La Passion d'Augustine

ECRANS | de Léa Pool (Can, 1h43) avec Céline Bonnier, Lysandre Ménard, Diane Lavallée…

Vincent Raymond | Mardi 29 mars 2016

Photo : © DR


Associer bonnes sœurs et musique s'avère une recette toujours payante, surtout si l'on montre ces austères vestales dans des situations a priori inappropriées (s'opposant à leur hiérarchie, bougeant en rythme…). Avec son titre aux faux-airs canailles pour chaînes cryptées, La Passion d'Augustine n'a rien d'une comédie chantée façon Sister Act. Et pour les Québécois qui l'ont plébiscité, ce film relate surtout deux événements majeurs concomitants : la fin du contrôle du système éducatif par l'Église et l'abandon des tenues de religieuses classiques décrété par le concile Vatican II : deux évolutions allant dans le sens de la modernité.

Mais si la progressiste sœur Augustine consent à adopter une vêture moins empesée, elle demeure rétrograde sur le chapitre de l'enseignement : obnubilée par son amour pour la musique, la nonne s'accroche au couvent qu'elle dirige, avec un entêtement de pécheresse — il est vrai que la bougresse a eu une vie de femme avant ses vœux… Pour éviter les maux de tête causés par ce paradoxe, on se bornera à suivre le merveilleux parcours de la jeune pianiste virtuose (mais sauvageonne) cornaquée par Augustine. En mettant son esprit critique en pénitence. VR


La passion d'Augustine

De Léa Pool (Can., 1h43) avec Céline Bonnier, Lysandre Ménard...

De Léa Pool (Can., 1h43) avec Céline Bonnier, Lysandre Ménard...

voir la fiche du film


Simone Beaulieu, devenue Mère Augustine, dirige un couvent au Québec. Passionnée, résiliente, Mère Augustine consacre son énergie et son talent de musicienne à ses élèves. Lors de son arrivée, elle prend sa nièce, Alice, une jeune pianiste prodige, sous son aile.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

BD Webtrip : “Chers correspondants…“

BD Webtrip | Sous l’égide des Entretiens Jacques-Cartier — qui favorisent les brassages d’idées entre le Canada et la France — deux festivals majeurs de bande dessinée (...)

Vincent Raymond | Mardi 22 novembre 2016

BD Webtrip : “Chers correspondants…“

Sous l’égide des Entretiens Jacques-Cartier — qui favorisent les brassages d’idées entre le Canada et la France — deux festivals majeurs de bande dessinée ont noué depuis cinq ans de fructueuses relations : le festival de la BD francophone de Québec et le LyonBD festival. Ce jumelage fraternel a donné naissance à des résidence d’artistes, des invitations mutuelles, ainsi qu’à d’intenses sessions de réflexions sur les métiers de l’illustration et les particularismes vécus de chaque côté de l’Atlantique. Mais également à des projets éditoriaux dont le dernier en date, Correspondances, sort de presse. Il compile six mois d’échanges entre quatre auteurs de la Belle Province et quatre ressortissants de l’Hexagone ; six mois de découvertes réciproques, de comparaisons et d’interrogations amusées. L’anodin flirte avec l’intime de la création, la description sociétale voisine avec la sociologie fine d’une profession, et la variété des styles proposés garantit une lecture captivante. La genèse de cet album sera dévoilée durant la première partie d’une journée d’étude à l’École Bellecour (10h30 à 12h), l’après

Continuer à lire

Un kick sur le Québec

CONNAITRE | Géo / En bande dessinée comme en gastronomie ou en physionomie, chaque région du globe a son comptant de clichés réducteurs. Ultra-violence et grands yeux au (...)

Dorotée Aznar | Mardi 7 juin 2011

Un kick sur le Québec

Géo / En bande dessinée comme en gastronomie ou en physionomie, chaque région du globe a son comptant de clichés réducteurs. Ultra-violence et grands yeux au Japon, manichéisme et collants colorés aux États-Unis, gags bon enfant et ligne claire en Belgique, hyperréalisme et sexes turgescents en Italie, etc. Quant au Québec... Et bien le Québec, ce n'est pas qu'on n'a pas la moindre idée de ce qu'il s'y trame en matière de neuvième art, mais presque. Une méconnaissance à laquelle Lyon BD entend mettre un terme, ses têtes pensantes ayant décidé, après quelques échanges polis avec la Pologne et le Plat Pays et fort des contacts pris par une délégation mandatée pour l'occasion, de faire de cette enclave francophone du Nouveau Monde l'invitée d'honneur de sa sixième édition. Concrètement, au-delà des échanges artistiques et éditoriaux qu'elle entend favoriser, cette politique d'ouverture à l'international sera, bien entendu, l'occasion de faire connaissance avec quelques fiers représentants de la BD made in Belle Province. Côté auteurs, on notera en particulier la présence de Jimmy Beaulieu, dont la Comédie sentimentale pornographique (Delcourt) a, en janvier dernie

Continuer à lire