À Villeurbanne : lire, pour grandir

Nadja Pobel | Mardi 29 mars 2016

Photo : Claire Cantais © DR + cabochon © Claire Cantais


Pas d'Invites cette année, mais la Fête du Livre est fort heureusement immuable à Villeurbanne ! Son passionné directeur Gérard Picot fera vivre la 17e édition de cette manifestation qui irrigue les espaces publics de la ville et met à l'honneur cette année Claire Cantais. L'auteur-illustratrice a notamment publié (avec Delphine Beauvois) On n'est pas des poupées, sorte de Deuxième sexe à l'intention des enfants dès 4 ans. Où comment faire passer les premières notions de féminisme via la littérature jeunesse. Présente durant ce long week-end, Claire Cantais a aussi effectué, depuis octobre, un travail de terrain dans les écoles de la ville et répondu à cette volonté sans cesse renouvelée de la Fête du Livre de ne pas être seulement un festival sur un temps court.

Transmettre le goût de lire

Outre la traditionnelle librairie et les séances de dédicaces dans la salle Raphaël de Barros, Alice Zeniter, prix du livre Inter pour Sombre dimanche en 2013 et surtout auteur d'un formidable polar paru en septembre, Juste avant l'oubli, sera présente pour accompagner son spectacle musical Un ours, of course, ou comment échapper à sa crise d'identité (MLIS, 1er avril).

Plus reconnue encore (avec une carrière de quarante années !) et spécifiquement dans le domaine de l'enfance, Susie Morgenstern évoquera son œuvre faisant constamment confiance à l'intelligence des minots, parfois adaptée sur les planches comme Lettres d'amour de 0 à 10, un récit d'Ernest, dix ans, qui retrouve ses origines familiales alors en lambeaux, en même temps qu'une fillette se jette dans ses bras. Sans faire des enfants des adultes en miniature, en se mettant à leur hauteur, ce festival accomplit patiemment un devoir indispensable : transmettre le goût de la lecture dès le plus jeune âge ; un des plus solides remparts contre la barbarie. NP

Fête du livre jeunesse
À Villeurbanne du 30 mars au 3 avril

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

À la Fête du livre jeunesse, l'accueil questionné

Littérature jeunesse | Deux jours de festivités autour de la littérature jeunesse avec une cinquantaine d’invités en dédicace, des spectacles, des contes et des ateliers sur le thème de l’autre et de l’accueil : c'est la Fête du livre jeunesse de Villeurbanne.

Lisa Dumoulin | Mardi 20 mars 2018

À la Fête du livre jeunesse, l'accueil questionné

“Bienvenue !” : c’est le thème du festival cette année. Un accueil chaleureux et bien sûr un peu particulier, puisqu’il se positionne en résonance avec notre actualité, celle des mouvements migratoires importants qui confrontent les territoires à la question de l’accueil. Ainsi la cinquantaine d’auteurs, illustrateurs et scénaristes invités se proposent pendant deux jours d’ouvrir le débat sur l’acceptation de l’autre, l’accueil de la différence et d’inviter le public à réfléchir autour de l’altérité. Gérard Picot, le directeur artistique, explique : « Dire bienvenue ! c’est ouvrir notre propre porte. C’est faire fi de notre peur de l’autre nourrie de notre méconnaissance, que l’on ne fasse pas de son voisin un intrus, mais une possibilité de rencontre. » Ainsi les associations Terre d’Hommes et Singa (dispositifs de mise en relation entre les personnes réfugiées et leur société d’accueil) participent à la fête à travers notamment l’exposition Encrages, des illustrations originales sur les thèmes de l’exil et de l’enfance. Rayons expos toujours, des

Continuer à lire

Villeurbanne de l’autre côté du miroir

CONNAITRE | Et si la folie (médiatique, politique) de ces dernières semaines quittait le réel pour revenir à sa place, dans l’imaginaire de la littérature ? En choisissant (...)

Nadja Pobel | Mardi 8 avril 2014

Villeurbanne de l’autre côté du miroir

Et si la folie (médiatique, politique) de ces dernières semaines quittait le réel pour revenir à sa place, dans l’imaginaire de la littérature ? En choisissant le thème "Soyons fous !" pour sa quinzième édition, la précieuse Fête du livre jeunesse de Villeurbanne (qui se déploie dans toute la ville du 9 au 13 avril) promet de faire croire en l’impossible, à l’image de son invité d’honneur, Gilbert Legrand, sculpteur et plasticien qui imagine des personnages-objets aussi amusants que bien pensés : une hache devient un canard grognon, un pinceau un hérisson, une paire de ciseaux un couple enlacé... Compilées chez Sarbacane, ces créations sont à voir, au naturel ou en photo, à la MLIS durant un mois (jusqu’au 26 avril). L’artiste a aussi passé du temps à travailler avec les habitants du quartier de Cyprian-Les Brosses, la Fête du livre jeunesse étant tout sauf un saupoudrage tous azimuts. Au contraire, c'est tout au long de l'année qu'elle se construit avec les Villeurbannais, sous l'égide de son vaillant directeur et fondateur

Continuer à lire

L'île aux grands enfants

CONNAITRE | Non, la Fête du livre jeunesse n'est pas interdite aux adultes. Déjà parce que s'y déploie, de débats sérieux (en tête ceux consacrés au tabou de l'homosexualité et à (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 8 avril 2011

L'île aux grands enfants

Non, la Fête du livre jeunesse n'est pas interdite aux adultes. Déjà parce que s'y déploie, de débats sérieux (en tête ceux consacrés au tabou de l'homosexualité et à la parité dans l'édition) en expositions ciblées (de l'art postal à la place du corps dans les jeux), le B.A.-BA des salons littéraires. Surtout, il faut avoir conscience que le temps où la production dédiée aux lecteurs pré-pubères se résumait à des mascottes neuneus et des récits suintant de bons sentiments est largement révolu. Il suffit de se pencher sur le cast des invités pour s'en convaincre. Du côté des écrivains, on notera en particulier la présence de Jeanne Benameur, qui vient de signer avec Les Insurrections singulières (Actes Sud), portrait d'un ouvrier en pleine crise existentielle, un magnifique roman de révolte. Chez les illustrateurs, on ne manquera pas de jeter un œil aux pétillants gribouillis de Carole Chaix, aux acryliques veloutées de Nicolas Duffaut et aux estampes tridimensionnelles de Zhihong He. Enfin, dans la case BD, l'événement réside dans la venue du surdoué du mouvement Bastien Vivès, dernièrement auteur de Polina (Casterman), élégante et émouvante chronique de l’ascension d'une danseuse

Continuer à lire