Aux arts, citoyens !

CONNAITRE | Pour la douzième année consécutive, Villeurbanne offre à ses habitants (et aux autres) quatre jours de festivités en plein air avec Les Invites. Coup de projecteur sur ce festival généreux et chaleureux, le temps d'une rencontre avec Patrice Papelard, son créateur-concepteur. Propos recueillis par Nadja Pobel

Nadja Pobel | Vendredi 14 juin 2013

Photo : © Gilles Michallet


Comment Les Invites sont-elles nées ?
Patrice Papelard : A l'initiative de Jean-Paul Bret, quand il a décidé de se présenter à la mairie de Villeurbanne en 2001. Je l'avais connu lorsqu'il était adjoint à la culture, à l'époque des Eclanova, pour lesquels il m'avait recruté. C'était un festival gratuit de 1989 à 1995, avec plus de musique que dans Les Invites mais où j'avais déjà amené les arts de la rue. Avec Les Invites, on voulait proposer au public de nous rencontrer, utiliser des matériaux pour transformer l'espace urbain et, en plus, confier à des associations la restauration. Manger et boire ensemble faisait partie intégrante du projet artistique. C'était très important.
 
S'agissait-il déjà d'un festival dit «pas pareil» ?
On avait déjà inventé ça oui. «Pas pareil» car il était basé sur la gratuité et la participation et parce que dès la première année on a voulu un mélange d'exigence artistique et de convivialité.
 
Les Invites est en ce sens un événement profondément villeurbannais, comme la Fête du livre jeunesse. Vous sentez une cohérence sur le territoire ?
Oui mais il faut avoir de la modestie dans nos ambitions. Je ne suis qu'un accélérateur de particules. L'esprit villeurbannais existait avant moi. Il existera après. Nous sommes des passeurs d'artistes, de créations. C'est ça que je veux mettre en avant. La première année, je me suis retrouvé avec soixante-cinq associations et dix conseils de quartier à l'écoute du projet. C'est fou !
 
Le festival d'aujourd'hui est-il le même que celui que vous aviez imaginé il y a douze ans ?
Il a évolué dans la forme. J'ai relu il y a peu de temps le projet initial et, sur le fond, il n'a pas bougé. La taille du lieu de travail – les Ateliers Frappaz - a changé (de 400 m² à 4500 m²), on a renforcé la création avec l'accueil en résidence de vingt-cinq compagnies par an, il y a moins de musique car les cachets des artistes sont de plus en plus élevés, à cause de l'effondrement des revenus des ventes de disques... Néanmoins, le terreau ne bouge pas, avec quarante-cinq associations qui feront à manger dans les différents lieux, des habitants qui participent à une ou deux créations… Mais on est en train de réfléchir à la suite. Le festival a douze ans, c'est un ado. Il va falloir l'amener à grandir.
 
Un mot sur la programmation de cette année. Vous avez notamment choyé les enfants...
Oui, les enfants s'éclatent le mercredi chez nous. Le centre-ville est rendu piéton, il n'y a pas de risques. Cette année nous avons créé pour eux un univers marin à même la rue, avec un plafond représentant la mer et à travers lequel on voit le bleu du ciel. Il y a un banc de cent-cinquante poissons, une boîte de sardines géantes, un bateau échoué, une carcasse de baleine qui remue la queue et jette de l'eau… On a présenté ça fin mai et on a eu un super retour des adultes. Le but est aussi qu'ils redeviennent des gosses. C'est très festif mais ça a demandé trois mois de boulot avec les habitants, les enfants des écoles, etc.
 
Côté théâtre de rue, on trouve des troupes très connues comme Délices Dada ou KompleXKapharnaüM, mais aussi des éléments plus intrigants, comme ces séniors de la compagnie Adhok qui s'enfuient d'une maison de retraite…
Oui ça a été créé l'an dernier. Cette année, ils tournent beaucoup. C'est un compromis entre le jeu théâtral et les arts de la rue. Tout est parfait. Il y a deux formes. La première est déambulatoire avec des papis et mamies qui quittent leur maison de retraite. Ils sont d'abord affolés mais dès qu'ils prennent possession de la rue, ils ne veulent plus la rendre et se révoltent. L'autre est plus classique et raconte les souvenirs et le quotidien de ces gens. Le texte est magnifique. J'ai vu le spectacle trois fois et il réunit tout le monde : les amoureux du théâtre, ceux qui n'y vont jamais, ceux qui passent par là...
 
La programmation musicale a beau être elle aussi faite avec les moyens du bord, elle propose son lot de stars et de groupes en vogue comme La Femme ou Skip & Die...
Pour la musique, je travaille avec un vieux complice, Guillaume Bourreau, qui défriche très tôt les groupes de l'année. Mais il faut être clair : le festival s'adresse à un très large public et 90% des gens ne savent pas qui est La Femme. On en fait une tête d'affiche, mais ils ne sont pas connus. Peu de gens regardent Le Grand Journal de Canal +, où ils sont passés pendant les JT de TF1 et France 2. Et puis on a un ou deux repères dont on a toujours entendu parler par un biais ou un autre, comme Rachid Taha, qui sera peut-être accompagné de Mick Jones, le guitariste des Clash !
 
Un dernier mot sur les Ateliers Frappaz, dont on connait le nom mais pas forcément la fonction ?
Au commencement, c'est le lieu de travail des Invites. Il s'est ouvert à d'autres missions. C'est un lieu équipé de machines, d'une cour, de bureaux. Nous avons progressivement installé un espace de création en direction des arts de la rue, qui sont assez spécifiques car il faut de la place, de la hauteur... Cette année huit des neuf créations du festival sont passées par les Ateliers. Le lieu est ouvert de 8h à 19h. Bien sûr, on y travaille, mais les gens peuvent passer chercher des informations, s'inscrire et participer…
Les Invites
A Villeurbanne, du mercredi 19 au samedi 22 juin

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Place nette (ou pas)

SCENES | Attention, toute la programmation des Invites ne figure pas dans le programme des Invites ! La compagnie star du théâtre de rue (à laquelle avait été confiée (...)

Nadja Pobel | Vendredi 14 juin 2013

Place nette (ou pas)

Attention, toute la programmation des Invites ne figure pas dans le programme des Invites ! La compagnie star du théâtre de rue (à laquelle avait été confiée l'an dernier la mise en scène de l’hommage à Jean Vilar au Festival d’Avignon), KompleXKapharnaüM, se fendra en effet d'impromptus, de jour comme de nuit, au village du festival et à la Doua, étrennant ainsi les premières esquisses de sa prochaine création (prête pour fin 2014), Do not clean. Ces rendez-vous scelleront une énième collaboration entre cette compagnie villeurbannaise et  le festival, qui l’avait notamment accueillie en 2011 avec le projet Fool, mené avec le groupe High Tone, une immense déambulation dans le quartier des Gratte-ciel qui avait réuni cinq mille personnes. Il s’agira cette fois d’une petite proposition, parfois même imperceptible, visant à s'interroger, toujours dans l'espace public, sur ce que l’on jette, ce que l’on garde et ce que l'on refuse de considérer. Mais qu’on ne s'y trompe pas : Do not clean n’est pas une fable écologique et donneuse de leçon sur le recyclage, quand bien même le collectif s’est

Continuer à lire

L'amour à la machine

SCENES | Un duo pour danseur et pelleteuse. Il fallait y penser. La compagnie Beau Geste, en la personne du chorégraphe Dominique Boivin, l'a fait en 2005 et n'a (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 13 juin 2013

L'amour à la machine

Un duo pour danseur et pelleteuse. Il fallait y penser. La compagnie Beau Geste, en la personne du chorégraphe Dominique Boivin, l'a fait en 2005 et n'a depuis cessé de présenter le résultat aux quatre coins du monde. C'est dire le pouvoir de fascination qu'exerce cette courte pièce (vingt minutes chrono) à mi-chemin de la relecture mécanique de King Kong (plus une magnifique histoire d'amour impossible qu'un récit d'aventure), de la parabole sur la domination croissante des machines et du rêve d'enfant concrétisé. A quoi tient-il ? Au caractère périlleux et par extension spectaculaire de l'exercice, bien sûr, et à la technicité qu'il requiert de ses interprètes. Mais aussi et surtout à l'improbable alchimie qui s'y construit entre l'imposant engin de terrassement, dont le godet se fait tour à tour mâchoire dévorante et main protectrice, et le petit homme tiré à quatre épingles qui tente de l'apprivoiser. Bref, en dépit de la richesse proverbiale des Invites, on ne verra au cours de leur édition 2013 sans doute rien de plus atypique et gracieux que ce pas de deux - d'autant que c'est la voix de

Continuer à lire