"Seul dans Berlin" : graines d'espoir

ECRANS | Un film de Vincent Perez (All-Fr-GB, 1h43) avec Emma Thompson, Brendan Gleeson, Daniel Brühl…

Vincent Raymond | Mardi 22 novembre 2016

Photo : © DR


1940. Son fils unique mort au front, un couple berlinois se lance dans une opération d'opposition aussi symbolique que dérisoire : disséminer dans la capitale allemande des cartes postales revêtues de libelles hostiles au régime nazi. Un policier est à ses trousses…

« Jusqu'à présent nous vivions dans l'angoisse ; désormais, nous vivrons dans l'espoir ». À sa manière, le couple héroïque du film pourrait revendiquer les paroles de Tristan Bernard lorsqu'il fut transféré au camp de Drancy. N'ayant plus de raison de vivre ni d'attaches, à part l'un à l'autre, ils se dévouent à la cause de la liberté. Cinéaste sobre, Vincent Perez reconstitue les "âmes grises" de l'époque, travaille la pesanteur psychologique sans négliger la finesse des émotions qui transitent beaucoup par le non-dit : Gleeson et Thompson échangent des regards d'une belle intensité tout en conservant leur pudeur de vieux époux.

Thriller historique sur des faits de guerre rarement évoqués car peu ”spectaculaires“, Seul dans Berlin dépeint enfin l'ambiguïté des comportements de la “majorité silencieuse”— celle qui fait advenir les dictatures — et la met face à ses responsabilités sans caricature ni manichéisme facile. Respectable.


Seul dans Berlin

De Vincent Perez (All-Fr-Angl, 1h43) avec Emma Thompson, Brendan Gleeson...

De Vincent Perez (All-Fr-Angl, 1h43) avec Emma Thompson, Brendan Gleeson...

voir la fiche du film


Berlin, 1940. La ville est paralysée par la peur. Otto et Anna Quangel, un couple d’ouvriers, vivent dans un quartier modeste où, comme le reste de la population, ils tentent de faire profil bas face au parti nazi. Mais lorsqu’ils apprennent que leur fils unique est mort au front, les Quangel décident d’entrer en résistance. Aux quatre coins de la ville, ils placent des messages anonymes critiquant Hitler et son régime. S’ils sont arrêtés, ils savent qu’ils seront exécutés


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"À ceux qui nous ont offensés" : Fassbender en incarnation du Gitan britannique

Critique | Colby Cutler règne en parrain despotique sur les siens, commanditant casses et larcins à tout va. Las de cette existence hors-la-loi, son fils Chad (...)

Vincent Raymond | Mardi 28 février 2017

Colby Cutler règne en parrain despotique sur les siens, commanditant casses et larcins à tout va. Las de cette existence hors-la-loi, son fils Chad s’apprête à quitter sa roulotte avec femme et enfants pour se fixer dans une maison en dur. Mais Colby n’a pas l’intention de le laisser partir… Après Brad Pitt dans Snatch, voici Michael Fassbender en nouvelle incarnation du Gitan britannique — rien à voir avec leurs cousins du Continent, souvent représentés de manière moins glamour chez Kusturica ou Gatlif. Ce constat mis à part, les problématiques rencontrées par cette population au Royaume-Uni sont identiques : pilote chevronné voulant se ranger des voitures, Chad goûte à l’ostracisme lorsqu’il s’aventure hors du clan. Un rejet que subit également sa progéniture, au grand bonheur de Colby, qui croit à une forme de déterminisme social : un statu quo renforce son emprise sur le groupe. Film complexe, multiple, À ceux qui nous ont offensés marie à la fois le

Continuer à lire

Vincent Pérez, seul dans Berlin

ECRANS | Comédien et photographe bien connu, Vincent Pérez est aussi un cinéaste discret dont le premier film, Peau d’ange (2002), méritait le coup d'œil. Il vient de (...)

Vincent Raymond | Mercredi 2 novembre 2016

Vincent Pérez, seul dans Berlin

Comédien et photographe bien connu, Vincent Pérez est aussi un cinéaste discret dont le premier film, Peau d’ange (2002), méritait le coup d'œil. Il vient de signer sa troisième réalisation, Seul dans Berlin, avec notamment Emma Thompson, qu’il vient présenter en avant-première au profit d’une association dont il est depuis des années le fidèle parrain : Enfants Cancers Santé (www.enfants-cancers-sante.fr). En y assistant, vous joindrez l’agréable à l’utile. Au Pathé Bellecour le jeudi 3 novembre à 20h

Continuer à lire

Last chance for love

ECRANS | De Joel Hopkins (ÉU, 1h33) avec Dustin Hoffman, Emma Thompson…

Christophe Chabert | Mercredi 25 février 2009

Last chance for love

Tout le monde n’a pas la chance de s’appeler Clint Eastwood et d’attendre patiemment derrière la caméra un rôle à la mesure de sa légende. Du coup, les seniors du cinéma américain doivent faire avec ce qui se présente. L’an dernier, Morgan Freeman et Jack Nicholson ont tenté la comédie dramatique grabataire avec l’écœurant Sans plus attendre ; de leurs côtés, Pacino et De Niro ont misé sur un polar plus mou et prévisible qu’un vieux Derrick avec La Loi et l’ordre. Dustin Hoffman, lui, s’est récupéré cette bluette à bailler dans les chaumières, bonne tisane verveine-camomille avec supplément sucre. On patauge du début à la fin dans les bons sentiments filmés façon télé, et le couteau sous la gorge émotionnel brandi par les auteurs donne envie de leur planter dans le bide en guise de représailles. Hollywood donnera-t-il une dernière chance au vieux Dustin pour jouer un vrai rôle dans un bon film ? CC

Continuer à lire