"Pet Sounds" : Brian Wilson en plein dans le culte aux Nuits de Fourvière

Brian Wilson célèbre Pet Sounds

Théâtres romains de Fourvière

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

À Lyon / Événement cet été à Lyon, aux Nuits de Fourvière : l'Américain Brian Wilson, grand maître d'œuvre des Beach Boys, vient célébrer son chef-d'œuvre "Pet Sounds", 50 ans l'an dernier. Un album mythique et concurrent sérieux au titre de meilleur album d'une pop music qu'il contribua à révolutionner, l'élevant au rang d'art majeur.

L'année même des 50 ans du Sgt. Pepper des Beatles, se pose fatalement la question de savoir quel est le meilleur album pop de tous les temps. Dans la balance, on trouve bien sûr Sgt. Pepper (sinon on n'en parlerait pas) mais aussi deux ou trois autres pépites du Fab Four : Rubber Soul, Revolver, l'album blanc – les avis divergent...

Mais comme il n'y a pas que les Beatles dans la vie, d'autres vous répondront que le meilleur candidat à opposer à l'œuvre tardive des Beatles (au risque de choquer les beatlesmaniaques) est celle d'un génie fou de 23 ans (à l'époque), qui en 1966 accoucha d'un album intitulé "Bruits d'animaux de compagnie" –soit Pet Sounds. Un disque dont on pourrait dire qu'il est lui aussi un album des Beatles. Car c'est en se comparant à la grandeur des Liverpuldiens et à leur Rubber Soul que Brian Wilson (puisque c'est de lui qu'il s'agit) a fomenté son propre chef-d'œuvre contre vents, marées et attaques de panique. Un disque des Beach Boys mais composé en solo et assumé comme tel.

À l'époque, les Beach boys sont considérés comme un boys band des plus efficaces et Wilson comme un redoutable accoucheur de tubes contant ad libitum des histoires de filles, de bagnoles et surtout de surf. L'entreprise est familiale. Elle est menée d'une main de fer par Murry Wilson, l'un de ces paternels sociopathes dont l'ambition dévorante a brisé plus d'une jeunesse (cf. Joseph Jackson), qui exploite le talent de Brian et ses frères Carl (guitare) et Dennis (batterie). Avec leur cousin Mike Love et leur voisin Al Jardine (et, un temps, son remplaçant David Marks), ils collectionnent les tubes depuis 1962 Surfin' USA, I Get Around, When I Grow Up (To Be a Man)...

« On ne sait même pas surfer »

En 1965, mal remis du choc Rubber Soul, Brian Wilson, qui a déjà arrêté les concerts, souffrant de misanthropie aigüe et d'un début de schizophrénie, ne veut plus entendre parler de surf : « On ne sait même pas surfer » dit-il – ce qui est vrai puisque seul Dennis est un surfer régulier.

Brian veut faire de la grande musique et surtout il veut contrer sur son territoire (géographique) et leur terrain (musical) les ambassadeurs de cette "British Invasion" qui déferle sur le pays – à commencer par les Beatles donc. De fait, c'est sans les autres Beach Boys, alors en tournée, mais avec un groupe de célèbres musiciens de studio surnommé « The Wrecking Crew » (dont le batteur Hal Blaine, le bassiste Carol Kaye et le guitariste Barney Kessel), que Brian enregistre Pet Sounds.

Les textes sont laissés aux soins du parolier Tony Asher qui fait des merveilles comme ce « I may not always love you » pour ouvrir la chanson d'amour ultime God Only Knows. Et avec l'aide de ses musiciens, Brian expérimente toutes les possibilités d'un studio devenu (comme chez Phil Spector, l'une de ses idoles) un véritable instrument, traduit en sons les idées les plus folles, en musique et en histoires les bruits les plus saugrenus – aboiements, cloches, sabots, grelots, train qui s'éloigne...

« La plus belle chanson d'amour jamais écrite »

Le reste de l'effectif, de retour du Japon, viendra ensuite enregistrer les voix, hallucinantes harmonies vocales qui donnent au disque un caractère quasi-religieux que ce soit sur cette chanson folk bahaméenne revisitée qu'est Sloop John B ou, encore, l'enchanteur God Only knows la plus belle chanson d'amour jamais écrite » dira Paul McCartney) où la voix de Carl, décédé en 1998, touche au sublime.

Si Rubber Soul avait élevé la pop au rang d'art à part entière, Pet Sounds était, en 1966, un saut quantique dans l'inconnu : le doo wop, la surf music, Spector, la musique moderne de Charles Ives se mêlent en une symphonie fantastique où l'avant-garde pop touche pourtant droit au cœur. Mais les Beach Boys, avec en tête Mike Love (qui détient aujourd'hui les droits sur le nom Beach Boys et le droit de se produire en concert sous ce nom), sont dans un premier temps sceptiques quant au potentiel commercial de Pet Sounds qu'ils trouvent trop audacieux.

S'ils acceptent de le sortir en 1966, l'album se vend mal et leur label, Capitol, publie dans la foulée un best-of pour le pousser dans l'ornière de l'oubli. Sauf que Pet Sounds n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Cette fois ce sont les Beatles qui trouveront dans ce disque le shoot d'émulation qui les poussera à l'excellence sur Sgt. Pepper. La légende Pet Sounds est alors en marche. Elle est aujourd'hui un morceau d'Histoire. À redécouvrir religieusement.

Brian Wilson
Au Théâtre antique de Fourvière (Lyon) lundi 17 juillet à 21h

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 19 juin 2023 Le directeur Dominique Delorme passant la main après cette édition, les Nuits de Fourvière ont concocté un programme musical à la forte teneur en nostalgie qui permettra de revivre quelques-uns des grands moments passés. Parmi eux, les concerts...
Mardi 21 juin 2016 Si, d'ici le 30 juillet,  des grands noms fouleront la scène de l’amphithéâtre lyonnais (Michel Polnareff, les Pixies, Christophe, The Last Shadow Puppets…), d’autres sans doute un peu moins connus – mais tout aussi passionnants – seront...
Mercredi 24 juin 2015 Après une édition 2014 riche en prises de risques, le festival phare de l'été lyonnais est revenu à ses fondamentaux bankable. On peut le déplorer. On peut, plus prosaïquement, se satisfaire de l'aubaine que constitue la venue d'artistes de haute...
Lundi 17 mars 2014 58 jours de festival (du 3 juin au 30 juillet), autant de spectacles (soit douze de plus que l'an passé), des rendez-vous au TNG, à Gadagne ou à la Maison (...)
Lundi 25 mars 2013 Pour certains, le début du printemps coïncide avec la floraison des crocus et le réveil des hérissons. Pour d'autres, elle s'incarne dans un bouillonnement (...)
Jeudi 21 juin 2012 Les Nuits de Fourvière ne se contentent pas du théâtre, de la danse et de la musique pour faire scintiller les soirées lyonnaises. Le festival s’ouvre au cirque en formule solo ou troupe grâce à David Dimitri et la compagnie Circa. Découverte de ces...
Lundi 26 mars 2012 Et voici la programmation complète (ou presque, tant elle est riche) des Nuits de Fourvière 2012 ! Certains événements étaient déjà connus, mais s’y ajoutent (...)
Mardi 14 juin 2011 On pourrait dire qu’avec leur site unique et leur programmation aux petits oignons, les Nuits De Fourvière sont sorties de la cuisse de Jupiter. Mieux (...)
Lundi 31 janvier 2005 La Samaritaine fermée, Les Nuits de Fourvière, par l'éclectisme étonnant de leur programmation 2005, peuvent récupérer leur slogan : "On trouve de tout aux Nuits de Fourvière". Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X