À brut pourpoint

Nadja Pobel | Jeudi 24 mai 2012

Photo : DR


Même menacé d'expulsion – après résiliation du bail par les propriétaires des locaux le 31 décembre 2011, l'association Théâtre et Compagnie de l'Iris occupe les murs «à titre précaire» -, le Théâtre de l'Iris poursuit inlassablement son travail de défrichage du théâtre contemporain.

Pour la douzième année consécutive, le festival Brut de fabrique (jusqu'au samedi 2 juin) permet de découvrir le travail d'amateurs (issus d'ateliers de centres sociaux ou en collèges), d'apprentis (élèves de l'école nationale de musique, danse et art dramatique de Villeurbanne) ou de professionnels (comme Sylvain Bolle-Rédat).

Chaque soir, c'est une double ration qui est au menu, à 19 heures puis à 21 heures, avec des textes contemporains (Alessandro Baricco pour Transatlantique Atlas) ou classiques (Feydeau avec Couples d'enfer) pour la modique somme 8€, un tarif inchangé depuis des lustres !

Outre le théâtre, le festival s'ouvre également à la musique avec des déclinaisons poético-musicale comme Le Désir de l'humain, concert-spectacle d'après les chansons d'Eugène Durif (jeudi 31 mai à 21 heures) ou la soirée finale de samedi 2 juin qui mêle cabaret dans la cour du théâtre et concert spécial des Fab four, un groupe qui ne promet rien moins que d'être popsoulbluesreggaecountryrockballade !

Nadja Pobel

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Dix ans de fabrique

SCENES | Les rencontres théâtrales Brut de fabrique fêtent leurs dix ans. Du 18 au 29 mai, l’équipe du Théâtre de l’Iris à Villeurbanne convie le public à «une cure (...)

Dorotée Aznar | Lundi 10 mai 2010

Dix ans de fabrique

Les rencontres théâtrales Brut de fabrique fêtent leurs dix ans. Du 18 au 29 mai, l’équipe du Théâtre de l’Iris à Villeurbanne convie le public à «une cure généreuse de spectacles, où on peut, entre deux représentations, déguster les “cuisines du monde”, et savourer les “impromptus littéraires et musicaux”, servis par les élèves de l’ENM et de l’Iris». En pratique : sept jours de représentations avec deux spectacles proposés chaque soir et un pass pour tout le festival à 20 euros.

Continuer à lire

Sang neuf

SCENES | Festival / Neuf ans d'existence et neuf soirées : le festival Brut de fabrique s'échine depuis sa création à réunir professionnels et amateurs du théâtre. Chaque (...)

Nadja Pobel | Mercredi 20 mai 2009

Sang neuf

Festival / Neuf ans d'existence et neuf soirées : le festival Brut de fabrique s'échine depuis sa création à réunir professionnels et amateurs du théâtre. Chaque soir, la formule propose deux spectacles avec un intermède cabaret et cuisine du monde concoctée par des associations. Le tarif inchangé (8€ la soirée, 20€ le pass) en dit plus long que bien des discours sur la volonté de Philippe Clément, créateur et directeur du festival, de maintenir l'art vivant accessible à tous. Sa philosophie est de reconnecter le milieu du théâtre avec son public : «on est parfois entre soi dans le milieu de la culture or on ne crée pas dans une tour d'ivoire. Il faut pouvoir parler avec les gens, partager des expériences, connaître leurs histoires», dit-il. Fort des formations en théâtre dispensées tout au long de l'année au Théâtre de l'Iris, Philippe Clément est convaincu depuis longtemps de la pertinence des rencontres entre amateurs et professionnels : «les premiers peuvent apporter leur pratique instinctive à des seconds plus rodés». Au programme de ces veillées estivales : des lectures, des spectacles pour enfants et adultes, des concerts (le vigoureux Very big experimental tou

Continuer à lire