Refugee food festival, 7e !

Festival / Précédant de quelques semaines la journée mondiale des réfugiés, l’ événement culinaire et solidaire lance ce mercredi sa 7e édition lyonnaise. 

Il y a bientôt huit ans, Marine Mandrila créait l’association Refugee Food (à Paris) avec un triple objectif ; d’abord celui de sensibiliser le public à la situation des personnes au statut de réfugiés, ensuite de favoriser leur insertion et enfin de promouvoir une alimentation saine. Le tout donc, par la cuisine. Et notamment par ce festival, dont la 7e édition débute cette semaine à Lyon, mais qui a lieu maintenant, en juin, dans une douzaine de villes françaises. L’idée est simple, encore fallait-il y penser : des dîners qui voient collaborer des chefs installés en France et des cuisiniers réfugiés - les premiers invitant les seconds dans leurs établissements. Ainsi, pour donner un exemple, l’année dernière, la famille triple étoilée Troigros (Roanne) invitait le jeune chef albanais Armand Hasanpapaj (et sa maman Fatime) à cuisiner le temps d’un soir. On dit « le temps d’un soir », mais le dîner est souvent précédé de plusieurs moments d’élaboration pendant lesquels les chefs conçoivent conjointement leur menu. 

Les artisans culinaires aussi

Ainsi, on passait vendredi dernier devant Morfal (le très couru restaurant de Steven Pellegrino, qui a pris la succession de La Bijouterie dans le 1er), dont le chef recevait justement la visite de Layal Khatib, une cuisinière originaire d’Idlib en Syrie, pays qu’elle a fui en 2016. Steven raconte qu’il a d’abord connu le festival en tant que client : « c’était pour mon anniversaire, un repas au Bistrot du potager », durant lequel il a apprécié l’aspect solidaire et associatif du projet. Maintenant il est passé de l’autre côté et il revoit donc ce vendredi Layal pour fignoler les derniers détails de leur grand banquet dominical (150 couverts, le midi, un seul service, à Heat). « C’est là que tu te rends compte que la cuisine est un langage universel. On ne se connaissait pas, on ne parlait pas la même langue, mais dès qu’on a commencé à élaborer le menu, il y avait des évidences. » À la fin ça donne effectivement très envie - dans le genre mélange des genres : un kebe au poulet… teriyaki, un shawarma de… légumes, et un abricot brûlé, cheveu d’anges crème de pistache. L’organisation du festival compte beaucoup sur ce banquet, car comme l’explique Guillaume Schwoob (porteur du festival à Lyon avec Justine Nerini), ce sera l’occasion de toucher au delà des personnes déjà « sensibilisées à la question des réfugiés, qui est par ailleurs très clivante », ce sont des moments d’échanges entre les clients, l’association et les chefs, mais aussi entre convives, autour de grandes tablées. 

Cet événement viendra clôturer l’enchaînement suivant : ce mercredi le Barcandier, bar-resto du 7e, mais aussi Belle Lurette à Vaise accueillent des dîners franco-syriens, le lendemain c’est la crêperie Madamann des Halles de la Martinière qui organise un repas éthiopien, vendredi et samedi le resto bistronomique Semo, niché en haut des Pentes, accueille une cheffe vietnamienne. Pendant tout le temps du festival, la sandwicherie Lulu adapte sa carte en conséquence. Ce sera aussi le cas de l’excellente Laiterie de Lyon, or c’est la première fois que le festival étend son activité aux artisans, avec l’idée que cela permettra de toucher plus largement encore. Enfin, on en a déjà parlé, l’événement se clôturera avec le banquet à Confluence. Faut-il vraiment parler de clôture ? Oui, en ce qui concerne cette 7e édition, mais il faut préciser que les activités de Refugee Food ne s’arrêtent pas à cet événement et que c’est justement dans l’ambition de Guillaume et des autres, d’accentuer la présence au cours de l’année. On parle déjà d’ateliers dans Les Petites Cantines ou de partenariat avec la Cité de la gastronomie ou la Biennale d’art. À suivre…

Refugee food festival

Du 6 au 10 juin, à Lyon (dans différents restos, à Heat, aux Halles de la Martinière...)

Programme complet, tarifs et noms des chefs sur https://festival.refugee-food.org/lyon

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 25 mai 2022 Il a fermé, ce repaire et point de repère de l’avant-gardisme culinaire qu'était La Bijouterie, après sept ans déjà d’existence. Entre les murs reste l’esprit, une partie de l’équipe, et même un peu plus que ça sous le nom de Morfal. 
Jeudi 16 décembre 2021 L’émission culinaire de France Inter,  On va déguster, réunissait en novembre dernier deux Lyonnaises dont on a récemment parlé : Anaïs Duraffourg et Géraldine (...)
Lundi 11 mars 2019 En quelques mois, quatre bars ont ouvert leurs portes dans le nouveau triangle d’or formé par les rues de Marseille et Sébastien Gryphe, dans le 7e (...)
Lundi 11 juin 2018 « Certaines régions sont en train de se déconstruire parce qu'elles sont submergées par les flux de demandeurs d'asile », déclare un ancien maire devenu ministre. OMG : la gastronomie lyonnaise va finir démantelée, éparpillée ? À moins...
Lundi 11 juin 2018 Ruba et Mhiar, poussés hors de Syrie par la répression du régime de Bachar el-Assad, se sont installés à Lyon, où il ont rencontré Bilal, lui-même réfugié Syrien. Tous les trois, ils ont conçu un projet autour de la cuisine de leur pays...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X