Electrochoc, puissance 12

Festival | Zoom sur la nouvelle édition du « festival de musiques électroniques et arts numériques » organisé jusqu’au samedi 8 avril à Bourgoin-Jallieu.

Damien Grimbert | Jeudi 30 mars 2017

Lancer un festival dédié aux musiques électroniques et aux arts numériques à Bourgoin-Jallieu, ce n'était pas forcément gagné d'avance. Mais avec désormais douze éditions à son actif, force est de reconnaître qu'Electrochoc, lancé à l'initiative de la "scène de musiques actuelles" Les Abattoirs, a bel et bien remporté son pari.

En optant pour le parti pris d'une programmation ouverte et fusionnelle, axée avant tout sur le mélange des genres (électro et rock, électro et hip-hop, électro et world) ainsi que la présence de têtes d'affiche fédératrices (cette année les Puppetmastaz et Skip&Die), le festival s'est ainsi imposé progressivement en outsider de choix dans la région.

Ce qui ne l'empêche pas quand l'envie lui prend de défendre aussi à l'occasion une ligne artistique plus ambitieuse comme le démontre la venue ce vendredi 7 avril de l'excellente formation Konono n°1 (en photo), orchestre polyrythmique iconoclaste de République Démocratique du Congo à l'époustouflante présence scénique. Fondé dans les années 1960 à Kinshasa, puis redécouvert il y a maintenant une douzaine d'année avec la sortie remarquée de leur premier album Congotronics, Konono n°1 est l'auteur d'une musique bricolée et électrifiée d'une puissance de feu littéralement sidérante, qu'on se réjouit déjà de pouvoir découvrir en live.

Festival Electrochoc
Aux Abattoirs (Bourgoin-Jallieu)​ jusqu'au samedi 8 avril

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Electrochoc : ça commence ce samedi à Bourgoin-Jallieu

Festival | C’est ce samedi 25 mars que démarre la 12e édition d’Electrochoc, festival organisé à l’initiative des Abattoirs de Bourgoin-Jallieu et centré sur « les (...)

Aurélien Martinez | Mardi 21 mars 2017

Electrochoc : ça commence ce samedi à Bourgoin-Jallieu

C’est ce samedi 25 mars que démarre la 12e édition d’Electrochoc, festival organisé à l’initiative des Abattoirs de Bourgoin-Jallieu et centré sur « les musiques électroniques hybrides et les arts numériques ». Au programme, le live de l’Américain globe-trotter Filastine, à mi-chemin entre world, électro et bass music, et le DJ-set du Parisien Don Rimini (photo), grand passionné de house américaine et auteur du fameux tube Let Me Back Up. Programme complet sur www.electrochoc-festival.com

Continuer à lire

Puppetmastaz, un dernier tour et puis s’en vont ?

MUSIQUES | Le groupe de hip hop allemand nous avait amusés à ses débuts. Mais treize années plus tard, il nous lasse... On ne sera donc pas à la Belle électrique le mercredi 26 octobre.

Damien Grimbert | Mardi 18 octobre 2016

Puppetmastaz, un dernier tour et puis s’en vont ?

Certes, en 2003, à la sortie de Creature Funk, premier album des Allemands de Puppetmastaz, on avait trouvé ça "sympa". Les instrus électro-hip-hop teintées de sons de jeux vidéo, le concept des rappeurs marionnettistes, l’affiliation avec le très bon Chilly Gonzales… Une bonne blague potache quoi. Sauf que comme toutes les plaisanteries, les meilleures sont les plus courtes. Car en 2016, soit treize années, cinq albums supplémentaires et on ne sait combien de tournées plus tard, on se demande franchement pourquoi tout ça existe encore. La formule n’a pas bougé d’un iota (à l’exception des productions, désormais délestées de leur dimension électro – pas forcément l‘idée du siècle), tout tourne à vide depuis une bonne dizaine d’années au moins, et l’anachronisme avec le reste de la constellation rap, qui a de son côté évolué à la vitesse de la lumière, est profondément dérangeant. Bref, Puppetmastaz, en 2016, c’est kitsch, de mauvais goût, sans intérêt musical et limite embarrassant pour qui s’intéresse même de très loin au rap. Après, si vous aimez les spectacles de marionnettes moches et l’humour lourdingue, hey, faites-vous plaisi

Continuer à lire

Avis de tempête sur Electrochoc

MUSIQUES | S’il a déjà entamé sa onzième édition la semaine dernière, c’est véritablement ce week-end qu’Electrochoc, le festival des musiques électroniques et des arts (...)

Damien Grimbert | Mardi 29 mars 2016

Avis de tempête sur Electrochoc

S’il a déjà entamé sa onzième édition la semaine dernière, c’est véritablement ce week-end qu’Electrochoc, le festival des musiques électroniques et des arts numériques organisé par les Abattoirs de Bourgoin-Jallieu, va pleinement dévoiler tout son potentiel. Au programme, deux soirées de haute volée, dans des registres musicaux radicalement différents. On commence le vendredi 1er avril avec en tête d’affiche, aux côtés de 123Mrk, zZz et Peal, le fabuleux trio de Brooklyn Battles, dont les expérimentations rock instrumentales teintées d’électronique tour à tour planantes, dissonantes, percussives et bastonneuses ont su convaincre un public sans cesse croissant depuis leurs débuts en 2002. Changement de registre le lendemain avec une prometteuse soirée au croisement des musiques africaines et de l’électro futuriste, qui aura pour chefs d’orchestre les fameux Italiens Clap! Clap! (en photo) et DJ Khalab, ainsi que le très bon collectif parisien Mawimbi en formation live. Un plateau de premier choix auquel il faudra encore ajouter, dans un registre plus Chicago house, le DJ-set de Don Rimini.

Continuer à lire

Les soirées du mois d'avril

MUSIQUES | Electrochoc Neuvième édition déjà pour Electrochoc, festival des musiques électroniques et arts numériques initié par les Abattoirs de Bourgoin-Jallieu, qui, après (...)

Damien Grimbert | Mardi 1 avril 2014

Les soirées du mois d'avril

Electrochoc Neuvième édition déjà pour Electrochoc, festival des musiques électroniques et arts numériques initié par les Abattoirs de Bourgoin-Jallieu, qui, après une série de trois « warm-up » hors-les-murs, s’apprête désormais à attaquer les hostilités à domicile. Solide et fédératrice à défaut d’être vraiment surprenante et innovante, la programmation de cette nouvelle édition révèle néanmoins quelques artistes à ne pas manquer, comme l’inépuisable rappeur new-yorkais Oddateee (dont on a pu récemment constater à l’occasion d’un showcase au Ciel qu’il n’a rien perdu de sa ferveur et de son enthousiasme), ou la pionnière française de la bass music Flore pour une création audio-vidéo inédite. Pour autant, ce sont les deux derniers soirs du festival qui devraient dévoiler sa véritable force de frappe, avec un impressionnant triplé orienté rap et turntablism (Deltron 3030 [photo], The Pharcyde et DJ Food, DJ Cheeba et DJ Moneyshot pour un set en hommage à l’album Paul’s Boutique des Beastie Boys) le vendredi 11 avril, et un duo proto-industriel réunissant Alan Vega de Suicide et Marc Hurtado de Étant Donnés le samedi 12 avril (

Continuer à lire

Les soirées du mois d'avril

MUSIQUES | Devant la (réjouissante) démultiplication des soirées organisées à Grenoble, mais également le (moins réjouissant) formatage de la plupart d’entre elles, on a préféré se focaliser ce mois-ci sur deux évènements qui nous semblent incontournables : la 8e édition du festival Electrochoc, et la venue du Hollandais Aroy Dee au Bar MC2… Damien Grimbert

Damien Grimbert | Jeudi 28 mars 2013

Les soirées du mois d'avril

Électrochoc Pour sa 8eédition, le festival ElectroChoc, organisé par les Abattoirs de Bourgoin-Jallieu frappe fort, très fort. Avec un volet art numérique de plus en plus développé d’une part, mais surtout une programmation musicale, certes un peu datée au goût de certains, mais néanmoins aussi variée qu’irréprochable. Cette année, les fans de turntablism et d’abstract hip-hop seront ainsi à la fête, avec la venue de plusieurs vétérans du genre, comme le fondateur du label Ninja Tune Matt Black de Coldcut, le Français DJ Cam, ou encore, dans un registre désormais plus orienté live, le collectif britannique The Herbaliser. À leurs côtés, il faudra également compter avec le bricoleur californien surdoué Daedelus, toujours aussi avide d’explorations sonores, ou encore le Japonais DJ Kentaro (photo), star incontestée des platines évoluant ces derniers temps vers un son de plus en plus dancefloor. Impossible

Continuer à lire

Les Soirées à venir

MUSIQUES | Au programme des mois de février et mars. DG

Aurélien Martinez | Mardi 7 février 2012

Les Soirées à venir

Bare Noize Tête d’affiche de la 6e édition des soirées G-Town is Burning, le duo londonien Bare Noize, composé de Daniel Brown & Oliver Pile est l’auteur d’un gros dubstep gras et crasseux dans la lignée de Skrillex & co. Amateurs de finesse et de sophistication, passez votre chemin, ici on vise l’efficacité pure et dure à base de gros drops, de wobbles vrombissants et de quelques lignes mélodiques trancey pour faire illusion. Honni par les plus puristes, mais vénéré par les clubs kids du monde entier, le « brostep » de Bare Noize a dans tous les cas le mérite de ne pas laisser indifférent, et leur venue à Grenoble sera l’occasion rêvée d’en faire l’expérience sur le dancefloor, terrain d’écoute privilégié pour ce style musical. Pour accompagner le duo, on pourra aussi compter sur les lives de Obey! et The Words, ainsi que sur le DJ-set de Slaapme. Vous voilà prévenus.Vendredi 10 février au Drak-Art Matthias Zimmerman À l’occasion de leur 6e volet, les soirées Avalanche investissent le Bar MC2 pour accueillir le DJ/producteur allemand Matthias Zimmerman, encore auréolé de l’excellent accueil fait à son EP inaugural Isla

Continuer à lire

Electrochoc

MUSIQUES | La sixième édition du festival se déroule toujours bien à Bourgoin-Jallieu, et ouvre toujours la voie aux découvertes numériques et électroniques. On en parle (...)

François Cau | Lundi 11 avril 2011

Electrochoc

La sixième édition du festival se déroule toujours bien à Bourgoin-Jallieu, et ouvre toujours la voie aux découvertes numériques et électroniques. On en parle tardivement (les manifestations se déroulant du 31 mars au 16 avril), mais il faut dire que la soirée la plus envoûtante montre le bout de son nez cette semaine. Le vendredi 15 avril se fait ainsi jour de chance pour les amoureux de l’électro planante et mystérieuse, pour les âmes vendues aux sorciers de la platine flirtant avec d’exotiques mondes méconnus, doux aux oreilles comme ils sont évocateurs pour l’imagination. Oui, on estime que le live de Bonobo est prometteur, d’autant qu’il sera le voisin de Hidden orchestra, également recommandable et recommandé. Les jeudi et samedi n’ont pas à rougir de leur programmation, avec entre autres Undergang et The Young gods. Pour la programmation complète et tous les détails pratiques, référez-vous au site www.electrochoc-festival.com.

Continuer à lire

Apocalypse now

MUSIQUES | En Allemagne, la crise a commencé un vendredi 13, il y a déjà 6 ans. A l’époque, un groupe dissident de marionnettes concertistes hip hop s’est décidé à contrer (...)

François Cau | Mercredi 8 avril 2009

Apocalypse now

En Allemagne, la crise a commencé un vendredi 13, il y a déjà 6 ans. A l’époque, un groupe dissident de marionnettes concertistes hip hop s’est décidé à contrer le mal en chantant la révolte grâce à des flows violents, mais dans le sens figuré du terme. Les Puppetmastaz, appellation d’ origine conspuée, sont aujourd’hui des plus actifs et paraissent plus mécontents que jamais. Mr Maloke, tête non pensante de la bande, a fait de l’avenir des puppets son cheval de bataille et s’est engagé à conquérir le monde des humains, en débutant sa tournée 2009 par Troie. Viendra ensuite Meylan ce samedi 18 avril, où la direction de la programmation de la Maison de la Musique s’est vue séquestrée 3 jours durant avant de capituler en signant le contrat permettant à Puppetmastaz d’exprimer ses accords, sous peine de violentes représailles à base de popopopop. Une rumeur communiste voudrait que Puppetmastaz soit né en 2001 de l’imagination capitaliste de Sir Gonzales et quelques ami(raux) (Paul PM et Mocky en tête). Le projet aurait pris forme 2 ans plus tard, un premier disque pour dire bonjour, un deuxième pour s’imposer comme l’un des nouveaux apôtres d’une scène qu’ils ne considéraient pas c

Continuer à lire

The incredible puppet show

MUSIQUES | Crew électro hip-hop déjanté composé d’une douzaine de marionnettes d’animaux hideuses qui gesticulent en baggy, les Puppetmastaz s’annoncent comme l’une des (...)

| Lundi 31 janvier 2005

The incredible puppet show

Crew électro hip-hop déjanté composé d’une douzaine de marionnettes d’animaux hideuses qui gesticulent en baggy, les Puppetmastaz s’annoncent comme l’une des sensations live de la rentrée. Du moins si vous êtes aussi emballés que nous à la perspective de voir un rhinocéros couvert de bling bling se lancer dans un freestyle d’anthologie, encouragé par un taupe mafioso new-yorkaise, un porc roi du ragga, ou un lapin lubrique à la pimp attitude affirmée. Issus de l’imagination déjantée d’un berlinois plus ou moins anonyme, épaulé par Gonzales et quelques uns de ses comparses (Mocky…), les Puppetmastaz sont nés avec la saine volonté de caricaturer les attitudes les plus poseuses du hip-hop (ce sont les inventeurs du “gangstoy rap”) dans le cadre d’un freak show aussi péchu que dantesque, qui n’était pas encore passé par Grenoble. Pour autant, l’aspect musical du groupe est traité avec une toute autre déférence, le crew revisitant quelques grandes figures du genre (west coast, electro-funk, r’n’b, hip-hop futuriste, instrus bollywood) à grands coup de sonorités violemment électroniques et de lyrics déconneurs, comme en témoigne la sortie de leur Creature Funk en 2003. Si le flow rigo

Continuer à lire

Des puppets et des hommes

MUSIQUES | Après 2 ans d’absence, les marionnettes hip-hop berlinoises déjantées des Puppetmastaz sont de retour sur disque et sur scène, reprenant leur plan d’invasion de la planète là où elles l’avaient laissé. Damien Grimbert

| Mercredi 23 novembre 2005

Des puppets et des hommes

Retour en arrière. Début 2003, quelques rumeurs éparses commencent à courir à propos d’un gang de marionnettes hideuses en forme d’animaux (hippo, grenouille, lapin, cochon, taupe…), affublés de baggys et chaînes en or, réputés maîtres du micro et du beat dévastateur. Gangstoy rap ? Le mot est lancé et confirmé au bout de quelques mois par la sortie d’un premier album Creature Funk, effectivement peu avare en tubes divers. Des désormais classiques Pet Sound (et son petit gimmick 8 bits entré dans la légende) et Zoology, en passant par la grosse artillerie électro Humans get all the credits, les Puppetmastaz s’imposent comme les ovnis hip-hop du moment, et forts de prestations scéniques à la réputation démentielle, font parler d’eux à travers toute l’Europe. Il faut dire qu’au-delà de la dérision et du second degré apporté par leur présence sautillante et leur flow braillard en anglais, les bestiaux sont “hostés” par un crew d’artistes de premier choix (Gonzales, Mocky, Max Turner…), qui a su parfaitement apprivoiser toutes les tendances musicales du moment pour mieux les restituer dans des productions imparables. Martian Juice

Continuer à lire

Morceaux choisis

MUSIQUES | Zoom / Éclectique, foisonnante, et souvent passionnante, la programmation de cette 2e édition du festival ElectroChoc ne manque pas de chien. 9 soirées en (...)

| Mercredi 4 avril 2007

Morceaux choisis

Zoom / Éclectique, foisonnante, et souvent passionnante, la programmation de cette 2e édition du festival ElectroChoc ne manque pas de chien. 9 soirées en 15 jours, près d’une trentaine d’artistes invités, 11 pays différents représentés… Et au-delà des chiffres, un véritable parti-pris, celui de mettre en avant la frange la plus “scénique” des musiques électroniques, ouverte à toutes les fusions. Entre jungle, dub et jazz pour les fédérateurs combos Sayag Jazz Machine et Cosmik Connection, électro et musiques du monde pour Kamilya Jubran et le projet Electro Bamako de Marc Minelli, rock, techno, et musique industrielle pour la soirée réunissant le grand Alec Empire, Sound Of ZZZ, et El Bäron Brissetti… Mais cessons là l’énumération, pour mettre en avant nos coups de cœur. À commencer par Dr Das, anglo-pakistanais qui a eu la bonne idée de lâcher sa formation initiale en pleine débâcle artistique, Asian Dub Foundation, pour se concentrer sur un projet instrumental autrement prometteur. Ou encore Fedayi Pacha, et son dub électronique ouvertement orientalisant, loin des clichés en cours. On citera encore l’excellente découverte “hip-hop-folk-électro” The John Venture, qui réunit des m

Continuer à lire

«Fusionner l’instrumental et les machines»

MUSIQUES | entretien / Directeur des Abattoirs et responsable de la programmation du festival ElectroChoc, José Molinas a répondu à nos questions. Propos recueillis par Damien Grimbert

| Mercredi 4 avril 2007

«Fusionner l’instrumental et les machines»

Qu'est ce qui vous a donné envie de créer ce festival ? Quel est son objectif ? José Molinas : Le projet de la Smac –les Abattoirs, initié par la Ville de Bourgoin Jallieu, a débuté en 1999 et dés les premiers concerts hors les murs, le public a répondu présent et particulièrement en ce qui concerne les esthétiques liées aux musiques utilisant les nouvelles technologies ; ce fut le cas pour des concerts du type Mei Té sho, Ez3kiel, et autre High Tone, tous des groupes de la scène régionale et précurseur sur le plan national d’une certaine fusion machines et instruments. Les conditions acoustiques des lieux que nous utilisions n’étaient pas top , loin de là, malgré le matériel son et lumières que nous mettions en place, la qualité était minimale aussi nous avons levés le pied sur ces esthétiques des musiques actuelles en attendant d’avoir une « vraie » salle ! D’autre part, le Nord Isère renferme un certain nombre de DJ’s et autres livers , plus habitués aux « Raves » sous les bois et même s’il agit d’une organisation porteuse d’un certain état d’esprit, la qualité technique de ces soirées confond la puissance ( souvent excessive ) et la qualité du son. Avec l’arrivée de notre

Continuer à lire