"La Tortue rouge" : enfin, Michael Dudok de Wit passe au long-métrage

La Tortue rouge
De Michael Dudok de Wit (Fr-Bel, 1h20) Animation

Présenté en ouverture du Festival d’Annecy après un passage à Cannes dans la section Un certain regard, ce conte d’animation sans parole mérite de faire parler de lui : aussi limpide que la ligne claire de son trait, il célèbre la magie de la vie — cette histoire dont on connaît l’issue, mais dont les rebondissements ne cessent de nous surprendre.

Le Néerlandais Michael Dudok de Wit aura pris tout son temps avant de franchir le pas du long-métrage. Pourtant, il devait se douter que, loin de l’attendre au tournant, le public ayant découvert — et apprécié — ses films courts multi-primés Le Moine et le Poisson (1994) ou Père et Fille (2000) avait grand hâte de voir sa poésie muette empreinte de tendresse se déployer dans la durée.

à lire aussi : Ghibli fête sa révolution

Étonnamment, c’est du côté des studios nippons Ghibli que l’ancien résident de Folimage aura trouvé asile — il s’agit au passage d’une belle ouverture pour la maison fondée par Takahata et Miyazaki, qui n’avait jusqu’alors jamais accueilli d’auteur non-asiatique. Une collaboration somme toute logique : Dudok de Wit se trouve en parfaite communion philosophique et spirituelle avec ses aînés, chantres comme lui d’une relation pacifiée, d’une osmose retrouvée entre l’Homme et son environnement.

Ce film peut se lire comme une fable déterministe portant sur le sens de l’existence : la vie est donnée telle une île sur laquelle on accède par accident comme le héros, où l’on demeure pour accomplir une tâche inconnue, aiguillé par une entité magique (le doigt du Destin). Pas de catéchisme pour autant : il ne s’agit pas ici de s’agenouiller pour s’émerveiller ou se repentir, mais d’agir pour protéger, réparer et perpétuer la vie. Si mission il y a, elle est dirigée vers un accomplissement heureux, une élévation quiète plutôt que vers l’adoration stérile. La Tortue rouge est d’ailleurs aux antipode de l’idolâtrie : rien dans sa maîtrise ni sa beauté n’est ostentatoire ; son exquise forme reste discrète pour ne pas parasiter la délicatesse de son récit.

à lire aussi : Mon Voisin Totoro

Cinquante nuances d'eaux

Ouvrant le film dans des vagues monumentales qu’Hokusai aurait sans doute rêvé peindre, l’eau est à ce point omniprésente dans La Tortue rouge et sous toutes ses déclinaisons — salée, douce, translucide, boueuse, en pluie, en trombe ; pareille à une menace ou, au contraire, comme un océan de potentiels — qu’elle en gagne le statut de personnage secondaire.

Barrière mouvante retenant prisonnier le héros sur son île, source de son naufrage puis de la survie de ce Sisyphe des mers, l’élément liquide n’est pas spécialement esthétisé ni donné à voir comme possédé par quelque esprit anthropomorphe qui soit. Mais de cette eau inanimée se dégage une stupéfiante illusion de vie. Et un message cristallin à la portée de tous.

La Tortue rouge de Michael Dudok de Wit (Fr/Bel, 1h20), animation

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 30 avril 2021 Puisque les cinémas vont rouvrir le 19 mai et que vous allez enfin pouvoir revoir des films sur grand écran, célébrez proprement votre rupture avec vos plateformes de VOD. Et justement, avec trois œuvres l’un des maîtres de la question, Ingmar...
Mardi 8 octobre 2019 C’est une discrétion un peu affligeante qui accompagne la Fête du Cinéma d’Animation. Il faut dire qu’elle manque un poil de lisibilité : elle se déroule durant (...)
Samedi 17 ao?t 2019 Leur ville inexplicablement envahie par des pingouins, un groupe d’enfants profite des vacances pour enquêter. Un songe astrophysique drapé de poésie mythologique, empli de fantaisie. Et de palmipèdes.
Mercredi 1 ao?t 2018 Le cinéma taïwanais en prises de vues réelles connaissait un maître en la personne Ang Lee ; se pourrait-il qu’il se soit trouvé avec Sung Hsin-Yin son équivalent dans le domaine de l’animation ?
Mardi 3 juillet 2018 De retour à l’animation après sa parenthèse en prise de vues réelles, Brad Bird donne une suite superlative à ses Indestructibles, où le divertissement n’exclut pas le politique. La marque de Pixar.  
Mardi 10 janvier 2017 En 2016, 700 films ont déferlé sur les écrans — ne vous fatiguez pas à poser la division, cela fait un peu plus de treize nouveautés par semaine. Si tous (...)
Mardi 20 décembre 2016 Une semaine ordinaire dans la vie de Paterson, chauffeur de bus à Paterson, New Jersey et poète à ses heures. Après la voie du samouraï, Jarmusch nous indique celle d’un contemplatif alter ego, transcendant le quotidien sur son carnet. Une échappée...
Mardi 15 novembre 2016 Portrait d’une banlieue par des jeunes qui la vivent au présent et ont foi en l’avenir, dans un documentaire de création bariolé, sans complaisance mortifère ni idéalisation naïve. Stimulant.
Mardi 8 novembre 2016 Un homme recherche l’agresseur de son épouse en s’affranchissant des circuits légaux. Mais que tient-il réellement à satisfaire par cette quête : la justice ou bien son ego ? Asghar Farhadi compose un nouveau drame moral implacable, doublement primé...
Mardi 18 octobre 2016 Avec ce portrait d’une marmaille cabossée par la vie retrouvant foi en elle-même et en son avenir, Claude Barras se risque sur des sentiers très escarpés qu’il parcourt avec une délicatesse infinie. Un premier long-métrage d’animation en stop motion...
Mardi 18 octobre 2016 Eh oui, les vacances scolaires sont déjà là… Cette année, elles ont la cocasserie de débuter un mercredi — ce qui époulaille tout le monde, sauf les salles (...)
Mardi 30 ao?t 2016 Oubliez son discours survolté lors de la remise de sa Caméra d’Or à Cannes et considérez le film de Houda Benyamina pour ce qu’il est : le portrait vif d’une ambitieuse, la chronique cinglante d’une cité ordinaire en déshérence, le révélateur de...
Mercredi 6 juillet 2016 Des retrouvailles affectives en (fausses) dents de scie entre un père et sa fille, la réalisatrice allemande Maren Ade tire une grande fresque pudique mêlant truculence, tendresse et transgression sur fond de capitalisme sournois. Deux beaux...
Mardi 7 juin 2016 Si vous avez suivi d’un œil distrait la compétition cannoise au motif qu’elle concernait des œuvres encore éloignées des écrans, préparez-vous à l’écarquiller : une (...)
Mardi 17 mai 2016 Si Roméo était fils d’un ogre pêcheur et Juliette travestie, fille d’un industriel de Tourcoing, peut-être que leur histoire ressemblerait à cette proto-comédie de Bruno Dumont. Un régal pour l’œil, mais pas une machine à gags. En compétition...
Jeudi 12 mai 2016 Le 47e opus de Woody Allen-réalisateur semble avoir été taillé sur mesure pour effectuer l’ouverture de la 69e édition du festival de Cannes : glamour, artifices et nostalgie des vieilles bobines s’y bousculent. On passe un charmant moment, sans...
Mardi 19 avril 2016 de Vincent Kesteloot & Ben Stassen (Bel, 1h30) avec les voix de Matthias Schweighöfer, Kaya Yanar, Dieter Hallervorden…
Mardi 9 février 2016 Vous appréciez le cinéma d’animation, mais refusez par principe de vous infliger en famille les dernières émanations des gros studios ? Saisissez-vous du (...)
Mercredi 10 février 2016 De Janis Cimermanis (Let, 0h45) animation
Mardi 2 février 2016 De Anthony Roux & Jean-Jacques Denis (Fr, 1h47) avec les voix de Sauvane Delanoe, Emmanuel Gradi, Laetitia Lefebvre…
Mardi 26 janvier 2016 Le renouveau de l’animation viendrait-il de la diversité européenne ? Même si l'on trouve mille qualités à Vice-Versa, à Dragons voire à L’Âge de glace, l’honnêteté (...)
Mardi 1 septembre 2015 "​Le Petit Prince", discutable adaptation de Saint-Ex’ qui a ravi du public à "Vice-Versa", ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir : la fin 2015 s’annonce riche en productions animées enthousiasmantes.
Mardi 24 juin 2014 Avec "Le Conte de la Princesse Kaguya", Isao Takahata, l’autre génie du Studio Ghibli, sort d’un long silence créatif pour signer ce qui est sans doute son œuvre la plus ambitieuse et la plus accomplie. Rencontre avec un cinéaste d’animation...
Mardi 24 juin 2014 On le sait, les garçons naissent dans les choux et les filles dans les roses. Grâce au dernier film d’Isao Takahata, on apprend que les princesses, elles, (...)
Mercredi 15 janvier 2014 Pour ses adieux au cinéma, Hayao Miyazaki propose une fable ample, adulte et très personnelle mêlant histoire du Japon et envol romanesque pour dessiner un autoportrait en créateur aveuglé par sa passion. Magnifique. Christophe Chabert
Vendredi 13 septembre 2013 C’est la dernière annonce (fracassante) du festival Lumière : comme le lapin sorti du chapeau, un hommage aux studios Ghibli du grand Hayao Miyazaki, qui (...)
Mardi 4 décembre 2012 Longtemps désertique, en dépit de quelques rares oasis de créativité, le cinéma d’animation français a connu depuis dix ans un fulgurant essor au point de devenir à la fois une industrie et un laboratoire. À l’occasion de la sortie d’"Ernest et...
Vendredi 18 février 2011 En marge de la manifestation Cartoon movie, les salles du GRAC organisent une rétrospective saluant le meilleur de la production européenne récente en matière de films d’animation : on cartoon dans le Grand Lyon. CC
Jeudi 22 octobre 2009 Et si les enfants profitaient de ces vacances automnales pour crapahuter dans les musées ? Tour d'horizon non exhaustif des stages et ateliers. NP
Mercredi 1 avril 2009 Cinéma / Après un Château ambulant spectaculaire mais gratuitement sophistiqué, Hayao Miyazaki retrouve une ligne claire avec ce film pour tous les publics, récit d’apprentissage aux accents cosmiques et wagnériens, dans la lignée de Chihiro et...
Mercredi 19 janvier 2005 Hayao Miyazaki pousse au paroxysme son art baroque, féerique et torturé, dans un film foisonnant livré sans mode d'emploi, comme un feu d'artifice des sens et de l'esprit. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter