Portrait de famille : "The Last Family"

Biopic | de Jan P. Matuszynski (Pol, 2h03) avec Andrzej Seweryn, Dawid Ogrodnik, Andrzej Chyra…

Vincent Raymond | Mercredi 17 janvier 2018

Photo : © DR


Principalement connu des amateurs d'art et de faits divers, Zdzisław Beksiński (1929, assassiné en 2005) est un peintre polonais dont la singulière existence, au moins aussi atypique que ses toiles (classées “surréalistes”), méritait a minima un coup de projecteur. Créant de l'étrangeté par son hypernaturalisme, ce biopic propose une approche astucieuse des trente dernières années de ce plasticien vivant quasi reclus avec sa famille — comptant un fils bancal et suicidaire —, en faisant se succéder de longues séquences empruntées à leur quotidien.

L'acte créatif ne figure pas au centre du propos de Jan P. Matuszynski, c'est bien la vie privée — ce ferment de l'imaginaire — qui l'intéresse. Beksiński y apparaît comme exagérément stable dans des situations requérant des émotions chez des individus lambda (comme la maladie ou la mort de ses proches), doublé d'un authentique maniaque enregistrant tout, jusqu'aux conversations domestiques. Imperméable à ce qui se passe hors de son pâté de maison, il l'est aussi aux chamboulements considérables rencontrés par la Pologne durant ces trois décennies : c'est le monde qui doit faire des incursions dans le territoire de cet autarcique, où la politique n'a pas droit de cité.

Sensible aux évolutions du temps, amendé par les apports de la technologie, l'appartement habité par le peintre ressemble d'ailleurs à une toile soumise à ses incessants repentirs. En cela, elle constitue sans doute une de ses œuvres invisibles, un work in progress d'arrière-plan dont Matuszynski effectue ici la révélation.


The Last family

De Jan P. Matuszynski (Pol, 2h03) avec Andrzej Seweryn, Dawid Ogrodnik...

De Jan P. Matuszynski (Pol, 2h03) avec Andrzej Seweryn, Dawid Ogrodnik...

voir la fiche du film


Né en 1929, Zdzisław Beksiński, peintre surréaliste polonais connu pour ses inquiétantes œuvres post-apocalyptiques, est un artiste culte qui a peint des corps en décomposition et fantasmé d’ardentes expériences sexuelles SM. Réputé pour son vif sens de l’humour, il souffre également d’une peur maladive des araignées et s’occupe de sa mère malade. Son fils névrosé et suicidaire Tomasz est une idole de la radio comme DJ et un traducteur, à qui l’on doit notamment les versions polonaises des films des Monty Python. Sa femme Zofia, fervente catholique, supporte ces deux excentriques et maintient l’unité de la famille. Tandis que les parents tentent d’empêcher leur fils de se faire du mal, leur vie est régie par la peinture, une série d’expériences de mort imminente, des obsèques et les changements de tendance de la musique dance.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Au plus balte : "Oleg"

Drame | Travailleur letton émigré en Belgique, Oleg tombe dans l’illégalité et, pour son malheur, dans les rets d’une mafia polonaise dont il devient le larbin. Piégé, il doit accepter des tâches de plus en plus risquées et dégradantes…

Vincent Raymond | Mardi 15 octobre 2019

Au plus balte :

Europe, face B. Celle des travailleurs détachés et de la main-d’œuvre ligotée, d’un sous-prolétariat livré à une servitude grandissante par la “vertu“ d’accords inter-états mal fagotés ; cela parce que l'Union repose moins sur un projet politique ou humain qu’économique, et que le libre-échange est sa doxa. Une manne pour tous les circuits parallèles, pour qui fausser l’équité théorique des transactions relève de la promenade de santé et constitue une source d’enrichissement inépuisable. On pense énormément au Skolimowski de Travail au noir face à cette histoire d’exploitation et d’isolement : ne parlant qu’un peu d’anglais, privé de papiers, figé par la honte de rentrer bredouille au pays, Oleg est une proie vulnérable que tout renvoie à sa situation de précaire. La séquence la plus cruelle est précisément celle où, à la suite d’un quiproquo (qu’il entretient), une snobinarde le met dans son lit croyant avoir à faire à un comédien, avant de le chasser, révulsée, lorsqu’elle découvre qu’il est “seulement“ boucher au chômage. Tellement révélateur…

Continuer à lire

Ça craint en Ukraine : "Frost"

Là-balte si j’y suis | de Šarūnas Bartas (Lit-Fr-Ukr-Pol, 2h) avec Mantas Janciauskas, Lyja Maknaviciute, Andrzej Chyra, Vanessa Paradis…

Vincent Raymond | Mardi 27 mars 2018

Ça craint en Ukraine :

Pour dépanner un ami, Rokas et Inga acceptent de convoyer une camionnette humanitaire de Lituanie en Ukraine. Sauf que la zone n’est pas si facile d’accès en période de guerre — une guerre dont Rokas n’avait même pas idée, et qui intrigue ce jeune homme sans but… Cinéaste du politique, voire du géopolitique, Bartas ne pouvait rester insensible à la situation ukrainienne et au chaos qu’elle produit. Un chaos mâtiné d’incertitudes et de danger, conforme à l’ambiance inquiétante de ses premiers films, explorant par la contemplation le flou des frontières et de l’attente. Pourtant, c’est par une structure des plus linéaires que Bartas engage son récit : il faut que ses deux protagonistes se perdent, littéralement ; qu’ils éprouvent la réalité de la guerre en discutant avec des “humanitaires” pour qu’ils se trouvent — ou du moins parviennent à orienter leur boussole intérieure. La curiosité de Rokas, cette irrépressible pulsion le menant au plus près du danger — histoire d’en apprécier la réalité mais aussi de tester le hasard — rappelle la démarche de John Locke, hér

Continuer à lire

La Terre outragée

ECRANS | Étrange film qui raconte en deux parties l’accident de Tchernobyl et ses conséquences vingt-cinq ans après sur une poignée de rescapés, avec la force visuelle du cinéma russe et la pesanteur psychologique du cinéma français. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 23 mars 2012

La Terre outragée

En 1986, tandis que la centrale de Tchernobyl explosait, la vie continuait dans les villages environnants. À Pripiat, Anya et Piotr se marient, et la joie de cet amour juvénile va, en pleine cérémonie, être obscurci par une menace que personne ne soupçonne, sinon un ingénieur ayant immédiatement compris l’ampleur de la catastrophe. Piotr, pompier, est appelé pour éteindre le feu ; il n’en reviendra pas, laissant Anya seule et marquée à jamais par le drame. Cette histoire, c’est celle que raconte Michale Boganim dans la première partie de La Terre outragée. Loin de s’en tenir à une reconstitution façon docu-fiction, elle saisit littéralement le spectateur par la force d’évocation des images : personnages et décors ne semblent faire qu’un au sein de plans composés dans la tradition du meilleur cinéma russe, avec un lyrisme visuel qui rappelle Klimov, Tarkovski ou Kalatozov. Dans ce bout d’Ukraine hors du temps et insouciante, seule une statue de Lénine en plein cœur du village vient rappeler que la liberté n’est que conditionnelle. Une fois la catastrophe arrivée, la machine étatique se met en marche et Boganim filme quelques séquences terrifiantes où les hommes sont arra

Continuer à lire