Nancy, Dijon… les dates s’enchaînent à un rythme soutenu pour l’humoriste. Le public grenoblois ne s’en plaindra pas : l’humoriste doit débarquer au Summum jeudi 6 février.
Jeudi 25 juillet 2019 Arnaud Desplechin retourne dans son Nord natal pour saisir le quotidien d’un commissariat de police piloté par un chef intuitif et retenu. Un polar humaniste où la vérité tient de l’épiphanie, et la parole du remède. Le premier choc de la rentrée...
Mardi 12 février 2019 D’une affaire sordide saignant encore l’actualité de ses blessures, François Ozon tire l’un de ses films les plus sobres et justes, explorant la douleur comme le mal sous des jours inattendus. Réalisation au cordeau, interprétation à l’avenant. En...
Mardi 25 septembre 2018 Dans cette fresque révolutionnaire entre épopée inspirée et film de procédure, Pierre Schoeller semble fusionner "Versailles" et "L’Exercice de l’État", titres de ses deux derniers longs-métrages de cinéma. Des moments de haute maîtrise, mais aussi...
Lundi 5 février 2018 Drame familial anxiogène au réalisme brut et à l’interprétation terrifiante de vérisme, le premier long-métrage de Xavier Legrand offre à Denis Ménochet un rôle de monstre ordinaire le faisant voisiner avec le Jack Nicholson de "Shining" au...
Lundi 19 septembre 2016 Ébauche de renouveau pour Xavier Dolan qui adapte ici une pièce du dramaturge français Jean-Luc Lagarce, où un homme vient annoncer son trépas prochain à sa famille dysfonctionnelle qu’il a fuie depuis une décennie. Du maniérisme en sourdine et...
Mardi 29 septembre 2015 ​Une veuve et un mutilé de la Grande Guerre contractent un arrangement matrimonial dont chacun tire un avantage égal… jusqu’à ce que l’asymétrie des sentiments perturbe la donne. Avec ce double portrait de cœurs et de corps meurtris, Gilles...
Mardi 7 avril 2015 De Pierre Jolivet (Fr, 1h35) avec Olivier Gourmet, Valérie Bonneton…
Mardi 31 mars 2015 Même si elle traduit un certain regain de forme de la part de Benoît Jacquot, cette nouvelle version du roman d’Octave Mirbeau a du mal à tenir ses promesses initiales, à l’inverse d’une Léa Seydoux épatante de bout en bout. Christophe Chabert
Mardi 13 janvier 2015 Fatih Akin passe à côté de son évocation du génocide arménien, transformée en mélodrame académique sans souffle ni ampleur, comme si le cinéaste avait été paralysé par l’enjeu. Christophe Chabert
Mardi 16 décembre 2014 De Stéphane Demoustier (Fr, 1h35) avec Olivier Gourmet, Charles Merienne, Valeria Bruni Tedeschi…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter