Chanvre amérindien : "Les Oiseaux de passage"

Polar | Comment une peuplade amérindienne fut à l’origine des cartels de la drogue colombiens, Ciro Guerra & Cristina Gallego déconstruisent le thriller sur fond de tragédie antique et ethnographique pour livrer un polar singulier, fascinant de poésie et de couleurs.

Vincent Raymond | Mardi 9 avril 2019

Photo : © Ciudad Lunar Blond Indian / Mateo Contreras


Colombie, années 1970. Vivant au rythme de leurs traditions, dans le respect des codes, plusieurs familles appartenant à l'ethnie Wayuu se lancent dans le lucratif trafic de drogue vers les États-Unis. Mais peu à peu, des dissensions naissent entre associés et une guerre sans merci éclate…

Pour la première fois, Ciro Guerra est ici crédité comme coréalisateur. Il partage son fauteuil avec Cristina Gallego, partenaire artistique de toujours dont l'influence et le rôle n'ont cessé de s'accroître au fil du temps : elle était notamment monteuse-productrice de leur précédente collaboration, l'hypnotique L'Étreinte du serpent, étonnant mariage entre conte philosophico-ethnographique et récit d'aventures célébré sous l'égide d'un esthétique noir et blanc.

Wayuu, voyous

Les Oiseaux de passage s'engage sous les mêmes auspices, même si son ouverture à contenu narratif ultra-minimaliste peut dérouter, évoquant davantage un documentaire sur des Amérindiens qu'une fiction. Car il s'agit en effet d'une épopée de narco-trafiquants alternative, moins centrée sur la glorification héroïque des criminels — on n'est pas dans Scarface ni Blow — que sur les conséquences telluriques, spirituelles et métaphysiques du déséquilibre induit par le commerce de la marijuana : l'occidentalisation (et l'enrichissement) du peuple wayuu par le dévoiement de la nature entraînent la perte de son harmonie séculaire. Et provoqueront la création des cartels.

Guerra & Gallego rendent compte de la temporalité propre à cette société en dissolvant l'action : la puissance du verbe et les longs palabres remplacent l'omniprésence du feu, les rites se substituent aux codes mafieux classiques. Pour autant, la tension est bien celle d'un thriller renvoyant à la fois au cinéma de Peckinpah (pour le désert pulvérulent, la chaleur, les rares fusillades) et paradoxalement à Barry Lyndon pour l'ascension et la chute d'un petit caïd, dont la plupart des hauts faits sont évacués grâce à des ellipses. Balançant entre l'abstraction poétique et la description concrète, Les Oiseaux de passage dégage une puissance surréaliste bien plus psychotrope que n'importe quelle substance hallucinogène. Et l'accoutumance est moins nocive…

Les Oiseaux de passage de Ciro Guerra & Cristina Gallego (Col-Dan-Mex, 2h05) avec José Acosta, Carmiña Martínez, Jhon Narváez…


Les Oiseaux de Passage

De Ciro Guerra, Cristina Gallego (Col-Dan-Mex, 2h05) avec José Acosta, Carmiña Martínez...

De Ciro Guerra, Cristina Gallego (Col-Dan-Mex, 2h05) avec José Acosta, Carmiña Martínez...

voir la fiche du film


Dans les années 1970, en Colombie, une famille d'indigènes Wayuu se retrouve au cœur de la vente florissante de marijuana à la jeunesse américaine. Quand l'honneur des familles tente de résister à l'avidité des hommes, la guerre des clans devient inévitable et met en péril leurs vies, leur culture et leurs traditions ancestrales. C'est la naissance des cartels de la drogue.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter