J. Edgar

Clint Eastwood revient à son meilleur avec cette bio de J. Edgar Hoover, dont la complexité et la subtilité sont à la hauteur de cette figure controversée de l’histoire américaine. Christophe Chabert

Qui était J. Edgar Hoover, puissant patron du FBI pendant plus de quarante ans ? Un réactionnaire obsédé par un potentiel complot bolchevique ? Un homosexuel honteux incapable de s’affranchir d’une mère castratrice ? Un junkie cherchant à repousser le moment tragique où il n’aura plus la puissance physique de résister à ceux qui réclament son départ ? Un mythomane qui ne cesse de réécrire son histoire, s’inventant un destin héroïque et romanesque ? Il était tout cela, mais ce tout est aussi un grand vide, et l’énigme Hoover demeure entière. Clint Eastwood, fidèle à sa dialectique qui lui permet de critiquer les mythes fondateurs de l’Amérique sans pour autant en dénoncer les valeurs, fait du portrait de Hoover un labyrinthe temporel où chaque séquence viendrait brouiller la précédente, où le personnage ne serait jamais saisi dans une alternance de blanc et de noir, mais dans de constantes zones de gris. De fait, si le cinéaste déconstruit Hoover, il refuse toute explication psychologique. Et pour cause : le film ne cesse de dire qu’Hoover n’existe pas, qu’il est une invention, un être dont la vie n’a été qu’une affaire d’adaptation, d’opportunisme et de survie.

La grande illusion

Comment filmer la vérité d’un homme qui croit tellement dans ses mensonges qu’il les érige en dogmes pour toute une nation ? Proche en cela de Mémoires de nos pères, J. Edgar dévoile que l’histoire de Hoover repose sur un processus organisé de falsification. Le fil rouge montre le personnage à son crépuscule dictant ses mémoires, établissant dès le départ la frontière qui sépare un héros d’un méchant. Manichéisme qui ne tient pas : même l’épisode inaugural de ses exploits est soumis à controverse. Plus tard, interrogé par un sénateur qui lui reproche de s’être attribué un certain nombre de faits d’armes sur le terrain, il baisse la garde et avoue sa tromperie ; dès les scènes suivantes, le voilà qui s’emploie à devenir le cowboy qu’il n’a jamais été. Eastwood appuie l’idée en montrant Hoover spectateur des films relatant ses exploits fictifs. Plus subtil encore, en laissant Di Caprio (époustouflant, au passage) être à la fois trop vieux et trop jeune pour le rôle selon les époques, il montre un Hoover en représentation permanente, acteur et auteur de sa légende passant du coup à côté de sa vie. Sa vérité est du côté de la chair : celle de deux amants qui n’arrivent à s’étreindre qu’en se battant ou celle d’un vieillard nu, blafard, recroquevillé comme un enfant. Images bouleversantes qui ne mentent pas sur l’ambition intacte de Eastwood.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Mardi 23 février 2016 Et si Leonardo DiCaprio remportait enfin l'Oscar du meilleur acteur pour sa performance dans "The Revenant" d'Alejandro González Iñárritu ? Histoire de conjurer la malédiction...
Mardi 17 février 2015 En retraçant l’histoire de Chris Kyle, le sniper le plus redoutable de toute l’histoire américaine, Clint Eastwood signe un film de guerre implacable où la mise en scène, aussi spectaculaire qu’aride, crée la dialectique si chère au cinéaste pour...
Vendredi 27 décembre 2013 La vie de Jordan Belfort, courtier en bourse obsédé par les putes, la coke et surtout l’argent, permet à Martin Scorsese de plonger le spectateur trois heures durant en apnée dans l’enfer du capitalisme, pour une fresque verhovenienne hallucinée et...
Mercredi 15 mai 2013 Cinéaste de l’imagerie pop, Baz Luhrmann surprend agréablement en trouvant la puissance romanesque nécessaire pour transposer le Gatsby de Fitzgerald. Et trouve en Di Caprio un acteur à la hauteur du personnage. Christophe Chabert
Mardi 8 janvier 2013 Chevauchée sanglante d’un esclave noir décidé à retrouver sa fiancée en se vengeant de blancs cupides et racistes, "Django Unchained" n’est pas qu’une occasion pour Quentin Tarantino de rendre hommage aux westerns ; c’est aussi un réquisitoire...
Mercredi 16 février 2011 Genre / Donné pour mort après le passage de Sergio Leone et de Sam Peckinpah, le western reste un genre populaire, un film venant à intervalles réguliers le (...)
Jeudi 13 janvier 2011 Du drame surnaturel en forme de destins croisés que le sujet autorisait, Clint Eastwood ne conserve que les drames individuels de ses personnages, dans un film d’une grande tristesse et d’une belle dignité. Christophe Chabert
Samedi 10 juillet 2010 L’ambitieux projet de blockbuster onirico-philosophique de Christopher Nolan débouche sur un film prototype, qui passe du temps à expliquer son mode d’emploi avant de se lancer dans une pratique ébouriffante du cinéma comme montagne russe...
Jeudi 18 février 2010 Martin Scorsese adapte le thriller de Dennis Lehane, retrouve Leonardo Di Caprio et confirme son nouveau statut, unique à Hollywood, de cinéaste de studio personnel et audacieux. Christophe Chabert
Lundi 11 janvier 2010 De Clint Eastwood (ÉU, 2h13) avec Morgan Freeman, Matt Damon…
Jeudi 19 février 2009 Cinéma / Avec Gran Torino, Clint Eastwood, devant et derrière la caméra, réalise un de ses meilleurs films, drôle et provocateur, émouvant et mélancolique. Christophe Chabert
Jeudi 19 février 2009 Rétro / Avec L’Inspecteur Harry, Don Siegel et Clint Eastwood posaient les codes du film d’auto-défense (ou vigilante-flicks en parler cinéphage) telles que (...)
Jeudi 19 février 2009 Livre / Dans un recueil d’entretiens avec Michael Henry Wilson, Eastwood acceptait comme jamais d’évoquer son travail de cinéaste. CC
Lundi 19 janvier 2009 de Sam Mendes (ÉU, 2h05) avec Leonardo Di Caprio, Kate Winslet…
Mardi 11 novembre 2008 Le maître Eastwood aurait-il visé trop haut ? Complexe et bancal, L’Échange multiplie les lignes narratives et finit par brouiller son discours. Petite déception. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter