Pat Kalla : « on a bien dansé, on a un peu réfléchi : c'est l'esprit »

Sono Mondiale | Vous l'avez découvert avec le projet Voilaaa mené par Patchworks, le revoici avec son projet perso : Pat Kalla livre un album épatant de groove, de finesse et de maturité, véritable collection de tubes afro disco servie brûlante en compagnie de son Super Mojo Band. Entretien.

Sébastien Broquet | Mardi 11 décembre 2018

Photo : © DR


Votre père est venu s'installer à Lyon, en exil forcé après avoir milité pour l'indépendance du Cameroun, ce qui lui a valu quelques problèmes à Douala.
Pat Kalla : Oui, exactement. Il est venu économiquement, aussi. Il fallait nourrir la famille et à Douala dans les années 60, c'était compliqué. Comme en plus il faisait partie du PC, le parti d'opposition au gouvernement en place... Il a laissé plein de copains militants là-bas, dont certains sont décédés. Lui a décidé de partir pour continuer le combat ici, jusqu'à ce que sa famille soit menacée sur place, il a alors levé le pied : tu pouvais perdre tout le monde, sans procès ni rien. Il a continué au niveau littéraire et musical, par ce qu'il nous a transmis.

On ressent dans votre musique une influence totalement panafricaine, des textes qui parlent d'Afrique du Sud ou d'Angola, du highlife, un engagement politique : tout vient des disques de votre père ou il y a eu d'autres rencontres à Lyon ?
Je suis métis, franco-camerounais, forcément je vis avec deux cultures en moi. Une qui est inconsciente et l'autre qui est consciente, parce que tu vis ici donc tu es Français. L'inconsciente, c'est parce que mon père nous a transmis l'amour des mots par la littérature et la musique engagée africaines.

On pense à Fela...
Fela, mais il y en a eu d'autres : Franco, Kabasélé, le highlife, le semba d'Angola avec des gens comme Bonga. Mon père était dans la musique de combat, écoutant des gens connus et pas connus. Quand tu es métis, la musique est un liant pour t'aider à te construire dans ta double culture et ne pas sombrer d'un côté ou de l'autre, dans des complexes. Mon père, avec sa musique, a été l'équilibre qui m'a permis de me retrouver.

Vous avez été baptisé Patrice en hommage à Lumumba ?
Exactement. Militant panafricain assassiné, qui luttait pour l'indépendance du Congo. Pour mon père, c'est la référence du contre-pouvoir, qui est resté hélas peu de temps au pouvoir. Son message a été propagé dans toute l'Afrique, ça a été la pierre angulaire du panafricanisme et je suis très content de porter ce nom-là.

On sent aussi sur votre projet Voilaaa ou sur cet album les influences disco et funk. Ces musiques vous ont accompagnées dans l'adolescence ?
Oh oui ! Mon père nous a élevés avec cette période disco, avec le makossa de Manu Dibango et de plein d'autres musiciens dans le style. Moni Bilé, Sam Fan Thomas, Eko Roosevelt ont beaucoup contribué au disco africain. Au Cameroun, il y avait des modes, certains étaient vraiment influencés par James Brown, d'autres plus par Elvis Presley, avec des bananes. Nous, c'était disco-funk.

À quel moment est-ce que vous composez et montez sur scène ?
Très tôt, à quinze ans, j'étais très militant, j'écoutais beaucoup de rap, du slam, du Gil Scott-Heron... Je jouais dans la rue, j'ai même piqué le micro à Jean-Marc Le Bihan, il y a sa photo sur la fresque des Lyonnais, il est maintenant très âgé, c'est un vieux militant gaucho qui défendait beaucoup les sans-papiers, quand il gueulait il y avait du monde, il était fédérateur. Tous les week-ends il chantait dans la rue, je lui piquais le micro quand j'avais quatorze ans et je venais faire du rap avec lui. Mes premières scènes ! La création pour moi est une façon de rester en vie. C'est un pied de nez à la société du conservatisme, ça permet de se remettre en question.

À un moment, vous passez du slam vers le conte.
C'est une autre partie de mon histoire. Mon père était fils de pasteur, on a été influencé dans un premier temps par la parole de Dieu, bible et compagnie. Et les proverbes africains. Ma grand-mère du Cameroun nous envoyait des cassettes, dans lesquelles elle parlait à mon père et dedans il y avait toujours une petite histoire qu'elle nous racontait et que mon père nous traduisait. C'est ça qui m'a donné envie de raconter des histoires, ma grand-mère et la Bible. Le métier de conteur est un art sans artifice. C'est une porte ouverte.

Vous en avez fait une web-série ?
Oui, il y a quatre ans, je n'ai pas pu donner suite. Mais je fais depuis une chronique sur Radio Nova tous les mardis, sous forme contée, soit liée à l'actualité soit avec un musicien lyonnais. Et je vais aussi dans les écoles.

Il y a une rencontre importante : c'est Patchworks.
Ça a été la pierre angulaire qui m'a permis de retourner à mes origines africaines. Il m'a invité sur un morceau de Voilaaa. C'est quelqu'un d'intellectuel, au génie très humble, qui pousse la réflexion très loin au niveau musical, qui fait ça avec beaucoup de respect. On pourrait vite tomber dans la mauvaise colonisation musicale avec la musique africaine, lui c'est tout l'inverse de ça. Et il connaît très bien cette musique, il arrive à reproduire dans son petit studio l'ambiance qu'il y avait en Afrique dans les seventies. Avoir cette personne à Lyon c'est super. Entre nous, ça a été explosif. Il y a deux ans on composait beaucoup pour Voilaaa, mélangeant langue de Molière et highlife, disco et compagnie. C'est allé très vite, ça fonctionnait très bien. Deux titres ont cartonné, dont On te l'avait dit. On a fait deux ans de tournée avec le sound-system et on continue. Avec Freakistan aussi, on s'est très bien trouvé.

Patchworks te suit sur ce projet avec le Super Mojo Band.
Ça découle du succès de Voilaaa. Jusqu'à présent je composais de la musique africaine sur ma guitare, surtout du makossa, je faisais quelques bars. Bruno Patchworks m'a donné envie d'aller plus loin, car il comprend très vite ton univers, j'ai pu grandir en maturité avec lui. On a voulu retranscrire les orchestres des années 70. J'ai monté une équipe de super groovers, on s'est imprégné du son de l'époque. La cerise sur le gâteau, c'est que tout est chanté en français. On voulait assumer notre culture.

Les textes sont engagés, encore...
L'un des morceaux parle de Mandela, je voulais lui rendre hommage, entre makossa et afrobeat, mais ce n'est pas que du poing levé : c'est enrobé de légéreté, avec de l'humour. On a bien dansé, on a un peu réfléchi : c'est l'esprit. L'ambiance est anxiogène en ce moment, on le sait, on n'est pas obligé d'en rajouter.

Dans le clip de Ancien Combattant, vous rendez hommage à Malick Sidibé.
C'était un photographe malien, qui fait partie de la grande famille des photographes subsahariens, qui prenait des photos des familles, qui arrivait toujours à trouver la spontanéïté avec des choses très simples, épurées, jolies. Qui arrivait à mettre en avant la beauté du grain de la couleur noire avec une poésie et une grâce énormes. Les gens se prêtaient au jeu. Mon père avait plein de photos du pays : en fait, des Malick Sidibé il y en avait partout ! C'est lui qui a été mis en avant. Les gens étaient très beaux, aussi. Cette façon d'habiller la beauté avec presque rien, un tissu, de la terre brune et une moto, un chapeau sur le côté. Même la tong pourrie des fois elle a du sens... Ce clip, c'était pour rendre hommage à cette beauté très simple ! La grâce, c'est dans les choses simples : la profondeur de l'être plutôt que du paraître.

Pat Kalla et le Super Mojo Band
Au Club Transbo le mercredi 19 décembre


Le French Kiss de Pat Kalla


Transbordeur 3 boulevard Stalingrad Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Ça décale aux Fêtes Escales

Fêtes Escales | Le rendez-vous musiques du monde de l’agglomération lyonnaise s’enrichit cette année d’une programmation rap : KLM et Dosseh partageront l’affiche avec Cumbia All Stars ou encore Pat Kalla & le Super Mojo. Rendez-vous à Vénissieux du 12 au 14 juillet.

Nina Roussel | Mardi 11 juin 2019

Ça décale aux Fêtes Escales

Proposer un festival de trois jours entièrement gratuit : c’est le défi que la Ville de Vénissieux a choisi de relever pour la 21ème année consécutive. Le 12 juillet, direction l’Amérique latine avec une soirée cumbia. Le groupe Sonido del Monte, dont le concert avait été annulé l’an passé pour cause d’orage, tentera de prendre sa revanche. En prime : la présence de la formation péruvienne des Cumbia All Stars, l’un des plus éminents représentants du genre. Les musiques du monde seront également à l’honneur lors de la soirée de clôture, avec une programmation afro. La grande nouveauté est pour le 13 : le festival tente un interlude rap, en partenariat avec la salle de la ville, Bizarre!. En début de soirée, l’une de ses protégées, la rappeuse lyonnaise KLM fera vibrer de ses textes engagés, avant de laisser la place au Sétois Rachid Daïf, alias Demi-Portion, puis à Dosseh. Révélé au grand public par son titre Habitué, cet artiste cultive un profil singulier dans le paysage du rap français. En addition à ces trois soirées de concerts, petits et grands pourront profiter de spectacles vivants

Continuer à lire

Un air de vacances au Lyon Street Food Festival

FOOD | La troisième édition du Lyon Street Food Festival s’annonce épicée et croustillante : du 13 au 16 septembre, cuisine nomade sur fond de concerts cools vous feront repartir en vacances.

Lisa Dumoulin | Lundi 10 septembre 2018

Un air de vacances au Lyon Street Food Festival

Chaque année, le Lyon Street Food Festival met à l’honneur plusieurs destinations phares. Pour cette troisième édition, un tour panoramique du globe et des saveurs entre orient et occident est organisé avec un focus sur Montréal, Hong Kong et Izmir. La ville où la street food ne dort jamais, c’est bien sûr Hong Kong et ses marchés de nuit et autres étals de rue. Entre nature luxuriante et urbanisation, traditions et émergence, le champ des possibles est infini. Dignes représentants de cette culture, La Table Wei, nouveau restaurant bistronomique lyonnais, proposera des petits pains cantonais fourrés au porc cuit sept heures ; Mammy Pancake, échoppe de bubble gaufres, viendra spécialement pour faire goûter les egg waffles traditionnelles ; Jiang Xin, deux anciens étudiants de l’Institut Paul Bocuse, prépareront leur spécialité : le dim sum ; et enfin Bao Time, restaurant traditionnel cantonais, proposera sa recette de brio

Continuer à lire

Le Nova Mix Club migre au Sucre

Clubbing | C'est une première : l'emblématique Nova Mix Club, l'émission de Nova qui prend le pouls de la scène électronique en prise directe avec sa source, le club, (...)

Sébastien Broquet | Mardi 9 janvier 2018

Le Nova Mix Club migre au Sucre

C'est une première : l'emblématique Nova Mix Club, l'émission de Nova qui prend le pouls de la scène électronique en prise directe avec sa source, le club, s'installe à Lyon pour une mensuelle au Sucre. Jusque-là, seul le Badaboum à Paris accueillait ce before retransmis en direct sur les ondes de 21h à minuit, trois fois par mois. Il n'y en aura plus que deux à Paris, le troisième migrant du côté de Confluence : première le vendredi 12 janvier, avec en guise de headliner le chantre de la house qu'est S3A. Membre du crew Concrete - il est résident de la péniche, Sampling As An Art (de son patronyme complet) se rapproche dans l'esprit d'un MCDE et pérennise l'esprit le plus utopique de la house nation, celui d'une musique chaleureuse, hypnotique et sexy ; pas étonnant que Laurent Garnier lui ait commandé un remix... On guettera aussi Patchworks, le plus connu des inconnus de la ville, producteur stakhanoviste aux multiples projets et mille et une nuits de fête (la dernière en date, c'était vendredi dernier pour l'anniversaire d'une Maison Mère blindée à craquer, sous son alias afro Voilaaa sound-system)

Continuer à lire

Kumbia Boruka fait chalouper les Chartreux

Sono Mondiale | Après un bel été et avec un mini album en poche, Kumbia Boruka clôture cette semaine les Jeudis des Musiques du Monde.

Sébastien Broquet | Mardi 30 août 2016

Kumbia Boruka fait chalouper les Chartreux

Si Lyon a pris un tram' de retard dans la vague nu-cumbia qui déferle depuis quelques années dans les clubs et festivals (Dengue Dengue Dengue, le génial label de Buenos Aires ZZK, El Hijo de la Cumbia, Bomba Estereo...), avec le Mexicain Hernán Cortés ce rythme sud-américain calorifère a fini par se trouver ici un ambassadeur prêt à relever le défi. Avec un certain succès, ces dernières semaines : un mini album est sorti avant l'été et les quelques dates en festivals qui ont suivi (le Montreux Jazz Festival, la clôture des Nuits de Fourvière) entérinent l'idée que cette musique aussi chaloupée qu'elle peut être psyché prend place dans le paysage local. Illustration ce jeudi avec cette date au Jardin des Chartreux, encore une fois en clôture d'un festival :

Continuer à lire

Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations

île utopie | Il a quand-même un nom magnifique, ce festival, non ? De l'île à l'utopie, tout nous plaît par ici mais encore plus, sa programmation : résolument tournée vers le (...)

Sébastien Broquet | Mardi 21 juin 2016

Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations

Il a quand-même un nom magnifique, ce festival, non ? De l'île à l'utopie, tout nous plaît par ici mais encore plus, sa programmation : résolument tournée vers le monde, d'un Tiken Jah Fakoly toujours impressionnant sur une scène où il donne énormément, s'en servant comme d'une tribune pour propager ses envies de changements, d'ailleurs, de meilleurs... Utopie, vous disiez ? Même si Tiken n'invente rien esthétiquement parlant, là n'est pas le plus important et d'autres s'en chargent : prenez Brooklyn Funk Essentials, qui lui succéderont le lendemain, vendredi. Tribu hétéroclite venue de New York, c'est un big band funk nourri de toutes les musiques urbaines débarquées à la porte de l'Amérique par vagues d'immigrations successives, de la salsa au hip-hop. Ou encore The Herbaliser, eux aussi un brin hip-hop mais bien plus que cela, pourvu que le groove soit présent : les anciens poulains de Ninjatune complètent cette soirée très 90's, qui sera ouverte par les futurs grands de Vaudou Game sur lesquels il faudra bien revenir plus longuement un jour prochain. Reste que celui que l'on aimerait mettre en lumière est un autre Lyonnais, Bruno "Patchwo

Continuer à lire