X-Men : Days of future past

X-Men : Days of Future Past
De Bryan Singer (ÉU, 2h10) avec Hugh Jackman, Jennifer Lawrence...

Pour son retour à la mythologie X-Men, Bryan Singer signe un blockbuster stimulant visuellement, intellectuellement et politiquement, où il se plaît à courber l’espace et le temps, dans sa narration comme dans la chair de ses plans. Christophe Chabert

Un futur dévasté, peuplé de camps et de charniers, où humains et mutants sont ensemble victimes de robots (les Sentinelles) capables d’imiter les éléments et les métaux ; et l’Amérique des années 60, encore traumatisée par la mort de Kennedy et en pleine crise du Vietnam, où Nixon développe sa politique réactionnaire et où les mutants commencent à se structurer en mouvement révolutionnaire. Le défi de ce X-Men : Days of future past, basé sur l'un des plus fameux arcs narratifs du comic book d'origine (signé Chris Claremont et John Byrne en 1981), consiste à replier le futur sur le passé en une seule temporalité fictionnelle, enjambant le présent qui avait été celui de la première trilogie et dont Bryan Singer avait su tirer de stupéfiants blockbusters engagés et personnels, bourrés de sous-textes et développant ses personnages comme autant d’icônes de la culture populaire. Ce nouveau volet, qui marque son retour aux manettes mais aussi en grande forme après les déconvenues Superman et Jack le chasseur de géants, en ajoute une poignée dès son ouverture, impressionnante.

Au milieu d’un décor en ruines, une mutante aide ses camarades à combattre les sentinelles en creusant des brèches spatio-temporelles qui forment autant de trouées visuelles à l’intérieur de l’écran. Ce pouvoir-là sera aussi celui du cinéaste : le scénario — et le personnage d’Ellen Page — l’autorise ainsi à envoyer Wolverine dans le passé pour convaincre Magneto et le Professeur Xavier de s’unir afin d’éviter que Raven, pas encore rebaptisée Mystique, ne commette un attentat qui enclenchera la guerre à venir. Réécrire l’Histoire, figer le temps et l’espace pour faire dévier le cours des événements, tel est donc l’enjeu de ce Days of future past ; enjeu dramatique, mais aussi enjeu politique et surtout esthétique d’un film qui prend des allures de divertissement expérimental et pictural comme George Lucas a pu en rêver à une certaine époque.

Temps X

Tout ici peut donc être altéré, recomposé ou réécrit. La séquence la plus stupéfiante et emblématique est sans aucun doute celle de l’évasion de Magneto. Face à une dizaine de flics réunis dans un espace confiné du Pentagone, le Professeur Xavier use de son pouvoir pour arrêter le temps, tandis que Quicksilver, qui se déplace à la vitesse de la lumière, va reconfigurer intégralement la scène de manière à ce que les balles n’atteignent pas leur cible. Dans un ballet hallucinant où l’idée même de 3D prend un sens radicalement nouveau, on le voit donc se mouvoir à toute vitesse au milieu d’un tableau au ralenti que Singer sublime en un seul plan séquence.

Cette façon de briser les mécanismes de causalité pour créer de nouvelles interactions entre les personnages et leur environnement et tester ainsi la plasticité des images et des corps, le film le reproduit à tous les niveaux de son intrigue. Pour cela, il se désigne un ennemi fictionnel, en la personne d’un homme de science cherchant à inventer une nouvelle arme de protection et de dissuasion à partir de l’ADN des mutants. Celui-ci est incarné par l’acteur nain Peter Dinklage, célèbre pour son rôle dans Game of thrones, mais dont les plus cinéphiles se rappellent qu’il fut l’avocat de Vin Diesel dans Jugez-moi coupable. Corps mutant à sa manière, il n’a pourtant qu’une seule obsession : se mettre au service du pouvoir dominant, en l’occurrence Richard Nixon et son gouvernement. Les X-Men deviennent alors des forces de contestation, et le film noue ainsi un dialogue subtil avec son pendant anar, les Watchmen d’Alan Moore, justiciers virés miliciens pour un État crypto-fasciste.

Revendiquer ou refuser sa différence : le dilemme se pose aussi à Charles Xavier, qui refuse son infirmité au point de devenir accro à une drogue surpuissante, puis à Magneto, qui doit choisir entre l’affirmation de son combat et ses conséquences sur l’avenir des mutants et des humains, mais aussi sur ses sentiments personnels.

Un classique mutant

Si le scénario développe une richesse romanesque à la lisière de la série télé, sa rigueur associée aux inventions permanentes de la mise en scène et à un casting parfait donnent à Days of future past des atours de classique du blockbuster. Le film se sort aussi habilement de quelques mauvais pas hérités de ses dérivés catastrophiques — Wolverine sans ses griffes d’acier à la fin du nullissime Combat de l’immortel, la mort de Xavier dans le minable X-Men 3 — sans pour autant botter en touche. Pour cela, il doit aller au bout de sa logique où le passé modifié et l’avenir incertain trouvent un point de convergence dans le présent des épisodes précédents.

Il y a bien une ambition lucasienne chez Singer : enrichir sans cesse son univers de nouvelles créatures, de nouveaux mondes, le creuser toujours plus avant pour en tirer des formes qui relèvent autant d’une tradition classique — la scène post-générique, qui rappelle certains péplums de DeMille ou Hawks, en est la meilleure preuve — que de ses mutations contemporaines, des équations scénaristiques d’un Nolan aux chairs modifiées par le virtuel de Fincher. Une chose est certaine en tout cas : X-Men : Days of future past rappelle, au moment où on commençait à en douter, qu’un blockbuster peut être à la fois ambitieux, cohérent, stimulant, spectaculaire et personnel.

X-Men : Days of future past
De Bryan Singer (ÉU, 2h03) avec Hugh Jackman, Michael Fassbender, James MacAvoy, Jennifer Lawrence…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 30 octobre 2018 De la fondation du groupe Queen au légendaire concert de Wembley lors du Live Aid de 1985, la vie de son leader charismatique, chanteur et auteur principal, Farrokh Bulsara dit Freddie Mercury, entre ses inspirations géniales, ses caprices et ses...
Mardi 23 janvier 2018 Pour prouver la nocivité du sucre, un Australien s’impose le régime moyen de ses compatriotes et observe les résultats sur son organisme. Une plongée terrifiante dans nos assiettes donnant envie de gourmander nos dirigeants. Sans aucune douceur.
Mardi 12 septembre 2017 Thriller fantastique aux échos polanskiens, cette réflexion sur les affres effroyables de la création est aussi une puissante création réflexive. Et le récit du voyage aux enfers promis à celles et ceux qui gravitent trop près autour d’un·e artiste....
Mardi 28 février 2017 Confirmation d’une tendance : les dérivations des X-Men surclassent les recombinaisons des Avengers. Mangold le prouve à nouveau dans ce western crépusculaire poussant un Wolverine eastwoodien dans ses tranchants retranchements — au bout de son...
Mardi 20 décembre 2016 Après avoir campé dans Steve Jobs un créateur d’ordinateur, Michael Fassbender endosse pour l’adaptation du jeu vidéo Assassin’s Creed le double rôle de Cal et d’Aguilar, coiffant en sus la capuche de coproducteur. Il mise gros jeu…
Mardi 17 mai 2016 En mettant ses mutants aux prises avec le premier d’entre eux, Apocalypse, Bryan Singer boucle une seconde trilogie des X-Men épique. Et montre que, de tous les réalisateurs de productions Marvel déferlant sur les écrans ces temps, c’est bien lui le...
Mardi 2 février 2016 Après s’être égaré en racontant les tribulations gore d’un randonneur se sciant le bras pour survivre (127 heures), Danny Boyle avait besoin de se rattraper. Le natif de Manchester fait le job avec une évocation stylisée du patron d’Apple, première...
Vendredi 6 mars 2015 Déroute intégrale pour Neill Blomkamp avec ce blockbuster bas du front, au scénario incohérent et à la direction artistique indigente, où il semble parodier son style cyberpunk avec l’inconséquence d’une production Luc Besson. Christophe Chabert
Mardi 3 février 2015 De Lenny Abrahmson (Irl, 1h35) avec Michael Fassbender, Domhnall Gleeson, Maggie Gyllenhaal…
Mercredi 15 janvier 2014 Après "Hunger" et "Shame", Steve McQueen adapte l’histoire vraie de Solomon Northup, homme libre devenu esclave, mais hésite entre grande forme hollywoodienne et effets de signature, entre son héros au parcours édifiant et l’esclavagiste fascinant...
Lundi 25 novembre 2013 Le premier volet de Hunger Games n’était pas fameux, mais il était curieux. Par ses choix de mise en scène presque arty, mais aussi par la fascination (...)
Mardi 12 novembre 2013 La rencontre entre Cormac McCarthy et le vétéran Ridley Scott produit une hydre à deux têtes pas loin du ratage total, n’était l’absolue sincérité d’un projet qui tourne le dos, pour le meilleur et pour le pire, à toutes les conventions...
Mercredi 2 octobre 2013 Deux enfants kidnappés, un père prêt à tout pour les retrouver, un suspect tout trouvé, un détective tatoué et solitaire : les ingrédients d’un film noir très noir sur la contagion du mal signé Denis Villeneuve qui, après "Incendies", réussit haut...
Mercredi 24 juillet 2013 Wolverine va se promener au Japon dans une aventure impersonnelle et ennuyeuse au possible, signe d’une franchise qui avance en roue libre et d’un cinéaste, James Mangold, totalement perdu. Christophe Chabert
Mardi 23 avril 2013 De Danny Boyle (Ang, 1h35) avec James MacAvoy, Vincent Cassel, Rosario Dawson…
Mardi 5 février 2013 À force d’adaptations, le roman de Victor Hugo devait en arriver là : la version filmée de la version anglaise de la comédie musicale. Elle confirme les limites de Tom Hooper derrière une caméra et accumule les faiblesses manifestes et les fautes de...
Vendredi 25 janvier 2013 Des personnages borderline dans une comédie romantique dont la mise en scène s’autorise à son tour toutes les hystéries visuelles : David O’Russell fait dans le pléonasme et l’emphase pour camoufler sa progressive absorption par la norme...
Jeudi 31 mai 2012 Se voulant un retour aux origines de la saga "Alien", "Prometheus" est surtout une impasse pour Ridley Scott, tiraillé entre l’envie de retrouver sa splendeur graphique des débuts et son désir de rivaliser avec les blockbusters...
Mercredi 14 décembre 2011 La rivalité entre Freud et son disciple Carl Gustav Jung, un sujet complexe mais idéal pour David Cronenberg, qu’il rend passionnant pendant 45 minutes, avant de laisser la main à son scénariste, l’académique Christopher Hampton. Christophe Chabert
Jeudi 1 décembre 2011 Révélé par l’uppercut "Hunger", le tandem Steve McQueen (réalisateur) et Michael Fassbender (acteur) enfonce le clou avec "Shame", portrait entre extase et agonie d’un trader atteint de dépendance sexuelle, porté par un geste de cinéma...
Vendredi 14 octobre 2011 De Shawn Levy (EU, 2h07) avec Hugh Jackman, Dakota Goyo…
Mardi 31 mai 2011 Sous l’impulsion de Matthew Vaughn et de son producteur Bryan Singer, ce reboot de la saga mutante a le mérite de poser de bonnes questions, et nous venge avec les honneurs des récents blockbusters super-héroïques. François Cau
Mercredi 23 février 2011 De Debra Granik (ÉU, 1h40) avec Jennifer Lawrence, John Hawkes…
Mardi 8 septembre 2009 Pour son deuxième long-métrage, Andrea Arnold filme à juste distance du style et du réalisme la quête identitaire et familiale d’une ado sauvage qui se rêve danseuse de hip-hop. La révélation de la rentrée. Christophe Chabert
Vendredi 23 janvier 2009 Cinéma / S’il peine à dessiner les contours précis de cette tentative de coup d’état contre le IIIe Reich, Bryan Singer offre néanmoins un thriller efficace, où la tension cinématographique monte crescendo. François Cau
Mardi 18 novembre 2008 Premier film du plasticien anglais Steve McQueen, Hunger ressemble à un cri de rage d’autant plus puissant qu’il s’appuie sur une sidérante assurance dans sa mise en scène. Christophe Chabert
Mercredi 21 mars 2007 François Ozon renoue avec la veine de 8 femmes dans ce mélodrame en anglais qui ne craint ni les clichés, ni les excès, mais n'évite pas une ironie assez destructrice. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !