Expédition prolongée en Antarctique

Lisa Dumoulin | Mardi 20 décembre 2016

Photo : © Luc Jacquet



Antarctica

Voyage en Antarctique, terre uniquement accessible aux missions scientifiques internationales.
Musée des Confluences 86 Quai Perrache Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"L’Empereur" : l’éternel retour

KIDS | Ni suite, ni remake du film qui avait apporté à Luc Jacquet il y a douze ans une notoriété mondiale, L’Empereur s’avance (en dandinant) comme une (...)

Vincent Raymond | Mardi 14 février 2017

Ni suite, ni remake du film qui avait apporté à Luc Jacquet il y a douze ans une notoriété mondiale, L’Empereur s’avance (en dandinant) comme une extension de La Marche de l’Empereur. Suivant littéralement ab ovo le cycle de l’existence de son animal fétiche, ce récit aurait pu se nommer “Une histoire immortelle” — mais il était déjà retenu par Orson Welles — voire “Le Miraculé”, si Mocky n’en avait eu l’idée plus tôt. Car le palmipède du titre va devoir braver mille dangers pour accéder à l’âge adulte. Et chacun des flashbacks constituant ce doc-nature relatera un de ces périls, lui donnant des reflets de film à suspense : comment l’œuf survit au froid ; comment le poussin éclôt, grandit malgré les conditions extrêmes et les prédateurs sur la banquise, avant de rejoindre l’océan guidé par son instinct pour se jeter (ou pas) à l’eau… Riches d’images stupéfiantes, dont certaines combinant intelligence et poésie (les manchots vu à l’envers sous l’eau, semblent voler vers les hauts-fonds) ce voyage antarctique narré par Lambert Wilson se double d’un hymne à la fragilit

Continuer à lire

Le retour de l’Empereur

ECRANS | Malgré les apparences, il ne s’agit pas d’un épisode inédit de Star Wars, mais bien du nouveau film du réalisateur Luc Jacquet, découvert avec La Marche de (...)

Vincent Raymond | Mardi 17 janvier 2017

Le retour de l’Empereur

Malgré les apparences, il ne s’agit pas d’un épisode inédit de Star Wars, mais bien du nouveau film du réalisateur Luc Jacquet, découvert avec La Marche de l'Empereur, dont on a pu apprécier il y a un peu plus d'un an le splendide hommage au glaciologue Claude Lorius dans La Glace et le Ciel. Toujours amoureux des terres extrêmes et des froids qui s'y mesurent, il est retourné visiter ses amis manchots. Naturellement, il viendra d'un coup d'aile présenter son film à ses voisins lyonnais à l'occasion de cette avant-première, où chacun pourra l’applaudir. Sauf les manchots, ça va de soi. L'Empereur Au Pathé Bellecour le vendredi 27 janvier à 20h30

Continuer à lire

Voilà l'été : un jour, une sortie #7

Saison Estivale | Durant toutes les vacances, c'est un bon plan par jour : concert ou toile, plan canapé ou expo où déambuler.

La rédaction | Mercredi 17 août 2016

Voilà l'été : un jour, une sortie #7

43 / Mercredi 17 août : cinéma Toni Erdmann Pas de chance pour Maren Ade, nouvelle victime de la loi du conclave : encensée par les festivaliers de Cannes, elle en est repartie boudée par le palmarès. Pourtant, son film avait de très solides arguments artistiques et moraux pour décrocher ne serait-ce qu’un accessit. (lire la suite de l'article) 44 / Jeudi 18 août : punk Jello Biafra Il aurait pu être maire de San Francisco, mais devint légende du punk rock : California Uber Alles. S’il échoua aux élections municipales en 1979, Jello Biafra (de son vrai nom Eric Boucher) n’a rien raté de son parcours scénique le menant des Dead Kennedys à un album massue avec The Melvins. Inlassablement sur la route, éternellement engagé, le voici au Ninkasi accompagné de The GSM : parfait pour se décoincer les articulations engourdies par l

Continuer à lire

Antarctica : hallucinations polaires

Musée des Confluences | Exposition immersive et contemplative, Antarctica nous plonge parmi les images superbes tournées par Luc Jacquet en Terre Adélie. La nature y déploie des formes et une diversité de vie inouïes.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 3 mai 2016

Antarctica :
hallucinations polaires

Et dire que l'on traque les formes les plus singulières, les couleurs les plus osées, les compositions plastiques les plus folles dans les galeries et les musées... Alors qu'elles existent de manière spontanée, réelle et vivante... sous les glaces de l'Antarctique ! Faune et flore multiplient ici les créations les plus incongrues, de l'art abstrait à l'art informel, en passant par le minimalisme, le surréalisme, le cubisme. Autrement appelés ici : algues géantes, lichens, méduses, anémones, étoiles de mer, coraux... Huit mille espèces d'invertébrés ont notamment été comptabilisées (provisoirement) à ce jour dans des eaux à moins deux degrés et à l’écosystème particulièrement stable. Ce n'est pas la première fois que Dame nature nous éblouit par ses talents d'artiste, mais cet espace antarctique particulièrement peu connu offre davantage que de la beauté : c'est un univers quasi hallucinant, confinant parfois à l'inquiétante étrangeté. Silence éloquent Ces impressions hallucinées de spectateur proviennent d'images filmées projetées dans trois petites "box" au sein d'une exposition plus générale sur le continent Antarctique, fruit d'une ex

Continuer à lire

La Glace et le Ciel

ECRANS | De Luc Jacquet (Fr, 1h28) avec Claude Lorius…

Vincent Raymond | Mardi 13 octobre 2015

La Glace et le Ciel

Dans la continuité de Il était une forêt (2013), conçu à partir des travaux du botaniste Francis Hallé, Luc Jacquet renoue avec ces pôles qu’il connaît bien (La Marche de l’Empereur) pour dresser le portrait du glaciologue Claude Lorius. Précurseur dans son domaine, explorateur, aventurier, mais aussi l’un des premiers lanceurs d’alertes sur la question du climat, Lorius a joué un rôle clef dans la sensibilisation mondiale aux problématiques environnementales, en demeurant très discret. Sans l’héroïser outre mesure, Jacquet le rétablit à sa juste place, relatant son parcours à partir d’une impressionnante variété d’archives (missions polaires, actualités etc.). Seul bémol : comme pour son précédent opus, Jacquet "prive" en off ce témoin de sa voix originale, la troquant par celle de Michel Papineschi — trop lisse, elle induit une distance qui n’a pas lieu d’être. Présenté en clôture du festival de Cannes 2015, La Glace et le Ciel est surtout un film d’ouverture pour les esprits ; un antidote pédagogique combattant scientifiquement le climato-sceptiscisme et son charlatanisme détritique, déversé sans retenu

Continuer à lire