Makers : faire et défaire

Article Partenaire | Déjouer le réel, s’inventer des possibles, si possible avec légèreté et rire, c’est tout le programme de Makers à voir aux SUBS du 18 au 20 janvier. Le metteur en scène et comédien espagnol Oscar Gómez Mata est en duo avec son compatriote Juan Loriente. Avant de rejoindre la scène, il nous présente cette récente création.

Lundi 10 janvier 2022

Photo : Makers ©Aymeric Demay


Vous avez travaillé d'après les œuvres des écrivains Robert Louis Stevenson (La Maison d'Antan, 2004) et Alfred Jarry (¡Ubu!, 2000) ainsi que du cinéaste Lars von Trier (Le Royaume, 2019, Le Direktør, 2017), comment Jorge-Luis Borgès intervient-il dans Makers sans pour autant que ses écrits ne soient cités ?

Oscar Gómez Mata : Dans Makers, Borgès est comme une ombre qui plane mais on ne travaille pas directement avec les textes. Un des premiers motifs de ce travail est en fait un livre de l'écrivain et du physicien espagnol Agustín Fernández Mallo qui a écrit un remake de El Hacedor de Borgès.

Est-ce que la véritable origine du spectacle Makers (aux SUBS du 18 au 20 janvier) est une commande du Azkuna Zentroa, centre culturel à Bilbao, et l'envie de travailler avec l'acteur Juan Loriente ?

Jusqu'en juin prochain, je suis associé à cette structure de Bilbao, un centre d'art, de société et culture contemporaine. Je voulais y faire une pièce de théâtre car j'avais déjà fait un programme "performatique " dans cette maison. Avec Juan Loriente, on s'est croisé énormément de fois dans des festivals, nous sommes amis mais on n'avait jamais travaillé ensemble. On n'habite pas très loin, un jour on a mangé ensemble et on a voulu faire quelque chose en duo, c'est aussi simple que ça.

Makers ©Aymeric Demay

Comment définiriez-vous ce projet ? Il est question d'aller au-delà même de la raison via un « maker », un poète …

Je ne sais pas s'il s'agit d'aller au-delà de la raison mais plutôt d'une logique de ce qu'on perçoit de la réalité. « Makers », en anglais ancien, ce n'est pas seulement les gens qui faisaient, des faiseurs – Juan Loriente et moi sommes deux faiseurs de scène qui passons par l'action scénique ; c'est aussi une allusion à cette définition de l'anglais ancien où on disait « makers » pour dire « poètes », ceux qui font de la poésie. Cette définition nous correspond très bien car on a une affection pour la poésie sur scène. On dit qu'on est des poètes de scène car on est tout le temps dans une création de métaphore par rapport à la réalité, c'est-à-dire qu'on part de la réalité, on crée des métaphores, on essaye de voir autre chose, on tente d'amener une autre logique de perception de ce qui nous entoure. On se dit qu'on est un peu des détectives du réel (rires) car, dans la pièce, on essaye de découvrir le sensible caché sous le sensible, les choses qui sont là mais qu'on ne voit pas, qu'on ne perçoit pas.

Les éléments du réel dont il est question sur scène sont très différents : le tableau d'un peintre, l'accélérateur du CERN (organisation européenne pour la recherche nucléaire) en Suisse… Comment faire tenir tout cela dans un même spectacle ?

Ce sont des scènes différentes, des styles de théâtre très différents. Je crois que Makers est une multiplicité de théâtres et de relations, même entre le public et la pièce. Ça tient par nous deux. Au fond, c'est une pièce sur l'amitié, sur la confiance. C'est la trame interne, invisible. Effectivement, on peut parler du CERN, d'un tableau de la Renaissance, de la relation entre rêve et réalité, du temps, de notre relation au temps dans les arts vivants. On parle, évidemment de la pensée, de comment on pense, comment elle est liée à l'action. C'est une pièce sur l'amour et, pour nous deux, c'est fondamental. Et puis c'est aussi un travail sur nos capacités selon cette maxime : avec ce qu'il y a à disposition, on trouve une solution. Il y a l'idée d'adaptation, être perméable à ce qu'il y a autour de nous pour donner une solution, une réponse. C'est la base des arts vivants. Ça devrait être toujours comme ça ! Mais ce n'est pas tout le temps comme ça quand on se met face à un public.

Ce spectacle convoque donc la manière de penser mais aussi par exemple la physique quantique… ça pourrait être très cérébral or ce n'est pas votre volonté. Vous arrivez sur le plateau en tenue lycra du Vélo club de Genève ! C'est très proche du clown dans le fond.

Oui c'est une pièce comique. Je m'étais donné cette tâche. Certains nous disent que nous sommes deux clowns métaphysiques. Par les structures comiques mises en œuvre, par rapport au fait que par le rire on a accès à une autre perception des choses, ça ouvre des canaux physiques pour réfléchir autrement. Depuis toujours, dans mon travail, le rire est une voie d'accès à la connaissance.

Pourtant il est aussi question de dire des choses très sérieuses comme le fait que « la prochaine guerre opposera les riches et les pauvres » annoncez-vous dans vos intentions de travail. On ne dit pas ça à la légère, ça un vrai sens et une vraie réalité.

Oui ça c'est vraiment le début du travail. Ça a existé dans le début de la réflexion mais cette phrase-là n'y est plus.

Makers ©Aymeric Demay

Pour autant, y'a-t-il un propos très conscientisé sur le monde qui ne va pas très bien et sur, par exemple, ce fossé entre riches et pauvres qui se creuse ?

Le propos conscientisé est la base de la relation entre la pièce et le public et cette relation est politique dans le sens où il y a vraiment une volonté de reconnaitre l'autre comme un partenaire, comme quelqu'un avec lequel on dialogue. Ça c'est forcément politique car je crois qu'on vit dans une société qui ne nous reconnait pas trop, où on ne traite pas les individus comme personne qui ressente, qui font des choix. Il y a un énorme besoin contemporain de reconnaissance je crois. C'est comme ça que nous travaillons : pour que les autres se rendent compte qu'ils ont une voix, qu'ils peuvent faire des choix, qu'on les entend. Ça ne veut pas dire forcément qu'on est d'accord mais qu'on traite l'autre de manière digne. Par exemple, hier je voulais rentrer à Genève, j'étais en gare de Lyon, à la Part-Dieu, et tous les trains étaient annulés. La SNCF était incapable de donner réponse aux gens. Ce n'est pas la faute des pauvres employés qui essayent de répondre aux gens, ils sont briefés pour ça. C'est une réflexion sur ceux qui décident en entreprises pour les autres et qui se foutent du monde. Cet exemple se retrouve partout. Il n'y a plus de reconnaissance des gens. Or chacun peut être créateur de sa propre vie sans forcément être artiste professionnel. Les gens ont besoin de ça, ils sont surpris souvent. Ça existe toujours dans ce que je fais. C'est un théâtre politique qui n'essaye pas de donner de morale pour que les gens réfléchissent à ce qu'ils ont envie de faire.

Une autre notion est au cœur de Makers : la lumière. Comment prend-elle place ?

Mettre en lumière c'est mettre d'autres strates de la réalité en lumière. Ça correspond à cette idée dont je parlais précédemment : détecter ce qui est sensible, caché sous le sensible. La lumière est aussi une relation avec le temps. Le fait d'être dans la lumière c'est être non pas dans un temps chronologique mais dans un temps absolu, où on a une autre perception. On pourrait penser que le temps des rêves, le temps onirique est un temps absolu où on peut voyager dans le passé, le présent, l'avenir, où on peut sublimer et s'écarter de cette fatalité du temps qui passe et qu'on ne peut pas arrêter ; vivre de manière autre par moments. C'est métaphorique. La lumière pour nous êtres humains a à voir avec ce dont on est constitué. Un photon est une onde et un corpuscule en même temps. Nous sommes composés de matière de lumière. Un grand scientifique français contemporain comme Michel Cassé, chercheur en théorie des cordes, met toujours en regard la dimension poétique et la science.

Dans le travail global de la compagnie que vous avez fondé en 1997, L'Alakran, la capacité d'innocence ou d'étonnement semble être au cœur de votre processus…

Pas vraiment. Je travaille plutôt sur l'idée qu'un adulte qui joue comme un enfant – c'est-à-dire, qui déborde du cadre du temps – est un espoir pour notre société comme de voir quelqu'un de 50 ans jouer de façon pure et spontanée – c'est le cas de Juan Loriente. Je travaille avec mes interprètes pour trouver cette image de l'adulte qui joue. Mais ce n'est pas faire l'enfant, ce n'est pas seulement un travail sur la naïveté et l'émerveillement. Ça peut provoquer des choses comme ça a été le cas dans ma carrière mais il y a cette image de l'espoir et de liberté de voir quelqu'un d'âgé capable, dans son comportement, de rester lié à une sorte de présent, une sorte d'idée du jeu de l'enfant comme un débordement.

Makers, aux SUBS, du mardi 18 au jeudi 20 janvier à 20h ; 16€ / 13€ / 5€

https://www.les-subs.com/evenement/oscar-gomez-mata-juan-loriente-makers/

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les ombres et les lumières de Vania Vaneau

SCENES | La danseuse et chorégraphe Vania Vaneau présente du 30 novembre au 4 décembre sa création Nebula, solo pour aller au plus près de la nature. Elle nous explique comment elle extrait, avec son corps, un peu d’espoir dans ce monde atomisé.

Article Partenaire | Lundi 15 novembre 2021

Les ombres et les lumières de Vania Vaneau

Nebula de Vania Vaneau, 2021, Passages Transfestival, Metz © Raoul Gilibert-3147 Vous avez travaillé en trio pour Ora (Orée) (2019), en duo pour Ornement (2016), vous allez livrer un solo. Est-ce que cela a été décisif au moment de penser Nebula ? Comment c’est arrivé ? L’expérience du trio est un partage duquel je sortais pour regarder et maitriser la forme de l’extérieur. Et pour Nebula, j’ai eu envie de revenir à un solo car c’est plus personnel. J’avais besoin de travailler dans un élan plus intuitif, une impulsion un peu plus consciente. C’est plus simple d’être seule pour cela. C’est parce que vous avez l’intuition de travailler en solo que vous êtres allée vers ce sujet de la nature que vous dites « déjà détruite » ou c’est ce sujet qui vous conduit à la forme du solo ? C’était les deux en même temps. Il y a un état d’urgence de quelque chose qui est fini, détruit et le devoir de répondre à ce sentiment apocalyptique avec un élan, une action, le jeu. Le solo est le plus approprié pour cela mais je travaille étroitement avec les compositeu

Continuer à lire

Les Subs inaugurent leur nouvelle terrasse

Apéro | C'était un serpent de mer : comment, pour les Subs, récupérer l'exploitation du bar / restaurant situé en son site, jusqu'ici totalement déconnecté du lieu, (...)

Sébastien Broquet | Lundi 17 mai 2021

Les Subs inaugurent leur nouvelle terrasse

C'était un serpent de mer : comment, pour les Subs, récupérer l'exploitation du bar / restaurant situé en son site, jusqu'ici totalement déconnecté du lieu, de sa prog', de son esprit. Nathalie Perrin-Gilbert, l'élue à la Culture, a réussi a déloger les anciens gérants pour en rendre l'exploitation à Stéphane Malfettes, le directeur, qui en attendant de booster l'espace inaugure ce mercredi une toute nouvelle terrasse, immense, de 1000m2 face à la Saône, baptisée Subs-Culture où bientôt une vraie programmation prendra place. Du mercredi au vendredi, de 17h (15h le samedi) à 20h30, jusqu'à octobre. Ce mercredi 19, la première se fera en compagnie du Petit Bulletin, pour fêter notre retour, avec DJ sets de Senõr Tornado et Seb the Player.

Continuer à lire

Julie Gayet présente "FilmmakErs"

Avant-Première | Comédienne, productrice, distributrice, Julie Gayet est aussi réalisatrice d’une série de trois documentaires s’intéressant à la place ténue dont les femmes (...)

Vincent Raymond | Mardi 11 février 2020

Julie Gayet présente

Comédienne, productrice, distributrice, Julie Gayet est aussi réalisatrice d’une série de trois documentaires s’intéressant à la place ténue dont les femmes cinéastes disposent dans ce métier décidément toujours très masculin — pourtant, 50/50 en 2020, toussa… En compagnie de Mathieu Busson, co-auteur de ce film (vive la parité !), celle qui fut interprète d’Agnès Varda comme de Dominique Faruggia, présentera donc l’ultime volet de FilmmakErs et sacrifiera à la tradition du débat. FilmmakErs Au Comœdia ​le lundi 17 février à 20h

Continuer à lire

Stéphane Malfettes : « le lieu bénéficie d'une aura très forte »

Les Subsistances | Officiellement en poste depuis mai, Stéphane Malfettes, qui a succédé à Cathy Bouvard et Guy Walter à la tête des Subsistances, participe au renouvellement massif et inédit des nouvelles directions de lieux culturels à Lyon. Il nous détaille son projet : international et transversal.

Nadja Pobel | Mardi 10 septembre 2019

Stéphane Malfettes : « le lieu bénéficie d'une aura très forte »

Guy Walter s'est occupé d'une grande partie de la programmation des Subsistances, jusqu'au Moi de la Danse fin janvier. Quel est votre apport dans les prochains mois ? Stéphane Malfettes : Il me tenait à cœur d’ouvrir la saison avec l’une des propositions fortes de mon projet : une collaboration avec cette structure géniale qu'est L'Atelier des Artistes en Exil, à Paris. Depuis deux ans, elle accompagne l'arrivée d'artistes qui ont fui leur pays plus par absolue nécessité que par agrément. Aux Subs, nous proposerons des rendez-vous chaque saison sous forme de soirées musique / performance / clubbing avec des artistes venus des quatre coins du monde que nous accueillerons en résidence. On commence avec le performeur congolais Yannos Majestikos et le musicien syrien Wael Alkak. Ça va donner le ton ! Dans un tout autre registre, nous accompagnons le prochain spectacle de Xavier Veilh

Continuer à lire

Ça vous plaît ? C'est eux qui l'ont fait !

Ateliers | À chaque vacances scolaires, la problématique reste la même : comment occuper les enfants ? Surtout à l'occasion de vacances qui n'en sont pas vraiment. Suivez le guide.

Antoine Allègre | Mardi 19 décembre 2017

Ça vous plaît ? C'est eux qui l'ont fait !

La facilité "parents indignes" de les laisser scotcher devant la tablette n'étant pas (totalement) recevable, la meilleure solution est de leur ouvrir les portes vers le monde merveilleux des arts plastiques, des pratiques circassiennes ou d'un musée hautement fréquentable pour des ateliers. Pour ce qui est de la patouille tip top, la Galerie Vaubecour se trouve être l'écrin idéal pour sensibiliser l'enfant à la matière – et cela dès cinq ans. Déjà parce que l'endroit est magnifique et que la programmation jeune public est impeccable. Jugez plutôt : le 26 décembre, ils pourront sculpter et peindre la comète de Noël ; le lendemain, à partir de matériaux recyclés, ils imagineront un périple spatial. Le 28, ils empoigneront ciseaux, colle et tubes de peinture pour fabriquer leur propre planète terre (pour ensuite complèter le système solaire au grand complet le mardi 2 janvier). Le 3 janvier, ils se pencheront sur l'expédition Apollo 13 en direction de la Lune, grâce à des photomontages réalisés par leurs petites fourches caudines (et fabriqueront l'astre et ses prochaines voisines étoilées le 5 janvier). Le jeudi 4 janvier, ils in

Continuer à lire

Lancement de la saison des Subs ce samedi

MUSIQUES | À l'issue de la représentation de Biopigs (voir notre critique) ce samedi 18 septembre, les Subsistances lanceront officiellement leur saison (...)

Nadja Pobel | Vendredi 18 septembre 2015

Lancement de la saison des Subs ce samedi

À l'issue de la représentation de Biopigs (voir notre critique) ce samedi 18 septembre, les Subsistances lanceront officiellement leur saison 2015/2016. À 21h30, la direction du lieu présentera la programmation à venir, puis James Stewart animera la soirée aux platines. Évenement gratuit avec food truck et une buvette.

Continuer à lire

"Biopigs", du théâtre qui prêche aux convertis

SCENES | Passer les codes du théâtre à la moulinette ? Sophie Perez, Xavier Boussiron et leur compagnie du Zerep s’en sont fait une spécialité qui ne (...)

Nadja Pobel | Mardi 15 septembre 2015

Passer les codes du théâtre à la moulinette ? Sophie Perez, Xavier Boussiron et leur compagnie du Zerep s’en sont fait une spécialité qui ne manque ni de panache ni de pertinence. Les applaudissements n’interviennent d'ordinaire qu’en fin de pièce ? Qu’à cela ne tienne : en voilà qui scandent le début de Biopigs de façon mécanique – et ce pourrait être drôle si ce n'était pas qu'un exercice. Plus tard, après que les comédiens, survitaminés, ont moqué des artistes comme Peggy Guggenheim ou Sammy Davis Jr., des scènes plus ou moins cultes du théâtre sont détournées sous le regard laconique d'une grosse tête gluante aux yeux globuleux (pour en montrer la vacuité ? La force ? La question reste ouverte). C’est ainsi que l’on retrouve avec plaisir les notes de Massive Attack sur lesquelles ont dansé Pascal Gréggory et Patrice Chéreau dans Dans la solitude des champs de coton ou des ersatz de Stanislas Nordey et Audrey Bonnet rejouer, sans les cris et la douleur, Clôture de l’amour de Pascal Rambert. Mais à qui s’adresse ce spectacle ? De toute évidence, à ceux qui fréqu

Continuer à lire

Rocky Votolato, poids plume du folk

MUSIQUES | De tous les punks qui ont un jour fait vœu de chasteté électrique (Chuck Ragan de Hot Water Music, Ben Nichols de Lucero ou encore Austin Lucas, passé par (...)

Benjamin Mialot | Mardi 9 juin 2015

Rocky Votolato, poids plume du folk

De tous les punks qui ont un jour fait vœu de chasteté électrique (Chuck Ragan de Hot Water Music, Ben Nichols de Lucero ou encore Austin Lucas, passé par le Kraspek début février) et avec lesquels il pousse régulièrement la chansonnette, Rocky Votolato est peut-être le plus atypique. Déjà parce qu'il fut parmi les premiers à croquer l'american way of life par la racine – sa carrière solo a débuté en 1999, juste au moment où son groupe, Waxwing, commençait à se faire un nom sur la Côte ouest. Ensuite et surtout parce que, en dépit de son nom de recouvreur de dettes rêvant de gloire sur les rings, là où ses pairs disent la quiétude terrienne et la houle sentimentale d'une voix travaillée à la liqueur de maïs, lui le fait presque en sourdine, comme si la moindre respiration un peu appuyée constituait une menace d'érosion. Son album le plus fameux, Makers (le troisième, sur un total de huit), est à ce titre un petit bijou d'americana poids plume, avec picking du bout des doigts et tout le tremblement – notes de lap steel qui ondulent comme des mirages, bouffées d'harmonica qui expulsent des particules de rouille et même un cyg

Continuer à lire

Au bonheur des arts

SCENES | Dix ans que les Subsistances font contrepoids aux institutions culturelles lyonnaises. Durant un week-end sur la thématique du bonheur, ce laboratoire artistique se demande si «Ca va ?». Réponse par l’affirmative de sa co-directrice, Cathy Bouvard, qui n’a pas vu le temps passer. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 25 mars 2014

Au bonheur des arts

«Comment ça va sur la terre ? / - ça va, ça va, ça va bien. / Les petits chiens sont-ils prospères ? / - Mon Dieu oui, merci bien». Et si cette strophe de Jean Tardieu que les écoliers connaissent par cœur était un raccourci de ces dix années de Subsistances ? Car ce lieu atypique se porte bien. Les chiffres en attestent : 70 compagnies accueillies - dont 20 internationales -, environ 35 créations et 35 000 spectateurs par an. Cathy Bouvard, co-directrice du lieu avec Guy Walter (par ailleurs directeur de la Villa-Gillet), se dit elle-même heureuse du chemin parcouru (à toute allure), et d’y avoir fait découvrir – entre autres ! - ces Chiens auxquels elle n’accole même plus le nom "de Navarre" tant elle a connu tôt cette troupe, la programmant à plusieurs reprises bien avant que des lieux beaucoup plus institutionnalisés ne les réclament - comme le très médiatique Rond-Point parisien,  où ils ont fait l'événement en février. Les Chiens de Navarre donc, mais aussi le metteur en scène David Bobee, le comédien Gilles Pastor, les performeurs Steven Cohen et Phia Ménard… Une histoire de compagnonnage qui n’a jamais été pré-établie et s’est installée au fil du temps.

Continuer à lire