Morgan Fache : «La rue, c'est toute leur vie»

ARTS | Rencontre avec Morgan Fache, photo-reporter du collectif Item qui présente l'exposition Dann'somin : sous le soleil de l'exclusion. Habitant La Réunion, il s'est penché sur le sort des sans-abris locaux, ces hommes et femmes qui «ont pris la route». Parmi tous ces visages, se détache celui de Guerrier.

Valentine Martin | Mercredi 1 juillet 2015

Vous traîniez depuis plusieurs jours à la boutique de solidarité de la fondation abbé Pierre avant de tomber sur Guerrier. Que cherchiez-vous exactement ?
Morgan Fache :
Je ne sais pas trop en fait. Ce qui était sûr, c'est que je voulais aborder La Réunion sous un autre angle, la montrer différemment de ce qu'on a l'habitude de voir. Rencontrer Guerrier a été une chance car sans lui je n'aurais jamais pu accéder au monde des marginalisés, de ceux qui ont "pris la route". Je n'aurais jamais pu les approcher.

En fait, c'est simple, sans Guerrier il n'y aurait pas eu d'exposition, je n'aurais pas pu travailler comme je l'ai fait. C'est pour ça que j'en ai fait le personnage principal de l'exposition. Je l'ai suivi dans son univers pendant deux ans. Au final, c'est lui qui m'a choisi, qui m'a aidé et m'a montré. C'était donc logique d'en faire mon "héros".

Je repense au portrait de Guerrier, avec son visage qui apparaît au milieu d'un fond noir, avec un regard terrible. Pourquoi avez-vous décidé de le mettre en scène de cette façon ?
J'ai fait plusieurs photos de Guerrier mais il a bien fallu en choisir une. Si j'ai choisi celle là, c'est justement à cause de son regard. On pourrait penser qu'il me regarde moi mais en fait il nous regarde nous. Et on ne peut pas s'empêcher d'être attiré par ce regard. Alors oui, c'est un portrait super dur, mais c'est parce que sa vie est dure. C'est aussi pour ça que j'ai gardé cette image, elle le définit assez bien je pense.

En photojournalisme, on peut tout à fait laisser parler une image par elle-même, mais dans ce cas il me semble que l'explication sur la vie de ces personnes est indispensable. Il s'agit d'un documentaire et le texte éclaire ici la photo. La légende apporte beaucoup de réponses et d'informations que la photo seule ne peut délivrer.

Dans l'exposition, les photos ne sont pas disposées de façon chronologique. Pourquoi un tel choix ?
En fait, si on fait bien attention, l'exposition se déroule par lieux ou par groupe. Il y a Saint-Joseph et Saint-Pierre comme lieux bien distincts. Sinon, j'ai rassemblé les groupes de gens, pour qu'on puisse mieux comprendre leur histoire. Dans un ordre chronologique, cela aurait été trop distendu, on n'aurait pas compris, cela aurait fait bazar. Et puis comme cela, on peut plus facilement suivre leur évolution et passer ensuite à d'autres personnages.

Vous avez travaillé avec une esthétique particulière dans vos photos, avec beaucoup d'ombre. Pourquoi ce jeu sur le clair-obscur ?
Ce n'est pas vraiment une esthétique choisie, la réponse est plus pragmatique. À La Réunion, on se lève plus tôt et on se couche plus tôt. Les gens que j'ai rencontré, ceux qui vivent dans la rue, ont des habitudes de vie très particulières : ils se lèvent vers 4h le matin, lorsqu'il fait encore noir, et passent leur journée soit à dormir, soit à boire. Ils peuvent être totalement alcoolisés dés 10h le matin et passent ensuite le reste de la journée à se reposer. Puis ils se remettent en action le soir, quand la nuit arrive. Ils s'agissait pour moi de m'adapter à leur planning, de représenter leur façon de vivre. Donc je les rencontrais plus le soir et le matin, quand il faisait sombre et qu'il n'y avait pas de soleil.

Sous chaque photo, il y a une explication sur les personnes qui y figurent et sur leur vie. Était-ce important d'expliquer le parcours de chacun ?
Oui, c'était très important pour moi, ça me paraît essentiel pour ce genre de reportage. En photojournalisme, on peut tout à fait laisser parler une image par elle-même, mais dans ce cas il me semble que l'explication sur la vie de ces personnes est indispensable. Il s'agit d'un documentaire et le texte éclaire ici la photo. La légende apporte beaucoup de réponses et d'informations que la photo seule ne peut délivrer.

Vous expliquez dans votre exposition que les femmes sont plus touchées par le chômage que les hommes. Pourtant ce sont principalement des hommes sur vos photos qui "ont pris le chemin". Comment l'expliquer ?
C'est assez paradoxal en effet. Il y a des femmes qui vivent dans la rue, c'est vrai. Mais elles sont très difficiles à approcher. Moi, je n'ai pas réussi. Mais étrangement, comparées aux hommes, elles sont très peu et représentent une minorité. La vérité c'est que ces femmes-là sont très seules et qu'en général il y a une histoire d'homme derrière. Donc moi, en tant qu'homme, j'ai eu du mal à les approcher et à les photographier. J'ai réussi à avoir Madame Julie un jour, mais cette année par exemple, je n'ai pas réussi à la retrouver. J'ai pourtant fait le tour de l'île mais impossible de retrouver sa trace.

À Saint-Denis, j'ai rencontré une autre femme mais j'ai bien compris qu'elle ne voulait pas être photographiée. On a discuté, mais j'ai respecté son choix et je n'ai pas fait de travail photo avec elle. À La Réunion, il y a beaucoup plus de chômage et de précarité qu'en métropole et pourtant, les familles ont toujours essayé de récupérer un de leur membre qui ne s'en sortait plus. Mais là, le nombre de personnes sous le seuil de pauvreté a augmenté (plus de 400 000 personnes sont concernées) et les familles se retrouvent coincées, elles ne peuvent plus les aider. Alors forcément, certains se retrouvent dans la rue.

Mais pour revenir à la question, même si les femmes sont plus touchées par le chômage, elles sont moins dans la rue. Sur une ville comme Saint-Pierre, il va y avoir trois femmes sans abri, pas plus et sur Saint-Denis une dizaine tout au plus. En général elles sont accompagnées d'hommes, parfois elles sont même en couple, comme Estrella, donc cela rajoute des obstacles.


Morgan Fache

"Dann' Somin, sous le soleil de l'exclusion", photos
Collectif item - L'atelier 3 impasse Fernand Rey Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Véronique de Viguerie, Yemen la guerre qu'on nous cache

L'Œuvre de la semaine | Rares sont les images de la tragédie humanitaire qui se déroule au Yémen, aussi rares que le sont là-bas l'eau, la nourriture, les médicaments et le pétrole. Au (...)

Sarah Fouassier | Mardi 19 mars 2019

Véronique de Viguerie, Yemen la guerre qu'on nous cache

Rares sont les images de la tragédie humanitaire qui se déroule au Yémen, aussi rares que le sont là-bas l'eau, la nourriture, les médicaments et le pétrole. Au nord, la population subit les frappes de la coalition menée par l'Arabie Saoudite, des bombardements qui pourraient être perpétrés avec des armes achetées à la France. « On meurt de tout au Yémen » rapportait Véronique de Viguerie à France Info le 3 octobre dernier. La photojournaliste venait de remporter le prix prestigieux de Visa pour l'Image, ainsi que le Visa d'or humanitaire du Comité International de la Croix-Rouge (CICR). Pendant un an, Viguerie et sa consœur journaliste Manon Quérouil-Bruneel ont tenté d'accéder au nord pour couvrir « une guerre que l'on nous cache », dont le poids des chiffres est lourd : 15 000 morts civils, 60 000 blessés, trois millions de déplacés et un enfant qui meurt toutes les dix minutes. Les journalistes ne sont pas les bienvenus dans cette partie du globe. L'intégralité du reportage de Véronique de

Continuer à lire

Collectif Item au Bleu du Ciel : résiste !

Photographie | Pour capter d'où s'expriment les résistances aujourd'hui, direction le Bleu du Ciel où s'exposent les images conjointes de We Report et du Collectif Item.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 12 septembre 2017

Collectif Item au Bleu du Ciel : résiste !

Faire de la philosophie ou créer une œuvre d'art, c'est résister à la bêtise, disait en substance Gilles Deleuze. « Résister à l'irrésistible » écrivait encore le poète Michel Deguy ! « On ne résiste qu’à ce à quoi l’on craint de ne pouvoir résister » poursuivait Françoise Proust, philosophe du concept de résistance... Dès fin du 20e siècle, les luttes et les expressions de la résistance - au pouvoir, à l'intolérable, aux inégalités... - ont pris des formes multiples, nouvelles. Parfois même, insoupçonnées et microscopiques à la manière d'un Bartleby qui, dans le récit de Melville, « préférerait mieux ne pas ». Les photographes reporters du collectif lyonnais Item (qui fête ses 15 ans) se sont acoquinés avec We Report pour interroger cette idée de la résistance contemporaine. Luttes... invisibles ? « Rexistance est née d’une volonté commune de travailler ensemble autour d’une thématique qui traverse les préoccupati

Continuer à lire

Les 5 expos à voir cet été

ARTS | Non, tout ne ferme pas au 1er juillet : les galeries sont encore actives, et les musées vous accueillent durant toutes les vacances. Voici nos cinq expos à voir cet été, que vous soyez adeptes de photographie, d'art contemporain ou de visite pour toute la famille.

Jean-Emmanuel Denave | Dimanche 2 juillet 2017

Les 5 expos à voir cet été

1/ Lumière ! Le cinéma inventé au Musée des Confluences jusqu'au 25 février 2018 Inventeurs hors du commun (ils ont cosigné à peu près 240 brevets !), Auguste et Louis Lumière ont non seulement mis au point le cinématographe, mais aussi l'autochrome couleur, le photorama, les prémices du cinéma en relief... L'exposition du Musée des Confluences retrace, à travers une très agréable scénographie, cette saga de l'image en mouvement, qui est aussi une saga collective, familiale, industrielle et lyonnaise. 2/ Maria Loboda et Charwei Tsai à l'Institut d'Art Contemporain à Villeurbanne jusqu'au 13 août L'IAC ouvre ses espaces à deux artistes dont l'univers poétique et esthétique est aussi un univers fort énigmatique. La polonaise Maria Loboda propose un parcours entre architecture et archéologie imaginaires ; et la taïwanaise Charwei Tsai des vidéos, des aquarelles et des installations fl

Continuer à lire

Reportage de Jérémy Suyker sur la création à Téhéran

Septembre de la photographie | Le photographe Jérémy Suyker revient de Téhéran avec une série d'images sur les difficultés et la richesse de la créativité sous la censure du régime. L'insolence y est un mode de la liberté.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 27 septembre 2016

Reportage de Jérémy Suyker sur la création à Téhéran

« Jamais nous n'avons été aussi libres que sous l'occupation allemande », écrivait, provocateur, Jean-Paul Sartre en 1944... L'Iran n'est pas un pays occupé, certes, mais la censure y pèse de son poids qui n'est pas de plume, sur la création artistique. Le ministère de la Guidance islamique (équivalent du ministère de la Culture) soumet toute pièce de théâtre à son autorisation préalable, interdit aux chanteuses d'enregistrer un disque, hommes et femmes ne peuvent pas se toucher entre eux sur scène... Malgré cela, la vie créative bouillonne toujours à Téhéran, jouant avec les limites du permis, bricolant des systèmes D, contournant la censure. C'est ce que montre le projet photographique de Jérémy Suyker, exposé à l'Atelier Item et publié

Continuer à lire

6Mois : décadrer le temps, recadrer l'image

Revue | Il existe des manières différentes de regarder le monde, sans le prisme d'une actualité speedée devenant insipide (primaires de la droite, de la gauche, des (...)

Nadja Pobel | Mardi 13 septembre 2016

6Mois : décadrer le temps, recadrer l'image

Il existe des manières différentes de regarder le monde, sans le prisme d'une actualité speedée devenant insipide (primaires de la droite, de la gauche, des verts, des bleus, des jaunes...). C'est ce que propose la revue XXI depuis 2008, comme sa petite sœur 6Mois née en 2011. Le bruit ambiant est laissé pour mort et cette rédaction (la même pour les deux titres) se concentre sur ce qui survit au brouhaha, explorant les grandes lames de fond du monde. Jeudi 15 septembre à la librairie Ouvrir l’œil (1er arr.), la journaliste Marion Quillard viendra présenter le dernier numéro tout juste paru de 6Mois, où il est question notamment de l'Iran au travers de trois récits imagés « car ce pays va compter dans les années à venir, de plus en plus de touristes le visitent, des accords sur le nucléaire ont été récemment signés... » dit-elle. Elle sera accompagnée du photographe Jeremy Suyker, fin connaisseur de cette région, qui avait précédemment publié ses clichés dans la revue et qui expose actuellement à l'Atelier Item (Les Ins

Continuer à lire

L'envers de la Réunion en photos

ARTS | Le photographe Morgan Fache a suivi pendant deux ans les déclassés de la Réunion. Un travail de terrain plein de bienveillance à découvrir à l'Atelier Item.

Valentine Martin | Mardi 16 juin 2015

L'envers de la Réunion en photos

Avant, Morgan Fache était travailleur social. «Mais ça, c'était avant», car il est aujourd'hui photoreporter. De sa première vie, il a toutefois gardé sa sensibilité et son attachement aux plus défavorisés. Dans sa nouvelle exposition, il s'est ainsi penché sur les laissés pour compte de l'île de La Réunion, où il vit depuis plusieurs années. Tout commence par sa rencontre avec Guerrier, un homme abîmé par l'existence et qui, comme beaucoup d'autres, "a pris le chemin", expression locale signifiant qu'il vit dans la rue. Ce dernier entraîne le photographe dans son univers, à la rencontre de déclassés, hommes ou femmes, qui tentent tant bien que mal de survivre dans ce paradis trompeur : à la Réunion, le taux de chômage est de 29%, soit trois fois plus élevé qu'en métropole. Fidèle à la volonté du collectif Item, dont il est membre, de travailler sur le long terme, Morgan Fache a suivi Guerrier et les siens (Valdo, Ludovic, Estrella...) pendant deux ans. Tout au long de l'accrochage, qui compte trente-huit clichés, leur quotidien s'offre ainsi au regard comme en continu, entre excès d'alcool, de violence, de drogue et élans de solidarité.

Continuer à lire

Lumière 2014, jour 5 – Comédie érotique d’un après-midi d’automne

ECRANS | «Overlord» de Stuart Cooper, «Trains étroitement surveillés» de Jiri Menzel, «Andreï Roublev» d’Andreï Tarkovski.

Christophe Chabert | Samedi 18 octobre 2014

Lumière 2014, jour 5 – Comédie érotique d’un après-midi d’automne

Le festival Lumière entre dans sa dernière ligne droite, et même s’il reste deux jours de projections et encore pas mal de choses à découvrir, l’envie est grande de lever le pied et de se faire simplement plaisir. Autant dire que la nouvelle d’une projection surprise de Piège de cristal en présence de son mythique réalisateur John MacTiernan ce samedi à 20h45 à l’UGC Ciné Cité Confluence a fait l’effet d’une petite bombe. Non seulement parce que le film est génial, mais aussi parce que MacTiernan sort d’une année passée en prison, et qu’il est toujours bon d’aller lui témoigner sa gratitude de spectateur. On en reparle demain, bien entendu. D’ailleurs, pendant que la plupart des festivaliers saluaient la remise du Prix Lumière à Pedro Almodóvar, on s’est offert une «grande projection» — la seule de cette section — celle d’Andreï Roublev de Tarkovski. Pas vraiment un film de distraction, certes, même si on se disait en entrant que Lumière était quand même un festival à part. Quelle autre manifestation pourrait, un vendredi soir, remplir une salle de 350 places avec un film russe de 3 heures vieux de quarante-cinq ans ? Qui plus

Continuer à lire