Je me souviens, je me rappelle : "Daniel Darc, Pieces of My Life"

Documentaire | Entre la fin de Taxi Girl (groupe iconique et phare de la scène post-punk et new wave française) et sa renaissance via le succès de l’album Crèvecœur, Daniel Darc aura connu quinze années de désert marquées notamment par la drogue et la foi. Et richement documentées par un ami proche…

Vincent Raymond | Mercredi 24 juillet 2019

Photo : © UFO Distribution


En peu de temps, nous sommes passés d'un extrême l'autre en terme d'images d'archives : de l'absence ou de la rareté au trop plein, l'époque actuelle débordant (pour ne pas dire dégueulant) de prises de vues le plus souvent contrôlées, fabriquées, car considérées comme faisant partie intégrante de la promotion globale. Même lorsque le sujet n'est pas une personnalité médiatique, il se met en scène pour ses réseaux sociaux. Il y a peine vingt ans, un artiste dans le trou demeurait totalement hors des radars : qui avait intérêt à documenter la galère d'un has been ? Personne, à moins de tomber sur un fan, un ami, suffisamment opiniâtre et proche pour effectuer un suivi régulier et avoir accès à l'intimité la moins glamour.

Dans une carrière (et une vie) marquées par les fractures, Daniel Darc aura au moins eu cette chance d'être suivi par Marc Dufaud qui, grâce au considérable matériau accumulé pendant sa période de vie en-dehors des sunlights, peut montrer les facettes méconnues du chanteur. Et même l'immontrable, puisqu'on voit Darc en train de se shooter. Des témoignages directs, face caméra, sans filtre ni politiquement correct, où se dessinent les fêlures de l'âme, mais qui ne parviennent pas à percer le mystère de l'homme — sans parler de celui de l'artiste.

S'il signe un admiratif et douloureux portrait de son ami, le réalisateur use enfin de sa caméra comme d'un miroir : ces morceaux de la vie de Daniel Darc sont aussi les siens.

Daniel Darc, Pieces of My Life
Un documentaire de Marc Dufaud & Thierry Villeneuve (Fr, 1h45) avec Daniel Darc, Frédéric Lo…


Daniel Darc, pieces of my life

De Marc Dufaud, Thierry Villeneuve (2019, Fr, 1h45)

De Marc Dufaud, Thierry Villeneuve (2019, Fr, 1h45)

voir la fiche du film


Chanteur de Taxi-girl, groupe culte des années 1980 à l’aura sombre et romantique, Daniel Darc allait rapidement susciter toutes sortes de légendes urbaines. Les années 1990 passent et sa trace se perd… Il faudra attendre 2004 et le miraculeux retour avec Crèvecoeur pour qu’il retrouve le succès.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Musicophilia

MUSIQUES | Rock, électro, rap — Automne au balcon, printemps au diapason. Trêve des confiseurs et ripailles de Noël digérées, les salles lyonnaises remettent le couvert pour une saison musicale quasiment au niveau de celle que l'on vient de vivre. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 20 décembre 2011

Musicophilia

Ici, on n'est pas du genre à dire «on vous l'avait bien dit», mais avouez qu'on vous l'avait bien dit : l'automne a été particulièrement riche en (bon) cholestérol musical. Et au vu de ce qui se profile dans la première moitié de l'année, on n'a pas fini de saucer. Commençons par une fin en beauté excentrique avec la reine Björk de Biophilia aux Nuits de Fourvière. Un événement ! De même pour la venue le 26 mars à l'Epicerie Moderne de l'immense Jonathan Richman. Une Epicerie qui continuera de régaler cette saison avec le néo-rocker Hanni El-Khatib (26/02), un co-plateau international Piers Faccini (anglo-italo-quasi français) et Chad Van Gaalen (Canadien) le 15 mars, ou encore, la veille, ce sombre illuminé de Daniel Darc. Le printemps fleurera d'ailleurs bon le vieux chanteur «françois» révolté avec un Miossec très rock le 7 février au Transbo mais aussi, le 10, Michel Cloup (ex-Diabologum et Expérience) qui présentera son sublime album solo Notre Silence au Clacson. En dépit de ses difficultés actuelles avec le silence justement, la salle d'Oullins ne désarme pas pour autant avec une progra

Continuer à lire

Génie divin

MUSIQUES | Musique / Avec Amours Suprêmes, un album une fois de plus hanté par Dieu, l’ex-Taxi Girl Daniel Darc poursuit son chemin de croix. Apparition prévue au Kao. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Vendredi 2 mai 2008

Génie divin

L’anecdote est connue : en 1979, en première partie des Talking Heads, Daniel Darc s’ouvre les veines avec un cutter et asperge le public façon «ceci est mon sang, versé pour vous sur la croix du rock». Le grand guignol de la déglingue, toujours enclin à choquer (ou ravir, c’est pareil) le bourgeois. Un peu comme lorsqu’Iggy Pop se tailladait le torse avec des tessons ou se badigeonnait de… beurre de cacahuètes. C’est ainsi : Pete Doherty en est aujourd’hui la preuve absurde, le rocker est voué à offrir son corps en offrande aux fantasmes destroy de ses sujets. Sauf que dans le cas de Darc, le geste, ridiculement christique, en dit plus long : on a cru avec Crève-cœur (2004) que Darc avait eu une révélation divine. Il poussait même jusqu’à adapter le célèbre Psaume 23 : «Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien». Il faut dire que Darc sait de quoi il parle, pendant ses longues années de fondamentalisme toxico, il a expérimenté intensément la sensation de manque. En réalite Dieu, le taraude depuis bien plus longtemps. Premier album solo, fin des années 80 : Sous influence divine. «Je travaille pour le seigneur, plus rien ne peut me faire peur» chante-t-il sur la chanso

Continuer à lire