Retour à l'université

Nadja Pobel | Mardi 30 septembre 2014

Menée tambour battant par Françoise Bressat-Blum, l'université populaire de Lyon, dite UniPop, démarre sa dixième saison ce lundi 6 octobre (sur réservation !) dans la grande salle du TNP avec Edwy Plenel, invité à débattre sur les «médias indépendants et participatifs, esprit des universités populaires et avenir de la démocratie». Vaste programme pour le co-fondateur et président du site Médiapart.

Les sujet abordés par la suite s'avèreront tout aussi passionnants et politiquement incorrects, à l'image des séries de conférences consacrées au «genre dans tous ses états», aux «numérisations du corps», à la biocritique ou au (mal-)logement – par le prisme de la précieuse et indispensable Fondation Abbé Pierre.

Des champs plus directement liés à la culture comme la trace du corps dans le texte ou l'histoire du blues ou du free-jazz sont aussi au programme cette année. Des Archives municipales au Périscope en passant par le TNP donc, ce sont plus de cinquante rendez-vous qui sont proposés, gratuitement, sans adhésion, avec des professeurs d'université qui s'engagent bénévolement. Un espace de liberté et de réflexion qui n'a, à tout point de vue, pas de prix.

 

Nadja Pobel


Médias indépendants et participatifs, esprit des universités populaires et avenir de la démocratie

Par Edwy Plenel co-fondateur et Président de Mediapart à l'occasion du lancement de la 10e saison de l'Université Populaire de Lyon
Théâtre National Populaire 8 place Lazare-Goujon Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Unipop : La liberté par la contrainte

CONNAITRE | Le cycle de conférences Unipop consacrées à la musique se poursuit au Périscope avec la venue de Vincent Cotro, musicologue s’attachant à l’influence des supports enregistrés sur l’évolution formelle et stylistique du jazz. Pointu, mais passionnant.

Sébastien Broquet | Mardi 26 janvier 2016

Unipop : La liberté par la contrainte

De tous temps, l’évolution des supports enregistrés a fait évoluer la musique, en terme de composition comme de son. D’un 33t en vinyle à une écoute en streaming sur un site dédié auquel nous sommes abonnés, de toute évidence, une chanson, un solo de guitare, une voix ne s’écoutent pas tout à fait de la même façon ; et ne s’enregistrent pas de la même manière non plus. On ne produit pas de façon similaire pour un maxi 45t ou un MP3 : ce dernier privilégie les médiums et occulte les basses. Lesquelles prennent toute leur ampleur sur un maxi vinyle, de par l’espacement des sillons ; une découverte que nous devons à Tom Moulton, remixeur et DJ, qui n’avait plus de format 45t pour faire un test-pressing d’un single qu’il venait de produire. Il a dû se rabattre sur un 33t, ce qui révolutionna l’histoire de la dance music. De la rondeur et de l’ampleur pour les basses, une durée de plus de 20 minutes : Donna Summer et ses orgasmes sonores de 15 minutes lui doivent beaucoup, le hip hop et la techno aussi… De la durée C’est tout le sujet de la conférence de Vincent Cotro (l’influence du format sur la forme, pas l’o

Continuer à lire

Le dernier cri d'Edwy Plenel

CONNAITRE | Tel le furet du bois joli, Edwy Plenel semble consacrer son temps à passer par ici et à repasser par là. Après avoir donné le coup d'envoi de la saison (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 30 septembre 2015

Le dernier cri d'Edwy Plenel

Tel le furet du bois joli, Edwy Plenel semble consacrer son temps à passer par ici et à repasser par là. Après avoir donné le coup d'envoi de la saison 2014/2015 de l'Université Populaire de Lyon et disserté démocratie et responsabilité citoyenne en ouverture de l'European Lab, voici que le fondateur du pure player d'investigation Mediapart pointe le bout de son nez surligné d'une moustache soviétique à la BM de la Part-Dieu. Il y présentera le jeudi 1er octobre son dernier pari éditorial, La Revue du crieur, bel objet délibérément obsolète – 160 pages d'enquêtes au format universitaire, pensez donc – conçu en collaboration avec les éditions La Découverte qui ambitionne rien de moins que remettre le débat d'idées au cœur de la vie publique. Fouillé – en particulier le déboulonnage de la NSA par Grégoire Chamayou –, éclectique – on y trouve une analyse du phénomène de la pop coréenne – et critique – notamment vis-à-vis des liaisons dangereuses entretenues par le monde de l'art avec l'industrie du luxe –, le premier numéro, paru cet été, est à sa hauteur, nonobstant deux règlements de comptes grimés en portraits de n

Continuer à lire

European Lab met les idées au clair

CONNAITRE | ​Pas facile de discuter valeurs démocratiques et mutations urbaines entre deux marathons électro. C'est pourtant ce à quoi vous invite cette année encore l'European Lab, qui plus est en très bonne compagnie. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 12 mai 2015

European Lab met les idées au clair

L'an passé, l'European Lab avait tenu session dans la foulée d'élections marquées par une franche montée de l'euroscepticisme. Pas de bol, c'est dans un contexte pareillement défavorable, suite à la victoire écrasante du parti de David Cameron au dernier scrutin britannique, que se tiendra sa cinquième édition. Les conférences et débats au programme du pendant citoyen de Nuits Sonores ne devraient en être que plus stimulants, d'autant que ce ne sont pas les invités de qualité qui manqueront. Citons le chercheur danois Fabian Holt, auteur d'un ouvrage de référence sur les classifications musicales (et en quoi elles sont à la fois des grilles de lecture et des sources de confusion), Gérard Berréby, le fondateur des formidables éditions Allia, où sont publiés nombre de textes fondateurs de la contre-culture (des Mémoires de Guy Debord à Can't stop won't stop, la somme hip-hop de Jeff Chang) et la Polonaise Agata Pyzik, contributrice du Guardian et de la bible de l'avant-gardisme sonore Wire qui, dans le bien titré Poor But Sexy. Culture Clashes in Europe East and West

Continuer à lire

Edwy Plenel au European Lab

CONNAITRE | La liste des invités du European Lab, le pendant réflexif de Nuits Sonores, s'allonge. Viennent d'être confirmées les présences d'Edwy Plenel (qui viendra tenir (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 26 février 2015

Edwy Plenel au European Lab

La liste des invités du European Lab, le pendant réflexif de Nuits Sonores, s'allonge. Viennent d'être confirmées les présences d'Edwy Plenel (qui viendra tenir compagnie à son investigateur en chef Fabrice Arfi) et d'une dizaine d'intervenants internationaux, parmi lesquels Steven Hearn (président de la holding regroupant la Gaieté Lyrique, le Trabendo et le magazine Tsugi), Alain Van Der Malière (ancien conseiller au Ministère de la culture) et l'universitaire danois Fabian Holt. Ils viennent grossir un pool d'une trentaine de journalistes (comme Franck Annese, le boss à casquette de So Press), artistes (en tête la photographe Nan Goldin), institutionnels (tel Pascal Rogard, directeur de la SACD) et autres entrepeneurs (par exemple Helen Teeling, directrice de l'espace de coworking The Whisky Bond à Glasgow), qui discuteront nouveaux médias, réhabilitation urbaine et démocratie européenne du 13 au 15 mai. http://www.europeanlab.com

Continuer à lire