Teenage Fanclub en concert à l'Épicerie Moderne

Teenage Fanclub

Épicerie Moderne

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Indie rock / Après maints reports, le groupe culte écossais Teenage Fanclub monte enfin sur la scène de l'Épicerie Moderne. Avec dans les bottes trente ans d'indie rock aux contours changeants qui ne vieillissent jamais.  

Les noms de groupe vieillissent parfois plus mal que la musique qu'ils sont censés porter. Alors c'est vrai le quatuor écossais Teenage Fanclub n'a plus rien de teenage, il est maintenant constitué de quinquas bedonnants. Mais le Fanclub, lui, n'a pas bougé dans le sillage d'un groupe qui a connu au fil des décennies une spectaculaire métamorphose musicale.

Au commencement, il y a A Catholic Education, album 100% glaswegian et artisanal, financé en revendant un frigo et un four donné par une voisine. Le disque, noisy à souhait, leur ouvre la porte du monde indie et leur vaut quelques comparaisons bien senties avec des champions de la désinvolture tels que Dinosaur Jr.

Mais ce qui fait le sel de TFC c'est cet arrière-goût, ces saveurs cachées qui rappellent, dans la brume sonique, la power-pop de Big Star, le jingle-jangle des Byrds et les harmonies vocales des Beach Boys. La formule s'affine sur Bandwagonesque, chef d'œuvre de 1991 qui pour les critiques tutoie le Nevermind de Nirvana (« le meilleur album enregistré par des Blancs au cours des dix dernières années » selon le magazine Spin qui l'élit album de l'année devant ce même Nevermind, Loveless de My Bloody Valentine et Out of Time de REM).

Enregistré dans la douleur – et pour cela renié par le groupe - Thirteen (1993) vrai-faux hommage à Big Star glisse un peu plus vers la pop et constitue lui aussi un genre de chef d'œuvre alternant les balades sous antalgiques et cavalcades électriques.

En 1995, TFC achève provisoirement sa mue avec la collection de tubes au sons cristallins et aux harmonies chiadées de Grand Prix, assimilé à la Brit pop et qui fait un pas de plus vers les Byrds et la Californie. Un rivage, nettement plus acoustique, que le groupe ne quittera plus jamais vraiment après Songs from Northern Britain (1997), son disque le plus byrdsien qui lui vaut le haut des charts avec Ain't that enough, leur Turn ! Turn ! Turn ! à eux.

Tous les disques du TFC et les singles qui les accompagnent (Baby Lee, I'm in Love, Home), sont à l'avenant, qui jamais ne déçoivent sans pour autant chercher à surprendre, donnant aux fans ce que sans doute ils viennent chercher avec un savoir-faire remarquable. Plus grande chose de la fougue de la jeunesse, donc, mais une belle dose de nostalgie pour en rappeler les contours.

Teenage Fanclub
À l'Épicerie Moderne le mercredi 4 mai

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 4 janvier 2022 Avec le grand retour des internationaux et un nombre invraisemblable de reports, le printemps 2022 déborde de concerts prometteurs et/ou attendus. Revue d'effectifs forcément très sélective et un peu subjective.
Vendredi 24 ao?t 2012 Going Blank Again - 20th anniversary deluxe edition (Oxford Music/Import)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter