Lyon Street Food Festival À Fagor-Brandt, version estivale

Street Food / Le Lyon Street Food festival se décale au mois de juin. Une nouvelle fois les anciennes usines Fagor Brandt accueilleront l’événement, sa centaine de chefs et ses trente mille visiteurs. 

C’est un fait, le Lyon Street Food Festival est devenu incontournable pour tout amateur de sandwichs, burgers, baos, lobster rolls, croquettes aux crevettes grises, nourriture dans un pain, en barquette ou qui se picore avec les doigts. Incontournable également pour tout amateur de gastronomie, l’événement ayant démontré que la street food faisait bien partie des arts de la bonne chère. Incontournable encore pour les chefs stars, par exemple Thierry Marx, qui tiendra cette année un stand, ou encore Gilles Reinhardt et Olivier Couvin les cuistots de la maison Bocuse.

à lire aussi : Odilia, des effluves de Brésil dans le 7e

Le LSFF, ce n’est pas que ça, le rendez-vous s’étant imposé comme un événement culturel, avec ses ateliers (illustration, linogravure, peinture, danse et... cuisine), ses démos (de breakdance ou de live painting) et sa scène musicale, avec cette année Tahiti 80 et Kid Francescoli (15 concerts sont programmés). Enfin, le festival nous a habitué à mettre en avant plusieurs destinations, avec cette année le Portugal et le Pays Basque, avec dans les deux cas des ambassadeurs lyonnais (Fernanda Ribeiro de Sampa, Floriant Remont du Bistrot du Potager) et des étoilés de là-bas  (Tiago Bonito et Gil Fernandes, Xabi Ibarboure et Fabian Feldmann). 

On ne va pas énumérer la grosse centaine de cuisiniers qui s’affaireront pendant quatre jours, on vous laisse le découvrir sur place (l’entrée est à 10€, les dégustations sont en sus). De notre côté, on a noté la présence d’une grosse armada lyonnaise, avec donc la maison Bocuse (pour une quenelle de brochet et homard, sauce champagne), mais aussi Mathieu Viannay (La Mère Brazier), Jérémy Galvan ou Maxime Laurenson (Rustique). Pour finir, on a demandé à trois membres de cette délégation rhodanienne que l’on aime beaucoup de nous présenter ce qu’ils mijotent.

à lire aussi : Le retour de Noé, atelier de la mer

Nos trois favoris

D’abord, chez Odilia, le restaurant de poche italo-brésilien niché près du Comœdia, Jessica Giovanini explique : « on tient un restaurant bistronomique, mais on a aimé l’idée de proposer un format plus accessible. De plus c’était une jolie opportunité pour faire découvrir des recettes traditionnelles brésiliennes qu’on ne cuisine pas habituellement. On servira (les jeudi et vendredi), d’abord la picanha, une découpe de bœuf très appréciée au Brésil, qu’on servira avec une purée de manioc, qui est vraiment la racine nationale, le tout servi avec la farofa [une chapelure brésilienne] et une sauce chimichurri. Pour la deuxième recette, on va aller plutôt vers la culture de la street food, qui chez nous rappelle le bord de la mer, la plage, et ce sera une salade froide de moules à manger avec un pain à l’ail et une sauce à base de tomates fraiches qui s’appelle molho vinagrete. »

Que se trame-t-il chez Cocotte, bistrot aux accents italiens au pied de la Croix-Rousse ? Paul Lacroix explique : « on a participé à toutes les éditions depuis notre ouverture et c’est un événement qu’on aime beaucoup. Il y a le public bien sûr mais aussi l’ambiance entre les chefs. Tout le monde est dans le même bateau, je me souviens de Vivien Durand [cuisinier étoilé de Gironde] qui faisait la vaisselle sur place, en discutant jusque 1h du matin, je me souviens aussi de l’excitation qu’il y a le jeudi après-midi alors qu’on est tous présent et que les portes vont s’ouvrir. Ce qu’on servira cette année ? D’abord, les jeudi et vendredi, une parmigiana di melanzane [un gratin d’aubergines au parmesan] qu’on servira dans un pain maison. Et un autre sandwich, servi dans un bun, d’effiloché de porc épicé. Enfin, le samedi, en collab’ avec Cyril Montégu un sandwich de pied de cochon, confit d’oignon, mayo au saté, tomme de Savoie. »

Et enfin que prépare Ismaël Adam Drissi-Bakhkhat, excellent poissonnier des quais du Rhône (Noé, atelier de la mer) ? « C’est un événement qu’on adore parce que c’est un moment familial, pas un salon de geeks de la gastronomie, et qui permet à toute l’équipe d’être en contact avec ce public. Et de pouvoir mettre en avant la pêche durable, avec des chefs qui ont les même valeurs. On occupera à la fois l’espace barbecue, où on va habiller le poisson sous des atours viandards, et où on mettra en avant nos charcuteries, avec par exemple une merguez de poulpe et espadon et harissa aux algues ou un hot dog de cervelas pistaché d’espadon et une gribiche au beaujolais blanc. Mais on va aussi occuper l’espace chef, pour proposer une autre cuisine, comme un poulpe braisé, un tataki de thon au sésame et saté, un sushi de thon rouge, infusé au kombu et fumé, tout ça avec des amis, en l’occurence Sylvestre Wahid, [ancien chef deux étoiles de Thoumieux, Paris], Katsumi Ishida [En mets, Lyon] et Baptiste Trudel [candidat Top Chef et maintenant à Datsha, Paris]. » S’il y a au moins une chose qui vous tente, rendez-vous donc fourchette en main à partir de jeudi. 

Lyon Street Food Festival
À Fagor-Brandt du jeudi 23 au dimanche 26 juin

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Dimanche 27 juin 2021 Le Lyon Street Food Festival fera son retour du 16 au 19 septembre. Supprimé l'an dernier, le rendez-vous des foodies se trouve confronté à une (...)
Mercredi 9 septembre 2020 Ismaël Adam Drissi-Bakhkhat s'était fait connaître par ses huîtres, prisées d'Alain Ducasse : revenu à Lyon, il ouvre avec sa femme Douchka une poissonnerie / restaurant sur le quai Augagneur. Belle trouvaille. 
Mardi 10 septembre 2019 80 chefs, dont le meilleur du monde, qui font de la bouffe à emporter. Et des concerts, du street art, des barbecues et des cocktails : revoici, ce week-end, le Lyon Street Food Festival.
Lundi 10 septembre 2018 La troisième édition du Lyon Street Food Festival s’annonce épicée et croustillante : du 13 au 16 septembre, cuisine nomade sur fond de concerts cools vous feront repartir en vacances.
Mardi 5 septembre 2017 L'ascension de la Grande Côte a de quoi faire suer. Ouf ! Une halte surgelée ouvre dans la montée : Unico. Leurs glaces (très) artisanales font déjà parler. À retrouver avec joie ce week-end au Street Food Festival.

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !