La Tête haute

La Tête haute
De Emmanuelle Bercot (Fr, 2h) avec Rod Paradot, Catherine Deneuve, Benoît Magimel...

Portrait d’un adolescent en rupture totale avec la société que des âmes attentionnées tentent de remettre dans le droit chemin, le nouveau film d’Emmanuelle Bercot est une œuvre coup de poing sous tension constante, qui multiplie les points de vue et marie avec grâce réalisme et romanesque. Christophe Chabert

Malony est sans doute né sous une mauvaise étoile. Cela veut dire qu’en fait il y en a un, de doute, et Emmanuelle Bercot, c’est tout à son honneur, ne cherchera jamais à le dissiper. Il n’a que six ans, et le voilà déjà dans le bureau d’une juge pour enfants (lumineuse et passionnée Catherine Deneuve) qui sermonne une mère irresponsable (Sara Forestier, dont la performance archi crédible ne tient pas qu’à ses fausses dents pourries) prête à se débarrasser de cet enfant au visage angélique mais dont elle dit qu’il n’est qu’un petit diable.

à lire aussi : Elle s’en va

C’est la première séquence de La Tête haute, et elle donne le la du métrage tout entier : on devine que cette famille est socialement maudite, bouffée par la précarité, la violence et l’instabilité. Mais Bercot ne nous donnera jamais ce contrechamp potentiellement rassurant : jusqu’à quel point Malony est seul responsable de son sort, pris entre haine de soi et rancune envers les autres, attendant qu’on le prenne en charge tout en rejetant les mains qu’on lui tend ?

Cette scène d’ouverture est aussi emblématique de la mise en scène adoptée par Bercot : la parole y est puissante, tendue, explosive. Elle repose sur des chocs entre différents registres de langage irréconciliables, entre les codes du pouvoir, même bienveillant, et ceux de la rue, brutaux et rugueux. La caméra ne privilégie jamais les uns envers les autres et le choix d’un découpage extrêmement précis permet de donner à tous une importance égale dans les débats.

à lire aussi : Politique de la potiche

Gueule d’ange et petit démon

Ce qui devait arriver arrive : à 16 ans, Malony a pris la voie de la délinquance. Vols de voiture – sa spécialité – et violences sont au menu d’un comportement antisocial trahissant une rupture complète avec le monde, à commencer par les éducateurs spécialisés qui craquent face à cette boule de nerfs impulsive et manipulatrice. Conséquence logique : Malony va faire le tour des lieux de détention (centre éducatif renforcé, prison, centre éducatif fermé, une vraie carte des dispositifs disponibles pour la justice française) pendant que, de tous côtés, on s’active à lui trouver un avenir qu’il semble refuser avec obstination.

Ce portrait d’un adolescent imprévisible rejoint ceux qu’Emmanuelle Bercot aime peindre depuis ses premiers courts-métrages, où elle révélait Isild Le Besco comme elle fait ici éclater à l’écran le talent du jeune Rod Paradot, révélation éblouissante du film. Après la parenthèse ratée d’Elle s’en va, elle remet aussi son cinéma sur les rails d’un regard social réaliste et documentée de la France des laissés pour compte – Malony est le pendant cauchemardesque de la groupie névrosée de Backstage ou de l’étudiante prostituée incarnée par Déborah François dans le téléfilm Mes chères études.

Mais La Tête haute frappe surtout par la maturité d’écriture atteinte par la réalisatrice et sa capacité à pousser à l’incandescence émotionnelle les thèmes qui lui sont chers : en particulier la sexualité, toujours violente chez elle, qui prend ici une dimension bouleversante lors des scènes où Malony ébauche maladroitement une relation avec Tess, un garçon manqué débordant de tendresse pour lui. Il finira par baisser les armes pour la première, vaincu par cet amour dont il se méfie comme d’une chose étrange qu’il n’a jamais connue. Si les rares « Je t’aime » de La Tête haute sont si déchirants, c’est qu’ils sont toujours murmurés avec une pointe de honte, comme si déclarer ses sentiments était un aveu de faiblesse, une fêlure dans un mur d’orgueil et de virilité.

à lire aussi : Suzanne

Un droit chemin sinueux

La Tête haute est aussi une réponse remarquable aux accusations d’"angélisme" portées à la "gauche" (mais laquelle ?) sur les questions sociales. Mais c’est une réponse de cinéaste : si son héros est blond comme les blés, il côtoie au fil de ses périodes d’enfermement des jeunes de toute origine, et Bercot leur laisse la parole pour exposer les tensions réelles entre les communautés, les fossés infranchissables mais aussi les possibles passerelles qui peuvent les relier. Rien de didactique là-dedans, le réalisme documentaire étant sans cesse rapporté à l’itinéraire romanesque de Malony, les généralités effacées au profit des singularités irréductibles des personnages. À l’image du parcours de l’éducateur incarné par un Benoît Magimel retrouvé, loin de l’accent risible et du maquillage grotesque de Lederman dans Cloclo, le chemin vers la rédemption est une route sinueuse, pleine de virages dangereux dans lesquels, à tout instant, on peut verser dans le décor – et revenir à son point de départ.

On pourra toujours s’interroger sur la planche de salut choisie par Bercot pour esquisser un avenir à Malony (la famille, lieu de la malédiction initiale conjurée par une prise de conscience de ses propres responsabilités), mais elle n’enlève rien à la force du film, coup de poing à l’estomac dont on ne sort pas indemne.

La Tête haute
D’Emmanuelle Bercot (Fr, 1h59) avec Rod Paradot, Catherine Deneuve, Benoît Magimel, Sara Forestier…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 3 septembre 2019 Un seul être revient… et tout est dévasté. Cédric Kahn convoque un petit théâtre tchekhovien pour pratiquer la psychanalyse explosive d’une famille aux placards emplis de squelettes bien vivants. Un drame ordinaire cruel servi par des interprètes...
Jeudi 25 juillet 2019 Arnaud Desplechin retourne dans son Nord natal pour saisir le quotidien d’un commissariat de police piloté par un chef intuitif et retenu. Un polar humaniste où la vérité tient de l’épiphanie, et la parole du remède. Le premier choc de la rentrée...
Vendredi 19 avril 2019 Une grand-mère se démène pour empêcher son petit-fils de partir en Syrie faire le djihad. André Téchiné se penche sur la question de la radicalisation hors des banlieues et livre avec son acuité coutumière un saisissant portrait d’une jeunesse...
Lundi 13 novembre 2017 Elle est bègue ; il n’ose lui avouer qu’il ne sait pas lire. Malgré une foule de barrières, ils vont tenter de s’aimer. Pour sa première réalisation de long-métrage, Sara Forestier opte pour la complexité d’une romance abrupte nourrie de réel, de...
Mardi 15 septembre 2015 ​Récemment muté dans un petit village, un curé charmeur et beau parleur fait perdre la tête à ses paroissiennes. La sienne finira par rouler au fond d’un panier... Justement récompensé au Festival des Films du Monde de Montréal, le nouveau...
Mardi 1 septembre 2015 De Jaco van Dormael (Be/Fr/Lux, 1h50) avec Pili Groyne, Benoît Poelvoorde, Yolande Moreau, François Damiens, Catherine Deneuve…
Mardi 22 avril 2014 Rencontre dans une cour d’immeuble entre un gardien dépressif et une retraitée persuadée que le bâtiment va s’effondrer : entre comédie de l’anxiété contemporaine et drame de la vie domestique, Pierre Salvadori parvient à un équilibre miraculeux et...
Vendredi 10 janvier 2014 Derrière une intrigue de polar conduite avec nonchalance et un manque revendiqué de rigueur, les frères Larrieu offrent une nouvelle variation autour de l’amour fou et du désir compulsif. Si tant est qu’on en accepte les règles, le jeu se révèle...
Mercredi 11 décembre 2013 Peut-on faire un mélodrame sans verser dans l’hystérie lacrymale ? Katell Quillévéré répond par l’affirmative dans son deuxième film, qui préfère raconter le calvaire de son héroïne par ses creux, asséchant une narration qui pourtant, à plusieurs...
Jeudi 12 septembre 2013 D’Emmanuelle Bercot (Fr, 1h50) avec Catherine Deneuve, Camille…
Mercredi 26 juin 2013 De Diane Kurys (Fr, 1h50) avec Benoît Magimel, Mélanie Thierry, Nicolas Duvauchelle…
Vendredi 7 juin 2013 Après des débuts difficiles tant avec le public que la critique, Benjamin Biolay met pas mal de monde d’accord depuis quelques années. Ce qui lui vaut d’être désigné pote de cénacle des Gainsbourg, Bashung & co. Un artiste prolifique qui...
Mercredi 5 décembre 2012 De Michel Leclerc (Fr, 1h57) avec Félix Moati, Éric Elmosnino, Sara Forestier…
Jeudi 11 octobre 2012 Passant après le calamiteux épisode Langmann, Laurent Tirard redonne un peu de lustre à une franchise inégale en misant sur un scénario solide et un casting soigné. Mais la direction artistique (affreuse) et la mise en scène (bancale) prouvent que...
Vendredi 9 mars 2012 De Florent Emilio Siri (Fr, 2h28) avec Jérémie Renier, Benoît Magimel, Sabrina Seyvecou...
Lundi 27 février 2012 De Jean Dujardin, Gilles Lellouche, Michel Hazanavicius, Emmanuelle Bercot, Éric Lartigau, Alexandre Courtès, Fred Cavayé (Fr, 1h48) avec Jean Dujardin, Gilles Lellouche…
Mardi 12 juillet 2011 De Christophe Honoré (Fr, 2h15) avec Catherine Deneuve, Chiara Mastroianni, Ludivine Sagnier…
Vendredi 18 mars 2011 De Thierry Klifa (Fr, 1h45) avec Catherine Deneuve, Nicolas Duvauchelle…
Lundi 29 novembre 2010 De Marc Esposito (Fr, 1h45) avec Edouard Baer, Benoît Magimel…
Jeudi 4 novembre 2010 Acteurs / Le cinéma de François Ozon affiche ouvertement son fétichisme cinéphile ; chez lui, la citation doit être littérale, incarnée, et les acteurs doivent (...)
Jeudi 4 novembre 2010 Cinéma / Pour son déjà douzième long-métrage, l’insaisissable François Ozon s’empare d’une pièce de boulevard signée Barillet et Grédy, pour en tirer une adaptation très libre, politique, drôle et mélancolique, au casting parfait et à la mise en...
Jeudi 22 mai 2008 Avec cette tragi-comédie familiale aux accents mythologiques, Arnaud Desplechin démontre à nouveau qu’il est un immense cinéaste, entièrement tourné vers le plaisir, le romanesque et le spectacle. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter