La Position de l'Amour au Magasin : offrandes un peu sèches

Réouverture / Joliment intitulée "La Position de l'amour", l’exposition d’ouverture du Cnac Le Magasin réunit une dizaine de (jeunes) artistes qui tentent de continuer de créer dans un monde en crise. Pas inintéressant sur le papier, mais un peu sec quant à ce qui est donné à voir au spectateur...

Ouvert au milieu des années 1980, le centre d'art du Magasin était alors emblématique des mutations de l'art contemporain sur le territoire français. À cette époque, pas si lointaine et pourtant révolue, les artistes, soutenus par des moyens financiers conséquents, étaient souvent invités à réaliser de spectaculaires installations destinées à dialoguer avec d’anciens lieux industriels fraîchement réhabilités en centres d’art. 40 ans plus tard, la donne a changé. Les moyens ne sont plus les mêmes, les politiques sont plus prompts à financer la culture événementielle que le travail de fond mené par une institution de terrain, et surtout les pratiques artistiques sont tout autres. Soucieux des questions sociales, postcoloniales et écologiques, les artistes ne sont plus tellement dans la logique de la méga-prod au bilan carbone déplorable ; et c’est bien ce qui frappe lors de la visite de la première exposition du renouveau du Magasin, intitulée La Position de l'amour.

à lire aussi : Béatrice Josse : « L’art contemporain, c’est autre chose que des expositions »

Rituels de régénérescence 

De la même manière qu'après la Première Guerre mondiale, l'artiste dadaïste Kurt Schwitters réalisait des collages à partir des débris trouvés en arpentant les rues d’une Allemagne ruinée, la plupart des artistes de cette exposition travaillent souvent avec le trois fois rien, le dérisoire dans un monde qui s'effrite (s'effondre ?) continuellement. Par le biais de pratiques qui s'apparentent parfois à des sortes de rituels, ils s'attachent à ré-insuffler de la poésie à une société qui en est dépourvue. Autant d'actes de résistance qui témoignent d'une volonté de ne pas se résigner, et dont le cri libérateur d'Abbey Lincoln, en début de parcours, est symptomatique. Cela passe souvent par des démarches qui empruntent à la magie (les "sorts" de Gabrielle L’Hirondelle Hill), agissent comme des rituels de régénérescence (la déambulation de Rebecca Bellantoni) et réactivent la notion d'offrande (Gabrielle L’Hirondelle Hill, Ivan Cheng, Prune Phi) – comme une volonté de réinjecter du sacré dans un monde déserté de Dieu (bien qu'investi par les religions). 

Si ces pratiques sont pleines de sens, on s'interroge tout de même sur ce qu'en percevra le visiteur qui aura la curiosité de passer les portes du Magasin. En effet, paradoxalement, ces œuvres dont la démarche évoque souvent le partage, l'échange et le don, ne sont pas franchement généreuses avec le public qui vient les découvrir dans leur forme d'exposition. Et on peut se demander alors (comme avait pu le faire Béatrice Josse, la directrice précédente du Cnac) si finalement, l'exposition est vraiment le meilleur moyen de rendre compte des intentions artistiques de ces artistes…

à lire aussi : Céline Kopp : « Le Magasin doit rouvrir le plus vite possible »

Revalorisation des stocks

C’est d’ailleurs lorsque les artistes sortent de l’exposition et s’emparent des espaces de vie du centre d’art que la mayonnaise prend. L’accueil, la librairie, l'espace enfants, réaménagés à partir de tout un tas de rebuts trouvés dans les stocks du Magasin par un collectif d'artistes réunis par l'atelier de design Stromboli, sont à la fois classieux, élégants et chaleureux. Leur démarche concilie approche conceptuelle en prise avec les réalités contemporaines et proposition plastique stimulante pour le regardeur, tout ce qui fait un peu défaut à bon nombre de pièces de l’exposition. On retiendra tout de même dans celle-ci les ambiances sonores captivantes de la vidéo de Rebecca Bellantoni, le documentaire de Valentin Noujaïm, la micro-installation narrative d’Alvaro Urbano (où il serait question d’attente, d’emménagement et d’espoir, comme en écho à la réouverture), et l’installation vidéo de Hannah Quinlan et Rosie Hastings, qui anime puissamment le fameux espace de la rue.

La Position de l'amour jusqu'au 12 mars 2023 au Magasin, 0€/5€

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 5 octobre 2021 Deux boutiques estampillées « Les petits magasins » par Grenoble Alpes Métropole ont été inaugurées mercredi : La Remise au 122, avenue Jean-Perrot à Grenoble, (...)
Dimanche 18 avril 2021 Fermé de longue date, le Magasin des Horizons suscite l’intérêt d’un collectif, qui défend l’idée de le rouvrir pour « un CDD choisi » d’un mois. Les conditions d’une telle présence durable faisaient toujours l’objet de discussions...
Lundi 22 mars 2021 Toujours fermé à ce jour, le Magasin des Horizons fait l’objet de rumeurs alarmantes. Si ses tutelles publiques disent vouloir continuer à le soutenir, il est difficile de savoir de quoi son avenir sera fait. Une situation inquiétante que nous avons...
Lundi 20 avril 2020 Toujours soucieux d’interroger la place et le rôle d’un centre d’art au sein de la cité, le Magasin des horizons réagit à la situation de confinement en investissant Internet et en continuant à inventer de nouveaux formats. Nous en avons discuté...
Mardi 4 février 2020 Originaire de Guadeloupe, l’artiste Minia Biabiany investit l’espace d’exposition du Magasin des horizons avec une installation portée par ses réflexions sur l’identité guadeloupéenne et son histoire. Étonnant, sobre et poétique.
Mardi 10 septembre 2019 Toujours en prise avec l’actualité, le Magasin des horizons ouvre une magnifique exposition sur les rapports que l’Homme entretien à la Terre. Au programme : de l’écologie, du féminisme, des figures historiques de l’art de la performance et pas...
Mardi 22 mai 2018 Malicieusement intitulée "Je marche donc nous sommes", l'exposition collective du centre d’art le Magasin des horizons s’attaque, avec principalement des vidéos, au versant contestataire de la marche. Une proposition tout en sobriété et originalité...
Mardi 18 avril 2017 Grenoble est une très vieille ville, pleine d’impressionnants vestiges des siècles passés. Mais Grenoble est également une ville en mouvement que les architectes ont continué de façonner au siècle dernier. La preuve en douze monuments phares du XXe...
Mardi 4 avril 2017 Événement « transgenre, transculturel et transgénérationnel » organisé à l’initiative du Magasin des horizons, "Les Sororales" accueille cinq jours durant rencontres, concerts, films, ateliers et spectacles autour des figures emblématiques de...
Mardi 6 décembre 2016 Déplacée, renommée et réduite, l’exposition de Noël du Magasin retrouve les murs du centre d’art qui la pense. Intitulée "Horizon (2016)", la proposition dévoile les travaux de 17 artistes entre la France, l’Italie et la Suisse, pour un tour...
Mardi 8 novembre 2016 Il n’y a rien à voir, ou presque, dans la nouvelle exposition du centre national d'art contemporain de Grenoble. Il y a cependant beaucoup à découvrir avec la proposition "Hausser le ton". En vidant ses salles et en laissant libre cours aux...
Mardi 14 juin 2016 Se réapproprier le centre d'art par le jeu afin de décloisonner les rapports parfois austères entre l'art contemporain et le public, tel est le dessein de la nouvelle exposition du Magasin. Avec ses œuvres interactives et accessibles, "Briser la...
Mercredi 24 février 2016 En parallèle de l'exposition de Didier Faustino prolongée jusqu'au 27 mars, le Magasin présente les lauréats de ses expositions de Noël 2013 et 2014. L'occasion de retrouver des artistes intéressants, avec comme grand gagnant le médium vidéo.
Mardi 22 décembre 2015 Pour sa neuvième édition, l'exposition de Noël du Magasin s'avère inégale même si certains artistes méritent le détour. Direction l'Ancien musée de peinture.
Mardi 22 décembre 2015 Cette année à Grenoble, on a notamment eu droit à de la politique culturelle difficile à suivre et de l'art contemporain dans la tourmente.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter