Vu de l'intérieur

Nadja Pobel | Mardi 14 novembre 2017

Photo : © Leslie Artamonow


C'était il y a tout juste deux ans. Un siècle en réalité. Attentats. Bataclan. État d'urgence. Il n'en parvient que des balbutiements sur un poste de radio, quelques intonations d'un président qui semble ne pas avoir existé, François Hollande. De tout cet enfer, il ne reste donc que cela : un couple plongé dans les volutes de cigarettes, adossé à un canapé bien propre.

Pourtant, tout se fissure à l'intérieur, au point plus tard que l'un et l'autre s'opposent sur l'utilité des caméras de surveillance dans la copropriété, ou que s'égrenne la liste des petites contraintes du quotidien façon Benjamin Biolay et son Brandt rhapsodie. En interstice, Meissoune Majri et Audric Chapus (qui a initié ce projet à la sortie de cette grande école d'acteurs qu'est l'ESACT de Liège), composent avec Irène Berruyer des séquences tantôt réalistes (heureuses "reconstitutions" de ces interviews télé politique volontairement anxiogènes) et plus fantaisistes (une sorte de prince machiavélique distillant le mal façon Richard III, micro-lumière qu'on dirait emprunté à la mise en scène de Thomas Ostermeier, mais les artistes nous ont confié ne pas avoir vu son extraordinaire travail).

Toutes ne sont pas égales, le besoin boulimique de tout traiter (la Syrie, les migrants abandonnés au trottoir, la transe comme seul exutoire) est quelque peu asphyxiant dans cette heure de spectacle tout neuf, créé ici même. Il n'en demeure pas moins que chaque séquence prise séparément tient parfaitement debout et que cette immersion dans le couple est suffisamment fine pour qu'affleurent toutes les séquelles intimes provoquées par un monde en déliquescence. Les auteurs osent même un certain lyrisme bienvenu en conclusion d'une pièce que l'on aimerait voir se prolonger au rythme des fondus au noir que Meissoune Majri avait déjà expérimenté dans ses précédentes créations...

Désaccords tacites
Au théâtre de l'Élysée jusqu'au 17 novembre


Désaccords tacites

D'Audric Chapus, Meissoune Majri et Irène Berruyer, 1h05
Théâtre de l'Élysée 14 rue Basse-Combalot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

«Quand t'es dans le désert…

SCENES | …depuis trop longtemps» disait la rengaine eighties de Jean-Patrick Capdevielle, retour aux bas instincts et la rudesse du rapport au corps que (...)

Nadja Pobel | Jeudi 15 mai 2014

«Quand t'es dans le désert…

…depuis trop longtemps» disait la rengaine eighties de Jean-Patrick Capdevielle, retour aux bas instincts et la rudesse du rapport au corps que prolonge Régis Pégeot dans Canicule. La sexualité y est fatalement très présente. Elle ouvre même la pièce : abrupte, sauvage, mal et peu partagée, elle demeure un lien entre trois égarés dont les repères se sont disloqués, cramés par le soleil et l’ennui. Restituer cette ambiance de perdition est la grande force de ce spectacle qui se donne les moyens de ses ambitions : cornes biscornues de mammifères et vieux tonneau rouillé gisent sur un tas de sable mordoré qu'écrasent les projecteurs. Dans ce no man’s land réaliste, ce que se racontent les protagonistes – une femme et deux hommes, dont notre collègue Christian Jeulin – passe parfois au second plan. Seules des bribes de conversations disent leur fatigue et leurs irritations les uns vis-à-vis-des autres, ponctuant une pièce surtout rythmée par un fort travail sur les corps et les déplacements. Ceux-ci auraient toutefois gagnés à être encore plus répétitifs, plus étirés, comme ce ballet d’automates que la metteur en scène (et ici excellente a

Continuer à lire

Des rotatives aux planches

SCENES | «La critique est aisée, mais l'art est difficile». Au Petit Bulletin, nous avons évidemment peu de sympathie pour ce dicton et son auteur, l'oubliable (et (...)

Benjamin Mialot | Mardi 29 avril 2014

Des rotatives aux planches

«La critique est aisée, mais l'art est difficile». Au Petit Bulletin, nous avons évidemment peu de sympathie pour ce dicton et son auteur, l'oubliable (et oublié) dramaturge Philippe "Destouches" Néricault. Deux membres du journal l'ont toutefois pris au pied de la lettre : Christophe Chabert et Christian Jeulin. Le premier, critique cinéma de son état, s'est essayé à la mise en scène l'an passé avec Effraction, drôle de huis clos criminel qui sous son atmosphère électrique planquait un discours acéré sur les rapports de domination. Il récidive du 6 au 31 mai au Boui Boui avec Ventes privées, ou les petites mésententes et grosses querelles de copines de lycée devenues antagonistes sociaux, incarnées par les charmantes et épatantes Alexandra Bialy et Thaïs Vauquières. Le second, head honcho de notre service commercial, mène de son côté une belle petite carrière de comédien sous la direction de Meissoune Majri-Pégeot. Après Variations sur M., qui revisitait sur un mode chic et décadent L'Homme à tête de chou de Gainsbourg, il sera cette saison à l'affiche de Canicule du 13

Continuer à lire