Piles électriques

Aurélien Martinez | Mercredi 4 juillet 2012

Franz Ferdinand (photo) et Two Door Cinema Club sont deux groupes qui, chacun dans leur genre, arrivent transformer n'importe quelle foule un brin éreintée en une armée de clubbers surexcités. Car Franz Ferdinand, c'est du rock écossais qui sonne comme du rock tout court, avec une certaine tendance à produire des tubes à la pelle. Et car Two Door Cinema Club, c'est du pop-rock nord-irlandais aux entournures électro, qui assume son côté terriblement jovial et bondissant. Deux machines de guerre en concert (avec une très nette avance pour les premiers, expérience oblige – ils ont trois albums au compteur, quand les jeunots en sont à leur premier), parfaites pour la configuration gigantesque de Musilac.

Franz Ferdinand, le samedi à 22h

 

Two Door Cinema Club, le dimanche à 20h

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Grand bain musical à Musilac

Festival | Vieilles gloires, valeurs sûres, piliers de festoche, jeunes pousses, smoothies de genres et autres étrangetés à découvrir : le festival lacustre Musilac, prévu du jeudi 12 au dimanche 15 juillet à Aix-les-Bains (Savoie), va baigner l'été musical d'un éclectisme qui attire les foules comme les amateurs éclairés, jusqu'à les confondre. La preuve avec la programmation détaillée par jour.

Stéphane Duchêne | Mardi 19 juin 2018

Grand bain musical à Musilac

Old Wave le jeudi D'une certaine manière, s'il fallait un hymne en ouverture de cette édition 2018 de Musilac, il pourrait consister en trois bouts de refrains se répondant depuis le fin fond des âges 80 ; quand les uns martèleraient « I Just can't get enough », les autres répondraient « Don't you forget about me » ou « Always the sun ». Car, on l'aura compris, c'est une soirée très marquée "ressac de la new wave" que celle du jeudi, avec Depeche Mode, Simple Minds et The Stranglers – quand bien même les carrières de chacun de ces groupes britanniques n'auraient pas résisté d'égale manière au passage du temps. Pour le reste, on notera que J. Bernardt, transfuge des Belges de Balthazar, remplacera numériquement son collègue Warhaus, présent l'an dernier ce même soir ; que le rock indé répondra présent avec le Stroke Albert Hammond Jr. (le meilleur d'entre eux, sans doute), Findlay et The Mistery Lights ; que les amateurs de bizarrerie en auront pour leur compte avec le black metal-gospel-blues de Z

Continuer à lire

Phoenix au sommet de la hype

MUSIQUES | Les Français de Phoenix se produiront mardi soir à la MC2, à guichets fermés – qui a dit que le public hexagonal les boudait ? Ils seront accompagnés des prometteurs Two Door Cinema Club et leur électro-pop virale.

Aurélien Martinez | Vendredi 12 mars 2010

Phoenix au sommet de la hype

Pitchfork, le site internet américain de référence en matière de hype musicale, l’a affirmé péremptoirement : avec Wolfgang Amadeus Phoenix, les Français de Phoenix ont signé le huitième meilleur album de l’année 2009, et deux de leurs singles (Lisztomania et 1901) comptent parmi les dix titres que l’on se devait d’aimer l’année dernière (juste derrière les vénérés Animal Collective et les Américains de Dirty Projectors) sous peine de paraître ringard. Ça en jette pour des bouffeurs de grenouilles. Car c’est un fait : les gars de Phoenix sont adulés outre-Atlantique (ils ont été le premier groupe hexagonal à jouer en live sur le plateau du cultissime Saturday Night Live, et ont même gagné le Grammy du meilleur album alternatif de l'année, devant des monstres comme Depeche Mode ou Brian Eno), mais presque méprisés dans leur pays natal qu’est notre douce France (ils étaient absents des Victoires de la musique, les organisateurs leur ayant préféré dans la catégorie enregistrement de musiques électroniques ou dance de l’année Air, Birdy Nam Nam, Wax Tailor… et David Guetta !). Nul n’est prophète

Continuer à lire