Pas frais mon poisson ?

On le savait, Jean Lacornerie aime le théâtre musical. Pour sa première saison à la tête du Théâtre de la Croix-Rousse, il donne sa vision ébouriffée de "Mesdames de la halle", petit objet musical insolite de Jacques Offenbach. Pascale Clavel

C’est une opérette drôle et succulente qui se joue en ce moment au Théâtre de la Croix-Rousse. Composée en 1858, l’œuvre rend hommage à ces petites gens, les vendeuses des Halles avec leur franc parler, leurs codes, leur honneur, leur façon si touchante de s’endimancher pour jouer aux grandes dames. Offenbach offre à toutes ces femmes des airs dignes des plus grands opéras de l’époque, compose pour elles des duos, trios et petits ensembles d’une écriture subtile et savante. Des personnages populaires dans un opéra pour ne pas oublier ces poissardes qui trimaient, souffraient et luttaient de toutes leurs forces. Mesdames de la Halle est une parodie de grands opéras à la française qui dynamite la forme avec force. Le décalage est constant, drôle et tendre à la fois. On s’attache à ces personnages bancals, Madame Madou, Madame Beurrefondu, le tambour-major Raflafla… Quant à l’intrigue, la jeune et jolie marchande de fruits, Ciboulette, aime le jeune marmiton Croûte-au-pot, qui lui, fait battre le cœur de toutes les marchandes de la Halle et, quiproquos après quiproquos, Ciboulette épousera Croûte-au-pot.

Lacornerie croque, l’opérette bouffe

Jean Lacornerie  s’amuse et nous entraîne. Il faut le dire, cette fois, le carton est plein. Plein d’inventivités, d’extravagances et de plaisirs. La salle rit, jubile, s’émerveille ; le metteur en scène a osé un vrai parti pris, celui de se vautrer dans l’absurde et le décalage avec un bonheur simple. Le décor est radical : «Je me suis dit, on va construire un décor en cagettes. C’est une sorte de Music-hall rêvé par des dames qui vendent des légumes...». Pour les personnages, le metteur en scène joue sur les codes, sur l’inversion des sexes. Le jeune homme qui séduit toute la halle est une femme et les femmes sont jouées par des hommes. Si ce procédé n’est pas nouveau, cela fonctionne à merveille tant les chanteurs du nouveau studio de l’Opéra sont tous remarquables, tant les deux comédiens Sophie Lenoir et Jacques Verzier sont époustouflants. L’orchestre, composé pour l’occasion de 26 jeunes instrumentistes du CNSMD, a une belle cohérence et le chef Jean-Paul Fouchécourt sait faire jaillir toute l’onctuosité de certains airs. Jean Lacornerie s’est amusé à imaginer un prologue en chanson sur des textes de Zola, Maxime Du Camp et Henri Boutet. Le tout est régalant, étonnez-nous encore Monsieur Lacornerie !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 22 septembre 2015 Cette saison, tous les lieux lyonnais consacrés aux musiques dites savantes affichent un programme qui ose, qui revendique, qui dénonce une époque contemporaine en plein repli. De belles expériences en perspective.
Mardi 8 septembre 2015 Si vous les avez raté, un rattrapage s’impose. D'abord Bigre! (Croix-Rousse, 29 septembre au 3 octobre), hilarante comédie sans (...)
Dimanche 31 mai 2015 Ludique et politique est le visuel de la nouvelle plaquette (une croix faite de craies fragilisées) du Théâtre de la Croix-Rousse. Ludique et politique (et du coup franchement excitante) sera sa saison 2015/2016. Benjamin Mialot
Mardi 3 mars 2015 Grâce à l’Opéra de Lyon, Jean Lacornerie signe la première adaptation en France du compact "Roméo et Juliette" de Boris Blacher. Et tient enfin sa grande mise en scène en tant que directeur du théâtre de la Croix-Rousse. Nadja Pobel
Dimanche 16 décembre 2012 Que faire le 31 décembre au soir à Lyon lorsqu’on aime la musique classique et que l’on ne veut ni du sirupeux, ni du mièvre ? Une seule possibilité cette (...)
Jeudi 26 avril 2012 Prévu du 2 au 15 mai au théâtre de la Croix-Rousse, «Mesdames de la Halle»,  opérette bouffe composée par Offenbach et mise en scène par Jean Lacornerie,  sera (...)
Vendredi 11 décembre 2009 Concerts / Jacques Offenbach, c’est un très beau cadeau de fin d’année. L’Orchestre National de Lyon va régaler le public avec des œuvres sucrées mais pas (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter