Éric Rondepierre, "Seuils"

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 19 mars 2010

Photo : Eric Rondepierre


Ancien comédien, diplômé des Beaux-arts de Paris, Éric Rondepierre (né en 1950) a commencé son travail «photographique» dans les années 1990 en réalisant de grands tirages à partir de photogrammes de films rongés par le temps, percés, partiellement brûlés... Cette exploration esthétique du temps et de l'image se poursuit aujourd'hui sous une autre forme dans sa série «Seuils». L'artiste amalgame des photographies couleurs personnelles récentes avec des plans noirs et blancs extraits d'images de films muets. Et compose ainsi d'étonnantes scènes où, littéralement, le passé surgit dans le présent ! On ne se débarrasse pas facilement des fantômes, même à l'heure du tout numérique... JED

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Éric Rondepierre, l'archiviste de soi-même

Art Contemporain | L'artiste Éric Rondepierre, connu pour ses détournements d'images, présente à Lyon une singulière exposition dont l'objet n'est autre que lui-même et son adolescence tragique.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 28 mars 2017

Éric Rondepierre, l'archiviste de soi-même

Partons d'un axiome imaginaire : toute surface rectangle est un espace d'apparition ou de disparition, toute surface rectangle est aussi un espace de pensée... Et c'est à partir d'un certain nombre de rectangles qu'Éric Rondepierre retrace au Bleu du Ciel une partie de son autobiographie, celle de son adolescence. Un premier rectangle de papier du Tribunal pour enfants de la Seine, datant de 1963, bouleverse sa vie en l'arrachant à sa mère et en le plaçant en institution. La vie y est dure, isolée, rythmée de marches forcées et de quelques voyages scolaires... Le dimanche, l'adolescent découvre un nouvel espace : celui des écrans de cinéma, expérience qui, beaucoup plus tard (dans les années 1990), donnera l'idée à Rondepierre de fouiller les archives cinématographiques pour en extraire des photogrammes incongrus, corrodés par le temps, brûlés, et les tirer en grand format. Son œuvre artistique s'ouvre alors sur ce geste : montrer ce qui ne se voit pas, dévoiler l'insu et l'invisible...

Continuer à lire