Le virage rock de Sallie Ford

MUSIQUES | Bim ! Une bonne gifle, baptisée "Slap Back", et un coup de pied dans la fourmillière 50's et voilà Sallie Ford qui change d'entourage et d'esthétique, option girl group indé debridé façon Breeders.

Stéphane Duchêne | Mardi 3 novembre 2015

On écoute l'intro de Coulda Been, sur le dernier album de Sallie Ford, et on se dit que quelqu'un a dû complètement dérégler la DeLorean du rock. Ou sont-ce nos oreilles qui mésentendent quelque chose des Breeders circa 1993, basse léchant le fût du Cannonball des sœurs Deal ?

Un peu des deux puisque celle que l'on imaginait faire du secrétariat dans une boîte de pub à la Mad Men le jour et jouant en cachette du rock 50s une fois la nuit tombée a complètement changé d'ère, de look et même de groupe. Et au final changé d'airs.

Out le Sound Outside, remplacé par un effectif 100 % féminin. Et si rétro il y a toujours, comme, littéralement, dans le clip de Coulda Been, il ne permet pas de voir aussi loin que les 50s. Pourtant, la focale est plus longue qu'il n'y paraît, la Sallie étalant avec ses meufs tout le répertoire des girls groups d'héritage pop garage des années 60 à nos jours (sans omettre d'ajouter l'indispensable clavier sans lequel une telle démarche fait tarte).

Et confirme grandement ce qu'on pensait déjà : avec ses faux airs de grande sœur d'Ellen Page, la nouvelle Sallie Ford a tout de la fille du lycée qu'on croyait ringarde et qui, le bal de promo venu, lâche les chiens et retourne tous les cœurs masculins avec son groupe de copines coinços. C'est encore elle qui résume le mieux le coup de pieds aux fesses, ou la gifle (Slap Back) flanquée au modèle Ford : «It hurts, it hurts, but its hurts so good».

Sallie Ford [+ Holy Bones]
Au Marché Gare jeudi 5 novembre


Sallie Ford + Holy bones


Marché Gare 34 rue Casimir Périer Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Épicerie Moderne, Marché Gare et Trokson : 30 ans à eux trois

MUSIQUES | Hasard du calendrier, trois hauts lieux des musiques dites actuelles fêtent leur dixième anniversaire cette saison : l’Épicerie Moderne, le Marché Gare et le Trokson. Et en fanfare s'il vous plaît.

Benjamin Mialot | Mardi 22 septembre 2015

Épicerie Moderne, Marché Gare et Trokson : 30 ans à eux trois

Il est aussi vain de vouloir donner du sens à un anniversaire que de chercher à justifier un mariage : dans un cas comme dans l'autre, l'événement est surtout prétexte à faire la chouille avec les copains. Reconnaissons toutefois à l’Épicerie Moderne ses efforts : pour marquer le coup de ses dix ans d'existence, elle s'est mise en quatre pour éditer un livre et un vinyle live commémoratifs. Le premier verra le jour le 17 octobre, dans le cadre d'une journée d'animations (tatouage, photo call, papertoys...) ponctuée par un concert du brass band à tout faire The Soul Rebels. Le second sera prêt pour celui du mètre-étalon (et étalon tout court) rock Jon Spencer (voir page 4). Deux habitués des lieux verront également leurs prestations "pimpées" pour l'occasion : d'un côté les Melvins (le 2 octobre), de l'autre Patrick Watson. Les parrains malgré eux du grunge se produiront au sortir d'une dégustation de vin en compagnie des œnologues with an attitude de Wine&Noise, tandis que l'élégant songwriter baroque le fera en parallèle d'un débarras de goodies

Continuer à lire

Le Cabaret Frappé en quatre coups de cœur

MUSIQUES | Les choses ont pas mal bougé à Grenoble ces derniers mois depuis l'élection d'un maire vert. Mais pas Cabaret Frappé, festival d'été de la ville, si éco-citoyen que sa programmation semble être le fruit d'un tri de talents hautement sélectif. Exemples. Stéphane Duchêne

Benjamin Mialot | Mercredi 24 juin 2015

Le Cabaret Frappé en quatre coups de cœur

Sallie Ford Avec Slap Back (littéralement "gifler en retour" ou "rendre une gifle"), la rockeuse vintage à lunettes Sallie Ford a laissé de côté le revival rock fifties et ses oripeaux de Buddy Holly 2.0 à chromosomes XX pour un garage rock à fort effet décapant sur lequel elle a entièrement pris les rênes après la séparation d'avec The Sound Outside – remplacé par un groupe 100% féminin. Et c'est un peu des Breeders – et même des Pixies parfois – en mode psychédélique que l'on entend au détour de ces pop songs cinglantes.

Continuer à lire

The Voice(s)

MUSIQUES | Avant son vin nouveau qui fait la langue bleue, le Beaujolais nous offre chaque année une rasade de «nouvelles voix» dont le spectre est aussi large que (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 9 novembre 2012

The Voice(s)

Avant son vin nouveau qui fait la langue bleue, le Beaujolais nous offre chaque année une rasade de «nouvelles voix» dont le spectre est aussi large que celui des parfums fruités censés agrémenter le goût du Bojolpif. Essentiellement axé sur la dégustation de découvertes, agrémentée de quelques menues têtes d'affiches (Skip The Use, Lewis Floyd Henry, Sallie Ford), le Festival Nouvelles voix en Beaujolais offre à boire et à manger. Qu'il nous soit donc permis de faire notre marché pour y piocher les plus enthousiasmantes trouvailles caladoises de cette année. Comme les Angevins The Dancers qui, malgré leurs têtes de premiers de la classe du genre à vous marcher sur les pieds pendant un slow, portent plutôt bien leur nom, comme si les Concrete Knives avaient découvert les vertus conjuguées des Housemartins et des

Continuer à lire

Sally can dance

MUSIQUES | À première vue, Sallie Ford est le genre de fille que dans le système de caste des lycées américains, on ne calcule pas. Qu'on bouscule même à l'occasion lorsque (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 23 février 2012

Sally can dance

À première vue, Sallie Ford est le genre de fille que dans le système de caste des lycées américains, on ne calcule pas. Qu'on bouscule même à l'occasion lorsque son casier vomit un trop plein de livres, dont on moque les lunettes volées à grand-maman. Bref, le genre de personnage de fausses moches marginales, ou de belles qui cherchent à s'enlaidir, incarnées par Elle Page dans Juno et Bliss ou Amanda Seyfried dans Jennifer's Body (en plus Daria friendly). Sally est pourtant une véritable furie rock 'n roll, tendance rockab'. Et c'est à peine si l'on s'étonne qu'elle vienne du véritable élevage de rock bands à ciel ouvert qu'est devenu Portland, Oregon, où les formations de qualité nous tombent dessus avec la régularité des abondantes précipitations du Nord-Ouest amér

Continuer à lire