"Orpheline" : critique et entretien avec Arnaud des Pallières

Orpheline
De Arnaud des Pallières (Fr, 1h51) avec Adèle Haenel, Adèle Exarchopoulos...

De l’enfance à l’âge adulte, le portrait chinois d’une femme jamais identique et cependant toujours la même, d’un traumatisme initial à un déchirement volontaire. Une œuvre d’amour, de vengeance et d’injustices servie par un quatuor de comédiennes renversantes.

Enseignante et enceinte, Renée reçoit la visite surprise dans sa classe de la belle Tara, fantôme d’autrefois. Peu après, la police l’arrête, dévoilant devant son époux médusé sa réelle identité, Sandra. Elle qui avait voulu oublier son passé, se le reprend en pleine face : sa jeunesse délinquante, son adolescence perturbée, jusqu’à un drame fondateur. Comme vivre après ça ?

à lire aussi : "Ghost in the Shell" : critique et interview de Scarlett Johansson

Il faut rendre grâce à Arnaud des Pallières d’avoir osé confier à trois actrices aux physionomies différentes le soin d’incarner les avatars successifs d’un unique personnage. Ce parti-pris n’a rien d’un gadget publicitaire ni d’une coquetterie, puisqu’il sert pleinement un propos narratif : montrer qu’une existence est un fil discontinu, obtenu par la réalisation de plusieurs “moi” juxtaposés. À chaque étape, chaque métamorphose en somme, Kiki-Karine-Sandra abandonne un peu d’elle-même, une exuvie la rendant orpheline de son identité passée et l’obligeant à accomplir le deuil de sa propre personne pour évoluer, grandir, s’améliorer. Ce qui n’est pas le cas de son vénéneux génie, l’immarcescible Tara, qui revêt les traits de Gemma Arterton.

Brelan de dames

La construction par flashbacks, allers-retours et emboîtements, si elle renvoie au polar du fait des mystères de l’intrigue, évoque également un effeuillage psychologique : par ce film, nous creusons afin de trouver l’identité première de Renée et comprendre ce qui l’a chamboulée. Un traumatisme initial, une culpabilité enfermée (à plus d’un titre) qui scelle le début de ses douleurs, de ses erreurs — le début, car malgré toutes ses tentatives pour rectifier le tir, le fatum ne cessera de poursuivre Renée.

à lire aussi : Histoires Vraies (.doc) : regards partagés sur le doc'

On a salué d’entrée l’inspiration du cinéaste ; mais que serait Orpheline sans ses interprètes, choisies parmi la quintessence de la jeune garde du cinéma français, qui ont accepté d’être “plus petites” que leur personnage en acceptant de se le partager, comme jadis Carole Bouquet et Angela Molina dans Cet obscur objet du désir (1977) de Buñuel. Des Pallières est sans doute allé à la facilité en distribuant à Adèle Haenel le visage de la gravité et à Adèle Exarchopoulos celui de la voleuse aux amours saphiques — comme un air de déjà-vu —, mais en ajoutant à son équation Solène Rigot, il a complexifié le portrait de son héroïne. Et nous a fait nous attacher à elle.


Entretien avec le réalisateur Arnaud des Pallières

Quatre ans après Michael Kohlhaas, Arnaud des Pallières traite toujours de l’injustice, en épousant à nouveau le regard d’une victime combative — qui se trouve être ici une femme. Toute ressemblance avec une personne existante n’est pas fortuite…

à lire aussi : Trans-Europe-Express

D’où provient cette construction fragmentaire ?
Arnaud des Pallières : Tout commence avec Christelle Berthevas, la coscénariste avec qui j’avais écrit Michael Kohlhaas, mon précédent film. Elle m’avait raconté son histoire par fragments, de son enfance à ses vingt ans. Je lui ai demandé si elle était d’accord pour qu’on le transforme en un film, en jetant la matière comme elle lui venait. Très tôt en amont, j’ai eu l’intuition que ce film devait respecter cette forme fragmentaire : les différentes parties, sans raconter forcément ce qui se déroule entre elles, et diffracter le personnage en quatre actrices. Christelle a accepté, bien que cela court-circuite un projet d’écriture romanesque qu’elle avait.

Quand avez-vous réussi à vous approprier son histoire ?
Le geste le plus ancien dont je me souvienne est intervenu à la fin de la coécriture du scénario, lorsque j’ai rédigé la note d’intention, où je spécifiais que le film devait épouser le point de vue du personnage principal et le tenir de façon extrêmement rigoureuse. C’est-à-dire respecter de vraies contraintes techniques, d’objectif, de placement de caméra et de mise en scène extrêmement contraignantes pour les comédiens : à aucun moment, le film n’en voit ou n’en sait plus que le personnage.

Dès lors, je me suis un peu pris pour ce personnage. En travaillant avec les actrices, j’ai traversé tout le tournage dans sa peau. Ce n’est pas vraiment une appropriation, plutôt le contraire : une possession. Je me suis laissé envahir par ce personnage que j’admire et que j’aime afin de pouvoir le représenter le plus justement possible, sans le dominer en tant qu’homme et metteur en scène. J’en suis ressorti au moment du montage pour redevenir qui je suis.

Le montage correspond-il à un exorcisme après cette possession ?
Non, c’est une mise à distance. Je suis revenu à ma place. D’abord, les actrices n’étaient plus là, et tout d’un coup je voyais ce qu’on avait fait. Il fallait que j’objective pour le film, et ce que l’on ressent avec les actrices pour qu’il devienne partageable par tout le monde. On fait un artisanat pour que vous, le public, puissiez le ressentir.

Pourquoi ce titre au singulier ? Vous est-il venu l’idée de le mettre au pluriel pour rendre compte de la pluralité de la personnalité de l’héroïne ?
Non, au contraire, comme il s’agit d’une personne. Le titre est venu de Christelle Berthevas, il m’a convaincu parce que c’était un singulier, il fallait affirmer qu’il s’agissait d’une seule personne. J’aime beaucoup les titres qui tiennent en un mot. “Orpheline”, c’est un mot fort et je trouvais assez beau que ce soit une chose qu’elle dise d’elle-même à un moment : « j’ai pas de mère, pas de père. » C’était une fiction, mais c’est sa fiction. Et puisqu’elle dit d’elle-même qu’elle est orpheline, le film le donne comme une vérité.

Ce titre prend peu à peu une autre dimension…
Un bon titre est un titre qui dialogue avec n’importe quel endroit du film. C’est toujours très compliqué d’en trouver un. L’idée c’est qu’il fasse aussi lien entre tous les aspects du film. Ça n’est pas rationnel, le rapport que l’on a avec un titre. Après, je pense qu’il parle différemment avec chaque spectateur en fonction du film que chaque spectateur a vu…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 10 décembre 2019 Seul SOS Médecin en service à Paris la nuit de Noël, l’aigri Serge est lui-même si peu vaillant qu’il convainc Malek, un livreur à vélo croisé par hasard, de le remplacer dans ses consultations. Pas de panique : Serge lui dira quoi faire dans...
Mardi 9 juillet 2019 Londres, 1922. La romancière mondaine Vita Sackville-West, vivant en union très libre avec son diplomate d’époux, engage une relation intellectuelle, amicale et physique avec la réservée Virginia Woolf qu’elle admire. Mais Vita est volage et...
Mardi 18 juin 2019 Revenant de quelques infortunes artistiques, Jean Dujardin se prend une belle veste (au sens propre) taillée sur mesure par Quentin Dupieux en campant un monomaniaque du cuir suédé. Un conte étrange et intriguant totalement à sa place à la Quinzaine...
Mardi 21 mai 2019 Une psy trouve dans la vie d’une patiente des échos à un passé douloureux, s’en nourrit avec avidité pour écrire un roman en franchissant les uns après les autres tous les interdits. Et si, plutôt que le Jarmusch, Sibyl était LE film de vampires en...
Mardi 30 octobre 2018 Pour compenser ses années de taule, un innocent commet des délits. Sans savoir qu’il est “couvert“ par une policière, veuve de celui qui l’avait incarcéré à tort, elle-même ignorant qu’un collègue amoureux la protège… Encore un adroit jeu...
Mardi 15 mars 2016 Léa Fehner tend le barnum de son deuxième long-métrage au-dessus du charivari d’une histoire familiale où les rires se mêlent aux larmes, les sentiments fardés aux passions absolues… Qu’importe, le spectacle continue !
Mardi 10 mars 2015 Marjane Satrapi s’exile aux États-Unis pour s’approprier une commande de film d’horreur à petit budget qu’elle transforme en comédie sanglante et cinglante à l’esprit très 80’s. Sympathique même si l’affaire peine à tenir la longueur. Christophe...
Mardi 9 septembre 2014 D’Anne Fontaine (Fr, 1h39) avec Fabrice Luchini, Gemma Arterton, Jason Flemyng…
Mardi 15 juillet 2014 Pour son premier long métrage, Thomas Cailley a trouvé la formule magique d’une comédie adolescente parfaite, dont l’humour est en prise directe avec la réalité d’aujourd’hui. Il dispose d’un atout de choc : Adèle Haenel, actrice géniale révélant...
Lundi 3 février 2014 Suite à une erreur de communication, les horaires du film Tonnerre, programmé au Comœdia, sont partiellement faux dans notre édition papier de cette (...)
Mercredi 22 janvier 2014 De Guillaume Brac (Fr, 1h40) avec Vincent Macaigne, Solène Rigot, Bernard Menez…
Mercredi 15 janvier 2014 De Solveig Anspach (Fr, 1h27) avec Karin Viard, Bouli Lanners, Claude Gensac…
Mercredi 11 décembre 2013 Peut-on faire un mélodrame sans verser dans l’hystérie lacrymale ? Katell Quillévéré répond par l’affirmative dans son deuxième film, qui préfère raconter le calvaire de son héroïne par ses creux, asséchant une narration qui pourtant, à plusieurs...
Mercredi 2 octobre 2013 Pendant solaire de son précédent "Vénus Noire", "La Vie d’Adèle" est pour Abdellatif Kechiche l’opportunité de faire se rencontrer son sens du naturalisme avec un matériau romanesque qui emmène son cinéma vers de nouveaux horizons poétiques. Ce...
Mercredi 10 juillet 2013 Film difficile, qui cherche une voie moyenne entre l’académisme costumé et l’épure, cette adaptation de Kleist par Arnaud Des Pallières finit par séduire grâce à la puissance d’incarnation de ses acteurs et à son propos politique furieusement...
Vendredi 14 septembre 2012 Faux polar suivant la dérive existentielle d’un dealer juif qui tente de raccrocher pour s’exiler à Tel Aviv, le premier film d’Elie Wajeman opère un séduisant dosage entre l’urgence du récit et l’atmosphère de la mise en scène. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X