Darick Robertson, en quête de la vérité à Original Watts

Bande Dessinée | Le dessinateur de Transmetropolitan et The Boys fait une halte du côté d'Original Watts cette semaine : culte.

Sébastien Broquet | Mardi 29 mai 2018

Photo : © DR


Hunter S. Thompson en journaliste déjanté ? Encore plus que dans la réalité, oui. Version cyberpunk, avec phylactères emplis d'insultes et autres offenses au bon goût commun, cases vivement colorées où le rouge sang n'est pas rare : le gonzo journaliste devient héros de bande dessinée dans Transmetropolitan, sombre série lancée en 1997 (et qui dura 5 ans) par Warren Ellis et dessinée par son acolyte Darick Roberton. Rebaptisé Spider Jerusalem, le plumitif lutte contre l'omniprésente corruption, affronte une société de consommation où le transhumanisme et la surveillance de masse ne sont pas des détails, tout en ingurgitant une certaine quantité de drogues (normal) et en étant obsédé par une seule chose : la vérité.

Cette série de science-fiction devenue culte a consacré un Darick Robertson déjà repéré pour ses travaux aussi bien chez DC Comics (un Justice League) que Marvel (Wolverine, Spider-man, Punisher...). En 2006, avec Garth Ennis, ils lancent The Boys, presque aussi irrévérente que Transmetropolitan et lancée sur les mêmes rails du succès.

Enfin en 2009, Darick en solo commence à tâter aussi du scénario, pour deux épisodes de Conan chez Dark Horse... Pas si fréquent de voir débarquer dans nos contrées un auteur de comics aussi important que Robertson : il sera à la boutique Original Watts mercredi, préparez vos albums et vos starters.

Darick Robertson
À Original Watts le mercredi 6 juin de 17h à 20h


Darick Robertson


Original Watts 3 rue des Capucins Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les dossiers de Warren

CONNAITRE | Visuelle par excellence, la littérature policière est l'une des plus solubles dans le neuvième art. La très belle collection d'adaptations que co-éditent (...)

Benjamin Mialot | Mardi 1 avril 2014

Les dossiers de Warren

Visuelle par excellence, la littérature policière est l'une des plus solubles dans le neuvième art. La très belle collection d'adaptations que co-éditent Castermann et Rivages depuis 2008, et qui comprend notamment un scrupuleux et iconique Dahlia Noir par Matz, David Fincher et Myles Hyman, suffit à en attester. La présence simultanée dudit Myles Hyman et de James Ellroy à Quais du polar aussi. Ce n'est toutefois pas dans cette convergence que réside l'événement BD de cette édition 2014, mais dans la venue d'un scénariste anglais à la barbe druidique dont l'un des principaux accomplissements est d'avoir déconstruit la figure du super-héros. Non, il ne s'agit pas d'Alan Moore, mais de Warren Ellis, auteur de Planetary et The Authority, sagas spectaculaires et sophistiquées qui le virent, d'un côté par le prisme d'une organisation secrète d’archéologues surhumains, de l'autre par celui d'une force d'intervention planétaire aux méthodes expéditives, non seulement mettre au jour les modes de construction de la culture pop (du cinéma hongkongais aux comics eux-mêmes), mais aussi examiner sous un angle inédit de brûlantes questions de société (d

Continuer à lire