Crazy, stupid, love

Les deux réalisateurs d’I love you Philip Morris s’essayent à la comédie romantique chorale mais ne confectionnent qu’une mécanique théâtrale boulevardière et ennuyeuse, dont seul s’extirpe le couple formé (trop tardivement) par Ryan Gossling et Emma Stone. Christophe Chabert

Emily (Julianne Moore) demande en plein dîner le divorce à son mari Cal (Steve Carell). Dévasté, il ne voit pas que la toute jeune baby-sitter de ses enfants n’a d’yeux que pour lui, et préfère s’en remettre à Jacob (Ryan Gossling), playboy aux mille conquêtes croisé dans un bar, qui va lui donner des cours de séduction et faire de lui un vrai tombeur. D’abord tenté par l’envie de rendre jalouse son ex, Cal finit par prendre goût à cette nouvelle vie, renonçant à l’amour éternel pour les plaisirs d’un soir. Après I love you Philip Morris, John Requa et Glenn Ficarra s’inscrivent dans un genre américain par excellence, la comédie du remariage, dont les rebondissements forment l’échine de Crazy, stupid, love. Ils tentent cependant d’en renouveler le principe en la mariant avec une comédie de mœurs entre Robert Altman (en moins cruel) et James L. Brooks (en moins arthritique), créant autour de l’intrigue principale des micro-intrigues qui se croisent furtivement avant d’entrer en collision dans le dernier acte.

Le monde est Stone

Ce finale dit d’ailleurs la vérité sur le film tout entier : il est sans arrêt écrasé par sa mécanique scénaristique, une théâtralité exacerbée par le jeu des deux comédiens principaux. Carell semble constamment réprimer ses grimaces, tandis que Moore se force à jouer comédie ; aucun terrain d’entente ne naît à l’écran de ce compromis, ni complicité, ni tension. C’est finalement dans un creux du film que l’on trouve sa meilleure part. Amorcée dès les premières scènes, la rencontre entre Jacob et Hannah (l’incroyable Emma Stone) mettra beaucoup de temps à se concrétiser vraiment, malgré son caractère inéluctable. Pas de suspens là-derrière, mais la promesse d’une alchimie qui va soudain montrer ce que Crazy, stupid, love aurait pu être : une déclaration d’amour aux comédiens. Car entre Gossling, qui effectue la synthèse parfaite entre sa prestation iconique dans Drive et son charme romantique de Blue valentine, et Stone, dont le naturel et la spontanéité irradient littéralement le cadre, il se passe un petit miracle de cinéma, quelques scènes soudain justes, drôles et émouvantes, défiant la logique de boulevard instaurée par Requa et Ficarra pour atteindre la vérité des sentiments. Moments suspendus d’un film qui manque beaucoup de finesse et de grâce. 

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 13 février 2019 En général, la fonction crée l’organe. Parfois, une disposition crée la fonction. Comme pour l’ancien vice-président des États-Unis Dick Cheney, aux prérogatives sculptées par des années de coulisses et de coups bas, racontées ici sur un mode...
Mardi 24 janvier 2017 À Los Angeles, cité de tous les possibles et des destins brisés, l’histoire en cinq saisons de Mia, aspirante actrice, et Seb ambitionnant d’ouvrir son club de jazz. Un pas de deux acidulé vers la gloire ou l’amour réglé à l’ancienne par l’auteur du...
Jeudi 12 mai 2016 Le 47e opus de Woody Allen-réalisateur semble avoir été taillé sur mesure pour effectuer l’ouverture de la 69e édition du festival de Cannes : glamour, artifices et nostalgie des vieilles bobines s’y bousculent. On passe un charmant moment, sans...
Mardi 24 mars 2015 John Requa et Glenn Ficarra revisitent le film d’arnaque dans une comédie pop fluide et élégante portée par le couple glamour Will Smith / Margot Robbie. Divertissement longtemps irrésistible, "Diversion" rate de peu sa sortie. Christophe Chabert
Mardi 24 février 2015 Changement de registre pour Alejandro Gonzalez Iñarritu : le cinéaste mexicain laisse son désespoir misérabiliste de côté pour tourner une fable sur les aléas de la célébrité et le métier d’acteur, porté par un casting exceptionnel et une mise en...
Mardi 20 janvier 2015 Histoire vraie, acteurs visant la performance, mise en scène arty, sous-texte politique lourdement appuyé : Bennett Miller se montre incapable de légèreté pour traiter cette histoire de mentor toxique cherchant à transformer un lutteur en futur...
Mardi 20 mai 2014 David Cronenberg signe une farce noire et drôle sur les turpitudes incestueuses d’Hollywood et la décadence d’un Los Angeles rutilant et obscène. Un choc ! Christophe Chabert
Mardi 29 janvier 2013 De Ruben Fleischer (ÉU, 1h52) avec Josh Brolin, Ryan Gossling, Sean Penn…
Jeudi 28 juin 2012 Après un ravalement de casting, Spider-Man revient pour raconter à nouveau ses origines. Entre faiblesse des enjeux, mise en scène approximative et acteurs sous-employés, était-ce vraiment nécessaire ? Jérôme Dittmar
Dimanche 9 mai 2010 De Shawn Levy (ÉU, 1h28) avec Steve Carell, Tina Fey…
Mardi 30 septembre 2008 Une épidémie de cécité conduit à des mesures sanitaires radicales : une fable au futur récent signée Fernando Meirelles, soutenue par une mise en scène expérimentale et terrifiante. Christophe Chabert
Jeudi 4 septembre 2008 de Peter Segal (ÉU, 1h49) avec Steve Carell, Anne Hathaway…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !