Spectacles jeune public : Le futur, c'est maintenant

Nadja Pobel | Mardi 6 septembre 2016

Photo : © Didier Crasnault


Rien ne sert de gaver les petits (comme les grands) de théâtre au risque de faire une indigestion. Mieux vaut piocher astucieusement du côté du retour de L'Après-midi d'un foehn de Phia Ménard (La Mouche, 23 novembre) ou de Petit bain (du 7au 11 février) du très inventif Johanny Bert capable de faire un spectacle pertinent même avec des post-it®. Ici, il reconstitue une montagne de mousse avec une petite marionnette, allégorie d'un jeu éphémère pour les enfants dès 2 ans.

Le spectre de l'enfance se fait de plus en plus large : Joris Mathieu accueille au TNG le très délicat spectacle (dès 16 ans) de Myriam Marzouki, Ce qui nous regarde, où est interrogé avec délicatesse (oui c'est possible) le port du voile. Le jeune directeur lance également son festival biennal, Nos futurs, qui s'étalera jusqu'à Noël avec des spectacles — souvent à l'adresse des ados — ayant trait à demain pour « mieux affronter le réel » dit-il ; avec, comme de coutume dans ce Centre dramatique national, du théâtre mêlé aux performances, installations et vidéos. Tout un travail de terrain sera fait avec des établissements scolaires en plus des sept spectacles annoncés, dont le très intriguant Corps diplomatique qui propose d'embarquer dans sa station spatiale pour... 10 000 ans ! Enfin, ne pas manquer l'événement que constitue le retour de Buchettino.

Ailleurs, la compagnie La Cordonnerie reprend le chemin du théâtre de la Croix-Rousse (du 13 au 21 décembre) et celui de Villefranche pour Hansel & Gretel revu à sa façon : filmé, bruité, dialogué en live.

À la Renaissance, le duo Métilde Weyergans et Samuel Hercule présentera le prélude à sa dernière création en date (Blanche-Neige ou la chute du mur de Berlin) Udo complètement à l'envers (du 25 au 27 octobre) : soit l'invention du père de la copine des sept nains, un trapéziste en URSS !

Enfin, deux spectacles aux antipodes l'un de l'autre mais qui promettent d'être visuellement magnifiques : L'Appel de la forêt aux Clochards célestes (du 11 au 23 novembre) avec des dessins réalisés par Marion Cluzel pour illustrer le récit de Jack London.

Et au TNP, la fable de Carlo Gozzi, L'Oiseau vert (du 16 au 24 décembre) par celui qui manie mieux que personne mise en scène, costume et décor, Laurent Pelly. Le prolixe créateur s'est plusieurs fois penché sur le jeune public avec talent (La Famille Fenouillard, Sindbad le marin), cette fois il s'adresse à tous dès 13 ans avec ce texte de l'Italie post Renaissance.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La Cordonnerie, des contes en triple

Théâtre | Toujours en vadrouille à travers la France, les Lyonnais de la compagnie La Cordonnerie sont régulièrement rappelés par le théâtre de la Croix-Rousse qui leur offre un jubilé début novembre avec la reprise de trois de leurs ciné-concerts : des contes distordus avec brio.

Nadja Pobel | Mardi 15 octobre 2019

La Cordonnerie, des contes en triple

Depuis le début des années 2010, les tubes s'enchaînent pour La Cordonnerie. Ils ont leur recette qui, loin de s'affadir, prouve de création en création qu'elle contient les bons ingrédients. Ainsi Métilde Weyergans et Samuel Hercule fabriquent-ils des ciné-spectacles à partir des contes, voire en tirant Shakespeare et Cervantès par la manche ((Super) Hamlet repris dans cet hommage et Dans la peau de Don Quichotte). En 2015, ils livraient Blanche-Neige ou la chute du mur de Berlin, qui sera joué ici le jour même de la célébration de ce trou percé dans la capitale allemande le 9 novembre 1989. Le Théâtre de la Croix-Rousse y adjoint judicieusement dans la foulée un concert de Rostropovitch par le Quatuor Debussy. En ce jour historique, le Russe avait attrapé son violoncelle pour interpréter Bach au pied de ce pan de la honte. Il était une fois Mais pour entamer cette rétrospective du duo lyonnais, Hansel et Gretel reviennent. Ce ne sont pas les enfants de Grimm mais un couple de vieux. Ils ont été magiciens, stars de l'émission La Piste aux étoiles

Continuer à lire

La R&D du TNG

Théâtre | Depuis 2015, Joris Mathieu est aux commandes du seul Centre Dramatique National de Lyon, le Théâtre Nouvelle Génération. Lieu qui n’a cessé de se chercher une identité et semble trouver ses marques en ayant l’audace de montrer des pièces naissantes.

Nadja Pobel | Mardi 17 septembre 2019

La R&D du TNG

Théâtre des Jeunes Années et désormais Théâtre Nouvelle Génération, rebaptisé par Nino D'Introna, resté dix ans durant à la tête de ce CDN (de 2004 à 2014), ce lieu est depuis 2015 entre les mains de Joris Mathieu. Le metteur en scène est arrivé avec sa compagnie Haut et Court et l’envie « d'imaginer demain ». Ce qui s'est traduit par le festival Nos Futurs (désormais annuel sous forme de fil rouge, entre décembre et février) et se décline tout au long de saisons qui ont parfois été nébuleuses, à l'instar des propres créations du directeur (sans le repère du vocable, dans des univers visuels sans grande lumière) : la programmation nous a parfois laissés dans le brouillard. Le constat ne peut s'arrêter là. I

Continuer à lire

Au bout des contes : et pour les enfants, quelles pièces réserver ?

Conte | Loin du théâtre collé à l’actu, d’autres artistes ont choisi les contes et s’adressent aussi aux petits. Mais leur propos n’est pas si déconnecté du réel qu’il n’y paraît.

Nadja Pobel | Mardi 10 septembre 2019

Au bout des contes : et pour les enfants, quelles pièces réserver ?

Drôle, sombre, grinçant et pour tout dire ébouriffant est la Blanche-Neige, histoire d’un prince (au Théâtre de la Croix-Rousse en janvier) de Michel Raskine qui a fait les beaux jours du In d’Avignon cet été. L’autrice Marie Dilasser y a incorporé ses préoccupations sur l’écologie, a détourné le genre et avec un castelet de marionnettes (101 nains dont Lèche-botte), l’ancien directeur du théâtre du Point du Jour livre aux enfants une fable parfaite. Joël Pommerat lui ne signe pas la suite de Ça ira mais sa nouvelle création, Contes et légendes (au TNP en décembre), se fera avec des enfants confrontés aux adultes et androïdes pour tenter de comprendre de quoi demain sera fait. Autre conte pour les grands cette fois, celui de Desplechin, Un Conte de Noël (au Radiant, via une programmation Célestins et Théâtre de la Croix-Rousse, en février) sera créé par Julie Deliquet. Le plus brillant des cinéastes français qui se délecte de mises en scène théâtrales occasionnellement, à la Comédie-Française (Père en 2015, Angels in America

Continuer à lire

Dans la peau de Don Quichotte : lutter contre les moulins à vent

Théâtre | C'est un ciné-spectacle sans cesse recommencé que la compagnie La Cordonnerie déroule depuis vingt ans. Avec des contes, puis aujourd'hui Don Quichotte, elle signe des fables plus politiques qu'elles en ont l'air. En musique live, vidéo, bruitages de doublage de voix au plateau. As usual.

Nadja Pobel | Lundi 30 avril 2018

Dans la peau de Don Quichotte : lutter contre les moulins à vent

Hansel et Gretel étaient de vieilles personnes mises au ban de la société avant même que Macron ne rabote les petites retraites, Blanche-Neige se barrait de sa tour HLM et trouvait refuge loin de la cité. Don Quichotte est sorti du livre d'une bibliothèque de Picardie (tiens tiens, région du président en chef de notre beau pays) lors du supposé bug du passage à l'an 2000 et parcourt les routes sur sa Rossinante de bicyclette accompagné d'un Sancho Panza bienveillant face à la douce folie de cet homme amoureux d'une médecin psychiatre. Au départ, il est pourtant Michel Alonzo qui a entrepris de résumer tous les livres de la médiathèque où il travaille afin de les préserver. Mais au XXIe siècle, devenu cet énergumène du Moyen-Âge, il est transformé en bête de foire, un SDF un peu dérangeant, moqué voire humilié par un édile peu amène qui dirige sa commune comme une entreprise et esti

Continuer à lire

Joris Mathieu pour redynamiser les Ateliers

Entretien | En 2015, Joris Mathieu prenait la tête d'un Théâtre des Ateliers moribond ; rapidement après, il obtenait la direction du Théâtre Nouvelle Génération à Vaise et rattachait le premier au deuxième, en en faisant une seule et même entité. Alors que les tutelles lui ont accordé un second mandat qui le mènera jusqu'à fin 2021, il nous explique ses ambitions pour cette (double) salle.

Nadja Pobel | Lundi 30 avril 2018

Joris Mathieu pour redynamiser les Ateliers

Quelle place spécifique avaient les Ateliers dans votre projet de CDN ? Joris Mathieu : Depuis le départ, il y a l'idée de ce qu'on va lancer de manière beaucoup plus franche dès janvier : un vivier, l'association avec des artistes que l'on peut qualifier d’émergents, même si je n'aime pas trop ce terme, associés sur des phases longues avec des temps de recherche en amont suivi d’accompagnement en soutien aux productions. La logique du projet est de se dire qu'on a la chance de vivre dans une métropole culturelle très dense et qu'il faut soutenir de façon plus constructive les équipes artistiques, locales et nationales : nous sommes un Centre Dramatique National. Ce vivier existait déjà avec Catherine Hargreaves... Oui, mais c'était une première expérimentation en accompagnant une artiste pour qu'elle puisse développer son travail en lui donnant de la visibilité. On poursuivra ce processus en mettant en place deux choses : accompagner non pas un seul artiste, mais a priori quat

Continuer à lire

La marionnette sur tous les fronts

Marionnettes | À Gadagne, au TNG, au Théâtre de Guignol, la marionnette est partout à Lyon. Revue de détail avec des projets aboutis ou en cours.

Nadja Pobel | Mardi 14 mars 2017

La marionnette sur tous les fronts

Depuis que la compagnie des Zonzons avait annoncé son départ du théâtre de Guignol, faute de proposition suffisamment solide de leur point de vue en provenance de la mairie, le devenir de cette salle était en suspens. Et surtout Georges Képénékian, 1er adjoint du maire de Lyon, en charge de la culture, se devait de faire contre-feu. C'est fait depuis ce mardi 14 mars où il a souhaité donner « un second souffle » à la marionnette. Rien de bien nouveau in fine sinon la réaffirmation que le TNG (qui présente beaucoup de spectacles avec des marionnettes "modernes") et le musée Gadagne allaient travailler en bonne intelligence, sans moyens supplémentaires dédiés. Ainsi, le musée Gadagne soigne ses collections. Outre le fait qu'il expose l'histoire de la ville de Lyon, il accueille ce qui fut de 1950 jusqu'aux travaux de 1999-2009 le Musée international de la marionnette, devenu le Musée des marionnettes du monde il y a huit ans et qui, dès l

Continuer à lire

Beaucoup de promesses sur les scènes

Théâtre & danse | Quelques grands noms du panthéon théâtral et de nombreux trentenaires au talent cru : voilà de quoi remplir la deuxième moitié de saison qui, espérons-le, sera plus nourrissante que la première.

Nadja Pobel | Mardi 3 janvier 2017

Beaucoup de promesses sur les scènes

Étrange début de saison où les seules vraies émotions ont émané du solo de Vincent Dedienne, de deux des trois Fugues par le Ballet de l'Opéra, de la petite forme Udo de La Cordonnerie, du best of des Subs ou de La Cuisine d'Elvis à la Comédie de Saint-Étienne ; justement, son directeur Arnaud Meunier viendra bientôt avec son spectacle pour enfants Truckstop au TNG puis Je crois en un seul Dieu aux Célestins, où il retrouvera Stefano Massini après Chapitres de la chute. La Meute est de retour L'attaque en trombe de 2017, confiée à La Meute, devrait faire mentir cet automne morose : avec La Famille royale dès le 4 janvier au Toboggan (dont la directrice Sandrine Mini est poussée vers la sortie par sa municipalité) déjà, et dans la foulée aux Célestins qui ont l'intelligence de leur faire de nouveau confiance. Après Belgrade, la jeune troupe adapte le roman sulfureux et vigoureusement

Continuer à lire

Hansel et Gretel : la crise des contes

Théâtre de la Croix-Rousse | Et si Hansel et Gretel étaient de vieilles personnes mises au ban d'une société individualisée parce qu'en crise ? La compagnie La Cordonnerie amène ce succulent – quoiqu'amer - spectacle créé en 2015 à la Croix-Rousse, et c'est une bonne nouvelle !

Nadja Pobel | Mardi 13 décembre 2016

Hansel et Gretel : la crise des contes

Ça s'appelle une recette. Ce pourrait être rébarbatif, paresseux ; c'est tout le contraire. Il en va de la compagnie La Cordonnerie comme des grands chefs : ils perfectionnent leur savoir-faire. Les ingrédients ? Des personnages connus de tous (Hamlet, Blanche-Neige, Hansel & Gretel), une réécriture contemporaine, un film muet, avec mise en parole, bruitage et musique en live sur un plateau de théâtre pendant qu'est projetée la vidéo. Déjà passé avec Blanche-Neige ou la chute du mur de Berlin fin juin à la Croix-Rousse (voir ci-dessous) et cet automne à la Renaissance avec la formidable et très étonnante Udo, version décalée et réduite de Blanche-Neige, centrée sur le père de cette héroïne Disney, voici que cette compagnie revient avec son spectacle précédent, cet Hansel et Gretel, presque deux ans au compteur et toujours bien arrimé au réel. Chaussures à leurs pi

Continuer à lire

Extrapolation du futur : Nos Futurs au TNG

Théâtre Nouvelle Génération | Avec la première édition de la biennale Nos Futurs, le TNG invite petits et grands spectateurs à regarder le monde de demain grâce à six spectacles simples, drôles, plus audacieux dans leur propos que dans leur réalisation.

Nadja Pobel | Mardi 8 novembre 2016

Extrapolation du futur : Nos Futurs au TNG

« Comment ça va sur la terre ? - Ça va ça va, ça va bien. - Les petits chiens sont-ils prospères ? - Mon Dieu oui merci bien. - Et les nuages ? - Ça flotte. - Et les volcans ? - Ça mijote. - Et les fleuves ? - Ça s'écoule. - Et le temps ? - Ça se déroule. - Et votre âme ? - Elle est malade / le printemps était trop vert / elle a mangé trop de salade. » Cette Conversation de Jean Tardieu écrite en 1951, que les écoliers ont récité plus d'une fois, est d'un doucereux optimisme cruellement daté. La tranquillité affichée n'a, 75 ans plus tard, plus vraiment lieu d'être et pourtant cette question introductive est de plus en plus l'entame des spectacles actuels. En choisissant d'interroger demain, le TNG prend des nouvelles de la Terre autant que du théâtre. Pas d'appel à candidature pour construire cette programmation concentrée entre mi-novembre et mi-décembre. Plutôt, à l'inverse, constater que l'une des préoccupations majeures des artistes actuels — notamment quand ils s'adressent au jeune public — es

Continuer à lire

Tous à Oullins !

KIDS | C'est à l'heure de partir à l'imprimerie que nous découvrons le magnifique Udo complètement à l'est, prequel de Blanche-Neige ou la chute du mur de Berlin. La (...)

Nadja Pobel | Mardi 18 octobre 2016

Tous à Oullins !

C'est à l'heure de partir à l'imprimerie que nous découvrons le magnifique Udo complètement à l'est, prequel de Blanche-Neige ou la chute du mur de Berlin. La Cordonnerie, qui s'est fait une spécialité de transposer des contes sur scène avec vidéos bruitées, dialoguées en direct, fabrique là un court spectacle de moins d'une heure épatant. Mentionné dans le livre mais jamais raconté, le roi, père de Blanche-Neige, livre sa vie de circassien en Russie, loin de sa fille adorée. Trouvailles vidéo, recherches sonores, voici un condensé de ce que cette compagnie sait faire de mieux. Au théâtre de la Renaissance d'Oullins, du 25 au 27 octobre à 16h (dès 8 ans).

Continuer à lire

Nos futurs, plein d'avenir

Théâtre Nouvelle Génération | Mais comment diable expliquer aux enfants que le monde va mal mais qu'il peut devenir meilleur ? L'art est parfois la meilleure option. Surtout lorsque l'on pense au dernier né des événements culturels au format biennale : Nos Futurs.

Antoine Allègre | Mardi 18 octobre 2016

Nos futurs, plein d'avenir

Imaginés par le Théâtre Nouvelle Génération et son directeur Joris Mathieu, ces deux mois et demi de formes théâtrales libérées, baptisées Nos Futurs, ont un mantra obsessionnel : « pour pouvoir anticiper, il faut savoir observer le réel. » Le metteur en scène poursuit : « On est dans l'idée d'imaginer un futur au pluriel. Développer des imaginaires permet de créer des perspectives, d'expliquer au jeune public que la capacité de l'humain à rebondir est notre ressource principale. » Ce jeune public (à partir de 8 ans) pourra notamment (re)découvrir la création maison Hikikomori, l'histoire d'un jeune homme qui se mure dans le silence et dans sa chambre. Chaque membre de la famille aura un casque et, en fonction de son âge, entendra des sons de cloche différents. Les 6 ans et (beaucoup) plus se questionneront sur notre place dans l'univers avec Cosmos 110 grâce aux yeux d'une petite fille qui cherche à converser a

Continuer à lire

Journées Grame, matins calmes

MUSIQUES | La France et la Corée célèbrent cette année le 130e anniversaire de leurs relations diplomatiques. Pour l'occasion, le Grame et le CNSMD vous invitent à une balade musicale inédite où les deux cultures s’emmêlent.

Pascale Clavel | Mardi 3 novembre 2015

Journées Grame, matins calmes

C'était l’occasion rêvée pour le Grame d’être au coeur de l'actualité, visible et investi. Son directeur, James Giroudon, a en effet scellé des liens durables avec la Corée depuis fort longtemps, donnant à entendre au public lyonnais à maintes reprises la grande diversité de sa musique. Cette saison, le pari est encore plus étonnant. On connaît du Grame son foisonnement d’idées novatrices, la richesse de ses rencontres, l'exigence de ses recherches sur des mondes insoupçonnés. Pour l’année de la Corée en France, il entend mettre en perspective la culture musicale traditionnelle et la création contemporaine des deux pays. Du 6 au 20 novembre, c’est un parcours quasi initiatique qui nous est ainsi proposé, en cinq rendez-vous dans trois lieux coutumiers de ce type de décloisonnement. Contrepoint C’est au TNG -Les Ateliers que tout commence, avec Un chemin de sable blanc de Marie-Hélène Bernard. Une oeuvre singulière pour chanteuse de pansori, percussions et création vidéo pensée comme une rêverie. Genre musical emblématique de la Corée, reconnu "Patrimoine mondia

Continuer à lire

«Imaginer demain, c’est être dans l’actualité» - Interview de Joris Mathieu

SCENES | Nommé à la tête du TNG en janvier 2015, Joris Mathieu lance cette semaine sa première saison d’un théâtre destiné à la fois aux très petits et aux bien plus grands. Saison qui se déploie désormais aussi en centre-ville, au Théâtre des Ateliers. Rencontre.

Nadja Pobel | Mardi 8 septembre 2015

«Imaginer demain, c’est être dans l’actualité» - Interview de Joris Mathieu

Grand changement cette saison, la multiplications des lieux : le TNG est aussi dans les murs des Ateliers... Joris Mathieu : C’est une façon d’ouvrir le théâtre jeune public sur la ville, dans le centre, en poursuivant le travail sur les écritures contemporaines. Ce sont deux espaces pour construire et accueillir plus d’artistes en création. Car il y a tous ceux qui sont programmés et ceux que l’on ne voit pas, qui sont en répétition, en écriture… On a toujours besoin de plus de lieux pour développer cela comme le font les Subsistances, avec qui on commence à dialoguer pour imaginer ensemble un pôle de création pour les artistes. Votre projet s’appelle "Imaginer demain". Expliquez-nous… Il y a trois axes importants dans ce projet. Tout d’abord la place accordée à la jeunesse. Une génération c’est environ dix ans ; celle des 6–16 ans va pouvoir s’exprimer. On met pour cela en place des petits rendez-vous publics où des jeunes peuvent passer du temps dans le théâtre avec des artistes et moi-même, pour simplement voir ce qui nous nourrit mutuellement et peut en émerger. C’est important de les accompagner da

Continuer à lire

Laurent Brethome donne le ton de la saison jeune public

SCENES | Des spectacles à venir, "Riquet" (délesté de sa houppe) est sans conteste le plus émouvant et le plus abouti. Retour sur ce travail de Laurent Brethome qui passera par le Toboggan et tour d’horizon des propositions jeune public de la saison. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mercredi 9 septembre 2015

Laurent Brethome donne le ton de la saison jeune public

C’est quoi être différent ? Comment faire avec ce qui manque ? La beauté pour cette fille laide mais intelligente, la jugeote pour sa ravissante sœur, que leur père fatigué de porter la couronne veut marier à un prince repoussant ? De toutes ces aspérités handicapantes, il émane une humanité qu’Antoine Herniotte a su magnifiquement retranscrire dans son adaptation de Riquet et que Laurent Brethome a transposé sur le plateau en éléments très concrets. Les robes de princesse sont en papier froissé, le château se dessine en direct, les baguettes magiques sont des brosses à WC... À cette apparente économie de moyens correspond une débauche de créativité et, surtout, un goût pour une forme artisanale de théâtre qui ramène à des émotions très enfantines. Invité à ouvrir rien moins que le In d’Avignon cet été, Brethome a une nouvelle fois livré un spectacle très organique (la peinture dans Les Souffrances de Job, l'eau dans

Continuer à lire

La saison 2015/2016 du TNG

SCENES | Après dix ans de très bons et loyaux services de Nino d’Introna, le TNG, désormais fusionné avec le théâtre des Ateliers, fera en septembre sa première rentrée sous la direction de Joris Mathieu, assisté de Céline Le Roux. Détail de leur programmation, audacieuse et sensible. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mercredi 24 juin 2015

La saison 2015/2016 du TNG

Ils ne sont plus nombreux les Centres Dramatiques Nationaux à se consacrer au jeune public. Restent Strasbourg (entièrement dédié aux marionnettes) et Lyon, qui englobe désormais le théâtre des Ateliers après une transition flottante entre Gilles Chavassieux et Joris Mathieu. Conséquence de cette multiplication de plateaux, les jeunes spectateurs pourront aussi bien être conviés sur la Presqu’île que dans le 9e arrondissement, en fonction de la configuration des spectacles. Le projet de Joris Mathieu, lorsqu’il postula au TNG, était d’«imaginer demain», place à la pratique avec un axe fort sur l’écriture numérique. «C’est la jeunesse qui va construire le monde de demain, à nous de faire en sortir qu’elle ne le subisse pas et qu’elle ne fasse pas que le traverser» annonce-t-il en viatique de cette saison qu’il a souhaitée à la découverte de nouveaux mondes et de nouveaux langages. Il a dans cette idée convié les artistes Chiara Guidi (qui nous avait fait forte impression avec le conte en immersion Buchettino, où les spectateurs, allongés dans un grand dortoir en bois, se voyaient raconter l’histoire du

Continuer à lire

La saison 2015/2016 du Théâtre de la Croix-Rousse

ACTUS | Ludique et politique est le visuel de la nouvelle plaquette (une croix faite de craies fragilisées) du Théâtre de la Croix-Rousse. Ludique et politique (et du coup franchement excitante) sera sa saison 2015/2016. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Dimanche 31 mai 2015

La saison 2015/2016 du Théâtre de la Croix-Rousse

Des Fourberies de Scapin décapées au karcher par Laurent Brethome, le crépusculaire Mon traître d'Emmanuel Meirieu, David Bobée et son Lucrèce Borgia à (trop) grand spectacle... L'entame de la saison 2014/2015 du Théâtre de la Croix-Rousse fut l'une des plus fulgurantes qu'on ait connue depuis l'arrivée à sa direction de Jean Lacornerie. La rentrée 2015/2016 est bien partie pour soutenir la comparaison, ne serait-ce que parce qu'elle s'ouvrira sur la reprise du Bigre de Pierre Guillois, comédie muette «à voir et à revoir» (du 29 septembre au 3 octobre) selon la formule consacrée car aussi hilarante qu'ingénieuse. Suivront : une prometteuse transposition des conseils pour accéder à un trône et le conserver de Machiavel dans l'univers férocement contemporain du stage de formation par Laurent Guttmann (Le Prince, du 6 au 16 octobre) ; le retour, sous bannière Nimis Groupe, d'une partie des singuliers Belges du Raoul collectif (Le Signal du promeneur) avec Ceux que j'ai rencontrés ne

Continuer à lire

Au TNG, une Belle Saison de découvertes

SCENES | Du 8 au 10 avril dernier, se tenait au TNG une des manifestations de l’initiative nationale La Belle Saison. Retour sur ces journées de découverte.

Nadja Pobel | Jeudi 23 avril 2015

Au TNG, une Belle Saison de découvertes

Il y a eu des débats, des tables rondes et surtout des lectures : onze mises en voix guidées par autant de metteurs en scène parmi lesquels de directeurs ou anciens directeurs de salles tels Anne Courel (ex-Théâtre Théo Argence), Marc Lesage (Les Célestins), Arnaud Meunier (Comédie de Saint-Etienne), Nino D’Introna (ex-TNG), Richard Brunel (Comédie de Valence) ou encore Jean-Pierre Jourdain (TNP). Car au cœur du théâtre, fut-il de plus en plus axé sur les arts numériques comme le sera à l’avenir ledit TNG avec Joris Mathieu, reste le texte, seul capable de faire parvenir les maux du monde aux oreilles des jeunes auditeurs (900 élèves ont fréquenté ces 3 jours en plus des 2000 spectateurs). La violence (La Bande de Xavier Carrar), la solitude (Du temps que les arbres parlaient de Yves Lebeau) ou la différence et la question du genre (Pierre est un panda de Christophe Pellet) ont ainsi été dites avec tact et talent, au point que les écoliers n’ont pas manqué d’assaillir les artistes de questions au terme des représentations : pour connaitre leurs secrets d’écritures, les techniques du plateau ou mieux cerner la complexité du propos.

Continuer à lire

Le TNG fait place au texte

CONNAITRE | Le théâtre, ce n’est pas qu’une représentation. Du mercredi 8 au vendredi 10 avril, le Théâtre Nouvelle Génération se propose ainsi d'en remonter le (...)

Nadja Pobel | Mardi 7 avril 2015

Le TNG fait place au texte

Le théâtre, ce n’est pas qu’une représentation. Du mercredi 8 au vendredi 10 avril, le Théâtre Nouvelle Génération se propose ainsi d'en remonter le fil jusqu’à l’écriture avec l’opération "Lectures sur un plateau". Comme il se doit en ce lieu, c’est l’enfance et la jeunesse qui sont au cœur de cette manifestation où onze écrivains verront leurs pièces mises en voix. La Petite fille dans le noir de la précieuse et incisive Québécoise Suzanne Lebeau sera par exemple porté par Corinne Méric, comédienne souvent vue dans les pièces de Nino d’Introna. L’ancien directeur lira pour sa part La Foule elle rit de Jean-Pierre Cannet, jadis primé par le comité de lecture du TNG, tandis son successeur Joris Mathieu s’emparera d’un texte pour adolescents, Quartier 3 destruction totale de Jennifer Haley. Chacune de ces rencontres sera prolongée par une discussion avec des éditeurs, des traducteurs... Par ailleurs, des tables rondes en fin de matinée et des débats à l’audacieux créneau de 21h30 tenteront d'éclairer les enjeux de ces écrits, en traitant notamment de la question de la transposition de la violence ou encore du gen

Continuer à lire

Dolce D’Introna

SCENES | À l'heure où il quitte la direction du TNG après dix années marquées par des spectacles qui ont fait date ("Yaël Tautavel" en tête, programmé en ce moment), Nino D'Introna revient sur sa carrière italienne, nord-américaine puis lyonnaise. Où il est question de jeune public et, bien sûr, d'intergénération. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 9 décembre 2014

Dolce D’Introna

Le 31 décembre, Nino D'Introna fermera le Théâtre Nouvelle Génération qu'il avait baptisé ainsi en 2004, lorsqu'il avait succédé à Maurice Yendt et Michel Dieuaide, partis avec le nom Théâtre des Jeunes Années – l’appellation de leur compagnie et de feue la biennale. Alors âgé de 50 ans, D'Introna posait enfin ses bagages après avoir beaucoup bourlingué. Avec déjà cette idée en tête que le ministère de la Culture aujourd'hui martèle : le théâtre destiné au jeune public ne doit pas s'adresser qu'au jeune public, il doit être «intergénérationnel», vocable dont D’Introna a fait son fil rouge. S'adresser à tous, c'est ce qu'il fait dès ses débuts, presque par hasard quand, au lycée, il découvre le théâtre «et tombe amoureux à une vitesse folle de cet objet. Là où il y avait le mot théâtre, j'y étais». Sa spécialité ? Le mime. Attiré par le non-verbal, il monte de petites formes et intègre ce qui est en train de devenir une coopérative, le Teatro dell'angolo de Turin. Il a vingt ans. La question du jeune public ne se pose pas vraiment, «on jouait le matin comme le soir ; la compagnie travaillait beaucoup la commedia dell'arte et l'impro». Avec con c

Continuer à lire

Joris Mathieu, en fusion

SCENES | Fraîchement nommé directeur du théâtre des Ateliers, Joris Mathieu vient d’être désigné pour prendre la suite de Nino d’Introna au TNG. Rencontre avec un metteur en scène passionné pour qui diriger un théâtre est autant, sinon plus, un acte politique que d’en faire. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Vendredi 26 septembre 2014

Joris Mathieu, en fusion

Alors que les Ateliers, dont il est le directeur depuis janvier, rouvrent à peine (présentation de saison ce mercredi et premier spectacle dès le 14 octobre), voilà que Joris Mathieu vient d'être choisi pour reprendre les rênes du TNG. Cumulard ? Non, malin : puisque les premiers restent économiquement fragiles et que le second, Centre Dramatique National à destination du jeune public, est doté d'une salle si immense qu'elle est parfois peu propice à la découverte du théâtre par les plus petits, Mathieu a en fait proposé de fusionner les deux. D’ici la rentrée 2015-2016, il ne sera donc pas à la tête de deux SCOP mais d’une seule : le TNG, qui démultiplie ainsi ses possibilités de programmation. À trente-sept ans, Joris Mathieu accède donc non seulement à un lieu stable, où il pourra créer avec les fidèles de sa compagnie Haut et Court, qu’il a fondée en 1998, mais il pourra aussi désormais offrir à de jeunes compagnies l'espace de liberté dont il a lui-même bénéficié par le passé aux Clochards Célestes, au Polaris de Corbas (pendant trois ans) ou au théâtre de Vénissieux (où il fut six ans en résidence).   Ubiquité & Orbik Né de parents ins

Continuer à lire

Joris Mathieu à la direction du TNG

ACTUS | La ministre de la culture et de la communication Fleur Pellerin a acté ce matin ce que tout le monde pressentait fortement depuis plusieurs semaines : la nomination de Joris Mathieu à la tête Théâtre Nouvelle Génération. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Vendredi 19 septembre 2014

Joris Mathieu à la direction du TNG

À la tête également depuis le 1er janvier dernier du théâtre des Ateliers, dédié aux écritures contemporaines, Joris Mathieu entend diriger les deux théâtres de front et en complémentarité, comme il l’annonçait dès juin au moment de sa candidature. Né en 1977, Mathieu défend un théâtre plus sensoriel et technologique que basé sur le texte, bien qu'il ait par ailleurs adapté des écrits de Gombrowicz, Philippe K. Dick ou Antoine Volodine. Il succédera le 1er janvier 2015 à Nino D'Introna, qui avait à son arrivée en 2004 renommé le Théâtre des Jeunes Années en Théâtre Nouvelle Génération, parti poursuivre son parcours artistique en compagnie. Mathieu conviera deux artistes associées pour son premier mandat au TNG, Phia Ménard et Chiara Guidi (auteur avec Romeo Castellucci de l’inoubliable Bucchettino), et entend mettre en place des dispositifs innovants pour l'accompagnement de l'émergence. Plusieurs temps forts, en partenariat avec d'autres institutions, devraient aussi être imaginés afin de créer des parcours pour la jeunesse.

Continuer à lire

Nino d'Introna, dix de der

ACTUS | Ce jeudi 12 juin, Nino d'Introna a effectué au TNG sa toute dernière présentation de saison, avant de quitter sa direction en décembre prochain avec, selon (...)

Pauline Lambert | Dimanche 15 juin 2014

Nino d'Introna, dix de der

Ce jeudi 12 juin, Nino d'Introna a effectué au TNG sa toute dernière présentation de saison, avant de quitter sa direction en décembre prochain avec, selon ses mots, «émotion et sérénité», dix ans après avoir pris la tête de ce Centre National Dramatique, le seul spécialisé jeune public en France avec le TJP de Strasbourg, centré sur les marionnettes. Dix ans pendant lesquels le metteur en scène a mené de nombreux projets à vocation «intergénérationnelle», terme qu’il aura martelé tout au long de ses mandats. Cette fin d’année est pour lui l'occasion d'en tirer un «bilan positif», que la programmation 2014/2015 entérinera avec la reprise de trois de ses spectacles : Quand on parle du loup, sa dernière création en date revisitant Le Petit Chaperon Rouge de Grimm et Perrault,  Les Derniers Géants, une lecture musicale créée en 2008, et enfin Yaël Tautavel, ou l'enfance de l'art,  adapté du texte de Stéphane Jaubertie en 2006, probablement son joyau avec

Continuer à lire

Bien chaussés

SCENES | Depuis 1996, la Cordonnerie de Samuel Hercule s’illustre dans la confection de spectacles tout public originaux : des ciné-concerts théâtralisés pensés de A à (...)

Aurélien Martinez | Mardi 25 mars 2014

Bien chaussés

Depuis 1996, la Cordonnerie de Samuel Hercule s’illustre dans la confection de spectacles tout public originaux : des ciné-concerts théâtralisés pensés de A à Z, de la réalisation du film à sa transposition musicale sur scène. Un travail qui s’est affiné avec le temps, les dernières propositions (sur Hamlet et Frankenstein par exemple) conservant paradoxalement l'esprit artisanal des débuts tout en faisant montre d'un souci de précision incroyable. Les images sont ainsi tournées en amont, suivant un schéma détaillé. Un prémontage est ensuite établi, qui sert de base pour les répétitions. Là, les musiciens-acteurs précisent la narration et le découpage, jusqu'à un résultat d'une grande habileté, où ce qu’il se passe sur le plateau ne sert jamais de faire-valoir à ce que diffuse l’écran. Ainsi de la narratrice Métilde Weyergans, arrivée tardivement dans l’aventure, qui parvient toujours à capter le regard des spectateurs et à le guider vers ses camarades de jeu, leurs instruments et leurs objets sonores en tout genre. Tout ce petit monde sera au Théatre de Villefranche samedi 29 mars (et jeudi 17 avril à Bron) avec Hänsel et Gretel, la faim de

Continuer à lire

Gribouille en or

SCENES | Mardi soir (15 novembre), la virtuose des marionnettes pour petits mais aussi parfois seulement pour les grands, Emilie Valantin a reçu devant le public (...)

Nadja Pobel | Mercredi 16 novembre 2011

Gribouille en or

Mardi soir (15 novembre), la virtuose des marionnettes pour petits mais aussi parfois seulement pour les grands, Emilie Valantin a reçu devant le public du TNG, le Masque d’or de la meilleure création de marionnettes 2011. Absente lors de la remise des prix en avril à Moscou, c’est officiellement hier soir qu’elle s’est vu remettre cette prestigieuse distinction pour Gribouille,  un spectacle qu’elle a imaginé à Saint-Pétersbourg à l’invitation du théâtre Kukol il y a deux ans. Avec l’appui de la troupe permanente de 25 acteurs russes, elle s’est emparée du texte de Georges Sand Histoire du véritable Gribouille. Après sept semaines de travail avec ses nouveaux partenaires, 35 marionnettes étaient prêtes pour donner naissance à cette pièce d’1h10 accessible dès 8 ans. Ici, les marionnettistes ne se cantonnent pas derrière un castelet mais sont de véritables acteurs (avec des costumes extrêmement travaillés qui n’ont rien d’une combinaison noire dans laquelle ils se dissimuleraient) qui jouent autant qu’ils font vivre leur double. Récit triste d’un petit garçon abandonné par sa famille cupide et recueilli par un bourdon a priori ange gardien mais

Continuer à lire

Le chien aboie…

SCENES | Théâtre jeune public / Nino d’Introna, le directeur du Théâtre Nouvelle Génération a toujours affiché sa volonté de proposer un théâtre intergénérationnel de qualité, (...)

Dorotée Aznar | Lundi 8 mars 2010

Le chien aboie…

Théâtre jeune public / Nino d’Introna, le directeur du Théâtre Nouvelle Génération a toujours affiché sa volonté de proposer un théâtre intergénérationnel de qualité, notamment en convoquant des auteurs contemporains. Avec sa nouvelle création, Du pain plein les poches, d’Introna franchit une étape supplémentaire : proposer une pièce pour un public adulte éventuellement accompagné par des enfants. Car si la pièce de Matéï Visniec est effectivement une fable, elle est également particulièrement dérangeante. Deux personnages s’y côtoient, Canne et Chapeau, autour d’un puits éloigné de la ville. Au fond du puits, on entend les aboiements d’un chien. Comment est-il tombé ? Qui est coupable ? Doit-on l’aider ? Comment ? Et d’ailleurs, n’est-il pas déjà mort ? Les deux personnages choisissent de disserter mais pas d’agir, se rejetant la faute à grand renfort de hurlements, excusant maladroitement leur lâcheté et leur absence de prise de décision. Si le dispositif scénique rappelant les mobiles disposés dans les chambres d’enfants et le recours à la vidéo tentent d’adoucir l’âpreté des dialogues en créant un cadre intime, l’univers sombre de la pièce prend le dessus. La délicatesse du tra

Continuer à lire

De belles promesses

SCENES | Jeune public / Après une première partie de saison sans grands événements pour les «petits», l’année 2010 est annonciatrice de moments forts, notamment au (...)

Nadja Pobel | Mardi 22 décembre 2009

De belles promesses

Jeune public / Après une première partie de saison sans grands événements pour les «petits», l’année 2010 est annonciatrice de moments forts, notamment au Théâtre nouvelle génération (TNG), avec deux créations très prometteuses. Tout d’abord Fabrice Melquiot, presque un auteur classique pour le jeune public du haut de ses 38 ans, et qui a travaillé, cette saison, au plateau avec le metteur en scène Christian Duchange, déjà "maître d'œuvre" de la remarquable Lettre d'amour de 0 à 10. Les deux artistes donneront naissance, le 26 janvier, à une fable sur les coulisses des métiers du théâtre, Le Cabinet de curiosités. Ensuite, en mars, Nino D'Introna, le directeur du TNG, adaptera un texte de Matéï Visniec, Du pain dans les poches, et confiera un nouveau rôle à Jean-Ernst Marie-Louise qui était son Jojo dans Jojo au bord du monde il y a deux ans. En avant-goût de ce spectacle, une lecture du texte de Visniec sera proposée lors de la quatrième édition du festival Ré-génération. Du 5 au 13 janvier, cette manifestation accueillera des compagnies françaises, italiennes, catalanes, allemandes et québécoises. Hors des sentiers du TNG, la Compagnie du Théâtre Mu proposera de découvrir ou de r

Continuer à lire

Amour monstre

SCENES | Spectacle / Un film muet et une bande-son en direct, c’est la signature de la compagnie La Cordonnerie. Cette fois, Samuel Hercule et sa fine équipe (...)

Dorotée Aznar | Lundi 12 octobre 2009

Amour monstre

Spectacle / Un film muet et une bande-son en direct, c’est la signature de la compagnie La Cordonnerie. Cette fois, Samuel Hercule et sa fine équipe s’attaquent au mythe de Frankenstein avec «L’Éternelle fiancée du Docteur Frankenstein», une création librement inspirée du roman de Mary Shelley et du film de James Whale. Sur scène, cinq acteurs, bruiteurs, musiciens et chanteurs assurent la bande-son, jonglant avec les instruments et un joyeux bric-à-brac. Sur l’écran, on retrouve le fameux docteur, vivant seul avec son fidèle assistant. Son temps est tout entier occupé par un projet fou : redonner la vie à des créatures qui l’ont perdue. Après un premier succès sur une grenouille, Frankenstein décide de donner une ampleur nouvelle à ses travaux en s’emparant de la dépouille encore tiède d’une jeune chanteuse de variété à succès, Anna Doray. La «nouvelle» Anna sera donc la créature du docteur, elle devra réapprendre à manger, à parler, à se déplacer, à chanter et surtout accepter son visage, marqué par une large cicatrice. La créature parviendra-t-elle à devenir humaine ? Et ceux qui ont pleuré la disparition de la chanteuse seront-ils prêts à accepter de la voir revenir ? Pas de ‘c

Continuer à lire

Fais-moi peur !

SCENES | Coup de cœur spectacle / La compagnie La Cordonnerie présente «L’Éternelle fiancée du Docteur Frankenstein» au Théâtre de Villefranche. Un travail mêlant vidéo sur l’écran et musiciens, bruiteurs et chanteurs sur scène. Dorotée Aznar

Dorotée Aznar | Vendredi 9 octobre 2009

Fais-moi peur !

Les petits d’aujourd’hui ne connaissent pas Frankenstein. Pourtant, quand le film réalisé par la compagnie La Cordonnerie commence, tous plongent immédiatement dans l’histoire du docteur bravant le plus grand des tabous en ressuscitant les morts. Nul besoin de maîtriser la filmographie de James Whale, ni même de connaître par cœur l'œuvre de Mary Shelley pour appréhender ce travail, La Cordonnerie propose sa vision toute personnelle de Frankenstein. Le docteur Frankenstein, abandonné par ses parents alors qu’il n’était qu’un bébé, passe tout son temps enfermé dans son cabinet de travail. Il parvient à ressusciter une grenouille, mais ses travaux de recherche sont ignorés par les autres médecins. Bouleversé par la disparition d’une jeune chanteuse de variété, Anna Doray, Frankenstein décide de lui redonner la vie en secret. Créateur et créatureComment la créature va-t-elle s’adapter ? Sa différence pourra-t-elle être acceptée par les autres et par elle-même ? Que faire des sentiments qui attachent le créateur à sa créature ? Qu’est-ce qui fait un être humain ? Autant de questions que La Cordonnerie pose aux plus jeunes (et aux autres) en ne versant jamais dans la fa

Continuer à lire

Schtroumpfs party

SCENES | Jeunes Publics / Presque tous les théâtres l’ont compris : rien de tel qu’un spectacle jeune public pour remplir les salles en période de disette et de (...)

Dorotée Aznar | Lundi 7 septembre 2009

Schtroumpfs party

Jeunes Publics / Presque tous les théâtres l’ont compris : rien de tel qu’un spectacle jeune public pour remplir les salles en période de disette et de vacances scolaires. Dans les théâtres de l’agglomération lyonnaise, on trouve pourtant une véritable programmation en direction des plus jeunes et des spectacles de qualité, souvent éprouvés dans d’autres lieux les saisons précédentes. Les petits peuvent également profiter d’un Centre Dramatique National, le Théâtre Nouvelle génération (Lyon 9e) où l’on ne prend pas les Schtroumpfs pour des dindes. À sa tête, Nino D’Introna, propose chaque saison des spectacles de théâtre, mais aussi de danse, de marionnettes, de théâtre d’objets ou de cirque. En octobre, le TNG accueillera "Le Reflet du silence", un duo homme-marionnette dansé (les 17 et 18 oct.), "Le Loup et la chèvre" (du 13 oct. au 20 déc.), un spectacle italien librement inspiré du conte de Kimura. En novembre, "La Nuit, un rêve féroce" mis en scène par Marc Lainé s’appuiera sur un dispositif scénique original (un lit immense) invitant le public à prendre part au rêve (du 6 au 15 nov.) et Véronique Chatard avec "Du vent dans les arbres" explorera le genre merveilleux. Enfin, c’

Continuer à lire