La danse sur pointillés en cette rentrée

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 11 septembre 2020

Photo : Collectif Es © Jean-Louis Fernandez


Avec des conditions de création et de diffusion toujours compliquées, la saison danse commence "sur pointillés", tout à la fois avec discrétion, curiosité et avec des petits formats de spectacles... À l'Opéra, la nouvelle directrice du Ballet, Julie Guibert, a invité trente chorégraphes à créer trente solos pour chacun des danseurs de la compagnie. Sept premières pièces sont présentées en septembre, signées Yuval Pick, Jan Martens, Kylie Walters, Abril Diaz...

À la Maison de la Danse, Dominique Hervieu, quant à elle, lance L'Automne de la Danse avec neuf rendez-vous gratuits étalés sur deux mois. On pourra y découvrir des sorties de résidence de la compagnie-trio Collectif Es avec une création autour de la musique et de l'esprit punk, de l'idée de groupe et de ses liens à l'identité individuelle. Ou du chorégraphe Fouad Boussouf (chorégraphe associé à la Maison de la Danse cette saison) avec un duo pour deux jeunes danseurs.

Enfin, la nouvelle édition du festival Chaos Danse (rebaptisé cette année Danse Post Chaos) réunira plusieurs compagnies prometteuses partageant une même volonté de s'affranchir des codes de la danse, et d'entrecroiser contemporain, classique et hip hop.

L'Automne de la Danse
À la Maison de la Danse du 12 septembre au 28 octobre

Danse Post Chaos
Au Théâtre Astrée et au Toï Toï Le Zinc ​du 16 septembre au 21 octobre

Danser encore
À l'Opéra de Lyon du 17 au 27 septembre

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Chaos Danse toujours debout 

Danse | Malgré les déboires des budgets culturels publics et les difficultés financières des compagnies de danse, Chaos Danse tient toujours debout, et (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 19 mars 2019

Chaos Danse toujours debout 

Malgré les déboires des budgets culturels publics et les difficultés financières des compagnies de danse, Chaos Danse tient toujours debout, et inaugure même cette semaine rien moins que sa 17e édition ! Le festival tient toujours son cap artistique : une dizaine de spectacles de danse à prix plus que raisonnables (et même gratuits pour les étudiants), permettant de découvrir de jeunes talents et des chorégraphes émergents. Toutes les danses y sont invitées : du classique au hip-hop, de la danse contemporaine au spectacle de voltige... On pourra découvrir la Cabine d'essayage de Jessica Noita avec son espace claustrophobe où se jouent et se déjouent toutes les parures sociales, ou le curieux corps-à-corps entre la chorégraphe et danseuse Joana Schweizer et un piano volant. On retrouvera aussi quelques habituées du festival comme la compagnie de hip-hop lyonnaise Voltaïk et la compagnie Tiers Temps. Ou encore le jeune ballet du CNSMD dont le riche programme s'étirera de la valeur montante de la danse contemporaine Noé Soulier, à l'une des

Continuer à lire

Un moi dénoyauté

Moi de la Danse | Le jeune collectif lyonnais ÈS ouvre cette semaine le festival Moi de la Danse aux Subsistances, avec une création prometteuse.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 22 janvier 2019

Un moi dénoyauté

Depuis quatre ans, le festival Moi de la Danse explore la notion d’identité à travers le corps et le mouvement. Le sujet dansant s’y révèle être souvent une singularité plurielle : divisé en lui-même, multiple en ses ressources physiques et expressives, et toujours en rapport dialectique avec les autres… Le Collectif ÈS, né en 2011, s’empare de cette question à partir d’une approche originale : chacun des trois danseurs qui le composent creuse son sillon personnel, ses impulsions propres, et c’est à travers ce processus même que des liens se créent, se découvrent, se tissent avec les autres. 1ère mondiale est ainsi composée de trois soli d’Émilie Szikora, Sidonie Duret et Jérémy Martinez. Despacito Cette création au titre ironique se donne aussi pour but de revisiter les fondamentaux de la danse à partir de trois pistes de travail inattendues : le solo de John Travolta dans Saturday Night Fever, la célèbre pièce Messe pour le temps présent

Continuer à lire

La saison 2015/2016 de la Maison de la danse

ACTUS | De New York à Séoul, du conte philosophique à la relecture de ghetto movie, de la rumba au baroque : à la rentrée, la volonté de Dominique Hervieu de présenter la danse sous ses formes les plus variées ne faiblira pas. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Lundi 27 avril 2015

La saison 2015/2016 de la Maison de la danse

Heureux soient ceux qui ont manqué l'arrivée de Maguy Marin à Ramdam, elle sera à l'honneur du prochain "Archipel" de la Maison de la danse. Succédant à Découflé, elle reprendra son chef-d’œuvre May B et Bit, sa création pour la Biennale 2014 (fin février début mars), ainsi que Singspiele, dernier spectacle co-écrit avec David Mambouch qu'elle présente justement à Ramdam cette semaine (mi-mars, au TNP). La saison 2015/2016 de la Maison de la danse sera marquée par trois autres temps forts. D'abord, un mois (novembre) de festivités autour de New York. Jean Lacornerie et les Percussions Claviers de Lyon y reprendront leur remarquable version de la comédie musicale téléphonique Bells Are Ringing, tandis que le CNDC Angers dansera, notamment, un Event (un patchwork de fragments de chorégraphies) du maître post-moderniste Merce Cunningham. Surtout, on y retrouvera Bill T. Jones le temps d'un pur exercice formel autour du Quatuor de Ravel et de La Jeune fille et la mort de Schubert, et le très en vue Kyle Abr

Continuer à lire

Douces transes

SCENES | Quand il n'est plus d'imitation, l'art de la danse met en mouvement et en transformation certitudes, représentations et identités. Sur le modèle de la transe, l'artiste multimédia Ulf Langheinrich, invité du festival Sens dessus dessous, et la chorégraphe Vânia Vaneau, programmée par Chaos danse, nous proposent, chacun à leur manière, un accès à la métamorphose. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 25 mars 2014

Douces transes

L'époque, vous l'aurez noté, est au "trans" : transculturalité, transnationalité, transdisciplinarité, transgenre, transidentité... L'étymologie latine indique qu'il s'agit d'une attirance pour «l'autre côté», anciennement celui des dieux et du surnaturel avec le chamanisme et les rites de possession, aujourd'hui celui de l'autre culture (métissage), de l'autre sexe, de l'autre à l'intérieur de soi (le «Je est un autre» de Rimbaud), de l'autre du réel (le virtuel, le simulacre numérique cher à Jean Baudrillard). Quand, dans son livre fracassant Les Renards pâles (Gallimard, 2013), Yannick Haenel imagine une insurrection politique, celle-ci prend la figure d'une grande marche tribale et masquée, proche de la transe, dont l'un des buts est d'échapper à la réduction à l'identique, au "même côté" : « Nous nous mêlions ainsi les uns aux autres, dans une confusion tranquille, sans chercher aucune unité. La communauté, si elle existe, déjoue la clôture ; et c'est ce qui avait lieu : l'absence d'identité absorbait l'espace ».   Le philosophe Michel Fouc

Continuer à lire

Chaos toujours debout

SCENES | Pour la dixième année consécutive, sous la houlette de Françoise Maimone, le Festival Chaos danse (du 13 au 30 mars au Théâtre Astrée à l'Université Lyon 1) propose (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 8 mars 2012

Chaos toujours debout

Pour la dixième année consécutive, sous la houlette de Françoise Maimone, le Festival Chaos danse (du 13 au 30 mars au Théâtre Astrée à l'Université Lyon 1) propose de nous faire découvrir de jeunes compagnies ou des compagnies déjà confirmées, de Lyon ou d'ailleurs. Cette édition anniversaire rendra notamment hommage au chorégraphe Dominique Bagouet (1951-1992), artiste de la fragilité et des frontières incertaines entre l'émotion et l'humour des mouvements d'automates, à travers des lectures, des témoignages d'un danseur ayant travaillé avec Bagouet, et des projections vidéo de spectacles... On pourra y découvrir aussi la création récente et pluridisciplinaire de Denis Plassard (Encore quelques illusions) autour du monde de la magie et de ses codes, une pièce de Trisha Brown par le ballet du Conservatoire national supérieur de musique et de danse (CNSMD), une création de la compagnie stéphanoise PARC à partir d'une matière corporelle la plus «brute» possible, et plusieurs pièces du jeune et talentueux Yann Rabaland à la gestuelle si délicate et attentive à la composition musicale... Au total, huit soirées seront proposées par ce festival to

Continuer à lire

Chaos danse - Super Eros

SCENES | Trois belles occasions cette semaine de découvrir des chorégraphes peu connus ou de jeunes compagnies. Avec d'abord la 9e édition du festival Chaos Danse (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 10 mars 2011

Chaos danse - Super Eros

Trois belles occasions cette semaine de découvrir des chorégraphes peu connus ou de jeunes compagnies. Avec d'abord la 9e édition du festival Chaos Danse (du 15 mars au 1er avril au Théâtre Astrée) et des pièces signées par exemple Yan Raballand, François Veyrunes ou un hommage à Pina Bausch conçu par Françoise Maimone directrice artistique de l'événement. Au Studio de la Maison de la danse (du 17 au 19 mars), l'ancien danseur du Ballet de Lyon, Davy Brun, présente son duo baroque et musclé "A Contre danse" créé en 2008. Et, last but not least, l'alléchant festival «Super Eros» du Croiseur (jusqu'au 18 mars), plutôt orienté théâtre, propose aussi quelques performances et spectacles dansés. JED

Continuer à lire

Chaos toujours debout

SCENES | Danse / Sous la houlette de Françoise Maimonne et sous la bonne étoile de Nietzsche (le titre de l'événement est tiré d'une citation du philosophe :  Il faut (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 15 janvier 2010

Chaos toujours debout

Danse / Sous la houlette de Françoise Maimonne et sous la bonne étoile de Nietzsche (le titre de l'événement est tiré d'une citation du philosophe :  Il faut avoir du chaos en soi pour accoucher d'une étoile qui danse»), le festival Chaos Danse s'installe pendant trois semaines au sympathique Théâtre de l'Astrée sur le campus de la Doua. Comme les précédentes, la huitième édition mêle joyeusement compagnies professionnelles émergentes, compagnies plus confirmées et centres de formation. Soit au total une dizaine de spectacles en tous genres invitant les plus curieux d'entre vous aux découvertes chorégraphiques sortant des sentiers battus. Parmi la programmation 2010, on notera le retour du Teatri del Vento de Gaetano Battezzato pour une nouvelle création et la pièce pour jeune public du très délicat et éthéré Yan Raballand avec le Centre National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon. Mais aussi la reprise du très réussi «17 drops» de Yuval Pick, âpre duo-duel entre une danseuse et un danseur, où l'abstraction du décor et de la gestuelle s'entrelacent aux pulsions vitales les plus enfouies... Il faudra encore surveiller de près la création du collectif pluridisciplinaire P.A.R.C

Continuer à lire

Pratique du chaos

SCENES | Festival / «Pour pouvoir engendrer une étoile qui danse il faut en soi-même avoir quelque chaos »… C’est cette phrase du Zarathoustra de Nietzsche qui a (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 13 mars 2009

Pratique du chaos

Festival / «Pour pouvoir engendrer une étoile qui danse il faut en soi-même avoir quelque chaos »… C’est cette phrase du Zarathoustra de Nietzsche qui a inspiré à Françoise Maimone (ancienne directrice de feue-la salle Gérard Philippe) le nom du festival Chaos Danse. Créé en 2002, accueilli depuis quatre ans au Théâtre Astrée sur le campus de la Doua, ce petit festival reste discret et fort sympathique, à la croisée de la danse universitaire, de compagnies professionnelles et de centres de formation comme le TDMI, le CNSMD ou le Conservatoire de Lyon. Pour sa septième édition, Chaos Danse propose rien moins que trois créations, des rencontres universitaires de la danse et rassemble cinq compagnies professionnelles. Bon, il est vrai qu’il faut s’armer d’un peu de courage et d’un ticket de tramway pour se rendre à l’Astrée (salle très agréable d’ailleurs). Mais les surprises y sont nombreuses (le festival s’est ouvert avec une première création de la Cie Teatro del Vento tout à fait convaincante), les tarifs sont raisonnables et tout est gratuit pour les étudiants et lycéens ! Parmi la programmation à venir, nous vous conseillons la création de l’ancienne danseuse de Pina Bausch, Nin

Continuer à lire