Une sorte de monstre contemporain...

Art Contemporain | Ludovic Chemarin a mis fin à son activité artistique en 2005. Damien Beguet et P. Nicolas Ledoux font renaître l'artiste à travers l'entité (juridique, économique, imaginaire) Ludovic Chemarin©. Et des expositions interrogeant la notion d'auteur jusqu'à l'os et au vertige.

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 13 février 2019

Photo : Vue de l'exposition à la BF15 © DR


En 2005, l'artiste lyonnais Ludovic Chemarin (auteur surtout d'installations) annonce qu'il cesse son activité. En 2011, deux autres artistes, Damien Beguet et P. Nicolas Ledoux rachètent le nom et les droits patrimoniaux de Ludovic Chemarin, et créent l'improbable entité Ludovic Chemarin©, artiste tout à la fois réel et fictif, concret et désincarné, unique et biface, disparu et ressucité... Cet acte est au fond un simple acte juridique mais transgresse bien des codes du monde de l'art, des conceptions normales de l'auteur, voire d'un simple individu.

Ludovic Chemarin© est une sorte de monstre contemporain, de Frankenstein juridique et artistique, tout droit sorti de l'imagination vampirique de deux cannibales ou de deux pirates ! Depuis 2011, Ludovic Chemarin© multiplie (mais faut-il conjuguer ce verbe au singulier ou au pluriel ? Au présent, au passé ou au futur ?) des expositions où les œuvres de Chemarin sont remontées telles quelles ou bien actualisées sous des formes plus contemporaines.

En présence de... Ludovic Chemarin !

À la BF15, Histoire sans fin nous invite à découvrir l'intimité et la biographie de Ludovic Chemarin© à travers une scénographie reconstituant une sorte d'appartement (un salon, une cuisine et une chambre). Un grand portrait noir et blanc de l'artiste bambin ouvre le parcours qui se poursuit par une chronologie placardée sur une cimaise, un portrait plus récent, et jusqu'à une vidéo méditative, montrant au ralenti les paysages qu'a connus Ludovic Chemarin dans sa jeunesse...

Pour corser le tout, d'autres artistes ont été invités à ce projet pour en créer la musique, des peintures-portraits, etc.. Et tout un programme de rencontres est prévu pour accompagner l'exposition, avec entre autre la présence parfois de... Ludovic Chemarin lui-même ! Qui est qui, et qui fais quoi ? Telles sont les interrogations très simples de Ludovic Chemarin© qui nous plongent très vite dans de vertigineuses mises en abyme psychique, philosophique, artistique. Humoristique, aussi.

Ludovic Chemarin©, Histoire sans fin
À la BF15 jusqu'au samedi 23 mars

Concert et lecture le samedi 16 février à 17h


Ludovic Chemarin

Histoire sans fin
La BF15 11 quai de la Pêcherie Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Cinq expos à voir en mars

Bons Plans | Voici notre sélection de cinq expositions à découvrir ce mois-ci dans les musées et les galeries de Lyon : un artiste qui n'existe plus mais un peu quand-même, du hip-hop ou encore une installation végétale... Suivez le guide !

Jean-Emmanuel Denave | Lundi 4 mars 2019

Cinq expos à voir en mars

Un artiste poursuivi par deux autres Plasticien lyonnais reconnu, Ludovic Chemarin a cessé son activité artistique en 2005. En 2011, Damien Beguet et P. Nicolas Ledoux rachètent le nom et les droits patrimoniaux de Ludovic Chemarin, et créent l'improbable entité Ludovic Chemarin©. Ils poursuivent depuis son œuvre à travers de singulières expositions. À la BF15, le duo propose de revenir sur la biographie de Ludovic Chemarin©. Une mise en abyme de l'identité d'un auteur, teintée d'humour. À la BF15 jusqu'au 23 mars Une expérience singulière à l'IAC Pour sa première grande exposition personnelle en France, l'Espagnol Daniel Steegmann Mangrané ne manque pas d'air en n'exposant "rien", ou quasiment rien (une vidéo d'une vingtaine de minutes). Il a seulement transformé les espaces du musée pour y aménager un labyri

Continuer à lire

Tenir au carreau

ARTS | Exposition en deux volets, l'un au Musée Dini, l'autre à la Fondation Bullukian, «Passages» rassemble une vingtaine d'artistes contemporains autour du thème et du motif important de la fenêtre. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 1 avril 2014

Tenir au carreau

De la théorisation de la perspective par Leon Battista Alberti (1404-1472) à Windows ou aux appareils photo de nos téléphones portables, il existe une ligne continue et cohérente, que l'on pourrait résumer par cette phrase fameuse d'Alberti : «Je trace d'abord sur la surface à peindre un quadrilatère de la grandeur que je veux, et qui est pour moi une fenêtre ouverte par laquelle on puisse regarder l'histoire». Cette idée de peinture ou de photographie comme fenêtre ouverte sur le monde, cette idée de "réalisme", est en fait une vision de ce monde, une certaine manière de l'appréhender selon des lois optiques et géométriques précises. Dès la Renaissance, Léonard de Vinci notait avec une belle clairvoyance critique : «La perspective est le frein et le gouvernail de la peinture». Quelques siècles plus tard, Cézanne fera de la Montagne Sainte-Victoire un «paysage avec ses déformations, ses empiétements, ses ambiguïtés, ses divergences, tel qu'on peut le voir avant de le regarder, avant que la coordination orthogonale de ses lieux soit faite» (Jean-François Lyotard). Fenêtre, miroir, éc

Continuer à lire

Podcast / Entretien avec P. Nicolas Ledoux

ARTS | Afin d’aller voir, une fois n’est pas coutume, ce qui se passe en dehors de la région Rhône-Alpes, nous nous sommes rendus à Paris à la galerie Magda Danysz afin de découvrir la nouvelle exposition de P. Nicolas Ledoux présente jusqu’au 25 Février et construites sur de multiples collaborations et emprunts.

Dorotée Aznar | Mercredi 1 février 2012

Podcast / Entretien avec P. Nicolas Ledoux

Date de première diffusion:  31 Janvier 2012Emission n°95 Durée: 32’22 minInvité: P. Nicolas Ledoux, artiste.Contenu: Afin d’aller voir, une fois n’est pas coutume, ce qui se passe en dehors de la région Rhône-Alpes, nous nous sommes rendus à Paris à la galerie Magda Danysz afin de découvrir la nouvelle exposition de P. Nicolas Ledoux présente jusqu’au 25 Février et construites sur de multiples collaborations et emprunts. C’est sa façon d’aborder la production et la réception de l’oeuvre d’art qui a focalisé notre attention dans ce dialogue avec l’artiste.   Chroniques: Marie Bassano et Simon Feydieu nous livrent leur dernière capsule cinématographique en date; Gwilherm Perthuis revient sur quatre entretiens de Gordon Matta-Clark. Liens utiles : Site web de P. Nicolas Ledoux Retrouvez également : le blog

Continuer à lire