Zombies et homme : "La Nuit a dévoré le monde"

La Nuit a dévoré le monde
De Dominique Rocher (Fr, 1h34) avec Anders Danielsen Lie, Golshifteh Farahani...

BRAIIIN ! / Escape game dans les conditions d’un réel apocalyptique, ce premier long-métrage aussi sobre que maîtrisé réunit un trio brillant autour d’un scénario rigoureux. En peuplant la capitale de zombies désarticulés, Dominique Rocher gagne haut le moignon son Paris.

Au lendemain d’une nuit agitée, dans un recoin de l’appartement de son ex — où il était venu chercher ses affaires en pleine soirée festive —, Sam découvre que le monde est désormais peuplé de zombies. Se pourrait-il qu’il soit l’ultime homme sur Terre ? À lui d’organiser sa survie…

De son titre poétique à sa réalisation d’une efficacité à faire pâlir George A. Romero — lequel, là où il réside à présent, ne doit plus avoir le mélanocyte très vaillant —, La Nuit a dévoré le monde s’impose par sa singularité dans un paysage contemporain montrant une insatiable appétence pour le cinéma de genre, et tout particulièrement horrifique. Les séries à succès telles que The Walking Dead ou Les Disparus n’y sont sans doute pas étrangères, qui contribuent de surcroît au décloisonnement des univers, et prouvent aux derniers rétifs que Cronenberg ou Carpenter sont davantage que des seigneurs (saigneurs ?) dans leur partie gore.

Naufrage, ô désespoir

Maîtrisant la grammaire du film de zombies, Dominique Rocher installe un climat parfaitement anxiogène de bout en bout : il évite tout temps mort — si l’on ose — en dosant les surgissements de figures terrifiantes et distillant avec un vice d’horloger les situations de contamination pour son héros. Plutôt que de saturer l’écran d’images grand-guignolesques, le réalisateur investit à la manière d’un virus l’imaginaire de ses spectateurs. La base, direz-vous, lorsque l’on se risque dans ce registre… Attendez de voir Les Bonnes Manières de Rojas & Dutra pour constater combien un maniement maladroit des FX et une réalisation paresseuse peuvent saborder le potentiel fantastique d’un film !

Rocher transcende son survival en faisant de Sam un Robinson au milieu d’un océan de zombies pareils à des requins affamés ; l’immeuble dans lequel il s’est retranché a d’ailleurs tout d’une île qu’il va écumer pour en tirer la moindre ressource, les moindres vivres. Il se découvrira même plusieurs équivalents de Vendredi donnant quelques-uns de ses appréciables rebonds à ce récit haletant pouvant, de surcroît, se prévaloir d’une distribution internationale sans défaut. À consommer de toute urgence : ce genre de denrée cinématographique a une durée de validité souvent réduite sur les écrans.

La Nuit a dévoré le monde (Fr, int-12 ans, 1h34) de Dominique Rocher avec Anders Danielsen Lie, Golshifteh Farahani, Denis Lavant…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Samedi 21 mars 2020 Il est plat avec plus ou moins de profondeur, parfois lumineux et souvent poussiéreux. Mesdames et Messieurs, découvrez avec moi mon petit écran !  
Mardi 15 octobre 2019 Dominick possède depuis l’enfance l’étrange pouvoir de se rendre invisible. Une faculté dont il fait un usage modéré — chaque “passage“ lui coûtant cher en énergie vitale — car elle suscite aussi, surtout, moult quiproquos gênants avec ses proches....
Mardi 11 juin 2019 Il se dit "pas pareil" depuis sa création en 2002, à l’instar de sa ville, Villeurbanne. Mais ce n’est pas qu’un slogan. Les Invites, désormais en mode biennale, abordent leur seizième édition avec le Royal de Luxe en ouverture. Toujours 100%...
Mardi 6 mars 2018 Dans Tiens ferme ta couronne, dernier Prix Médicis, Yannick Haenel lance son héros à la poursuite d'une obsession qui le projettera dans mille aventures : celle de faire réaliser un film sur Herman Melville au cinéaste américain Michael Cimino. Tout...
Mardi 20 décembre 2016 Une semaine ordinaire dans la vie de Paterson, chauffeur de bus à Paterson, New Jersey et poète à ses heures. Après la voie du samouraï, Jarmusch nous indique celle d’un contemplatif alter ego, transcendant le quotidien sur son carnet. Une échappée...
Mardi 6 décembre 2016 L’an dernier à la même époque, Adam Driver était casqué et faisait le méchant. Le voici en charmante compagnie (Golshifteh Farahani, quand même) et dirigé par Jim (...)
Mardi 6 décembre 2016 de Jihane Chouaib (Fr-Sui-Bel-Lib, 1h38) avec Golshifteh Farahani, Maximilien Seweryn, François Nour…
Mardi 19 avril 2016 Cinéaste aux inspirations éclectiques (mais à la réussite fluctuante), Christophe Honoré jette son dévolu sur deux classiques de la Comtesse de Ségur pour une surprenante adaptation, à destination des enfants autant que des adultes.
Mardi 8 mars 2016 Bourdieu intègre un nouveau spécimen de monstre dans sa galerie déjà pourtant très étoffée : rien moins que le plus urticant des sulfureux écrivains français. Et c’est le prodigieux Denis Lavant qui endosse sa funeste peau.
Mardi 9 février 2016 De Mikhaël Hers (Fr, 1h46) avec Anders Danielsen Lie, Judith Chemla, Marie Rivière... Sortie le 17 février
Mardi 2 juin 2015 Toujours plus internationale et comptant 8 créations et 9 co-productions, la nouvelle saison des Célestins, au cours de laquelle sa co-directrice Claudia Stavisky se mesurera au très caustique "Les Affaires sont les affaires" de Mirbeau, s'annonce...
Mercredi 10 juillet 2013 Film difficile, qui cherche une voie moyenne entre l’académisme costumé et l’épure, cette adaptation de Kleist par Arnaud Des Pallières finit par séduire grâce à la puissance d’incarnation de ses acteurs et à son propos politique furieusement...
Vendredi 15 février 2013 Atiq Rahimi a-t-il eu raison d’adapter son roman, lauréat du Prix Goncourt, à l’écran ? Pas vraiment, tant le film a du mal à aérer son huis-clos et à échapper aux scories d’un world cinéma académique. Christophe Chabert
Jeudi 22 novembre 2012 Voilà du théâtre qui crisse, qui ne prend pas le spectateur par la main avec un gant de velours. D’ailleurs Denis Lavant est de la partie et il n’a pas (...)
Jeudi 28 juin 2012 Étonnant retour en grâce de Leos Carax avec Holy motors, son premier long-métrage en treize ans, promenade en compagnie de son acteur fétiche Denis Lavant à travers son œuvre chaotique et un cinéma mourant. Qui, paradoxe sublime, n’a jamais été...
Mercredi 22 février 2012 Le Danois Joachim Trier adapte dans la Norvège d’aujourd’hui "Le Feu follet" de Drieu La Rochelle, transformant son anti-héros en ex-drogué ayant perdu le goût de la vie. Une errance magistralement mise en scène, sensuelle et...
Lundi 21 mars 2011 D’Hiner Saleem (Fr, 1h30) avec Jonathan Zaccaï, Golshifteh Farahani…
Mardi 1 septembre 2009 Le cinéma iranien n’en finit plus de surprendre : tendue comme un thriller, cette chronique d’une disparition signée Asghar Farhadi frappe par sa liberté de ton et de forme. Christophe Chabert
Jeudi 11 décembre 2008 D’Harmony Korine (Fr-ÉU, 1h51) avec Diego Luna, Samantha Morton, Denis Lavant…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !