Danyel Waro, fier maloya

Sébastien Broquet | Mardi 21 juin 2016

Photo : © DR


S'il n'est pas celui qui a remis le maloya en lumière à La Réunion (ce serait plutôt Firmin Viry, via le premier album du genre enregistré en 1976 grâce au PC Réunionnais), s'il n'est pas non plus celui qui l'a le plus fusionné (Ti Fock l'a électrifié et métissé), s'il n'est pas non plus celui qui en a fait un objet de culte chez les artistes (on pense plutôt à Alain Péters), Danyel Waro a en lui un brin de toutes ces figures précitées et bien plus encore : il est celui par qui le maloya a conquis le monde, au gré d'incessantes tournées où ce chaman à la rousse chevelure chavire les cœurs de sa voix profonde mise au service de textes concernés et engagés, autant que poétiques : le fonkèr sur l'île est si important...

Un ambassadeur pas si conservateur qu'on ne le croit (de l'harmonica d'Olivier Ker Ourio au hip-hop de Tumi & the Volume, en passant par une reprise épique de La Mauvaise Réputation de Brassens, l'auteur de Batarsité sait prendre des risques), faisant avancer à pas du géant qu'il est cette musique traditionnelle emblématique des esclaves créoles, venue de loin (Mozambique et Madagascar), portée par la transe et la revendication, collective (les chœurs répondant au chant lead), dotée d'une pulse irrésistible (le fameux roulèr qui donne le kick, contrebalancé par la légèreté du kayamb porté par les alizés). Si vous ne l'avez encore jamais vu en scène, foncez : Danyel Waro est l'un des plus grands chanteurs de ce pays que l'on nomme France.


Éclat final

Carte blanche au CMTRA : Celso Piña avec Kumbia Boruka + Eyo’nlé Brass Band + Sahra Halgan Trio + Danyel Waro
Théâtres romains de Fourvière 6 rue de l'Antiquaille Lyon 5e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Christine Salem : née un 20 décembre

Sono Mondiale | Longtemps, le maloya fût affaire d’hommes. Aux femmes était réservée la danse, drapées dans de belles robes colorées. Mais une jeune femme de ménage chamboula la (...)

Sébastien Broquet | Mardi 8 novembre 2016

Christine Salem : née un 20 décembre

Longtemps, le maloya fût affaire d’hommes. Aux femmes était réservée la danse, drapées dans de belles robes colorées. Mais une jeune femme de ménage chamboula la scène naissante du maloya : Françoise Guimbert, qui écrivit sa première chanson, Tantine Zaza, en 1978... mais elle se lança en professionnelle seulement en 1990, à la mort de sa patronne à laquelle elle resta fidèle jusqu’au bout, ouvrant alors la voie à Nathalie Natiembé et à Christine Salem. C'est dame Christine qui vient nous rendre visite au Musée des Confluences, avec un nouvel album dans le panier, Larg pa lo kor. C'est son sixième et depuis ses débuts en version groupe (Salem Tradition), celle qui était il y a peu encore, jusqu'en 2012, éducatrice sociale dans son quartier natal des Camélias à Saint-Denis la "capitale" de l'île de La Réunion, a fait un long chemin la faisant quitter les sentiers battus d'un genre musical profondément ritualisé et ancré en elle pour redistribuer les cartes avec un nouve

Continuer à lire

Voilà l'été : un jour, une sortie #4

Saison Estivale | Durant toutes les vacances, c'est un bon plan par jour : concert ou toile, plan canapé ou expo où déambuler.

La rédaction | Mercredi 27 juillet 2016

Voilà l'été : un jour, une sortie #4

22 / Mercredi 27 juillet : cinéma Elvis & Nixon À l’écran, les canailles authentiques et les immenses stars font d’épatants personnages : ils le sont déjà dans l’inconscient collectif. Leur aura habitant presque totalement le rôle, il ne reste souvent au comédien qu’un reliquat de job à accomplir. Certains feignants s’en accommodent, misant tout sur le seul mimétisme, à coup de grimaces et de maquillage. D’autres investissent l’intériorité de leur modèle, la personnalité davantage que le personnage. (lire la suite de l'article) 23 / Jeudi 28 juillet : photographie François Deladerrière Le Réverbère expose plusieurs de ses photographes (Bernard Plossu, Béatrice Von Conta, Serge Clément...) sous l'angle du paysage, lyonnais ou autre... Parmi ces derniers, nous vous conseillons tout particulièrement de découvrir les images de François Deladerrière (dans le cadre du projet collectif

Continuer à lire