Carole Fives joue les Ghost Writer

Roman / Thriller psychologique rempli de fausses pistes, de références ciné-littéraires et de clins d'œil à la réalité qui en feraient un roman à clés, "Quelque chose à te dire", le dernier roman de Carole Fives, est surtout une grande réussite narrative très difficile à lâcher. Et une réflexion sur les ressorts de la création littéraire. 

Elles sont nombreuses en littérature et au cinéma, les histoires d'auteurs et d'autrices en pâmoison devant l'un(e) de leurs aîné(e)s, mêlées à des histoires d'intrusion et/ou de vol de manuscrits (The Words, Imposture, Un Homme idéal...). Le roman de Carole Fives dont l'argument cumule l'ensemble pourrait donc avoir des allures de redite au scénario éculé. Il n'en est rien, bien au contraire. Quand Elsa Feuillet, jeune romancière, apprend la mort de son idole Béatrice Blandy, figure de grande écrivaine comme la France les aime, elle est effondrée.

Lorsque le mari de celle-ci la contacte pour la remercier d'une dédicace faite à Béatrice dans un précédent livre et demande à la voir, elle tombe des nues. Et dans ses bras (et dans son lit). Commence alors une relation entre le veuf et Elsa dans l'appartement-même (un personnage à part entière du roman) de Béatrice Blandy encore intact – pour ne pas dire hanté – des traces laissées par la défunte. Tout comme d'ailleurs un manuscrit inachevé qu'Elsa va prendre l'initiative – mais est-ce vraiment le cas ? – de terminer. Et de publier sous son nom.

Rebecca et Vertigo

Si dans Tenir jusqu'à l'aube, Carole Fives revisitait lointainement La Chèvre de M. Seguin en mode "mère célibataire aux abois", Quelque chose à te dire est ici un clin d'oeil moderne à Rebecca. Bien involontaire et quelque peu rétroactif ou recomposé par l'exégèse en réalité puisque l'autrice a affirmé n'avoir lu le roman de Daphné du Maurier, dont Hitchcock a tiré sa version, qu'au moment de l'écriture de son roman. Plus inaperçu dans un premier temps passe le rôle-clé joué par la référence à un autre Hitchcock, Vertigo, dont le célèbre twist final (qui donc suivait qui ?) donne quelques indices de l'issue du roman (dont il ne faut évidemment rien dire d'autre).

Roman à plusieurs fonds mené d'une main de maîtresse, présenté comme un thriller, ce qu'il n'est qu'en partie, Quelque chose à te dire est surtout une parabole sur l'écriture et l'inspiration, la relation qu'entretiennent les auteurs et autrices avec leurs mentors et la manière dont ces derniers infusent leurs propres écrits et la question du primat de l'œuvre sur l'auteur. Et peut-être, plus en profondeur, un roman à clés qui se confond avec la réalité et met en abîme la vie et l'oeuvre de Carole Fives les personnages de Béatrice et Thomas Blandy étant par ailleurs, pour certains initiés, la transposition d'un célèbre couple de l'intelligentsia parisienne. Ou peut-être pas. Une autre chausse-trappes de ce page turner psychologique qui n'en manque pas.

Quelque chose à te dire de Caroles Fives (Gallimard)

Rencontre au Théâtre Nouvelle Génération (rentrée des auteurs ARALL) le lundi 12 septembre à 9h

A la Chapelle de la Trinité (rentrée FNAC) le vendredi 23 septembre

 

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 9 septembre 2020 Avec Térébenthine, son dernier roman, Carole Fives nous emmène sur les traces d'une étudiante des Beaux-Arts. Où faute de voir s'épanouir une artiste-peintre, on voit naître une écrivaine.
Jeudi 4 octobre 2018 Fut-elle élargie à l'Auvergne, rarement l'on aura vu dans la région une rentrée littéraire d'une telle densité, et d'une telle variété. Sélection des romans immanquables signés par des régionaux de l'étape qui sont bien plus que cela.
Mardi 7 février 2017 Troisième roman de la lyonnaise d'adoption Carole Fives, Une femme au téléphone succède au poignant C'est dimanche et je n'y suis pour rien. Et ausculte la relation mère-fille par le prisme original de fragments de conversations téléphoniques à sens...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !