Zodiac

Avec "Zodiac", qui retrace l'enquête pour démasquer, sans succès, un tueur en série mythique des années 70, David Fincher élargit l'horizon de son cinéma et signe un film dont la maîtrise souveraine cache des montagnes de doutes. Christophe Chabert

La reprise des logos vintage de la Warner et de la Paramount en ouverture de Zodiac, plus trompe-l'œil que clin d'œil, réjouira le cinéphile. Elle évoque certes l'époque où se situe l'action du film (de 1969 à 1980), mais souligne surtout l'horizon référentiel sur lequel David Fincher compte déployer sa mise en scène : le cinéma des 70's, cet âge d'or que les grands artistes hollywoodiens (de Spielberg à Scorsese et Soderbergh, et même Lucas !), épuisés par les normes en vigueur dans les blockbusters actuels, ne cessent de célébrer. Si David Fincher est celui qui touche au plus près la vérité de ce cinéma-là par son absence de compromis et son désir de faire du divertissement adulte et intelligent, il propose à travers Zodiac un film très contemporain, rempli d'audaces narratives, visuelles et théoriques que son apparent classicisme ne fait que dissimuler.

Preuves à l'appui

Zodiac, c'est le nom que s'est donné un criminel qui commet, pendant plusieurs années, une série de crimes qu'il prend soin ensuite de commanditer à travers des lettres et des appels, à la presse ou à la police. Il ne sera jamais officiellement démasqué, et seule l'enquête menée sur le tard par un ancien dessinateur du San Francisco chronicle permettra d'y voir enfin clair dans cette énigme. Zodiac, le film, suit le même mouvement : d'abord la reconstitution des crimes (un couple dans une voiture, un autre au bord d'un lac, un chauffeur de taxi), puis les diverses tentatives d'élucidation conduites respectivement par deux flics pugnaces (dont un très impressionnant Mark Ruffalo) et un reporter alcoolique et camé (un rôle à la démesure de Robert Downey Jr). Le scénario, brillant, signé James Vanderbilt, entrecroise avec une élégance rare les deux enquêtes, parfois complémentaires, parfois contradictoires, mais toujours rigoureusement conduites en slalomant à travers les embûches tendues par l'administration et par la hiérarchie. Si le Zodiac touche du doigt le crime parfait, ceux qui le poursuivent font eux aussi preuve d'un professionnalisme à toute épreuve, et Fincher relaie ce sérieux-là par une mise en scène dont la maîtrise et le brio sont sans équivalent aujourd'hui. Zodiac est, au diapason de ses personnages, un film de la preuve tangible, du détail concret, de la pensée en actes et de la parole d'experts, qui cite sans arrêt ses sources, et ce jusqu'aux enregistrements de la vraie voix du Zodiac lors de ses «communiqués» aux autorités. Une séquence géniale le souligne, lorsque tous les protagonistes sont soudain réunis par les lettres et rébus du tueur s'inscrivant en 3D à l'écran. L'obsession de percer le mystère les connecte par-delà leur profession et leur situation, et c'est bien le cinéaste qui, par sa seule mise en scène, établit le contact, à son tour obnubilé par la traque de ce meurtrier insaisissable.

Le film était presque parfait

Mais les crimes du Zodiac sont-ils si parfaits ? Pas vraiment, car il laisse derrière lui un faisceau d'indices, volontaires ou non, qui devraient permettre de l'identifier. Alors, qu'est-ce qui fait dérailler cette machine judiciaire et cinématographique a priori à toute épreuve ? Ce qu'il faut bien appeler le facteur humain... La drogue pour le journaliste Paul Avery, une trop grande confiance en soi pour le détective David Toschi, l'alcool pour un vieux graphologue... De fait, aux deux tiers du film, Fincher aussi doit l'admettre : son dispositif si bien huilé, si jouissif, conduit à un terrible écran noir, anéanti par la toute puissance d'un système pesant et rouillé. Non, ils ne sauront pas, et il y a de fortes chances que nous non plus... Un autre film peut alors commencer sur les images d'un building gigantesque qui se construit en accéléré à l'écran. Ce film, c'est Robert Graysmith qui le prend en charge, le dessinateur timide que ses collègues disent «attardé» (Jake Gyllenhaal, bien redescendu de Brokeback Mountain). Quand bascule-t-il vraiment dans l'obsession ? Lors d'un rendez-vous galant avec une jeune femme (Chloé Sevigny, à qui cette simple scène suffit pour prouver son talent), qu'il fait foirer en partie en pensant aux risques que prend dans le même temps son collègue sur la piste du tueur. Pour reconstituer le puzzle, il devra des années plus tard hypothéquer cette vie privée-là, tout comme Fincher devra baisser les armes de sa maîtrise et faire entrer dans le récit une marge d'incertitude, de chaos et de détresse. L'énergie du film, sa santé insolente (chaque ligne de dialogue est jubilatoire, chaque plan est admirable, chaque acteur donne le meilleur de lui-même) est donc elle aussi atteinte par une bile noire, poisseuse, angoissée, qui la menace jusqu'à la toute dernière image. C'est là où Zodiac est vraiment un grand film. Haletant, tendu, et pourtant souvent drôle, il n'hésite pas à se remettre en question pour toucher quelque chose de beaucoup plus fort et métaphysique, déjà au cœur d'autres œuvres du cinéaste : l'idée que la vérité n'est qu'une construction, et que derrière toute certitude, il y a un volcan de doutes qui risquent de la mettre en pièce. Seule compte alors la foi dans le cinéma. Mais pas celui qui tord la fiction pour rassurer le spectateur face à une réalité anxiogène - le film oppose ainsi ses impasses insolubles à la justice expéditive «idéale» de L'Inspecteur Harry ; plutôt ce petit sigle invisible caché au début de chaque bobine, qui devient à la fois la signature du tueur et celle, extrêmement subtile, d'un metteur en scène qui assume un héritage cinéphile pour mieux s'inscrire à la pointe du cinéma d'aujourd'hui.

Zodiac
de David Fincher (ÉU, 2h38) avec Jake Gyllenhaal, Mark Ruffalo, Elias Koteas, Chloe Sevigny...

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Mardi 18 février 2020 Quand des lanceurs d’alertes et la Loi peuvent faire plier une multinationale coupable d’avoir sciemment empoisonné le monde entier… Todd Haynes raconte une histoire vraie qui, étrangement, revêt une apparence patinée dans l’Amérique de Trump.
Mercredi 24 avril 2019 Les Avengers s’unissent pour défaire l’œuvre destructrice de Thanos. Après un "Infinity War" en mode “demande à la poussière“, ce "Endgame" boucle (quasiment) par un grand spectacle philosophique la troisième phase de l’Univers cinématographique...
Mardi 3 janvier 2017 Un quart de siècle déjà qu’il retourne les perspectives cinématographiques, prend du champ avec les codes et donne de la profondeur aux grands genres. David (...)
Mercredi 27 janvier 2016 De Tom McCarthy (ÉU, 2h08) avec Michael Keaton, Mark Ruffalo, Rachel McAdams…
Mardi 20 janvier 2015 Histoire vraie, acteurs visant la performance, mise en scène arty, sous-texte politique lourdement appuyé : Bennett Miller se montre incapable de légèreté pour traiter cette histoire de mentor toxique cherchant à transformer un lutteur en futur...
Lundi 13 octobre 2014 La saga Alien proposée pendant toute une nuit à la Halle Tony Garnier est non seulement l’occasion de revoir une des franchises les plus stimulantes du cinéma de SF américain, mais aussi la possibilité de constater les premiers pas de quatre...
Mardi 7 octobre 2014 Film à double sinon triple fond, "Gone Girl" déborde le thriller attendu pour se transformer en une charge satirique et très noire contre le mariage et permet à David Fincher de compléter une trilogie sur les rapports homme / femme après "The Social...
Mardi 2 septembre 2014 Moins flamboyante que l’an dernier, la rentrée cinéma 2014 demandera aux spectateurs de sortir des sentiers battus pour aller découvrir des films audacieux et une nouvelle génération de cinéastes prometteurs. Christophe Chabert
Mardi 15 juillet 2014 Tournée dans la foulée de "Prisoners" avec le même Jake Gyllenhaal, cette adaptation de José Saramago par Denis Villeneuve fascine et intrigue, même si sa mise en scène atmosphérique se confond avec une lenteur appuyée. Christophe Chabert
Jeudi 14 novembre 2013 "L'affaire du Dahlia Noir", c'est l'histoire d'un meurtre non élucidé, celui d'une jeune femme de vingt-deux ans à la chevelure florale, Elizabeth Ann (...)
Mercredi 2 octobre 2013 Deux enfants kidnappés, un père prêt à tout pour les retrouver, un suspect tout trouvé, un détective tatoué et solitaire : les ingrédients d’un film noir très noir sur la contagion du mal signé Denis Villeneuve qui, après "Incendies", réussit haut...
Mercredi 4 septembre 2013 On croyait Eric Powell du genre à ne fréquenter que des conventions de nerds casse-bonbons. On se trompait : le créateur du Goon, personnage parmi les plus cultes de la BD américaine contemporaine, est attendu cette semaine à la librairie Comics...
Lundi 5 ao?t 2013 Un piteux exercice de manipulation, hypocrite et rutilant, avec un casting de luxe que Louis Leterrier n’arrive jamais à filmer, trop occuper à faire bouger n’importe comment sa caméra. Nullissime. Christophe Chabert
Mardi 29 janvier 2013 Kenneth Lonergan Fox Pathé Europa
Jeudi 12 janvier 2012 Livre / Le titre du court essai (93 pages) de Guillaume Orignac en dit déjà long sur sa thèse : David Fincher ou l’heure numérique. Pas «à» l’heure numérique, (...)
Mercredi 11 janvier 2012 Avec cette version frénétique du best-seller de Stieg Larsson, David Fincher réussit un thriller parfait, trépidant et stylisé, et poursuit son exploration d’un monde en mutation, où la civilisation de l’image numérique se heurte à celle du...
Mercredi 13 avril 2011 De Duncan Jones (ÉU, 1h35) avec Jake Gyllenhaal, Michelle Monaghan…
Vendredi 8 octobre 2010 Analyse / Vilipendé à la sortie de Fight club, David Fincher est dix ans plus tard acclamé pour les mêmes raisons : sa capacité à créer des héros ambivalents synchrones avec l’ère numérique. Christophe Chabert
Mardi 20 avril 2010 Cinquième film de Noah Baumbach — mais deuxième à sortir en France, cette chronique d’une rencontre entre deux solitaires retrouve le ton adulte et doux-amer du grand cinéma d’auteur américain des années 70. Christophe Chabert
Mardi 16 février 2010 Cinéma / Avec "Shutter Island", Martin Scorsese adapte le thriller de Dennis Lehane, retrouve Leonardo Di Caprio et confirme son nouveau statut, unique à Hollywood, de cinéaste de studio personnel et audacieux. Christophe Chabert
Vendredi 29 janvier 2010 De Jim Sheridan (ÉU, 1h45) avec Tobey Maguire, Natalie Portman, Jake Gyllenhaal…
Mardi 27 janvier 2009 Portrait / David Fincher, réalisateur de Benjamin Button, adopte de plus en plus le «Eastwood style» face aux journalistes, résumable par : je fais ce que j’ai à faire. Christophe Chabert
Mardi 27 janvier 2009 Avec "L’Étrange histoire de Benjamin Button", David Fincher confirme le virage «classique» amorcé avec "Zodiac". Derrière le beau catalogue d’images numériques et les grands sentiments, le film surprend par son obsession à raconter le temps qui...
Mardi 30 septembre 2008 Une épidémie de cécité conduit à des mesures sanitaires radicales : une fable au futur récent signée Fernando Meirelles, soutenue par une mise en scène expérimentale et terrifiante. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !