La Montagne magique

ECRANS | D'Anca Damian (Rou/Pol/Fr 1h 25) animation

Vincent Raymond | Mardi 22 décembre 2015

À destin extraordinaire, film hors du commun. La trajectoire d'Adam Jacek Winkler, peintre polonais et aventurier contemporain dont le parcours semble sortir d'un roman de Joseph Conrad ou suivre les traces de Lawrence d'Arabie (version d'Afghanistan), méritait en effet le traitement composé par Anca Damian : une œuvre d'animation hybride, à la fois abstraite (ou, à tout le moins, non strictement figurative) et poétique.

La réalisatrice mêle toutes les techniques possibles pour raconter les avatars de cet homme ayant passé sa vie à se réinventer, à suivre ses envies et à courir après des idéaux : atteindre des sommets d'altitude, lutter contre les oppressions communistes, au point de rallier Massoud pour combattre l'Armée rouge !

Le cinéma qui en découle, à géométrie (esthétique) variable, est fidèle au modèle qui l'a inspiré : irréductible et libre. C'est dire si la voix de Miossec est bien trouvée pour l'habiller !


La Montagne magique

D'Anca Damian avec Miossec et Lizzie Brocheré (Rou/Pol/Fr, 2015, 1h25)

D'Anca Damian avec Miossec et Lizzie Brocheré (Rou/Pol/Fr, 2015, 1h25)

voir la fiche du film


La biographie d’Adam Jacek Winker, traverse près d’un demi-siècle d’histoire. Polonais réfugié à Paris dans les années 60, sa vie aventureuse prend un tournant radical dans les années 80. Se rêvant chevalier du 20ème siècle, Jacek quitte la France pour combattre les soviétiques aux côtés du commandant Massoud en Afghanistan.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Rentrée cinéma : va y avoir de l’animation…

ECRANS | "​Le Petit Prince", discutable adaptation de Saint-Ex’ qui a ravi du public à "Vice-Versa", ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir : la fin 2015 s’annonce riche en productions animées enthousiasmantes.

Vincent Raymond | Mardi 1 septembre 2015

Rentrée cinéma : va y avoir de l’animation…

Le temps où "film d’animation" avait pour étroit synonyme "dessinanimédeoualdisney" (en un seul mot) est définitivement révolu. Si la concurrence a fait son œuvre et créé de l’émulation là où le studio aux grandes oreilles vivait confortablement de sa rente, il serait illusoire de croire que les seules majors ont permis à l’animation de connaître son boum actuel : l’évolution des techniques, les alternatives soumises par les indépendants (en particulier en Europe et en Asie) ont fait naître chez les spectateurs le désir de voir d’autres images. Depuis, la mondialisation des talents a rempli son office ; une relative uniformisation contamine Hollywood, qui lorgne sur le modèle esthétique et narratif (gagnant) développé par Pixar. La pompe aspirante californienne recrute à tout-va, consacrant les animateurs qui s’assimilent à son modèle. Dernier exemple en date, le Français Pierre Coffin, réalisateur des Minions, tombeur du Mission Impossible de Tom Cruise cet été. Mais la Nature a horreur du vide, et les départs outre-Atlantique favorisent l’émergence de nouvelles générations. Mieux : une démarcation plus nette s’opère entre

Continuer à lire