L'expressionnisme gratté d'Emre Ohrun

Sébastien Broquet | Mardi 13 septembre 2016

Photo : © Emre Ohrun


Petite merveille sortie ces jours aux éditions Même Pas Mal, sises à Marseille, Medley est signé d'un auteur aimant flouter les frontières : il est Turc, né en Chine, a grandi en Norvège avant d'atteindre les contrées lyonnaises pour suivre le cursus de l'incontournable école Émile Cohl. On résume, mais tel est le cheminement de ce doux (?) rêveur d'Emre Ohrun, qui a finit à sa grande surprise par devenir dessinateur (le repéré La Malédiction du Titanic, en 2012) et illustrateur (du Monde à XXI, ceux qui comptent font appel à lui).

Medley, réalisé sur cinq années, condense ses obsessions en utilisant la technique si particulière de la carte à gratter dont il est devenu une référence, quête du blanc dans l'obscurité exacerbant ses élans expressionnistes. Une méthode découverte par Ohrun via un album de Thomas Ott, mais l'on pense aussi au Dracula de Hippolyte utilisant la même technique, ou côté cinéma au Cabinet du docteur Caligari pour l'atmosphère. Quête d'espoir dans le noir, Medley vaut assurément que l'on se déplace jusqu'au Bal des Ardents le samedi 17 septembre à 16h, où l'auteur sera mis en lumière.


Emre Orhun

Pour sa BD "Medley"
Le Bal des Ardents 17 rue Neuve Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Bal des Ardents, ou l'art de la singularité

Librairie | Si vous n’avez pas encore poussé la porte — une arche de livres — du 17 de la rue Neuve, c’est le moment. S’y niche une librairie généraliste pointue et étonnante.

Julie Hainaut | Mardi 17 mai 2016

Le Bal des Ardents, ou l'art de la singularité

Objectif : dégoter un bouquin rare sur le graphisme pour surprendre son nouveau mec bibliophile. Risque : feuilleter avec ardeur Selle de Ch’val (revue de critique sociale & d’expériences littéraires), se plonger dans Le Matricule des Anges (revue de littérature contemporaine), rester baba devant l’immense fonds de littérature et de sciences humaines, se découvrir une passion pour Chestov, se perdre dans L’Ancêtre de Juan José Saer, repartir avec l’intégralité d’Orwell (les quatre volumes de correspondance et ses deux bios, et non pas seulement sa fameuse Ferme des animaux et son roman d’anticipation 1984), s’enfermer chez soi, lire, s’évader, oublier l’anniversaire de son nouveau mec bibliophile. Bref, vous l’aurez compris, le Bal des Ardents fait perdre la tête. Jusqu’en 2003, le 17 de la rue Neuve abritait La Musardine, une librairie érotique. Salarié du lieu, Francis Chaput-Dezerville la rachète pour en faire une librairie généraliste, « comme antan », à savoir une librairie de fonds. Le Bal des Ardents, clin d’œil au texte de Pierre Bettencourt (poète et plasticien), voit le jour avec un fonds de 3000 ouvra

Continuer à lire

Oriane Lassus : mal de mère

Bande Dessinée | L’illustratrice Oriane Lassus signe Quoi de plus normal qu’infliger la vie ?, un troisième livre qui aborde avec humour la nulliparité, ou le fait pour une femme de ne pas avoir d’enfant. Décapant, mordant et déculpabilisant.

Julie Hainaut | Mardi 5 avril 2016

Oriane Lassus : mal de mère

« T’es jeune, tu changeras d’avis. T’es égoïste. Qui va payer nos retraites ? On t’a maltraitée dans ton enfance ? Tu connaîtras jamais le vrai amour. Ton corps va s’étioler et pourrir. Les enfants, c’est l’avenir. Je connais une femme qu’a pas eu d’enfants, elle est folle. » Dans sa bande dessinée en noir et blanc truffée de punchlines désopilantes, Oriane Lassus pousse un coup de gueule contre la société actuelle, normative et directive. Le trait est nerveux, les corps déformés, les dialogues efficaces. La protagoniste du livre, une jeune femme revendiquant sa volonté de ne pas avoir d’enfants, se heurte à l’incompréhension, l’intolérance, voire au sectarisme du plus grand nombre. Ce plus grand nombre qui juge, s’octroie le droit de penser pour l’autre, refuse la différence. Mais si en réalité, procréer n’était pas si "normal" que ça ? Et si l’égoïste, justement, était ce couple décidant de faire naître un enfant dans un monde si malveillant ? Pourquoi doit-on toujours se justifier de ne pas vouloir d’enfant ? « J’ai commencé à étudier le sujet il y a cinq ans, quand ma sœur était enceinte. Nous avions des points de vue différents. Je

Continuer à lire