Nouveaux chapeaux pour Alice

CONNAITRE | Julián Ríos Tristram

| Mercredi 14 mars 2007

On n'est pas surpris de voir Julián Ríos édité chez Tristram. L'écrivain espagnol rejoint au catalogue de l'éditeur des précurseurs comme Maurice Roche, Arno Schmidt ou Hubert Lucot, ayant en commun d'être des auteurs qui inventent un langage, qui bousculent les codes narratifs et dont l'œuvre exigeante est bourrée de fantaisie et d'inventivité. Il en est ainsi de Nouveaux chapeaux pour Alice, textes qui s'inscrivent dans la lignée d'un livre paru chez Corti en 1994 (Chapeaux pour Alice), réédité ici dans sa version définitive. On y retrouve la fulgurance de Julián Ríos qui nous livre une multitude d'histoires courtes qui ne sont ni véritablement des nouvelles, encore moins des chapitres, mais plus certainement des instantanés, des flashs, des contes miniatures truculents et envoûtants. Ces histoires extraordinaires, qu'un chapelier étrange raconte à Alice à chaque fois qu'il la coiffe d'un nouveau couvre-chef, nous transportent vers tous les coins du globe et à toutes les époques, grâce à une puissance d'évocation, une verve et un pouvoir d'imagination qui semblent sans cesse repousser les limites de l'acte littéraire. Tristram publie un autre texte de Julián Ríos, Chez Ulysse, récit stimulant, ludique et érudit qui nous mène dans les coulisses du roman de James Joyce en nous en révélant les références et les mécanismes de création. Un coup double qui confirme l'originalité et l'intelligence de l'écrivain espagnol, dont l'œuvre ne ressemble décidément à aucune autre. YN

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Julián Ríos

CONNAITRE | Pont de l’Alma Tristam

Aurélien Martinez | Vendredi 26 février 2010

Julián Ríos

Dans la nuit du 31 août 1997, une Mercedes noire conduite par le chef de la sécurité du Ritz, s’écrasait contre l’un des piliers du tunnel du Pont de l’Alma, provoquant la mort de ses deux passagers, Lady Diana et son compagnon. Ce fait divers, élevé au rang d’événement mondial pour un personnage qui avait petit à petit acquis un statut d’icône médiatique et de mythe moderne, est le point de départ de "Pont de l’Alma", le nouvel objet littéraire non identifié de l’écrivain espagnol Julián Ríos. À la manière de son narrateur, le récurrent Emil Alia, dont l’appartement donne sur ce fameux pont, il se penche sur les enjeux de cette disparition, entre fascination pour le personnage, regard sur le fanatisme qu’elle déclenche et mise en scène d’une abracadabrante théorie du complot. Mais "Pont de l’Alma" est bien plus qu’un récit sur les dernières heures de la Princesse de Galles. À partir de cet événement, Julián Ríos tisse un roman labyrinthique et foisonnant sur la ville de Paris (les fantômes qui la peuplent, son fleuve, ses mythes et ses correspondances secrètes), mais aussi sur la peinture, l’écriture, le temps ou la mémoire. On y retrouve l’érudition d’un auteur qui fait de la lit

Continuer à lire