Alain Damasio, volté en virevolte

Science-Fiction | Figure de proue de la science-fiction française contemporaine, Alain Damasio sera présent à la Virevolte pour présenter ses deux romans phares, La Zone du Dehors et La Horde du Contrevent. Une rencontre à ne rater sous aucun prétexte.

Gabriel Cnudde | Mardi 8 novembre 2016

Photo : @ Alain Barbier


Il est des hommes de conviction que rien ne peut détourner du chemin qu'ils se sont tracé. Des jusqu'au-boutistes passionnés et passionnants. Alain Damasio fait partie de ceux qui mènent un combat de tous les instants. Le sien, c'est de prouver que la science-fiction est un genre majeur de la littérature contemporaine. Mieux, c'est pour lui un genre éminemment politique, idéal pour remettre en question la société dans laquelle nous évoluons. Ici, pas de space opera, pas d'extra-terrestres mangeurs d'hommes ou de clichés ambulants mais simplement une réflexion intense où le futur est empreint de bribes de notre présent. Cette loupe spatio-temporelle, Alain Damasio s'en sert pour questionner notre rapport à la technologie et à nos systèmes politiques en suivant la ligne de ses inspirations : Nietzsche, Deleuze et Mallarmé.

Ce mercredi 9 novembre, Alain Damasio viendra présenter ses deux romans à la Virevolte : La Zone du Dehors (1999) et La Horde du Contrevent (2004). Une bibliographie maigre qui s'explique par l'immensité des univers construits dans ces deux romans. L'un se passe sur un satellite imaginaire de Saturne, l'autre dans un monde balayé par des vents violents et ininterrompus. L'un traite d'une « volution » contre un système « clastré » et sclérosé, l'autre d'une quête des origines aux proportions dantesques. Les deux, en revanche, sont le terrain de jeu d'une plume tellement travaillée et à l'aise avec la langue qu'elle fait jouer, que certains passages poussent à crier au génie. L'œuvre d'Alain Damasio est à l'image de ses personnages : « elle est faite de l'étoffe dont sont tissés les vents. »

Plus qu'un simple écrivain, le natif de Lyon est un conteur fou qui prendra plaisir à dévoiler ses secrets : son isolation quasi-complète du monde pour écrire son deuxième roman, son ambitieux projet de troisième roman multimédia sur lequel il travaille depuis des années maintenant, ses expériences convaincantes dans le monde du jeu vidéo. Alain Damasio est incontournable, un « volté » qui fonce vers ses mondes nouveaux. Rejoignez-vite sa horde. La 35, au bout !

Alain Damasio
À la librairie la Virevolte le mercredi 9 novembre à 19h


Alain Damasio

Pour ses livres "La horde du contrevent" et "La zone du dehors"
Librairie La Virevolte 4 rue Octavio Mey Lyon 5e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La cité obscure de Rone au Transbordeur

Synth-Pop | Nouvel album enchanteur pour Rone, qui explore une ville imaginaire au sein de Mirapolis, disque nourri de guests : à savourer live au Transbordeur ce mercredi.

Sébastien Broquet | Mardi 30 janvier 2018

La cité obscure de Rone au Transbordeur

Patiemment, Rone se façonne son univers. Pas juste un son, mais un écosystème où naviguent d'autres explorateurs interconnectés, se nourrissant les uns des autres pour former une biomasse dont Rone serait le ferment. Avant même de jeter une oreille, on a déjà compris : le visuel de la cover est signé Michel Gondry et c'est comme une évidence, ces deux personnages totalement lunaires ne pouvaient que se reconnaître mutuellement... C'est le clippeur de Björk et Kylie Minogue qui a fait le premier pas, contactant le musicien. Le titre, ensuite, qui découle de cette pochette ébouriffée du réalisateur de Eternal Sunshine of the Spotless Mind : Mirapolis. Cinécompatible et bédéphile, assurément, tel un Fritz Lang old skool, une plongée science-fictionnesque dans une ville de

Continuer à lire

Les Intergalactiques : tea time machine

Science-Fiction | Pile au moment où vu de France, l'élection d'un musulman fils de prolo à la mairie de Londres semble avoir dans les milieux autorisés des allures de (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 10 mai 2016

Les Intergalactiques : tea time machine

Pile au moment où vu de France, l'élection d'un musulman fils de prolo à la mairie de Londres semble avoir dans les milieux autorisés des allures de scénario de science-fiction, on ne peut que goûter l'ironie de cette édition 2016 des Intergalactiques sur laquelle flottera très largement l'Union Jack. Du 12 au 15 mai, le festival a effectivement décidé de se tourner largement vers la riche école SF britannique entre conférences ("L'humour dans la science-fiction britannique", une tautologie en soi), nuit des séries et projections de films très politiques. De fait, il sera beaucoup question ici de l'articulation entre utopie et réalité ("Cinéma et Littérature, quand l'utopie vire au cauchemar"). Et ce jusque dans l'appellation de la table ronde "Science fiction et politique à l'heure des Nuits debouts ?" Ce n'est pas d'hier que l'avenir des sociétés se lit et se décrypte a priori dans la science-fiction. En la matière, les britanniques ont rarement passé leur tour, de Wells à Ballard, d'Orwell à Clarke. Peut-être que là réside la magie, vue d'ici, de l'élection de Sadiq Khan, réalité anglaise, utopie française.

Continuer à lire

L'European Lab pense l'Europe de la culture

CONNAITRE | La culture est-elle facteur de démocratie ? L’édition 2016 de l’European Lab, qui se tiendra du 4 au 6 mai prochain à Lyon, se penche sur l'essor de la culture d'une nouvelle génération dans un contexte de crise démocratique et culturelle européenne.

Sébastien Broquet | Mardi 8 mars 2016

L'European Lab pense l'Europe de la culture

En six ans, l’European Lab Forum s’est imposé comme le rendez-vous incontournable de la culture et de ses acteurs (médias, diffuseurs, producteurs, acteurs économique et artistique) en région Rhône-Alpes-Auvergne, mais également au niveau national et international. Une initiative lancée par Arty Farty (Nuits Sonores) avec le soutien de l’Union Européenne, qui rassemble toutes les volontés et les publics, professionnels ou curieux pour trois jours de furieux brainstorming. Un évènement qui se décline désormais toute l’année, à Lyon, mais également à Paris et Tanger, sur différents formats (sessions ou forums ponctuels). Résolument proactive et politique, l’édition 2016 investira les territoires de la démocratie, de la mutation des industries créatives et de l’impact du numérique sur nos vies dans une période de crise (politique, technologique, éthique morale et économique) afin d’"Inventer une Europe culturelle qui nous soit utile et pertinente" dixit Vincent Carry, directeur d’Arty Farty. Au programme de cette année : plus d’une centaine d'intervenants parmi lesquels l’immense critique et essayiste britannique Simon Reynolds (Retromania,

Continuer à lire

Dans une galaxie proche, toute proche

CONNAITRE | La rencontre d'Alain Damasio et Bruce Sterling, l'un des pères fondateurs du cyberpunk, fut le moment fort du Lab de Nuits Sonores 2014. Cette fois, (...)

Benjamin Mialot | Mardi 14 octobre 2014

Dans une galaxie proche, toute proche

La rencontre d'Alain Damasio et Bruce Sterling, l'un des pères fondateurs du cyberpunk, fut le moment fort du Lab de Nuits Sonores 2014. Cette fois, c'est pour le festival des Intergalactiques que le maître lyonnais de la fresque polyphonique se prêtera à l'exercice de la rencontre au sommet, puisqu'il y discutera apocalypses écologiques et écosystèmes extra-terrestres avec le pionnier de la SF (et vert notoire) Jean-Pierre Andrevon. Il se prêtera aussi à celui de l'extinction de bougies, à l'occasion des dix ans des insoumises éditions La Volte, animées par les inventions langagières et théories révolutionnaires qui sous-tendent La Zone du dehors, le récit d'anticipation orwellien qui l'a fait connaître. D'autres figures locales du genre, furent-elles des romanciers (Jean-Marc Ligny), des nouvellistes (Sylvie Lainé) ou des essayistes (Raphaël Colson, auteur d'une belle somme sur Hayao Myiazaki, qui animera une projection de Nausicäa), ainsi que de nombreux éditeurs se presseront à cet événement qui s'attache avec succès à mettre en lumière la pertinence sociale et politique des littératures de l'imaginaire. Décollage le 23 oct

Continuer à lire

10 rencontres littéraires à ne pas manquer

CONNAITRE | Héros de la rentrée romanesque ou mythes vivants de l'écriture, fut-elle littéraire ou graphique, ces auteurs ont toute leur place dans une "bibliothèque idéale". Ils passeront par ici dans les semaines qui viennent.

Benjamin Mialot | Mardi 30 septembre 2014

10 rencontres littéraires à ne pas manquer

Emmanuel Carrère Avec Le Royaume, imposant volume de 600 pages où il mène une double enquête sur la «crise de foi» qui l’a transformé en croyant fervent pendant deux brèves années et sur les premiers chrétiens, l’auteur de L’Adversaire poursuit son impressionnante exploration des "autres vies que la sienne". Ici, le vertige saisit le lecteur devant l’imbrication virtuose entre les questions que l’homme et le romancier se posent et la tentative de ramener la mythologie chrétienne à son point le plus profane : une secte d’évangélistes traversée par des luttes intestines, des enjeux de pouvoir et le désir d’écrire à plusieurs mains le roman du Christ ressuscité. Christophe Chabert Le 9 octobre à PassagesLe 27 novembre à Lucioles à Vienne    

Continuer à lire

Des paroles et des acts

CONNAITRE | Au départ simple frat party réflexive pour professionnels de la profession, le European Lab est devenu au fil des ans un véritable festival dans le (...)

Benjamin Mialot | Mardi 27 mai 2014

Des paroles et des acts

Au départ simple frat party réflexive pour professionnels de la profession, le European Lab est devenu au fil des ans un véritable festival dans le festival, sorte d'écho numérique et citoyen au Mode d'emploi de la Villa Gillet visant à «donner la parole à une nouvelle génération d’acteurs européens pour réinventer les modèles culturels de demain». Ce vaste programme, Arty Farty le déclinera principalement à l'Hôtel de région en conférences à géométrie variable (et en apéros et soirées au Sucre, on ne se refait pas) dont les sujets, des mécanismes de starification au potentiel d'innovation des friches en passant par le rôle de la culture dans l'agencement de l'espace urbain, ne manquent sur le papier pas d'intérêt. L’aréopage de journalistes, élus, universitaires, entrepreneurs, artistes (le cinéaste-bidouilleur Michel Gondry, l'auteur de science-fiction Alain Damasio, dont le visionnaire et polyphonique La Zone du dehors mériterait un cycle d'exégèse à lui seul) et autres figures du milieu musical (Matt Black, moitié de Coldcut et co-fondateur du label Ninja Tunes, Dan

Continuer à lire

Andrevon : une odyssée de la SF

ECRANS | Romancier, peintre, critique mais surtout passionné de science-fiction et de fantastique, Jean-Pierre Andrevon sort une intimidante et définitive encyclopédie consacrée à «100 ans et plus de cinéma fantastique et de SF». Une somme qui lui a pris douze ans de sa vie, à moins qu’elle ne résume une vie entière de cinéphile. Propos recueillis par Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 18 février 2014

Andrevon : une odyssée de la SF

Comment es-tu tombé dans le fantastique et la SF ? Dans la littérature d’abord, puis dans le cinéma ensuite ? Jean-Pierre Andrevon : C’est presque concomitant. Je suis un enfant de la guerre et j’ai commencé à aller au cinéma très tôt, vers mes 6, 7 ans, quand beaucoup de films américains bloqués sous l’occupation ont commencé à sortir en vrac. Au départ, il n’y avait pas beaucoup de films de science-fiction, c’était surtout les Tarzan avec Johnny Weissmuller, les westerns de John Ford, les films de cape et d’épée avec Errol Flynn. Les tout premiers films de SF sont arrivés au début des années 50, c’était La Chose d’un autre monde, Destination lune, Le Choc des mondes… Mais j’avais lu auparavant des ouvrages de science-fiction ; le premier, c’était La Guerre des mondes de Wells, qui n’est pas particulièrement un livre pour enfants, mais que j’ai lu quand j’avais moins de dix ans. Surtout, je lisais un petit magazine de bande dessinée, le premier à ressortir en France après la guerre, qui s’appelait Coq hardi

Continuer à lire