Ballaké Sissoko le Koriste

Ballaké Sissoko solo

Musée d’Art sacré contemporain

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Au cœur de la programmation babélienne des Détours, qui s'ouvre plus que jamais aux têtes d'affiche (Bregovic, Abd-Al Malik), on retrouvera cette année celui qu'un instrument traditionnel ancestral d'Afrique subsaharienne a élevé au rang – et tant pis si le terme est affreusement éculé – de « citoyen du monde » : le prince de la kora Ballaké Sissoko qui a su, comme peu de ses congénères, semer un peu de graine d'avenir dans une tradition vieille comme le monde. Stéphane Duchêne

On le sait au Mali, comme partout en Afrique subsaharienne mais là particulièrement, la kora (un croisement de luth et de harpe doté de 21 cordes, « sept pour le passé, sept pour le présent, sept pour le futur », dit-on) est un instrument noble aux origines mythiques. Un objet précieux qu'on ne met pas entre toutes les mains car sa pratique est réservée à une élite : les « griots ».

Cela peut paraître anti-démocratique (et il existe des musiciens maliens qui n'ont pas hésité à contourner cette règle, et même des musiciennes comme Madina N'Diaye, femme, peule et koriste volontaire) mais c'est là le résultat d'une tradition séculaire construite sur une société de caste qui veut que, par exemple, les Diabaté et les Sissoko soient le plus souvent des dynasties de joueur de kora. De destin plus noble en tant que musicien, on ne peut guère rêver.

Nouvelles cordes anciennes

L'héritage familial de Ballaké Sissoko pourrait ainsi laisser croire qu'il est un pur fruit de cette tradition quand en réalité, il est surtout un autodidacte, un outsider musical que ses parents destinaient à une carrière d'avocat ou de médecin, comme c'est souvent le cas pour les fils aînés de grandes familles.

Pourtant, à 13 ans à peine, il remplace son père, Djelimady, koriste de grande renommée prématurément décédé, au sein de l'Ensemble Instrumental du Mali (ce qui fit de lui un très jeune fonctionnaire) avant que son cousin, Toumani Diabaté, le grand maître qui a ouvert en grand les portes de la kora à l'international, ne le prenne sous son aile. Ironie de l'Histoire, les pères des deux musiciens, tous deux pensionnaires de l'EIM, avaient d'ailleurs enregistré ensemble en 1971 un disque qui fit date, Cordes Anciennes. En « réponse », les deux fils prodigues enregistreront en 1999 Nouvelles Cordes Anciennes. Tout un symbole.

Ballaké insiste donc sur le fait qu'on ne l'a poussé à rien, que cette « succession » n'allait pas de soi. C'est en cachette qu'il a suivi, en lui piquant son instrument lorsqu'il avait le dos tourné, les traces de son père – le manche sur lequel il joue encore aujourd'hui provient d'ailleurs de la kora paternelle. Djelimady avait appris à en jouer en Gambie, le grand-père maternel de Ballaké, lui, pratiquait au sud du Sénégal, en Casamance.

Preuve que s'il est un instrument de caste, la kora ne connaît guère de frontières, en tout cas pas celles que l'on connaît et qui bien souvent tiennent plus de la cicatrice post-coloniale que de la délimitation franche et nette entre deux nations et deux cultures – si tant est que cela existe véritablement. Ainsi le territoire mandingue, celui de l'ancien empire et théâtre à ciel ouvert de la culture de la kora, s'étend sur la Gambie, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Mali et de vastes régions du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal.

L'étranger

Et si l'axe fort des Détours de Babel est cette année l'exil et la notion d'étranger, on ne peut guère dire que Sissoko en soi un, où que ce soit, maintenant qu'il s'est fait sa place dans une caste dont on lui refusait l'entrée malgré le droit du sang. Il faudrait savoir où cet homme, qui a touché à tous les mélanges musicaux avec des musiciens de tous horizons, joué dans des abbayes avec des percussionnistes iraniens, des flûtistes américains (Nicole Mitchell et son Black Earth Ensemble d'avant-garde jazz), des rappeurs français ou pratiqué la musique de chambre avec le Français Vincent Segal (qui ne jure que par lui), mais aussi avec Sting ou le pianiste Ludovico Einaudi, peut bien être un étranger alors que sa kora, cet instrument à la pratique si fermée, est paradoxalement devenu un passeport pour le monde.

Car l'avenir des joueurs de kora, comme c'est le cas pour de nombreux musiciens africains, se joue maintenant « à l'étranger » justement. Où d'ailleurs la tradition mandingue trouve des correspondances, étonnantes ou pas, avec des musiques aussi différentes que le flamenco, le baroque, les musiques apuliennes, la tradition grecque...

C'est ce dont s'est aperçu la génération de koristes à laquelle appartient Ballaké Sissoko : que les traditions en rejoignaient d'autres et n'avaient rien à craindre de l'ouverture. Et que peut-être malgré l'importance des « sept cordes du passé », les « sept cordes du futur », que l'on pourrait appeler les « Nouvelles cordes anciennes », sont peut-être celles qui sont les plus à même de permettre à la kora de perpétuer la tradition en la bousculant, quand tant d'instruments traditionnels africains disparaissent purement et simplement – Toumani Diabaté ne pense pas différemment, lui qui a formé Madina Ndiaye à contre-courant de l'étiquette.

Comme le dit Ballaké Sissoko : « Griots ou non, ce qui distingue notre génération, c’est que les anciens privilégiaient toujours les traditions. Nous, nous les respectons, mais nous jouons avant tout nos émotions. » Et c'est encore ce qu'il y a au monde de mieux partagé, de plus poreux. Et donc de moins étranger à quiconque.

Ballaké Sissoko, dimanche 22 mars à 12h au Musée dauphinois (dans le cadre du Brunch #1) et à 16h au Musée d'art sacré contemporain (Saint-Pierre-de-Chartreuse)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 1 mars 2022 Déjà ? Oui, parce que la dernière édition des Détours de Babel a eu lieu en septembre dernier, cause Covid. Et cette année, le festival reprend son tempo (...)
Mardi 21 septembre 2021 Deux occasions encore de bruncher en musique avec Détours de Babel, dimanche 26 septembre et dimanche 3 octobre au Musée Dauphinois, toute la journée à (...)
Jeudi 18 mars 2021 Habituellement organisé au printemps, le festival grenoblois espère retrouver son public à l’automne. En attendant, jusqu’au 10 avril, il propose des Rendez-vous numériques via son site Internet. L’équipe du Petit Bulletin vous propose de cliquer...
Mardi 12 mars 2019 C’est parti pour la neuvième édition des Détours de Babel, festival estampillé « musiques du monde, jazz, musiques nouvelles ». Soit l’occasion, pendant plus de trois semaines (du 15 mars au 7 avril), de découvrir des artistes de tous...
Mardi 13 mars 2018 C’est parti pour la huitième édition des Détours de Babel, festival centré, comme l’indique son sous-titre, sur les musiques du monde, le jazz et les musiques nouvelles. Une manifestation comme chaque année d’une grande richesse, même si pas mal de...
Mercredi 21 juin 2017 Pour sa 19e édition, le festival Cordes en Ballade nous emmène parcourir le monde entier à la rencontre des "cultures en harmonie". Au cœur de l’Ardèche méridionale, le Quatuor Debussy, initiateur de l’évènement, a su conquérir un large public.
Mardi 21 mars 2017 C’est parti pour la septième édition des Détours de Babel, exigeant festival de « musiques du monde, jazz et musiques nouvelles ». On a disséqué la (foisonnante) programmation, et on en a sorti plusieurs coups de cœur. Dont la double venue...
Mardi 21 mars 2017 On a parcouru l'ensemble de la programmation du festival centré sur « les musiques du monde, le jazz et les musiques nouvelles ». Et on en a sorti cinq (ou plutôt six) propositions à vivre d'ici le vendredi 7 avril, date de clôture de la...
Mercredi 15 mars 2017 Zoom sur les premières dates du festival Les Détours de Babel qui commence ce vendredi 17 mars.
Mardi 22 mars 2016 Depuis 2011 a lieu chaque début de printemps à Grenoble (et en Isère) un festival exigeant centré sur des musiques que l’on n’a pas l’occasion d’écouter tous les jours. Son nom ? Les Détours de Babel. Avant de zoomer sur l’alléchante programmation...
Mardi 15 mars 2016 Si on en parlera plus longuement dans le numéro du mercredi 23 mars, sachez que la sixième édition des Détours de Babel, « festival des musiques du (...)
Vendredi 19 février 2016 Ces deux mois seront riches en événements du côté de la Belle électrique, de la Bobine, de la Source, de la MC2... La preuve en dix points à base de Feu! Chatterton, de Rover, de Nada Surf ou encore de Détours de Babel. Stéphane Duchêne et Aurélien...
Mardi 10 novembre 2015 On ne présente plus Toumani Diabaté, sans doute le plus grand joueur de kora vivant – on peut discuter de l'attribution du titre avec Ballaké Sissoko. Mais (...)
Mercredi 16 septembre 2015 Il y aura du monde les prochains mois dans les différentes salles de l'agglo grenobloise, dont beaucoup de très bons musiciens. Comme Jay Jay Johanson, Kraftwerk, Christophe, The Jon Spencer Blues Explosion, Socalled...
Mardi 17 mars 2015 Zoom sur certaines propositions de cette nouvelle édition des Détours de Babel, festival on le rappelle dédié aux musiques du monde contemporain et centré cette année sur le thème de l’exil. Aurélien Martinez et Stéphane Duchêne
Lundi 31 mars 2014 Les Détours de Babel, ce n’est pas seulement un festival musical. C’est aussi un grand nombre de rencontres culturelles, débats, conférences et ateliers pédagogiques. Depuis deux ans, Vincent Tournoud est chargé d’actions culturelles, relations avec...
Mardi 25 mars 2014 C’est parti pour trois semaines dédiées à «l’art musical» sous toutes ses formes grâce à l’exigeant festival Les Détours de Babel, centré cette année sur les rapports entre musique et nature. Rappel du projet et sélection de concerts et autres...
Mardi 18 mars 2014 On ne fera à personne l'affront de présenter Erik Truffaz et Enki Bilal, respectivement trompettiste électrojazz aux milliers de collaborations et géant de la (...)
Vendredi 26 avril 2013 Ici et làSamedi 20 avril, deux soirées de clôture de festival se tenaient. Celle des Détours de Babel, à la MC2 : un bal trance (photo) organisé par l’association (...)
Mardi 2 avril 2013 Pour la troisième édition du festival, l’équipe des Détours de Babel a choisi de se pencher sur la question de la religion et de son traitement par les différentes musiques d’ici et d’ailleurs. Un axe passionnant tant l’histoire musicale est...
Vendredi 11 janvier 2013 Les Détours de Babel est un festival qui porte plutôt bien son nom : les partisans de l'étiquetage musical y perdent, comme au pied de la biblique tour, leur (...)
Vendredi 16 mars 2012 Pour la deuxième édition des Détours de Babel, émanation des anciens Grenoble Jazz Festival et 38e Rugissants, les musiques en résistance seront mises à l’honneur. Pour en savoir plus, rencontre avec Benoît Thiebergien et Jacques Panisset,...
Mercredi 30 mars 2011 Sauvagement bousculée par l’actualité, la première édition des Détours de Babel s’offre néanmoins à nous avec son lot de promesses artistiques mirobolantes. François Cau
Jeudi 28 octobre 2010 World / L’album est splendide. Ce Chamber Music du Malien Ballaké Sissoko et du Français Vincent Ségal renferme une grâce envoûtante. L’harmonie est parfaite (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter