"X-Men : Apocalypse" : le boss, c'est Bryan Singer !

X-Men Apocalypse
De Bryan Singer (ÉU, 2h23) avec James McAvoy, Michael Fassbender...

En mettant ses mutants aux prises avec le premier d’entre eux, Apocalypse, Bryan Singer boucle une seconde trilogie des X-Men épique. Et montre que, de tous les réalisateurs de productions Marvel déferlant sur les écrans ces temps-ci, c’est bien lui le patron.

Lorsqu’une franchise achemine sur les écrans son huitième opus en seize années d’existence, le plus docile et bienveillant des spectateurs est fondé à émettre quelques inquiétudes quant à la pertinence du film. Heureusement, il existe des exceptions ; des sagas parvenant à coups de rebondissements intrinsèques à dépasser le stade de la “suite” et de la resucée, sachant se réinventer ou créer une singularité – James Bond en est un parangon.

Dans le vaste univers Marvel (en expansion continue), la tradition (du tiroir-caisse) impose à une série de se développer par ramifications autour de ses personnages-phares, puis de faire tabula rasa en lançant un reboot… tout en s’affadissant. Sauf pour X-Men, îlot d’exception dans un océan tanguant vers les rivages du morne ordinaire. Oh, cela ne signifie pas que l’ensemble de l’octalogie mérite d’être portée aux nues (un ventre mou modelé par Brett Rattner et Gavin Hood la plombe), mais elle présente, outre sa remarquable longévité, une capacité à absorber ses propres spin-off (Wolverine) et reboots (Days of Future Past) pour les fondre dans une masse paradoxalement homogène.

Et si, face à X-Men : Apocalypse, on a l’impression d’une continuité qualitative, d’une réelle cohérence artistique, c’est sans doute parce qu’il y a au scénario et derrière la caméra celui qui officiait déjà au lancement du premier volet en 2000, Bryan Singer.

Les X-Men plus forts que Captain America !

Loin de considérer les X-Men comme un filon d’adamantium s’exploitant jusqu’à épuisement, le cinéaste a pensé en profondeur la franchise. Depuis qu’il l’a reprise en mains en 2011 en co-écrivant et produisant X-Men : Le Commencement, il accomplit ce que Richard Donner, Tim Burton ou Sam Raimi ont fait avec Superman, Batman et Spider-Man avant lui : percevoir dans les super-héros autre chose que des gens en collants, dont les aventures pouvaient inspirer un matériau narratif audiovisuel en rupture avec le tout-venant, mais sans tout sacrifier au spectaculaire pur. Une authentique vision de réalisateur, hélas trop peu partagée.

Pour s’en convaincre, il suffit de comparer ce X-Men avec une autre adaptation de comics Marvel sortie il y a peu, l’épouvantable Captain America : Civil War de Anthony et Joe Russo. Semblant suivre la doctrine Michael “Transformers” Bay, les deux abominables précités privilégient des enchaînements de combats interminables et des punchlines faisandées, au détriment d’une intrigue solide. Tourné pour Disney, désormais propriétaire de la marque Marvel, leur film n’arrive pas au pneu du Professeur Xavier – lequel, avec les X-Men, résiste encore (pour combien de temps) chez Fox à l’irrésistible et inéluctable absorption par la firme de Burbank. Même Sony a dû se résoudre à laisser filer son tisseur de toiles pour une apparition en forme d’énième reboot (dans Captain America, justement) qui crétinise le personnage en le renfermant dans une sphère régressive.

Humains, après tout

A contrario, Singer s’applique à déniaiser ses héros, en les plaçant face à une conception du monde plus abrupte. Il creuse leurs failles ; va rechercher l’humain dans les mutants plutôt qu’érotiser à outrance la démonstration de leurs pouvoirs hors normes. Magnéto et Xavier vont souffrir, (re)vivre des traumatismes, éprouver l’injustice de la perte pour apprendre à la surmonter – les Avengers ne sont pas près d’arriver à ce degré de subtilité philosophique, trop occupés à se mettre des peignées surhumaines.

Le mutant chez Singer n’a pas uniquement à se placer face au non-mutant : il doit se positionner en fonction de sa conscience et de son passé, dans l’épaisseur de son être. Son rapport au temps, à la mise en perspective de l’Histoire (et de sa propre histoire), constitue la base de la seconde trilogie X-Men. Singer continue à s’inspirer de la chronologie humaine pour étayer son uchronie mutante, trouvant dans chaque fait avéré un interstice permettant de poursuivre son récit parallèle avec une certaine logique : ici, après l’évocation de la Seconde Guerre mondiale et celle du Viêt Nam, c’est au tour de la Guerre des Étoiles (correspondant à la période de tension maximale entre les États-Unis et l’URSS en 1984) de servir de toile de fond.

Collant à ce point à notre réalité, Singer insiste pour lier les mutants à la communauté humaine, les intégrant de fait, abolissant donc toute déification de ses héros. Là encore, il demeure bien le seul dans sa catégorie…

X-Men : Apocalypse de Bryan Singer (E.-U., 2h23) James McAvoy, Michael Fassbender, Jennifer Lawrence…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 24 avril 2019 Les Avengers s’unissent pour défaire l’œuvre destructrice de Thanos. Après un "Infinity War" en mode “demande à la poussière“, ce "Endgame" boucle (quasiment) par un grand spectacle philosophique la 3e phase de l’univers cinématographique Marvel.
Lundi 14 janvier 2019 Sorti du purgatoire avec "The Visit" (2016), M. Night Shyamalan signe un combo magique avec cette double suite d’"Incassable" (2000) et de "Split" (2016) réunissant James McAvoy, Bruce Willis et Samuel L. Jackson. Un véritable thriller...
Mardi 4 juillet 2017 Retour à une forme plus narrative pour le désormais prolifique Terrence Malick, qui revisite ici, avec des grands noms (Natalie Portman, Ryan Gosling, Michael Fassbender,  Rooney Mara...), le chassé-croisé amoureux dans une forme forcément...
Mardi 9 mai 2017 Après une patiente incubation, Ridley Scott accouche, avec "Alien : Covenant", de son troisième opus dans la vieille saga "Alien" (débutée en 1979), participant de son édification et de sa cohérence. Cette nouvelle pièce majeure semble de surcroît...
Mardi 28 février 2017 Confirmation d’une tendance : les dérivations des X-Men surclassent les recombinaisons des Avengers. James Mangold le prouve à nouveau dans ce western crépusculaire poussant un Wolverine eastwoodien dans ses tranchants retranchements – au bout de...
Mardi 20 décembre 2016 Le jeu vidéo culte trouve une nouvelle vie au cinéma grâce à Justin Kurzel et des stars comme Michael Fassbender, Marion Cotillard ou encore Jeremy Irons. Sauf que cette vie-là tombe totalement à plat.
Mardi 20 décembre 2016 Après avoir campé dans "Steve Jobs" un créateur d’ordinateur, Michael Fassbender endosse pour l’adaptation du jeu vidéo "Assassin’s Creed" le double rôle de Cal et d’Aguilar, coiffant en sus la casquette de coproducteur. Il mise gros jeu…
Mardi 2 février 2016 Après s’être notamment égaré en racontant les tribulations gore d’un randonneur se sciant le bras pour survivre (“127 heures”), Danny Boyle avait besoin de se rattraper. Il fait le job avec une évocation stylisée du patron d’Apple, première...
Mardi 3 février 2015 De Lenny Abrahmson (Irl, 1h35) avec Michael Fassbender, Domhnall Gleeson, Maggie Gyllenhaal…
Mardi 30 septembre 2014 C’est un peu la nouvelle qui va mettre du baume au cœur aux nostalgiques de l’âge d’or du rap français : Ill et Cassidy, alias les X-Men, légendaire duo de (...)
Mardi 20 mai 2014 Pour son retour à la mythologie X-Men, Bryan Singer signe un blockbuster stimulant visuellement, intellectuellement et politiquement, où il se plaît à courber l’espace et le temps, dans sa narration comme dans la chair de ses plans. Christophe...
Mercredi 15 janvier 2014 Après "Hunger" et "Shame", Steve McQueen adapte l’histoire vraie de Solomon Northup, homme libre devenu esclave, mais hésite entre grande forme hollywoodienne et effets de signature, entre son héros au parcours édifiant et l’esclavagiste fascinant...
Mardi 12 novembre 2013 La rencontre entre Cormac McCarthy et le vétéran Ridley Scott produit une hydre à deux têtes pas loin du ratage total, n’était l’absolue sincérité d’un projet qui tourne le dos, pour le meilleur et pour le pire, à toutes les conventions...
Vendredi 16 décembre 2011 La rivalité entre Freud et son disciple Carl Gustav Jung, un sujet complexe mais idéal pour David Cronenberg, qu’il rend passionnant pendant 45 minutes, avant de laisser la main à son scénariste, l’académique Christopher Hampton. Christophe Chabert
Vendredi 2 décembre 2011 Révélé par l’uppercut Hunger, le tandem Steve McQueen (réalisateur) et Michael Fassbender (acteur) enfonce le clou avec Shame, portrait entre extase et agonie d’un trader atteint de dépendance sexuelle, porté par un geste de cinéma extraordinaire de...
Mardi 24 mai 2011 Sous l’impulsion de Matthew Vaughn et de son producteur Bryan Singer, ce reboot de la saga mutante a le mérite de poser de bonnes questions, et nous venge avec les honneurs des récents blockbusters super-héroïques. François Cau
Jeudi 10 septembre 2009 Pour son deuxième long-métrage, Andrea Arnold filme à juste distance du style et du réalisme la quête identitaire et familiale d’une ado sauvage qui se rêve danseuse de hip-hop. La révélation de la rentrée. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X