Ojo Loco : la folie des grandeurs (cinématographiques)

Zoom sur l'ambitieuse sixième édition du festival Ojo Loco, dédié au cinéma ibérique et latino-américain et piloté par l'association Fa Sol Latino.

Pas si fous que ça les Ojo Loco ! Pour composer leur programmation, les responsables du festival grenoblois de cinéma ibérique et latino-américain sont allés faire leur marché parmi les candidats aux Goya (les César espagnols), en y ressortant des films plébiscités comme Handía (sur l’histoire vraie d’un homme atteint de gigantisme au XIXe siècle, que le comédien Iñigo Aranburu viendra présenter en avant-première), El Autor, Une femme fantastique ou encore Été 93.

Mais ils ont bien sûr élargi le tir, puisqu'ils proposent, dans la section "compétition fictions", onze films non distribués en France en lice pour recevoir le prix du public. Trois d'entre eux seront accompagnés à Grenoble par leur réalisateur : El Autor (lauréat de deux Goya donc) de Manuel Martín Cuenca, Cabros de Mierdas du Chilien Gonzalo Justiniano et Últimos Días en la Habana (photo) du Cubain Fernando Pérez. Ce dernier présentera aussi, lors d’une soirée "cinéma de patrimoine", deux de ses réalisations marquantes : Suite Habana (2003, hommage à la capitale cubaine et ses habitants) et La vida es silbar (1998) : un petit événement.

60 films de 14 pays différents

À noter également qu'une soirée sera consacrée à l’œuvre de Víctor Erice, figure incontournable du cinéma espagnol contemporain, avec la projection d’El Espíritu de la Colmena (1973) et El Sur (1983). Et que le cinéma documentaire sera fortement à l'honneur cette année.

Au total, le festival propose 60 films de 14 pays hispanophones et lusophones, avec en prime 9 œuvres mexicaines dont 5 seront projetées lors de la nuit blanche consacrée au cinéma mexicain. Un bon écrin pour découvrir les premières créations de Guillermo del Toro et Robert Rodriguez, figures emblématiques du cinéma mexicain. À savoir Cronos (1993) et El Mariachi (1992). Même pas peur.

Festival Ojo Loco
Au Méliès, à la Cinémathèque et sur le campus jusqu'au dimanche 1er avril

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 29 mars 2022 Il s’agit désormais d’une tradition bien établie : chaque année, le festival Ojo Loco rend hommage au cinéma de genre le temps d’une nuit (agitée !) à (...)
Dimanche 16 mai 2021 Pour sa 9e édition, le festival grenoblois de cinéma ibérique et latino-américain organisé par l’association Fa Sol Latino se déroulera comme l’an passé majoritairement en ligne, autour d’une programmation un brin plus resserrée qu’en temps normal,...
Mardi 19 mars 2019 Le festival grenoblois centré sur le cinéma ibérique et latino-américain revient pour une septième édition prévue du mardi 26 mars au dimanche 7 avril. On déroule son programme.
Samedi 17 février 2018 Synthèse entre "La Belle et la Bête" et un mélo de Douglas Sirk, ce conte moderne marque le triomphe de Guillermo del Toro, Lion d’Or 2017 à la Mostra de Venise, qui signe son film le plus consensuel, sans renoncer à ses marottes arty-trashy....
Mardi 13 octobre 2015 Poème tragique beau comme une malédiction gothique, le nouveau Guillermo del Toro tient aussi bien du conte de Poe que du steampunk. De quoi donner des idées à Tim Burton, qui n’en a plus guère…
Mardi 10 mars 2015 Après trois ans d’existence, le festival Ojo Loco s’impose comme un des rendez-vous cinématographiques importants de la saison. Avec, au milieu d’une pléthore de films passionnants venus de Cuba, d’Argentine, du Brésil ou du Pérou, un cinéma...
Mardi 25 mars 2014 Le festival de cinéma latino Ojo Loco se poursuit cette semaine, et trouvera un de ses points d’orgue au cours d’une nuit à la Cinémathèque consacrée au génial (...)
Mardi 18 mars 2014 Toulouse, Villeurbanne, Annecy : les festivals de cinéma latino ne manquent pas au printemps. Ojo Loco est donc le benjamin grenoblois de cette liste (...)
Vendredi 12 juillet 2013 Des robots géants contre des monstres géants : avec ce blockbuster dantesque, à l’imaginaire proliférant et à la mise en scène démente, Guillermo Del Toro donne une ampleur spectaculaire à un univers personnel soufflant de beauté. Christophe...
Jeudi 24 novembre 2011 Dans la série, rarement grandiose, des productions animées Dreamworks, Le Chat potté est plutôt une bonne surprise. À condition toutefois d’oublier les faiblesses criantes des scénarios de ces produits «familiaux». Christophe Chabert
Mercredi 24 novembre 2010 De Robert Rodriguez et Ethan Maniquis (ÉU, 1h45) avec Danny Trejo, Robert De Niro…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter