"Razzia" : Casablanca avant le chaos ?

Razzia
De Nabil Ayouch (Bel-Fr, 1h59) avec Maryam Touzani, Arieh Worthalter...

Après "Much Loved", Nabil Ayouch poursuit son auscultation des fractures du Maroc contemporain. Derniers instants avant le cataclysme dans un Casablanca qui n’a plus rien à voir avec l’image idéalisée par Michael Curtiz en 1942.

Maroc, entre les montagnes de l’Atlas et Casablanca, en 1982 et 2015. Portraits croisés de plusieurs personnages en proie au durcissement du régime et des mœurs, aux préjugés, alors que le religieux gagne du terrain et que les différences sociales mènent à un inévitable chaos…

Cette manière de brasser les époques et les protagonistes autour d’une communauté de destins (et de cet événement final annoncé par le titre, cristallisant les tensions, rancœurs et humiliations accumulées) rappelle le "cinéma-choral" à la Alejandro González Iñárritu ou le Magnolia de Paul Thomas Anderson. Mais Nabil Ayouch ne le fait pas glisser vers ce panhumanisme lyrique à la mode il y a une dizaine d’années. Les temps ont changé ; un voile de désenchantement s’est abattu sur le monde, douchant les espérances. Y compris celles suscitées par les Printemps arabes.

Au feu

Jadis apprécié à Rabat pour l’aura internationale dont ses œuvres bénéficiaient, Nabil Ayouch est passablement tombé en disgrâce avec Much Loved (2015), intransigeante chronique montrant le quotidien de prostituées marocaines – une réalité que d’aucuns auraient hypocritement aimé occulter et dont la publicité a suscité d’effroyables remous. Avec sa coscénariste (et interprète) Maryam Touzani, le cinéaste poursuit incontinent dans ce film creusant à la racine des trémulations contemporaines, remontant à l’origine de la violence : quand l’arabe chasse le berbère dialectal à l’école, la religion s’invite insidieusement et la division contamine les esprits. Une "petite" concession aux conséquences dignes d’un tsunami une trentaine d’années plus tard.

Razzia révèle une ville, Casablanca, à deux doigts d’atteindre son point de rupture. Assumer sa liberté de femme dans l’espace public (et même privé) relève de la gageure : quolibets, menaces et intimidations saluent celle qui ose marcher tête et jambes nues, allumer sa cigarette – il ne s’agit pas de prévention du tabagisme. Dans cette société de plus en plus fractionnée, où l’on craint de s’afficher avec des juifs par peur du qu’en-dira-t-on, où la jeunesse dorée rivalise d’arrogance face à une plèbe à bout de nerfs, la moindre étincelle peut tout embraser. Et il y a beaucoup de vendeurs d’allumettes à la sauvette…

Razzia
de Nabil Ayouch (Fr-Bel-Mar, 1h59) avec Maryam Touzani, Arieh Worthalter, Abdelilah Rachid…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 9 octobre 2018 Le portrait plein de vie d’une adolescente née garçon luttant pour son identité sexuelle et pressée de devenir femme. Une impatience passionnée se fracassant contre la bêtise à visage de réalité, filmée avec tact et transcendée par l’interprétation...
Mardi 15 septembre 2015 Salué dans tous les festivals où il est projeté, le nouveau film de Nabil Ayouch parle avec force et subtilité d’amours occultes et tarifées, mais aussi de la condition féminine. À votre avis, laquelle des deux thématiques lui a valu une censure...
Mardi 1 septembre 2015 Cette rentrée 2015 ressemble à une conjonction astronomique exceptionnelle : naines, géantes, à période orbitale longue ou courte, toutes les planètes de la galaxie cinéma s’alignent en quelques semaines sur les écrans. Sortez vos télescopes !...
Lundi 18 février 2013 De Nabil Ayouch (Maroc-Fr-Bel, 1h55) avec Abdelhakim Rachid, Abdelilah Rachid, Hamza Souideq...
Mercredi 19 octobre 2005 S’il fait partie des touts premiers films réalisés par Stanley Kubrick, L’Ultime Razzia, splendide épure de film noir, n’en reste pas moins déjà stupéfiant de maîtrise et d’humanité. Damien Grimbert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter