Critiques ciné : les films sortis en salles la semaine du 22 février 2023

À l'affiche / À voir cette semaine dans les cinémas de Grenoble : "The Fabelmans", "Petites", "Les choses simples", "À la belle étoile", "Arrête avec tes mensonges", "L'Homme le plus heureux du monde", "Last dance"...

À voir

★★★☆☆ Petites 

Enceinte à 16 ans, Camille est retirée de la garde de sa mère immature et placée dans un foyer spécialisé pour futures (et jeunes) mères. Elle y sympathise avec Alison, luttant elle aussi contre ses démons, et poursuit sa grossesse sous le regard exigeant mais attentif de Nadine, une éducatrice passionnée…

à lire aussi : "The Fabelmans" de Steven Spielberg : Portrait de (et par) l’artiste en jeune homme

On retrouve dans cette chronique d’une construction en milieu social un peu de l’esprit de Placés de Nessim Chikhaoui (2022) – d’ailleurs Lucie Charles-Alfred, l’interprète d’Alison, y campait aussi l’une des résidentes ; même si elle est très crédible, il ne faudrait pas qu’elle s’enferme dans ce registre. Sans juger ses personnages, Julie Lerat-Gersant décrit une suite de situations balayant très largement la problématique de la maternité jeune et trop jeune, plus souvent subie que désirée. Son portrait de Camille est touchant car il la montre quittant l’enfance pour devenir plus adulte que sa propre mère, en dépit – ou grâce à – de nombreux coups durs. Pili Groyne a l’aplomb du rôle ; Romane Bohringer (dans la peau de l’éducatrice) l’indignation authentique et la sincérité passionnée.

à lire aussi : Critiques ciné : les films sortis en salles la semaine du 15 février 2023

De Julie Lerat-Gersant (Fr., 1h30) avec Pili Groyne, Romane Bohringer, Victoire Du Bois…


★★★☆☆ Les Choses simples

Grand patron érigé en modèle absolu de réussite, Vincent est dépanné sur une route de montagne par Pierre, un scientifique bougon vivant en ermite, dont la frugalité semble lui faire reconsidérer le sens des priorités. Une rencontre loin d’être fortuite : les deux hommes se cachant l’un à l’autre de petits secrets…

D’emblée, tout cela semble cousu de fil blanc : suivant la promesse du titre, le capitaine d’industrie au bout du rouleau est appelé à renouer avec "les choses simples" – l’omelette cuite dans l’âtre la nuit dans la cahute en bois, etc. – façon Le Bonheur est dans le pré auprès d’un ours en apparence idéaliste. Mais le film s’écarte peu à peu des chemins du prévisible et transforme le profiteur avançant masqué en catalyseur du bonheur de son hôte… ce qui lui permettra de tirer un bénéfice indirect de son bienfait désintéressé. Tout cela prend finalement l’allure d’un conte philosophique, comme souvent chez Éric Besnard qui semble s’être fait une spécialité des tournages en Auvergne-Rhône-Alpes, des histoires avec personnages "vases-communicants", du feu comme deus ex machina et de Grégory Gadebois (toujours parfait pour incarner les valeurs naturelles et telluriques). Il s’agit d’ailleurs pour Lambert Wilson d’un partenaire moins étouffant que Luchini dans Alceste à bicyclette de Philippe Le Guay, auquel cette bromance fait fatalement penser.

De Eric Besnard (Fr., 1h35) avec Lambert Wilson, Grégory Gadebois, Marie Gillain…


★★★☆☆ À la belle étoile 

Passionné par la pâtisserie depuis son enfance, Yazid a l’ambition d’en faire son métier au plus haut niveau. Mais le chemin sera long et rude, du foyer champenois où il est hébergé (la faute à une mère défaillante) jusqu’au championnat du monde de pâtisserie, via l’apprentissage dans les palaces…

Biopic à peine romancé du chef Yazid Ichemrahen, ce premier film de Sébastien Tulard n’est pas sans évoquer le récent Divertimento consacré aux sœurs Ziouani – que leur vocation et leur talent musical avaient rendu victorieuses du déterminisme social (pour condenser). Autre point commun : à l’instar de Marie-Castille Mention Schaar, le réalisateur a ici recours à un procédé purement cinématographique afin de matérialiser l’inspiration et les émotions de son protagoniste, rappelant celles vues dans Ratatouille (2007). Les produits, recettes et gestes sont ainsi magnifiés, valorisant tout le potentiel créatif de cette discipline. Notons également une jolie distribution donnant de la saveur à l’ensemble. En premier chef (ha ha) Riadh Belaïche, venu du web – où il est connu en tant que Just Riadh –, qui endosse la toque et le rôle principal avec une belle aisance. À ses côtés, deux comédiens inattendus dans des emplois d’opposants : Loubna Abidar effrayante en mère dysfonctionnelle et Estéban, remarquable en ordure absolue.

De Sébastien Tulard (Fr., 1h50) Avec Riadh Belaïche, Loubna Abidar, Pascal Légitimus…


On s’en contente

★★☆☆☆ Arrête avec tes mensonges 

Répondant à une commande pour une marque de cognac, l’écrivain Stéphane Belcourt revient dans sa ville d’enfance où il n’a plus remis les pieds après son premier chagrin d’amour avec Thomas. Il y fait la connaissance de Lucas, le fils de Thomas. Des flots d’émotions et de souvenirs l’envahissent alors…

Adaptation d’un roman de Philippe Besson largement teinté d’autobiographie, cette histoire à cheval sur deux époques se devrait d’être dévorée par de la nostalgie mélancolique, du souvenir délavé, l’impression de deviner des traces de l’amour passé dans les traits du fils. Las ! Olivier Peyon a choisi d’inonder son récit de flashbacks, actualisant avec force images ce qui aurait dû rester évanescent et supposé dans l’esprit du spectateur, créant de fait comme un autre film dans le film. Peut-être aurait-il fallu Ozon pour susciter davantage de trouble ou d’ambiguïtés ? Si l’on veut bien sauver Victor Belmondo en fiston au mobile incertain et Guilaine Londez en chargée de communication couteau-suisse, on est guère convaincus par la composition d’un Guillaume de Tonquédec aussi émouvant qu’une tôle.

De Olivier Peyon (Fr., 1h45) avec Guillaume de Tonquédec, Victor Belmondo, Guilaine Londez…


★★☆☆☆ L'Homme le plus heureux du monde 

À Sarajevo, Asja participe à un gigantesque speed dating ludique pour trouver un partenaire. Celui qui lui a été assigné s’avère être Zoran, un homme de son âge dévoré d’angoisses et de culpabilité. Et pour cause : dans l’ex-Yougoslavie, ces deux-là ont quelques points en commun…

La réalisatrice du prodigieux et iconoclaste Dieu existe, son nom est Petrunya (2019) nous offre ici une bien rude déception. Montrant les retrouvailles quelques années après la fin d’une guerre civile entre une victime et son bourreau et les retournements de position qui s’ensuivent, ce succédané de huis clos théâtral s’avère (hélas…) archi vu et revu : La Jeune fille et la mort d’Ariel Dorfman porté à l’écran par Polanski (1994) reposait sur une trame identique. Alors oui, on comprend la problématique philosophique : illustrer la difficile, voire impossible réconciliation entre les ennemis mortels de jadis, alors que les passifs n’ont pas été soldés. Et accentuer la tragique ironie de la situation en l’emballant dans l’artifice d’un mariage arrangé à l’échelle industrielle. Ça aurait pu fonctionner s’il n’y avait eu cette idée de casser le crescendo dramatique à coup de valses-hésitations pour donner une illusion de cas de conscience. Résultat ? Un long-métrage erratique et convenu comme une mauvaise pièce à message. Mieux vaut un court prenant aux tripes.

De Teona Strugar Mitevska (Macé.-Bel.-Slo.-Dan.-Dan.-Cro.-Bos.-Herz., 1h35) avec Jelena Kordic, Adnan Omerovic, Labina Mitevska…


★★☆☆☆ Last Dance 

Lady Vinsantos est une drag queen réputée de la Nouvelle Orléans, qui a même ouvert une école pour enseigner son art. Mais la cinquantaine venue, Vince envisage de raccrocher. Auparavant, il prépare sa succession et surtout son ultime spectacle qui sera joué à Paris…

Des adieux à la scène avant qu’il ne soit trop tard ? Voilà qui pourrait témoigner d’un sens de la dignité dont beaucoup d’artistes pourraient s’inspirer. Sauf que ce documentaire, pas vraiment sur le retrait ni la discrétion, tient plutôt de l’ego trip ou de l’hagiographie de Vince/Lady Vinsantos. Certes, le parcours individuel de ce showman/entrepreneur est singulier (issu d’un foyer plutôt aisé et compréhensif, homo mais père très jeune, appartenant à une génération n’ayant pas succombé au sida ni à la drogue…) mais le film est d’un effarant classicisme ; sa chance est de sortir en plein pendant l’engouement pour les drags. Pour plus d’originalité, on recommandera plutôt le court Mother’s d’Hippolyte Leibovici par exemple.

Documentaire de Coline Abert (Fr., 1h40) avec Vinsantos DeFonte…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 28 janvier 2021 Le spectacle vivant, c'est leur métier : à défaut de pouvoir se produire en public, les compagnies de théâtre et de danse réfléchissent à leur avenir, continuent parfois de travailler et attendent impatiemment un retour à la normale. Nous sommes...
Lundi 25 septembre 2017 Le metteur en scène grenoblois de la Fabrique des petites utopies revient avec un spectacle interprété par des circassiens et des comédiens dans lequel le jeu d'échecs permet d'aborder des questions plus larges et contemporaines.
Lundi 18 juillet 2016 Entre le 27 et le 31 juillet, c'est à Saint-Antoine-l'Abbaye que ça se passe. Avec notamment la reprise de deux excellents spectacles créés l'an passé à Grenoble (ou aux alentours).
Lundi 18 avril 2016 Cinéaste aux inspirations éclectiques (mais à la réussite fluctuante), Christophe Honoré jette son dévolu sur deux classiques de la Comtesse de Ségur pour une surprenante adaptation à destination des enfants autant que des adultes… Vincent Raymond
Mercredi 17 février 2016 Pendant ces vacances scolaires, on a rendez-vous à Villard-Bonnot pour découvrir la quasi totalité des films visibles de 3 à 15 ans sortis depuis le début de l’année. Dont des excellents. Vincent Raymond
Mardi 22 décembre 2015 Cette année, deux spectacles de théâtre nous ont fait un bien fou. Et un ponte de la danse a dû faire ses cartons.
Mardi 1 décembre 2015 Pendant quinze jours, le fameux camion-théâtre de la compagnie grenobloise La Fabrique des petites utopies de Bruno Thircuir va ouvrir ses portes à diverses compagnies et esthétiques en plein parc Paul-Mistral. Une sorte d'avant-goût d'un projet...
Mardi 17 mars 2015 Avec son adaptation du roman "Rue des voleurs" de Mathias Énard, Bruno Thircuir de la Fabrique des petites utopies livre un spectacle sur un héros « prisonnier de sa condition de jeune arabe de Tanger, de l’Histoire coloniale, de la peur de...
Mardi 1 avril 2014 Une partie du travail du metteur en scène grenoblois Bruno Thircuir de la Fabrique des petites utopies était volontairement frontal, dans le but de (...)
Jeudi 28 mars 2013 Le Grenoblois Bruno Thircuir et sa Fabrique des petites utopies sont de retour avec "Nous sommes tous des K", repas-spectacle populaire basé sur un texte de Kakfa qui sera joué dans plusieurs lieux de l’agglo les semaines à venir. Rencontre avec le...
Vendredi 7 octobre 2011 DANSE/ Deux propositions chorégraphique cette semaine. La première, jeudi, à la Rampe. La médiatiquement très discrète Maryse Delente présentera deux de ses (...)
Vendredi 18 mars 2011 Avec "Les enfants d’Icare", la Fabrique des Petites Utopies poursuit inlassablement son exploration des cultures lointaines et incite tous les publics à la contemplation onirique. FC
Lundi 22 novembre 2010 Armée d’une volonté à toute épreuve (il fallait bien ça), l’équipe de la Fabrique des Petites Utopies inaugure ce samedi le Caravansérail, pôle d’art nomade situé au cœur du quartier Mistral. Point sur la genèse d’un lieu encore en préfiguration....
Lundi 4 octobre 2010 La Fabrique des petites utopies de Bruno Thircuir, l’une des compagnies locales les plus intéressantes, va poser ses valises au Grand Angle de Voiron (...)
Lundi 29 mars 2010 Si l’on n’avait pas spécialement accroché à Tour Babel, la dernière création un brin facile de La Fabrique des Petites Utopies présentée en octobre dernier, rien (...)
Lundi 1 décembre 2008 Alors que le vingt-et-unième siècle est à peine entamé, Bruno Thircuir, ancien collaborateur de Chantal Morel, décide d’impulser à sa jeune compagnie, La Fabrique (...)
Vendredi 28 novembre 2008 À travers le destin d’une jeune fille de treize ans, Bruno Thircuir et sa compagnie La Fabrique des petites utopies évoquent les drames ordinaires de l’immigration. C’est "Kaïna Marseille", et c’est tout simplement glaçant. Aurélien Martinez
Jeudi 27 novembre 2008 Auteur, metteur en scène et comédienne, Catherine Zambon a écrit le texte qui a servi de matériau à la Fabrique des petites utopies. Propos recueillis par AM
Mercredi 23 novembre 2005 Ambitieux galop d'essai du Nouveau Théâtre de Création, l'adaptation de “Manque” de Sarah Kane marque le retour de la Fabrique des Petites Utopies à une forme nécessairement plus intime. François Cau
Mercredi 11 janvier 2006 Si vous nous suivez un brin, vous avez dû vous en rendre compte : on suit avec fidélité le travail de Bruno Thircuir et de la Fabrique des Petites (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X