Ang Lee : « garder l'émotion en élargissant mon champ d'expérimentation »

Gemini Man | Avec "Gemini Man", le plus polyvalent des cinéastes contemporains poursuit son insatiable exploration formelle et métaphysique avec un film d’action qui aurait beaucoup plus à Philip K. Dick. Rencontre.

Vincent Raymond | Mardi 1 octobre 2019

Photo : © Paramount


Pour mettre en scène Gemini Man dont le héros est un personnage existant simultanément à plusieurs âges de sa vie, vous êtes-vous reposé sur les différents réalisateurs que vous étiez à l'époque de Tigre et Dragon, de Hulk, de L'Odyssée de Pi et de Un jour dans la vie de Billy Lynn ?
Ang Lee
: Pour chacun de mes films, je veux à la fois suivre un fil, conserver les meilleurs côtés de mes réalisations et explorer de nouvelles directions. Tigre et Dragon marquait mes débuts dans l'action. Alors que j'avais commencé dans le drame, je suis passé peu à peu à une dimension plus visuelle — ce que vous, les Français, appelez le “cinéma pur“. À travers mes films j'essaie toujours de garder le même cœur, la même âme, la même émotion, tout élargissant mon champ d'expérimentation.

Mais quand vous dirigez un film d'action comme Gemini Man, avez-vous l'impression de faire le même métier que lorsque vous réalisez un film plus intimiste tel que Brokeback Mountain ?
Dans les deux cas, je cherche à conserver la même intimité dans l'approche de l'humain et du récit lui-même. C'est essentiel, surtout lorsque le champ est plus large. Visualiser des sentiments plus abstraits à représenter s'avère plus compliqué : ce n'est pas tout à fait le même langage.

Des deux Will Smith, lequel était le plus difficile à diriger : le jeune ou l'âgé ?
Junior, sans aucun doute, parce qu'il fallait superposer deux “couches“ différentes. Will est aujourd'hui un meilleur acteur, avec davantage de profondeur. Or pour interpréter Junior, il lui fallait faire appel à plus d'innocence, de naïveté et de maladresse. C'est très exigeant pour un acteur, parce qu'on lui demande à la fois d'être lui et d'aller vers d'autres dimensions. Ajoutez à cela qu'il a fallu un an pour capter à l'image le charme de Will Smith — et ça, c'était beaucoup plus compliqué ! (sourire)

En mettant en scène des clones, votre film pose la question de ce qui fait de l'être humain un humain…
Lorsque je me suis penché sur ce sujet, je savait que j'aurai à cloner un personnage par le numérique. Et ne connaissant évidemment aucun clone, je me suis interrogé sur leur psychologie, sur les éléments qui les rendraient humain : le fait d'avoir une âme comme nous ? J'ai décidé que oui. Mais alors, quels sont les éléments nous déterminant en tant qu'humain ? De mon point de vue, c'est la possibilité et le courage d'examiner son passé et ses actes intérieurs. A contrario, on pourrait dire qu'une personne se conformant à l'ordre social et à la façon dont elle a été éduquée depuis toujours est peut-être, au moins à 50%, un clone…

Le doute n'est-il pas aussi le propre de l'humain ?
Je crois que le doute, c'est ce qui nous maintient en vie, nous rend vivant. Et qui surtout permet à notre foi de rester vivante — quelle qu'elle soit. Sinon, on est dans le recyclage et les répétitions. Le doute est essentiel : le surmonter donne un sens à la vie. Tout le monde ne penserait pas ça, à Gaza ou ailleurs, mais le questionnement de Dieu, le questionnement social, est ce qui nous rend à travers le doute vibrants, vivants, et essentiellement humains.

Même pas de love story

Le personnage féminin principal sort des archétypes : elle n'a même pas d'histoire d'amour avec le héros…
C'est le genre de femme que j'aime dans la vie — ma femme est comme ça, un leader que l'on suit, qui a une vraie énergie. Mary Elizabeth Winstead est de cette trempe. Et comme elle était danseuse, elle bouge extrêmement bien, ce qui était une grande chance pour le film. On pouvait compter sur elle quel que soit le nombre de prises, car il y en avait parfois énormément dans les séquences avec Junior. Elle est une vraie star de cinéma.

Quant au “couple“ qu'elle forme avec le personnage de Will, il a de la beauté de par le fait qu'il s'agit d'un homme et d'une femme fugitifs, tout en conservant l'aspect buddy movie au film. Le duo fonctionne parce que ce sont des potes ; en même temps, elle est sexy et pragmatique. Il fallait vraiment qu'elle soit très présente face à un acteur pareil. Ça n'est déjà pas facile avec un Will Smith en face, mais alors face à deux…(rires)

On dit qu'il a fallu vingt ans pour parvenir à ce rendu technique en images de synthèse (CGI). Qu'est-ce qui est si compliqué dans la reproduction des émotions ?
Dans le domaine du numérique, c'est le visage le plus compliqué, parce qu'une partie de notre cerveau refuse de reconnaître certaines émotions.

Chaque instant est donc un défi : il faut gagner en permanence la confiance du spectateur et la conserver tout au long du film.

Nous autres réalisateurs sommes en quelque sort des magiciens : on simule grâce au maquillage, à la musique, aux lumières… Mais dans le monde du digital, nous devons être d'un réalisme extrême et nous interroger sans cesse sur la manière de faire rêver le spectateur, de l'amener dans notre histoire.

Il y a vingt ans, on aurait pris un autre acteur plus jeune ; ici, le parti-pris était au contraire de mettre la barre encore plus haut dans la manière de faire jouer les acteurs, dans les éclairages, les effets… Et l'on ajustait la technologie dans le même temps pour conserver l'émotion. Ce n'est donc pas la résultante d'une équation mathématiques ou d'une somme d'ingrédients : on essaie au contraire d'évoluer pour montrer à l'écran, grâce au digital, le charme et la jeunesse de Junior de façon à ce que le spectateur y croie tellement qu'à la fin il oublie qu'il s'agit de CGI.

Il y a deux façons de faire croire aux spectateurs qu'il se passe quelque chose au cinéma : par la mise en scène ou par le montage. Dans le monde du CGI, on monte la scène en temps direct, d'une façon quasi holistique. On est vraiment dans le réalisme absolu.

Quelle importance les décors ont-ils pour vous ?
C'est là que j'écris, que je trouve l'écriture du film, son inspiration. Je me promène pour trouver comment dire le mieux possible visuellement le scénario. Ils doivent être un écho de l'histoire, du drame lui-même, mais aussi refléter l'état mental du personnage. En réalité, tout ce qui est couleur, décors, juxtapositions du moderne et du classique, de l'artificiel et du naturel ; tout cela constitue des représentations essentielles de l'état d'esprit du personnage.

La projection en 60 ou 120 images par seconde rend l'expérience immersive et très réaliste. Y a-t-il selon vous une limite au-delà de laquelle le spectateur n'éprouvera plus d'émotion artistique ?
Il n'y a pas de mauvais médium, ni de mauvais scénario : seulement de mauvais réalisateurs, éventuellement. Dans chacun de mes films, j'essaie d'aller encore plus loin dans ma démarche. Je crois beaucoup en l'immersion et l'immersif. Et quand on me propose d'essayer de la VR, j'invite à essayer la mienne : si on a assez d'informations et de détails, on est dans le jeu mental et non pas dans le jeu vidéo — c'est ce qui fait l'intérêt du cinéma que j'aime.


Gemini Man

De Ang Lee (2019, ÉU, 1h57) avec Will Smith, Mary Elizabeth Winstead, Clive Owen...

De Ang Lee (2019, ÉU, 1h57) avec Will Smith, Mary Elizabeth Winstead, Clive Owen...

voir la fiche du film


Henry Brogan, un tueur professionnel, est soudainement pris pour cible et poursuivi par un mystérieux et jeune agent qui peut prédire chacun de ses mouvements.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Je est un autre moi-même : Will Smith cloné dans "Gemini Man"

Le Film de la Semaine | Un exécuteur d’État est traqué par son clone rajeuni de 25 ans. Entre paradoxe temporel à la Chris Marker et cauchemar paranoïde façon Blade Runner, Ang Lee s’interroge sur l’essence de l’humanité et continue à repenser la forme cinématographique. De l’action cérébrale.

Vincent Raymond | Mardi 1 octobre 2019

Je est un autre moi-même : Will Smith cloné dans

Employé comme exécuteur par une officine gouvernementale, Henry Brogan découvre qu’on cherche à l’éliminer ainsi que les membres de son équipe. Partant en cavale avec Danny, une équipière, il constate que le tueur à leurs basques est son portrait craché… plus jeune de 25 ans. Le coup de l’agent bien noté considéré tout à coup comme une cible à abattre par ses anciens partenaires doit figurer en haut du classement des arguments-types pour films d’espionnage. À peu près au même niveau que le recours à un jumeau maléfique dans les polars ! Même s’il est justement ici question d’un combo chasse à l’homme/clones, on aurait tort de sous-estimer l’influence et les apports de Ang Lee sur Gemini Man. Un authentique auteur — au sens défini par Truffaut dans son article Ali Baba et la “Politique des Auteurs“ — qui, lorsqu’il s’empare d’une intrigue connue pour avoir été mille fois illustrée à l’écran, est capable d’en offrir une approche nouvelle et, surtout, singulière. DePalma en incarne un autre exemple sur le même thème avec Mission : Impossible. D’une projection, l’autre Ce qu

Continuer à lire

Alan Menken : « il fallait que je maintienne l’intégrité de mon bâtiment »

Aladdin | Compositeur historique des studios Disney, lauréat de huit Oscar — dont deux pour la version animée de Aladdin —, le toujours affable Alan Menken est venu converser (au piano) de son travail au long cours sur ses partitions…

Vincent Raymond | Mardi 21 mai 2019

Alan Menken : « il fallait que je maintienne l’intégrité de mon bâtiment »

Quel a été votre processus d’écriture pour ce film ? S’agit-il d’une “réécriture” ? Alan Menken : Écrire la musique pour un film animé est différent que pour un film en prises de vues réelles : il faut trouver des moments plus intenses et d’autres plus courts, des thèmes musicaux qui reviennent encore et encore… Au début d’Aladdin, j’ai été inspiré par des gens comme Fats Waller. Ensuite, pour la comédie musicale Aladdin — qui est sur scène depuis longtemps à Broadway mais n’a pas encore été jouée à Paris —, c’est encore très différent : j’ai dû écrire davantage de chansons et penser différemment… Enfin, ça a évolué vers cette version en prises de vues réelles, qui a nécessité que je modifie la musique afin qu’elle colle mieux. Écrire trois fois une partition, je l’avais déjà fait pour La Belle et La Bête. La clef pour vraiment y p

Continuer à lire

Super calife agile : "Aladdin"

Disney | De Guy Ritchie (É-U, 2h09) avec Mena Massoud, Naomi Scott, Will Smith…

Vincent Raymond | Mardi 21 mai 2019

Super calife agile :

Se livrant à ses activités délictuelles dans la cité d’Agrabah, le jeune tire-laine Aladdin sauve la princesse Jasmine qu’il prend pour une servante et en tombe amoureux. Grâce aux pouvoirs d’une lampe magique (et de son génie), il deviendra prince et sauvera le royaume du félon vizir… Même s’il se montre ici singulièrement calme — oubliez le surmontage rehaussé de ralentis et d’effets de variation de vitesse de défilement dont il est d’habitude si friand — le frénétique Guy Ritchie a d’emblée le mérite de remettre le minaret au centre du village, c’est-à-dire de renvoyer au cimetière du carton-pâte le pitre franchouillard piètre simulacre d’Aladdin en jouant la carte de la superproduction à l’ancienne, avec danseurs par milliers, éléphants et costumes chamarrés pour tout le monde. Bien sûr, il y a du numérique, mais il ne remplace pas les immenses plans d’ensemble où les chorégraphies prennent vie. Will Smith n’étonne guère dans la peau (bleue) du génie : sur le papier, il était évident qu’un showman de sa trempe glisserait aisément ses pieds da

Continuer à lire

"Un jour dans la vie de Billy Lynn" : Post trauma, luxe

Le film de la semaine | De ses dommages collatéraux en Irak à ses ravages muets sur un soldat texan rentré au bercail pour y être exhibé comme un héros, la guerre… et tout ce qui s’ensuit. 24 heures de paradoxes étasuniens synthétisés par un patron du cinéma mondial, le polyvalent Ang Lee.

Vincent Raymond | Mardi 31 janvier 2017

Suggérant à la fois un roman de Zweig et une chanson des Beatles, le titre français de Billy Lynn's Long Halftime Walk ne trahit pas, loin s’en faut, l’esprit du film de Ang Lee ; son apparente banalité le contient en effet dans son entier, respectant l’unité de temps en dessinant une perspective plus vaste. Tout se déroule durant la journée particulière de Thanksgiving : ayant accompli un acte héroïque en Irak, le jeunot Billy Lynn bénéficie d’une permission exceptionnelle au Texas afin, notamment, de parader au sein de son unité durant le spectacle de mi-temps d’un match de football américain. Avant de participer à cette mise en scène aussi grotesque qu’obscène — censée galvaniser ou distraire, on ne sait guère, une populace déconnectée de la réalité du terrain —, le troufion aura essuyé les suppliques de sa sœur l’incitant à se faire réformer, découvert la béance entre l’image que se font les civils du front et la réalité, mais surtout été bombardé intérieurement d’envahissants souvenirs constitutifs d’un traumatisme latent. Full frontal, Foule frontale Ang Lee montre dans ce stupéfiant raccourci la germinatio

Continuer à lire

10 Cloverfield Lane

ECRANS | de Dan Trachtenberg (É-U, 1h50) avec Mary Elizabeth Winstead, John Goodman, John Gallagher Jr.…

Vincent Raymond | Mardi 15 mars 2016

10 Cloverfield Lane

En 2008, Matt Reeves électrochoquait le principe du film catastrophe apocalyptique en hybridant faux found footage et monstres exterminateurs dans Cloverfield, une expérience de cinéma aussi accomplie du point de vue théorique que spectaculaire. Ni suite, ni spin-off classique, 10 Cloverfield Lane s’inscrit dans sa lignée en combinant atmosphère de fin du monde, huis clos sartrien avec potentiel(s) psychopathe(s)… et monstres exterminateurs. Producteur des deux volets, J.J. Abrams pourrait lancer une franchise en s’attaquant ensuite au mélo, à la comédie musicale, au polar : tout peut convenir, du moment que l’on ajoute “Cloverfield” dans le titre et intègre des monstres en codicille ! Si Cloverfield montrait une fiesta virant au massacre, puis au survival, 10 Cloverfield Lane démarre privé de toute insouciance par une rupture pour se précipiter, très vite, dans le confinement subi d’un bunker et sa promiscuité. C’est que les temps ont changé : l’inquiétude et la paranoïa règnent. Plus pressante, la menace n’est plus le seul fait d’entités étrangères ; elle émane aussi de bon gros rednecks se révélant immédiatement

Continuer à lire

Diversion

ECRANS | John Requa et Glenn Ficarra revisitent le film d’arnaque dans une comédie pop fluide et élégante portée par le couple glamour Will Smith / Margot Robbie. Divertissement longtemps irrésistible, "Diversion" rate de peu sa sortie. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 24 mars 2015

Diversion

Fondre en un seul geste la forme et le fond pour distraire le spectateur : c’est un programme de cinéma mais aussi une méthode d’arnaque éprouvée. Diversion en a conscience et c’est un beau tour de passe-passe qu’orchestrent le duo John Requa et Glenn Ficarra, ici un cran au-dessus de leurs deux premiers films — I Love You Philip Morris et Crazy Stupid Love. Le titre original, Focus, plus que son équivalent français, marque d’ailleurs cette parenté entre la mise en scène (du film) et les coups montés par Nicky avec sa bande et sa nouvelle partenaire — et amante — Jess : il s’agit de déplacer la focale et d’orienter le regard pour mieux tromper la victime-spectateur. Cela nécessite souplesse, charme et élégance ; il faut donc avant tout un couple glamour au possible : ici, Will Smith, dans un exercice sobre d’underplaying appris chez Shyamalan, et Margot Robbie, qui confirme après Le Loup de Wall Street qu’elle a un t

Continuer à lire

After Earth

ECRANS | Étrange sensation face à cette rencontre entre la dynastie Smith et l’ex-prodige déchu Shyamalan, celle d’assister à un film dont la simplicité le tire à la fois vers la beauté et vers l’ennui, à une œuvre coincée entre l’épure et l’esbroufe, la sincérité et les arrières pensées. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 5 juin 2013

After Earth

La première surprise d’After Earth, c’est qu’il n’y a à proprement parler aucune surprise. Comprenez : pas de twist spectaculaire, pas de grands morceaux de bravoure, pas de 3D débordante. Même les décors, soigneusement choisis pour représenter une terre revenue à l’état sauvage après une catastrophe écologique ayant obligé l’humanité à la déserter, ne sont jamais regardés comme des éléments d’exotisme rétro-futuriste, mais dans l’ordinaire d’une nature ayant repris ses droits ancestraux. Ça, c’est pour le versant M. Night Shyamalan, et on peut voir After Earth comme un autodafé de son horrible Dernier maître de l’air : là où hier, la surenchère était de mise pour tenter de retrouver le crédit des studios, c’est un principe déflationniste qui s’applique ici, mais qui conduit paradoxalement à retrouver l’éclat de ses premières œuvres. Même lenteur calculée, mêmes dialogues chuchotés comme si les personnages se réveillaient d’un accident en état

Continuer à lire

Shadow dancer

ECRANS | Excellente surprise que ce thriller glacial signé James Marsh. Le cinéma anglais, dans la lignée du canon Ken Loach (Hidden agenda) / Paul Greengrass (...)

Christophe Chabert | Mardi 29 janvier 2013

Shadow dancer

Excellente surprise que ce thriller glacial signé James Marsh. Le cinéma anglais, dans la lignée du canon Ken Loach (Hidden agenda) / Paul Greengrass (Bloody sunday), nous avait habitué à traiter la question du terrorisme irlandais sous un angle réaliste, sinon hyper-réaliste. Marsh en prend le contre-pied, lorgnant plutôt du côté des fictions paranoïaques 70’s façon Alan Pakula. La scène d’ouverture (après un prologue posant le traumatisme initial) donne le ton : un attentat raté dans le métro de Londres, filmé entièrement du point de vue de la poseuse de bombe, Collette — extraordinaire Andrea Riseborough — que la caméra accompagne en longs plans méticuleusement composés en scope et baignés d’une lumière froide et métallique. Arrêtée, elle doit se plier au contrat proposé par un agent du MI5 (Clive Owens, qui se coule avec modestie dans ce second rôle fantomatique) : dénoncer ses frères, tous terroristes, et les têtes pensantes de l’IRA pour éviter d’aller croupir en prison. Marsh ne fait jamais retomber la tension et le suspense qui accompagnent les louvoiements de son personnage, privilégiant la durée des séquences et l’ambiance qui en découle plutôt que le

Continuer à lire

L’Odyssée de Pi

ECRANS | Longtemps entre les mains de Jean-Pierre Jeunet, cette adaptation d’un best seller canadien racontant l’histoire d’un adolescent indien perdu au (...)

Christophe Chabert | Mardi 11 décembre 2012

L’Odyssée de Pi

Longtemps entre les mains de Jean-Pierre Jeunet, cette adaptation d’un best seller canadien racontant l’histoire d’un adolescent indien perdu au milieu du Pacifique sur un canot de sauvetage avec comme seul compagnon un tigre peu amical, a finalement atterri entre celles d’Ang Lee. Les trente premières minutes donnent d’ailleurs le sentiment que le réalisateur de Brokeback mountain fait du Jeunet à sa sauce, c’est-à-dire en gommant les contours des vignettes colorées très Amélie Poulain pour tester la plasticité de ses images. Car Lee, lorsqu’il s’attaque à des blockbusters, devient un cinéaste expérimental. C’est sans doute ce qu’il y a de plus impressionnant dans L’Odyssée de Pi, cette manière de fondre les plans les uns dans les autres, de faire sortir l’image de son cadre, de jouer avec les formats, de créer de purs moments de sidération plastique par l’effet conjugué de la 3D et d’une picturalité saisissante. Cette sophistication entre toutefois en conflit avec le programme familial du scénario et avec un

Continuer à lire

Scott Pilgrim

ECRANS | D’Edgar Wright (ÉU, 1h52) avec Michael Cera, Mary Elizabeth Winstead…

Christophe Chabert | Mardi 23 novembre 2010

Scott Pilgrim

On pouvait attendre beaucoup de "Scott Pilgirm" : Wright avait co-réalisé "Shaun of the dead" et "Hot fuzz", Cera est un des jeunes acteurs américains du moment, le comics d’origine possédait son cercle d’adorateurs. Le ratage est pourtant cuisant, et souligne les limites de la culture geek, quand ce sont les geeks eux-mêmes qui lui rendent hommage. Car Wright a choisi de compresser le récit, de surcharger l’image de trouvailles visuelles et de multiplier les références pour initiés au point de négliger personnages, intrigue et même l’élémentaire lisibilité des plans. Deux choses sont frappantes : le film ne cherche jamais à contourner son programme (Scott va combattre les neuf ex maléfiques de sa copine, point), et maltraite avec une misogynie sidérante les femmes du film. En gros, des emmerdeuses, des sacs à problème, des vagins dentés, sauf si elles lisent des BD et jouent de la batterie (si ce sont des hommes, donc !). Déplaisant à regarder, "Scott Pilgrim" est donc aussi déplaisant dans sa vision d’un monde qui n’est virtuel que quand ça l’arrange. CC

Continuer à lire

Hôtel Woodstock

ECRANS | D’Ang Lee (ÉU, 2h02) avec Demetri Martin, Emile Hirsch, Liev Schreiber…

Christophe Chabert | Mardi 15 septembre 2009

Hôtel Woodstock

Le cinéphile français attaché à la politique des auteurs ne peut qu’être désorienté par le parcours du tandem Ang Lee/James Schamus (son scénariste attitré). Sans véritable thème (sinon, et encore, l’homosexualité), sans style visuel défini (avec des grands écarts entre la sophistication formelle de Hulk et la sobriété romanesque de Lust, caution), ces deux-là sont des caméléons promenant leur cinéma à travers le monde, les genres et les budgets. Hôtel Woodstock surfe ainsi sur la vague des 'feel good movies', avec une pointe de Wes Anderson en prime. Surprise : ce cocktail est franchement plaisant, et même euphorisant. Traitant le mythique festival de rock par le petit bout de la lorgnette (une famille juive coincée dont le fils pense effectuer une bonne affaire en faisant venir la manifestation dans la petite ville sans histoire où ses parents tiennent un hôtel), jusqu’à en éclipser toute image de concert, Hôtel Woodstock raconte l’anecdote et laisse la légende au documentaire de Michael Wadleigh, dont le film plagie les scories visuelles avec un certain brio. Évidemment, l’un n’est jamais très loin de l’autre : le vent de liberté (et de marijuana) va souffler sur ce foyer con

Continuer à lire

Le Secret de Brokeback mountain

ECRANS | Avec "Le Secret de Brokeback mountain", western mélodramatique entre deux cow-boys à l'homosexualité contrariée, l'insaisissable Ang Lee slalome adroitement entre tous les travers de son sujet et arrive à émouvoir sans forcer sur le pathos. Fameux ! Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 25 janvier 2006

Le Secret de Brokeback mountain

Il faut lever d'entrée le secret de Brokeback Mountain : un été, dans une montagne du Wyoming, deux garçons de 18 piges doivent garder des moutons et vont vivre ensemble une relation homosexuelle dont on ne saura si elle est seulement physique (fougue de la jeunesse et conséquence de la promiscuité) ou également amoureuse. Et qui aime qui, ça aussi, on se le demande bien. Il y aura donc deux secrets : celui que ces sheep-boys gardent aux yeux du monde (y compris quand, chacun de leur côté, ils trouveront femmes et enfants) et celui, plus épais, des sentiments qu'ils éprouvent l'un pour l'autre. Cela, Ang Lee le cache longtemps au spectateur. Doublement longtemps d'ailleurs : 2h20 de film et 25 ans de vie à l'écran. Gay comme un cow-boy La durée est définitivement l'alliée de ce très beau film : une durée romanesque et cinématographique que le cinéaste travaille avec une attention constante, en brossant chaque séquence comme un bloc de temps séparé du suivant par des ellipses fulgurantes, si bien que l'on met à notre tour du temps à savoir combien d'années s'écoulent entre les deux. Chaque maigre certitude est ainsi remise en question par ce gouffre qui

Continuer à lire