Chaos dans les monts d'or

Dorotée Aznar | Mercredi 11 juillet 2012

Le chaos, sa demeure, ses mises en demeure… La Demeure du chaos a fait couler beaucoup d'encre moins pour ses qualités artistiques (elles-aussi controversées) que pour ses démêlées judiciaires (toujours en cours) contre la municipalité où elle se situe, Saint-Romain-au-Mont-d'Or. Où elle se situait pourrait-on dire, tant l'ancien et très beau relais de poste du XVIIIe siècle, appartenant à l'homme d'affaires Thierry Ehrmann (qui y a installé à la fois son domicile et son entreprise Artprice), a été carbonisé, éventré, déstructuré… Jusqu'à accueillir ici et là des carcasses d'avion militaire, d'hélicoptère, de voitures ou de tank, un grand bunker, une mini plateforme pétrolière, une reproduction à échelle réduite de Ground Zero, etc.

Que ce Facteur Cheval du XXIe siècle soit fortuné ne l'empêche pas d'invoquer la bande à Dada, les zones d'autonomie temporaires de l'anarchiste Hakim Bey, l'ésotérisme alchimiste ou encore Artaud, Beckett, Foucault… Peut-on être businessman et activiste underground, that is the question ?

Pour y répondre, il faut et il suffit de faire un petit saut dans le vide de ladite demeure. Une chose est sûre : Thierry Ehrmann est aussi et surtout un mordu d'actualité et tente de faire battre le pouls de la Demeure au rythme des événements du monde, affichant par exemple en temps quasi réel les portraits des personnages qui font la Une des journaux. C'est d'ailleurs cette frénésie d'actualité qui nous a laissé la plus forte impression en visitant les lieux.

Jean-Emmanuel Denave

La Demeure du chaos
À Saint-Romain-au-Mont-d'Or
Entrée libre les samedi, dimanche et jours fériés de 15h à 19h
www.demeureduchaos.org

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le corps en déraison de Thomas Foucher à la Demeure du Chaos

Peinture | Depuis onze ans, Thomas Foucher abreuve les murs de la Demeure du Chaos de portraits. Aujourd’hui, son fondateur Thierry Ehrmann lui a confié l’exposition annuelle du musée, lui permettant de dévoiler des travaux personnels hautement sensitifs et vertigineux.

Sarah Fouassier | Mardi 22 mai 2018

Le corps en déraison de Thomas Foucher à la Demeure du Chaos

Dans le ventre de l'imprenable Demeure de Saint-Romain-au-Mont-d’Or, se tisse la petite histoire d’un peintre dans les interstices de murs qui se risquent à nommer une humanité au bord du précipice. L’inintelligibilité du monde, ou plutôt sa déraison, fascine et traverse le corps de Thomas Foucher. Si le monde a peur du précipice, lui le regarde de biais et poursuit sa quête de sens de l’existence. « En haut, en bas, partout, la profondeur, la grève, / Le silence, l’espace affreux et captivant… / Sur le fond de mes nuits Dieu de son doigt savant / Dessine un cauchemar multiforme et sans rêve » (C. Baudelaire, Le Gouffre, vers 4 à 8). De ce cauchemar baudelairien pour l'abîme, l’on ne vacille point au regard des peintures grand format enfoncées dans les chapelles du jardin de la Demeure du Chaos. Elles triomphent. Pas d’une façon suffisante. Elles triomphent dans la modestie et se délectent de ses images que l’on a forcément vues sur un journal, un vieux livre de photographies ou rencontrées dans la nature. Le cor

Continuer à lire